Interopérabilité et standards de données ouverts facilitent collaboration et coordination : Erik Giudice Architecture

EGA, Agence d’architecture internationale travaille de manière efficace au sein de grandes équipes complexes en utilisant la puissance des solutions BIM interopérables d’Autodesk.

Alors que les projets AEC deviennent de plus en plus sophistiqués, avec des équipes projet plus grandes et plus diversifiées, une collaboration et une communication fluides revêtent une importance cruciale. Pour Erik Giudice Architects (EGA), le partage facile d’informations et de modèles 3D est l’une des principales raisons pour lesquelles l’agence utilise les solutions BIM d’Autodesk.
Récemment, EGA a tiré parti de la prise en charge par Autodesk des standards de données ouverts afin d’échanger des modèles et des données avec des clients et des consultants sur un projet complexe et de grande envergure avec des exigences strictes en matière de durabilité.

Des solutions simples à des défis de conception complexes

Pour EGA, agence basée à Paris et à Stockholm, la communication entre les bureaux est depuis longtemps une priorité. La société a commencé à utiliser des logiciels 3D il y a dix ans bientôt en implémentant notamment Revit comme principal outil de conception BIM.
Cette agence pluridisciplinaire de 40 personnes concentre ses activités autour de l’architecture, l’urbanisme et le paysagisme et travaille sur un large éventail de types de projets, y compris du logement, des immeubles de bureaux, des tours de grande hauteur, des projets à usage mixte et des équipements tels que des écoles et autres bâtiments publics.
Leurs projets sont souvent nuancés à la fois en termes d’échelle et d’équipe projet, mais ils cherchent à apporter une simplicité à leurs conceptions : « Nous avons une devise que nous essayons de suivre, qui est la « simplexité » : des solutions simples à des problèmes de projet complexes, où le résultat final s’apparente à quelque chose qui semble simple, facile à comprendre et équilibré », déclare le fondateur Erik Giudice.

Récemment, l’agence a apporté cette philosophie à son travail sur un projet de grande envergure, le Village des athlètes, le développement d’un nouveau quartier urbain tout au nord de Paris pour les athlètes et les membres du personnel des Jeux d’été 2024.

La durabilité et l’intégration sociale sont les principaux objectifs du projet – les bâtiments doivent être conçus selon une norme passive, les espaces verts sont intégrés de toutes parts et le campus a été spécifiquement planifié pour qu’il continue à fonctionner après la fin des Jeux d’été. La zone est conçue pour devenir un écoquartier à usage mixte après les jeux, rendant son héritage d’après-évènement aussi important que son rôle pendant les jeux.
Le rôle d’EGA était double : concevoir deux bâtiments, mais aussi coordonner les bâtiments individuels conçus par 3 autres agences d’architecture, sur les 11 au total impliquées dans le projet du Village des athlètes.
Le groupe de bâtiments est situé autour d’une place centrale qui sert d’épicentre pour les athlètes du jeu – avec des restaurants, des magasins, des services et plus encore.

L’interopérabilité permet de gagner du temps et de maintenir l’engagement des consultants et des clients

Avec des exigences environnementales rigoureuses et un calendrier de conception et de construction ambitieux pour un projet d’une telle envergure, EGA avait besoin d’un langage commun pour communiquer rapidement et de manière transparente avec les nombreux ingénieurs, architectes, propriétaires, maîtres d’ouvrage et autres consultants du projet.

Image avec l’aimable autorisation de Pichet-Legendre

En raison de la capacité de Revit à gérer plusieurs formats de fichiers ouverts, y compris l’IFC (Industry Foundation Classes) et le COBie (Construction Operations Building Information Exchange), il est devenu l’outil de choix d’EGA pour la collaboration des maquettes en phase conception, ainsi que la coordination entre les plateformes.
« Les outils développés par Autodesk sont très performants en termes d’interopérabilité et de capacité à intégrer des données issues de différents logiciels », explique Erik Giudice.
Les commentaires et la coordination au sein de l’équipe utilisant les formats de fichiers ouverts ont été efficaces et rapides, ce qui a permis de gagner du temps et de permettre à toute l’équipe de respecter un calendrier tendu et de fournir une conception bien équilibrée et cohérente.

Dans le même temps, il était également important d’avoir des lignes de communication claires avec d’autres en dehors de l’équipe. « Les outils BIM sont vraiment au centre de la collaboration avec le client et aussi avec d’autres parties prenantes telles que la ville ou d’autres partenaires du début du projet à la fin du projet », explique Erik Giudice.
En partageant des modèles BIM, EGA a donné aux clients un accès à plus d’informations pratiques sur les questions financières et environnementales dès le début et tout au long du projet.
En fait, la soumission de modèles BIM aux promoteurs ainsi qu’aux services de planification du projet était une exigence pour le projet du village des athlètes. Le client voulait avoir un modèle unique et coordonné qui combinerait le travail des 11 architectes afin qu’ils puissent étudier l’empreinte carbone de l’ensemble du territoire, ainsi que les aspects économiques du projet.

« Les outils qu’Autodesk a développés sont très performants en termes d’interopérabilité et de capacité à intégrer des données issues de différents logiciels »

Utilisation du BIM de la conception à la production en passant par la construction

Pour EGA, l’utilisation du BIM commence dans les premières phases d’un projet, lorsqu’ils utilisent plug-ins au sein de Revit pour créer des simulations qui testent différents aspects, notamment la consommation énergétique, l’empreinte carbone, l’efficacité structurelle, la lumière du jour et l’impact d’un projet sur l’environnement.
L’entreprise s’appuie également sur des formats de fichiers ouverts pour faciliter la préfabrication et la production de certains éléments de construction. Par exemple, l’un des bâtiments du village des athlètes est produit hors site à l’aide d’un système modulaire d’éléments préfabriqués en bois massif ; chaque pièce est fabriquée en usine puis livrée et montée sur site.
En utilisant le standard IFC, le constructeur et le fabricant ont pu utiliser avec succès et efficacité le modèle original d’EGA conçu avec Revit pour leur propre production et livraison détaillées, en utilisant leurs propres outils pour contrôler les machines CNC à commande numérique.

« Nous comprenons que la façon dont nous communiquons l’information est un facteur clé dans la réussite du projet, puisque les processus de construction sont de plus en plus courts et nous devons être plus efficaces dans toutes les différentes étapes du projet » indique Erik Giudice.

L’interopérabilité avec le BIM est la voie de l’avenir

EGA pense également que telle est la voie de l’avenir – utiliser un modèle unique pour communiquer avec toutes les parties prenantes, quels que soient leurs intérêts et leurs préoccupations. Et que par ailleurs, une fois construit, ce même modèle deviendra une ressource inestimable pour le propriétaire du bâtiment, afin d’informer les phases de gestion et de maintenance tout au long du cycle de vie du bâtiment.
Les jumeaux numériques, modèle numérique reproduisantt l’objet physique, le bâtiment ou le site – est quelque chose qu’Erik Giudice trouve très logique. En fait, il pense que cela sera peut-être obligatoire dans un proche avenir.
EGA constate de plus en plus ce type d’exigences de la part de clients et d’autres organisations, notamment pour soumettre des projets en BIM et d’autres obligations gouvernementales, en particulier dans les pays nordiques et le reste de l’Europe. Erik Giudice note que plusieurs pays d’Europe envisagent aussi d’instruire les permis de construire en BIM, et de nombreux concours internationaux exigent un modèle BIM dans le cadre de la soumission.
À l’avenir, l’agence considère l’utilisation des outils BIM comme l’un des seuls moyens de rester compétitif, de gagner plus de projets et de créer des projets collaboratifs significatifs.
« Nous comprenons que la manière dont nous communiquons les informations est un facteur clé dans la réussite du projet, car les processus de construction sont de plus en plus courts et nous devons être plus efficaces à toutes les différentes étapes du projet », déclare Erik Giudice. « En d’autres termes, nous devons tous être capables de parler la même langue afin d’être efficaces ensemble. »

Source en anglais ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :