Autodesk University – Présentation de la numérisation d’Ayacucho : des nuages de points à la naissance d’un jumeau numérique par José Ariza et Maria Pascual Sáez

Une classe passionnante sur les jumeaux numériques de villes à découvrir sur le site d’Autodesk University

José Ariza d’Autodesk et Maria Pascual Sáez de C95 Creative nous font découvrir les étapes de numérisation d’une ville historique d’Ayacucho au Pérou et toutes les stratégies à mettre en place.

Numérisation d’Ayacucho en utilisant la méthodologie BIM.

L’objectif était de mettre à disposition de la ville d’Ayacucho au Pérou, un modèle riche en données, facile à mettre à jour et avec un grand potentiel d’utilisation. Une étape vitale consistait à rassembler les données existantes. La cartographie mobile et des drones ont été utilisées pour obtenir des nuages ​​de points de la ville et construire ses données urbaines BIM.

En parallèle, les paramètres nécessaires à la création d’un cadastre numérique ont été définis. La ville a été divisée en plusieurs secteurs, développant le modèle d’un LOD 100 à 400 pour les éléments singuliers.

La numérisation d’Ayacucho a nécessité 6 mois de travail intense aboutissant à :

  • Un fichier de nuage de points de 450 Go,
  • 145 fichiers, fédérés à partir de Revit contenant 154 pâtés de maisons,
  • un seul modèle de ville BIM 360 qui permet d’accéder aux informations de la ville partout et à tout moment.

Principaux enseignements de cette classe

  • extraction des informations de ladite base de données
  • stratégies de modélisation
  • gestion des données à l’échelle de la ville
  • gestion des nuages ​​de points dans le modèle

A propos des orateurs

Image d'avatar de Jose Ariza
José Ariza

Jose Ariza a rejoint Autodesk en 2017. Il travaille en tant que spécialiste technico-commercial pour la région EMEA, en se concentrant sur le portefeuille AEC d’Autodesk. Avant de rejoindre Autodesk, Jose avait travaillé en tant que consultant indépendant BIM et également en tant que BIM Manager pour un partenaire Revendeur d’Autodesk espagnol. Depuis plus de 8 ans, Jose aide les principales entreprises du secteur de l’AEC pendant le processus de mise en œuvre du BIM et dans le développement de projets interdisciplinaires nationaux et internationaux utilisant la technologie Autodesk. De plus, il a collaboré avec l’Université de Cordoue en Espagne en tant que professeur associé. Né à Cordoue, Jose est titulaire d’un baccalauréat en génie technique industriel et d’un doctorat en techniques de mise en page et méthodes de conception architecturale et technique de l’Université de Córdoba.

Image d'avatar de María Pascual Sáez
Maria Pascual Sáez
Maria est Directrice BIM au sein de C95 Creative. Elle s’occupe notamment de :

  • Exécution de projets d’exécution à l’aide de Revit
  • Coordination d’une équipe pluridisciplinaire
  • Établissement des standards de l’entreprise pour la mise en œuvre correcte du logiciel Revit et de la méthodologie de travail BIM, ainsi que le déploiement de la formation continue au sein de l’entreprise.

Autodesk University 2021 – Vote for the Classes BIM for Heritage, BIM for Risk Management and the History of Revit Utopic City, first mega BIM Utopic City of History!

Dear ABCD Blog Readers,

Applications for Autodesk University 2021 classes are now online. This year, I will present, if these themes are sufficiently attractive and voted on, the following subjects around: BIM for heritage, BIM for risk management, as well as the history of my Utopic City, Revit Utopic City that I have created more than 10 years ago and followed by more than 87,000 people around the world.
If you find these topics interesting, I would appreciate if you could vote for them, simply by clicking on each of the links below and “Like” while logged in.

A big Thanks to you all!

Emmanuel Di Giacomo


BIM For Heritage, a Renaissance and a second never ending life
INDUSTRY TALK
Learn how BIM & digital technologies can help protect Historical monuments and give them a second life to ensure that future generations will enjoy them.


Revit Utopic City, giving life to Architectural Dreams and creativity
INDUSTRY TALK
In that class, you’ll discover Revit Utopic City created almost 11 years ago with Revit and you’ll learn how to express all your architectural creativity.


BIM and Digital, prevent and manage risks
INDUSTRY TALK
During this class, you’ll discover different kind of risks and difficulties in the AEC Industry and you’ll learn how BIM and digital can help manage them.

Autodesk University 2021 – Votez pour les classes BIM pour le patrimoine, BIM pour la gestion des risques et L’histoire de Revit Utopic City, première méga ville BIM utopique de l’histoire !

Chères lectrices et chers lecteurs d’ABCD Blog,

Les propositions pour les classes d’Autodesk University 2021 sont désormais en ligne. Cette année, je présenterai, si ces thématiques sont suffisamment attractives et votées, les sujets suivants autour du BIM pour le patrimoine, le BIM pour la gestion des risques, ainsi que l’histoire de ma Ville Utopique, Revit Utopic City que j’ai créé il y a déjà plus de 10 ans et suivi par plus de 87000 personnes dans le monde.
Si vous trouvez ces sujets intéressants, je vous serais reconnaissant de voter pour eux, simplement en cliquant sur chacun des liens ci-dessous et en faisant un “Like” en étant connecté.

Un grand merci par avance à toutes et à tous !

Emmanuel Di Giacomo


BIM For Heritage, a Renaissance and a second never ending life
INDUSTRY TALK
Learn how BIM & digital technologies can help protect Historical monuments and give them a second life to ensure that future generations will enjoy them.


Revit Utopic City, giving life to Architectural Dreams and creativity
INDUSTRY TALK
In that class, you’ll discover Revit Utopic City created almost 11 years ago with Revit and you’ll learn how to express all your architectural creativity.


BIM and Digital, prevent and manage risks
INDUSTRY TALK
During this class, you’ll discover different kind of risks and difficulties in the AEC Industry and you’ll learn how BIM and digital can help manage them.

[Communauté] Naissance officielle du Forum Dynamo français

Découvrez Dynamo Studio et entraidez-vous sur le forum officiel français

Dynamo Studio est un environnement de programmation visuelle permettant aux concepteurs de tous secteurs (Architectes, Ingénieurs, entreprises, autres…) d’explorer des conceptions paramétriques et d’automatiser de nombreuses tâches.

Intégrez l’automatisation dans le processus BIM (Building Information Modeling).

Dynamo vous permet d’aller plus loin dans l’étude de vos projets grâce à des flux de travail interopérables pour la documentation, la coordination, la modélisation et l’analyse.
Tout cela se fait simplement en écrivez du code à l’aide d’une interface de script simple et puissante.

Un Forum français voit le jour

Ahmad Halim, Architecte et BIM Manager chez AIA Life Designers

Il manquait définitivement un lieu de partage et d’échange pour cette technologie en France. C’est désormais chose faite. Ahmad Halim, Architecte et BIM Manager chez AIA Life Designers, ainsi que plusieurs Expert.e.s Dynamo ont souhaité créer cette communauté pour aider les non initiés à faire leur premiers pas avec Dynamo. Ce forum d’entraide et de partage apportera une aide précieuse par le partage de connaissances et par la réponse à vos questions.

Pour le découvrir et vous inscrire, cliquez ici.

Les abords de Notre-Dame de Paris vont être réaménagés

Petit à petit, notre chère Notre-Dame se reconstruit et se refait une beauté. Nous avons pu lire récemment l’accord signé entre l’EPA (Etablissement Public en charge de sa reconstruction) et Autodesk pour aider à sa reconstruction grâce au BIM.

Le monument mythique continue sa cure de jouvence avec une nouvelle annonce relative à ses abords

Les abords de Notre-Dame de Paris seront ainsi repensés et réimaginés afin de mieux mettre en valeur ce joyau et de mieux accueillir ses futurs visiteurs. Suite à une délibération votée le 15 avril au Conseil de Paris 2 ans après son incendie, la délibération expose le projet général et les concertations qu’il nécessite, son financement, le calendrier prévisionnel et sa gouvernance avec l’Etat et le diocèse et prévoit une phase de concertation citoyenne qui viendra progressivement nourrir le cahier des charges.

Le périmètre de l’opération

On connait déjà le chantier de reconstruction de la cathédrale réalisé sous l’égide de “l’Etablissement public de conservation et de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris” (EPRND). Le projet dont on parle sera beaucoup plus vaste et concernera non seulement le parvis, mais aussi son environnement, s’inscrivant dans le cadre du plan du renouveau du centre de Paris à travers les démarches “d’apaisement piétonniers” et d’aménagements réalisé dans le cadre « d’Embellir votre quartier ».Concrètement, le réaménagement concernera :

  • le parvis et ses espaces souterrains comprenant la crypte archéologique et un parking sur deux niveaux ;
  • les squares Jean XXIII et de l’Île-de-France (situés derrière la cathédrale) jusqu’à la pointe de l’Ile de la Cité ;
  • les quais de Seine, haut et bas ;
  • les rues adjacentes (rue du Cloître-Notre-Dame, rue de la Cité, quai de l’Archevêché).

Par ailleurs, la société Autodesk, éditeur leader de logiciels CAO et BIM, a proposé d’accompagner la Ville en réalisant des relevés topographiques très précis, en 3D, sur l’ensemble du périmètre du projet (4 ha), ainsi que dans les sous-sols du parvis (parking). Ces données seront remises à chaque équipe candidate à la maîtrise d’œuvre. En contrepartie, la Ville de Paris autorise Autodesk à communiquer sur le projet, dans les conditions et selon les modalités décrites dans la convention de partenariat. Afin d’assurer un suivi régulier de toute l’opération d’aménagement, un bilan annuel sera présenté au Conseil de Paris.

Découvrez l’intégralité de l’article en cliquant ici.

Interview Engineering Of the Future with Sylvie Cassan & Marc Simon – SYSTRA, a leading Company that paved the way for BIM for Infra at high speed!

This week, we have the great pleasure and honor to welcome SYSTRA, one of the largest and most prestigious French International Engineering Company in the field of rail, infrastructure and urban development, which has been at the forefront of innovation and BIM since many years. It has also been repeatedly recognized for its BIM excellence everywhere in the world.

We will discuss with Sylvie Cassan, Director of Business Development at SYSTRA France & International Services and Marc Simon, in charge of BIM deployment in France, enlightening our readers with the presentation of their great Company.

Hello Sylvie and Marc, we are delighted to welcome such a prestigious engineering Company as SYSTRA. Your involvement and roles have been key to the success of your Company. Could you first introduce yourself and briefly tell us about your professional background?

Sylvie: Hi Emmanuel, I have been Director of our BIM initiative during the deployment phase in France from 2016 till 2018. Since 2019, I have been Director of Business Development and as such, I kept the responsibility of BIM development in connection with customers. I have a degree in urban planning, coupled with an eMBA at HEC. This definitely helped me manage this digital transformation of our company.
Marc is Director of Data Management Operations responsible for the deployment of BIM and Data for SYSTRA projects in France and for international contributions production from France.

Systra is one of the great French engineering companies that shines internationally. Could you tell our readers more about your company, its areas of activities, its organization and its geographic coverage? Do you specifically cover design and construction phases as well as operation and maintenance?

SYSTRA is a consulting and engineering company with more than 7,300 employees worldwide with an export share of around 70%. SYSTRA has been around for over 60 years. Its activity historically focuses on the field of guided transportation and today, it also covers all types of mobility. SYSTRA is developing a wide range of services for urban development and regional planning, around the ecological and energy transition. SYSTRA is involved throughout the lifecycle, from preliminary studies, from design to construction, testing and commissioning, operation and maintenance engineering phases. In all these phases, BIM is integrated into our processes.

What is Systra’ sustainability strategy and how do digital and BIM enable you to achieve your goals?

Our job is to create mobility solutions promoting access to territories, services, movement of people and goods. Sustainable development for SYSTRA goes beyond a regulatory approach: it is intrinsic to our projects. In a context of climate emergency and energy transition, we are particularly focusing on the management of resources (biodiversity, water, etc.) and on controlling the carbon footprint, with our CARBONTRACKER solution which is a good example of use of BIM data to accelerate the integration of ecodesign into our engineering missions.

What types of projects do you work on most frequently? Are they mainly rail infrastructure projects? Do you also manage the signaling, people flow, operation and maintenance part?

We work on all types of infrastructure projects with the particularity of integrating, in addition to buildings, linear structures whether they are roads, rails or linked to energy networks. Regarding underground or overhead railway works, the track, energy and signaling trades are involved at SYSTRA in BIM production.
The topic of operation and maintenance is integrated since the design phases: with BIM, our goal is to structure the data delivered to the operator and maintainer as soon as possible.

What is the ratio between projects in France and internationally? And what are your major accomplishments?

The ratio is 2/3rd of export projects: in France the key projects deployed in BIM have been with the Grand Paris since 2013, both in our missions of Design and PMC Systems, Technical Assistance for Owners, Rolling stock Design and automated driving systems, the Toulouse metro, again both on the Design and Owner side, on the TELT (Lyon Turin Railway Tunnel) side, but also on rail network modernization projects: Bry Villiers Champigny, St Jean de Maurienne but also smaller sizes like Ste Musse stop, Cagnes sur Mer exchange hub, tram projects such as line 13 express in Ile de France (parisian suburbs) … or even projects where we assist the Owners in the deployment of BIM on projects, as for example for the Pont Anne de Bretagne near Nantes Métropole.

Bry Villiers Champigny Station – © SYSTRA, 2021


At international level, our most significant current projects are HS2, the London Manchester High Speed project, OLP3 the high speed line at Ostlanken in Sweden, Etihad Rail Phase 2, the extension of the United Arab Emirates network or more recently the project by DUROY in Canada…

HS2 – © SYSTRA, 2021

As a large engineering company, when did you make the shift to BIM and what were the main reasons? Was this linked to a strong demand from the owner side or was it part of your strategy as a large innovative company?

We have initiated our BIM journey in 2013. We set up a dedicated program in 2015 with a French version in 2016, a strong strategic impetus from our COMEX. At international level, it was about meeting the demands of our customers, which was already high. In France, we have anticipated the demands of our major clients. The increasing demands of our customers have confirmed us that it was the way to go. Due to our market positioning, we have effectively paved the way for BIM for infrastructure in France and internationally.

When and how did you make this digital transition and what resources and organization did you put in place?

BIM was placed at the heart of the digital transformation very early on, which affects all of our processes. From the beginning of the project, a dedicated organization was set up, at group level under the leadership of Eric PRUVOST and in France where I was Director of this BIM initiative. The progress of our BIM deployment in France at the end of 2015, made it possible to switch to a more industrialized mode with the integration of dedicated teams of BIM managers, CDEs and Data managers within our Operations department, under the leadership of Marc SIMON. The BIM initiative continues with the goal today to facilitate the deployment of BIM on projects, continue to capitalize, stimulate new innovations related to BIM and Data within projects through POC (Proof Of Concept). We also continue to offer in-house training to complete the maturity of project teams.

What kind of digital and technological strategy have you put in place?

Our BIM strategy is based on 3 fundamentals, the use of new technologies to strengthen our efficiency in data creation, to strengthen our project management processes and ensure mastering of information management and finally to develop services and solutions to manage this data and bring even more value to our customers. We integrate BIM into all of SYSTRA’s businesses and we structure the Data over the entire life cycle. We are focusing our current efforts on the works and operation / maintenance phases by relying on our BIM managers and Information managers.

In particular, have you reorganized the roles and responsibilities of each person?

We “BIMized” all engineering professions and all project organizations, starting with the production and coordination teams, then Project Management. The maturity of a team is measured by that of the project management team. For new projects, our principle is to make it easier to get started with BIM with supporting BIM experts.

What are the main stages of such a change? Any pitfalls but also the benefits and return on investment?

You have to first make sure you have the leadership alignment & support and then project teams. The adoption of BIM requires a lot of pedagogy, support for change both collectively and individually because fears and even resistance to change are everywhere.
One of the adoption acceleration effects is when BIM is a requirement of our customers. The project teams also benefit from the central work of the BIM processes but also from the clearing of technical constraints, which are relatively high because the BIM tools on the market for linear and rail sector are still a work in progress. We now have more stable responses.

Do you now process all your projects in BIM or is there a critical size and / or amount of work to do so?

We now process all our new projects in BIM, regardless of the size. For old projects, we are able to apply reverse engineering methods to switch to BIM if necessary.

Which BIM projects are you most proud of and for what reasons?

The Grand Paris and HS2 (High Speed ​​Train in the UK) projects are of exceptional size and they have supported the dynamics of BIM, both in deployment and as innovation accelerators. We continue to progress and learn every day from these projects. Beyond these emblematic projects by their scale and their level of requirements, we have an infinity of smaller projects of different types where BIM is deployed: it is also an opportunity to deploy new use cases. In summary, all projects provide feedback, which we endeavor to capitalize on, both in terms of difficulties encountered and key success factors.

How do Autodesk technologies play a key role in the excellence of your know-how?

Autodesk technologies are used on a daily basis, whether it’s for CAD / BIM production. BIM 360 information management solution and the Forge platform also allow us to develop our solutions for BIM data management.

Besides, how do you collaborate with Autodesk on a daily basis and is this an essential contribution?

Beyond the tools that remain a solid basis for many of our projects, Autodesk was a key Partner in the initialization phase by providing us with its expertise and even today in our innovation work around BIM.

Innovation is at the heart of your DNA. In particular, do you develop solutions of your own to automate and speed up production such as “Prestress” and others? Could you tell us more about that aspect?

We have the particularity of having associated business teams with our BIM deployment teams from the first phases of deployment, with a view to improving our processes and our production. Indeed, this resulted in the development of our portfolio of BIM in One Click solutions for instance.

The heart of this solution is to offer modelers a key functionality in linear structure modeling which is the placement of objects according to the alignment of the project, taking into account the rules of the trade and capitalizing on a library of specific objects. This work, which was awarded through 2 Silver BIM Awards on the Toulouse (2017) and Bogota (2018) metro projects, was initiated on the engineering structures of the overhead metro infrastructure. Since then, many other modules have been created, whether for tunnels, tracks, railway gauges or even catenaries.

Bogota’s first aerial metro line – © SYSTRA, 2021


We have also developed a solution to help our modelers in the design of prestressed structures with the Prestress solution and we are currently investing a lot in the development of BIM data management solutions around the Forge platform.

What are your differentiators compared to your competitors and colleagues? What are your strengths?

In our opinion, our strength is linked to 5 factors: the level of impetus for the deployment of BIM in our organization, the financial effort made for this deployment, the establishment of dedicated teams at central level, allowing to capitalize between projects in France and between advanced countries, within our Group with a global footprint, the strong integration of BIM into our businesses; last factor and not the least, that the project was built as a technological but also organizational transformation, with people being at the heart of this transformation.

You have been awarded several time during the famous BIM d’Or competition, notably for the Toulouse and Bogota Metros, congratulations! Has it changed anything in your daily life or the way you do things? Does this push you to go even further?

These 2 distinctions in 2017 and then 2018 in the BIM Infrastructure field in France and International categories first of all brought recognition to the project and deployment teams. They have also enabled us to highlight internally SYSTRA as the pioneers of digital transformation, by acknowledging the successes of the teams who have had the braveness and vision to develop and innovate, which is a strong value within the SYSTRA Group.

Toulouse Metro – © SYSTRA

Are you investigating in generative design or artificial intelligence? Is this a strong axis of development for you?

We initiated a Proof of Concept in 2019 on generative design applied to the functional design of metro stations. If you wish to have more details aboyt it, you can view our latest class during Autodesk University that you can view here. Although we did not achieve all of our goals, we have learned a lot and this has allowed us to better define our current actions to test the possibilities of AI. However, I cannot tell you more at this stage except that it is indeed a strong focus of our innovation work.

Are Virtual and Augmented Reality important in your workflows?

We have initiated virtual reality for some stations of the Grand Paris, in particular to ensure, in addition to our flow experts, the intuitive nature of train movements, which have the particularity of being deep (30 to 50 m for the deepest). We currently use virtual reality mainly for communication but also for training purposes as part of the activity of our SYSTRA Academy entity dedicated to rail risks with the ability to safely understand the blast effect of trains.

SMI VITRY Platform modeling and catenaries columns – © SYSTRA

What types of simulations do you perform using BIM? People flows, fluids, fires, disasters, etc. ?

We have integrated passengers flow models into the building models; this was particularly the case during the Hyperloop challenge that we won in 2016.
We also modeled the behavior of a Grand Paris station in terms of acoustics to ensure the intelligibility of the vocal messages with regard to the ambient noise of escalator equipment, for example, …).
We were also pioneers in the convergence of BIM and GIS data, a “natural” environment for territorial data for infrastructure projects of several tens of kilometers for urban transport projects, several hundred kilometers for rail projects.

In addition, do you converge the simulation of your “building” projects, with the trains that are inside by allowing drivers in particular to simulate the piloting of a train or a metro on lines and to anticipate the functioning of the signals, in particular thanks to artificial intelligence?

On the maintenance sites, we effectively compared the interior volumetry of the buildings, in particular at the level of structures, the gangway equipment with the train gauges, but also the positioning of the landing doors.
During the project for SNCF at the Issy RER station, we verified the visibility of the signals by the train driver during the design studies, directly in the maintenance BIM model.

Issy-les-Moulineaux RER Station – © SYSTRA, 2021

Moreover, will subways and trains be more and more autonomous and will BIM help to simulate it in a better way?

Whether it’s for the Grand Paris or Toulouse metro, metro projects are fully automatic. We have extended the use of BIM as Design for rolling stock and driving automation in the Grand Paris, with the modeling of a library of objects specific to this type of work.

In the same spirit, are you already simulating the future maintenance of electrical, technical, or other installations using augmented reality?

We have digitized the processes for our trades of testers on electrical and signaling installations to facilitate our Testing and Commissioning phases. Once the data is structured and the objects have been modeled, there is only one step in transmitting the data to the future maintainer.
As mentioned, we are developing augmented reality within the framework of SYSTRA académie. We mention the use of the project review, to allow the teams in the field to dialogue with the experts remotely.

Digital Twins are taking up more and more space, especially for infrastructure. Are you developing ad-hoc in-house digital twin solutions and offers for your customers? Based on Forge or do you rely on market solutions?

We are in a holistic approach to the tools on the market taking into account the requirements of the project owner and the necessary interface with the pre-existing environment, in particular the CMMS tools.
As mentioned previously, we are working on the subject of digital twins with a very pragmatic approach focused on the principle of data exploitation. For this, we actually rely on Forge which allows us to process and visualize the most common BIM formats like IFC and Revit and therefore to develop, for example, simulation solutions like our CARBONTracker solution.

Furthermore, what innovations or transformations are you working on for the future?

Two of the strong pillars of SYSTRA’s strategy are sustainable development and safety.
On the first subject, our BIM innovation teams support the ecodesign business to strengthen its integration into our design processes by giving them access to information. Indeed, the objective of CARBONTracker is first of all to quantify the emissions over the course of the project and to associate it with all the analysis tools allowing the CO2 factor to be taken into account in all decision-making.
On the second subject, we are in the development phase of our SAFEbyBIM application which will allow better control of security risks over their entire life cycle.

As a major player in the sector and a major international player, what is your vision of the progress of BIM in France compared to the world? Do you think this is sufficient?

The maturity evolution of BIM initially in France was undoubtedly less rapid for various reasons: the choice of public authorities to stimulate rather than mandate; the sequencing of the missions between the designer, the builder versus more integrated visions of the act of building abroad; finally, the characteristics of our ecosystem in the construction sector, which in France is characterized by a large number of players to embark on, with nearly 400,000 companies for the construction sector.
However, it should be noted the enormous investment of France through the MINnD Project and in particular MINnD4Rail in the development of IFC standards for infrastructure which will make it possible to accelerate the deployment of BIM while guaranteeing the interoperability of data and therefore the possibility of being able to fully exploit the benefits of this data.

Do you think that a BIM mandate like in the United Kingdom or some countries of South America would help to move things forward in France?

We do not believe that we should revisit the choices of the past. Moreover, the adoption of BIM is progressing and each edition of the BIM d’Or proves the tremendous progress of BIM in France, of its adoption regardless of the size of the projects and sectors of activity. On the other hand, it seems necessary to us to collectively move the lines in terms of defining the missions of BIM management and their links with the MOP law, or subjects relating to contractual clauses or even insurance subjects.

Do you have a particular message that you would like to convey to our readers?

As a pioneer of BIM for Infra, with increased technological difficulties compared to the building, we would like to emphasize again that BIM is more than a simple adoption of tools, much more than an approach: its deployment is a powerful revealer of what works or not in organizations.
It is also sharing the feeling that we have paved the way, made great progress but that we still have before us a formidable source of unsuspected innovations, often resulting from a multidisciplinary approach: so meet your readership to build this future!

Did you know ABCD Blog?

We are indeed familiar with your blog that you launched Emmanuel in 2014 and we are delighted to share our feedback.

Sylvie, Marc, a big thank you for your time and this fascinating presentation of Systra. We hope you continue your successful journey on the path to excellence in engineering and BIM.

Interview Ingénierie du Futur avec Sylvie Cassan et Marc Simon – SYSTRA, une entreprise leader ayant ouvert la voie du BIM Infra pour un déploiement à très grande vitesse !

Nous avons le grand plaisir et l’honneur de recevoir cette semaine la plus grande et prestigieuse ingénierie française du domaine du ferroviaire, des infrastructures et de l’urbain, la société SYSTRA qui est à la pointe de l’innovation et du BIM depuis maintenant de nombreuses années. Elle a d’ailleurs été à maintes reprises récompensée pour son excellence BIM.

Sylvie Cassan, Directrice du Développement Commercial SYSTRA France & International Services et Marc Simon, en charge du déploiement du BIM en France nous font le plaisir de répondre à nos questions et d’éclairer nos lectrices et lecteurs.

Bonjour Sylvie et Marc, nous sommes ravis et honorés d’accueillir une ingénierie aussi prestigieuse que la vôtre sur ABCD Blog et de vous recevoir tous deux car votre implication et vos rôles sont clés dans la réussite de votre Grande Entreprise. Pourriez-vous tout d’abord vous présenter et nous parler brièvement de votre parcours professionnel ?

Sylvie : bonjour Emmanuel, j’ai été Directrice du projet BIM lors de la phase déploiement en France de 2016 à 2018 ; depuis 2019, je suis Directrice du Développement Commercial et conserve à ce titre le développement du BIM en lien avec les clients. Ma formation initiale d’urbaniste, doublée d’un eMBA à HEC m’ont aidé dans le pilotage de cette transformation.

Marc : bonjour Emmanuel, je suis Directeur Opérations Data Management, responsable du déploiement du BIM et de la Data pour les projets de SYSTRA en France et pour les productions en contributions internationales depuis la France.

Systra est l’une des grandes ingénieries françaises qui rayonne à l’international. Pourriez-vous pour nos lecteurs présenter l’entreprise, ses domaines d’activités, son organisation et sa couverture géographique ? Couvrez-vous notamment la phase conception et construction et aussi gestion et maintenance ?

SYSTRA est une société de conseil et d’ingénierie qui compte plus de 7300 collaborateurs dans le monde avec une part d’activité à l’export de l’ordre de 70 %. SYSTRA existe depuis plus de 60 ans. Son activité concerne historiquement le domaine des transports guidés et couvre aujourd’hui l’ensemble des mobilités. SYSTRA développe une large palette de services au service du développement urbain et de l’aménagement du territoire, autour de la transition écologique et énergétique. SYSTRA intervient sur tout le cycle de vie, dès les études préliminaires, de la conception jusqu’aux phases de réalisation, tests et mise en service, ingénierie d’exploitation et de maintenance. A toutes ces phases, le BIM est intégré dans nos process.

Quelle est la stratégie liée au développement durable de Systra et comment le numérique et le BIM vous permettent-ils d’atteindre vos objectifs ?

Notre métier est de créer des solutions de mobilité favorisant l’accès aux territoires, aux services, la circulation des personnes et des biens. Le développement durable pour SYSTRA va au-delà d’une approche réglementaire : il est intrinsèque à nos projets. Dans un contexte d’urgence climatique et de transition énergétique, nous nous focalisons tout particulièrement sur la gestion des ressources (biodiversité, eau…) et sur la maîtrise de l’empreinte carbone, avec notre solution CARBONTRACKER qui est un bon exemple de l’exploitation de la donnée BIM pour accélérer l’intégration de l’écoconception dans nos missions d’ingénierie.   

Sur quels types de projets travaillez-vous le plus fréquemment ? Sont-ce essentiellement des projets d’infrastructures ferroviaires ? Gérez-vous aussi la partie signalisation, flux des personnes, exploitation et maintenance ?

Nous travaillons sur tous types de projet d’infrastructure avec la particularité d’intégrer, outre des bâtiments, des ouvrages linéaires qu’ils soient routiers, ferroviaires ou liés à des réseaux d’énergie. Concernant les ouvrages ferroviaires souterrains ou aériens, sont impliqués chez SYSTRA dans la production BIM les métiers de la voie, de l’énergie, mais aussi de la signalisation.    

La question de l’exploitation et de la maintenance est intégrée dès notre conception : avec le BIM, notre objectif est de structurer au plus tôt les données livrées à l’exploitant et au mainteneur.

Quel est le ratio entre les projets en France et à l’international ? Et quelles sont vos grandes réalisations ?

Le ratio est de 2/3 de projets à l’export : en France les projets clés déployés en BIM sont le Grand Paris depuis 2013, tant dans nos missions de MOE que d’AMO Systèmes, d’ATMO, de MOE matériel roulant et automatismes de conduite, le métro de Toulouse, là aussi tant côté MOE qu’AMO, MOE de TELT (Tunnel Lyon Turin Ferroviaire) mais aussi des projets de modernisation du réseau ferroviaire : Bry Villiers Champigny, Saint Jean-de-Maurienne mais aussi des projets de plus petite taille : halte de Sainte Musse, Pôle d’échanges de Cagnes sur Mer, des projets de tramway comme la ligne 13 express en Ile de France… ou bien encore des projets où nous assistons la MOA dans le déploiement du BIM sur projet, comme par exemple  pour le Pont Anne de Bretagne auprès de Nantes Métropole.

Gare de Bry Villiers Champigny – © SYSTRA, 2021

A l’export,  nos projets actuels les plus significatifs sont HS2 le projet de grande vitesse Londres Manchester, OLP3 la ligne grande vitesse à Ostlanken en Suède, Etihad Rail Phase 2 l’extension du réseau des Emirats Arabes Unis ou bien plus récemment le projet de DUROY au Canada…

HS2 – © SYSTRA, 2021

En tant que grande ingénierie, quand avez-vous effectué le virage du BIM et quelles en étaient les raisons majeures ? Etait-ce lié à une demande forte de la maîtrise d’ouvrage ou était-ce inscrit dans votre stratégie en tant que grande entreprise innovante ?

Nous avons initié le BIM dès 2013. Nous avons mis en place un programme dédié en 2015 avec une déclinaison française en 2016, une impulsion stratégique forte du COMEX. A l’export, il s’agissait de répondre aux exigences de nos clients, déjà fortes. En France, nous avons anticipé les demandes de nos grands donneurs d’ordre. Les demandes croissantes de nos clients nous ont conforté dans cette direction. Du fait de notre positionnement marché, nous avons effectivement ouvert la voie du BIM pour l’infrastructure en France comme à l’international.

Quand et comment avez-vous effectué cette transition numérique et quels moyens et organisation avez-vous mis en place ?

Le BIM a été placé très tôt au cœur de la transformation digitale qui affecte tous nos process. Dès l’origine du projet, une organisation dédiée a été mise en place, au niveau du groupe sous la direction d’Eric Pruvost et en France où j’étais Directrice du projet BIM. Les avancées de notre déploiement du BIM en France fin 2015, ont permis de passer à un mode plus industrialisé avec l’intégration des équipes dédiées de BIM managers, de CDE et Data managers au sein de notre direction des Opérations, sous la Direction de Marc Simon. Le projet BIM continue avec pour vocation aujourd’hui de faciliter le déploiement du BIM sur les projets, de continuer à capitaliser, d’impulser de nouvelles innovations liées au BIM et à la Data au sein des projets par le biais de POC (Proof Of Concept). Nous continuons également de décliner des formations en interne pour achever la montée en maturité des équipes sur projets.

Quelle stratégie numérique et technologique avez-vous mis en place ?

Notre stratégie BIM repose sur 3 fondamentaux, l’utilisation des nouvelles technologies pour renforcer notre efficacité dans la création de la donnée, pour renforcer nos processus de pilotage de nos projets et garantir la maitrise de la gestion de l’information et enfin pour développer des services et solutions permettant d’exploiter cette donnée et d’apporter encore plus de valeur à nos clients.   Nous intégrons le BIM dans tous les métiers de SYSTRA et nous structurons la Data sur tout le cycle de vie. Nous concentrons nos efforts actuels sur les phases travaux et exploitation / maintenance en nous appuyant sur nos BIM managers et Information managers.

Avez-vous notamment réorganisé les rôles et responsabilités de chacun ?

Nous avons « BIMisé » tous les métiers de l’ingénierie et toutes les organisations projets, en commençant par les équipes de production et de coordination, puis de Direction des projets. La maturité d’une équipe se mesure à celle de l’équipe de management de projet. Pour les projets qui démarrent, notre principe est de faciliter la prise en main du BIM avec des experts BIM en appui.

Quels sont les grandes étapes d’une telle mutation ? Les écueils éventuels mais aussi les bénéfices et retours sur investissement que vous en avez tiré ?

Il faut s’assurer d’avoir tout d’abord un alignement de la direction. Ensuite des équipes projet. L’adoption du BIM passe par beaucoup de pédagogie, d’accompagnement du changement à la fois collectivement et individuellement car les craintes, voire les résistances au changement sont partout.

Un des effets d’accélération de l’adoption est quand le BIM est une exigence de nos clients. Les équipes projets bénéficient par ailleurs du travail en central des process BIM mais aussi de défrichage des contraintes techniques, relativement élevées car les outils BIM du marché pour le linéaire et le secteur du ferroviaire sont encore en développement. Nous avons maintenant des réponses stables.

Traitez-vous dorénavant tous vos projets en BIM ou y-a-t-il une taille et/ou un montant de travaux critique ?

Nous traitons maintenant tous nos nouveaux projets en BIM, quelle que soit leur taille. Pour des anciens projets, nous sommes en capacité d’appliquer des méthodes de rétro-ingénierie  pour passer en BIM si le besoin se fait sentir.

Quels sont les projets développés en BIM dont vous soyez les plus fiers et pour quelles raisons ?

Les projets du Grand Paris et HS2 (High Speed Train au Royaume-Uni) sont des projets de taille exceptionnelle qui ont soutenu la dynamique du BIM, à la fois dans le déploiement mais aussi comme accélérateurs d’innovation. Nous continuons de progresser et d’apprendre tous les jours grâce à ces projets. Au-delà de ces projets emblématiques par leur échelle et leur niveau d’exigences, nous avons une myriade de projets de plus petite taille et de nature différente où le BIM est déployé : c’est aussi l’occasion de déployer de nouveaux cas d’usages. En synthèse, tous les projets sont porteurs de retours d’expérience, que nous nous attachons à capitaliser, tant au niveau des difficultés rencontrées que des facteurs clés de réussite.

Comment les technologies Autodesk déployées jouent-elles un rôle clé dans l’excellence de votre savoir-faire ?

Les technologies Autodesk sont aussi utilisées au quotidien que ce soient les solutions de production CAO/BIM, la solution de gestion de l’information BIM 360 mais aussi la plateforme Autodesk Forge qui nous permet de développer nos solutions d’exploitation de la donnée BIM.

D’ailleurs, comment collaborez-vous avec Autodesk au quotidien et est-ce un apport essentiel ?

Au-delà des outils qui restent une base solide pour nombreux de nos projets, Autodesk a été un partenaire clé dans la phase d’initialisation en nous apportant son expertise et aujourd’hui encore sur nos travaux d’innovations autour du BIM.

L’innovation est au cœur de votre ADN. Vous développez notamment des solutions qui vous sont propres permettant d’automatiser et d’accélérer la production telles que Prestress et d’autres ? Pourriez-vous nous parler de cet aspect ?

Nous avons la particularité d’avoir associé dès les premières phases de déploiement les équipes métiers à nos équipes de déploiement BIM avec une recherche d’amélioration de nos process et de notre production. Effectivement, cela a abouti au développement de notre portefeuille de solutions BIM in One Click.

Le cœur de cette solution est d’offrir aux modeleur une fonctionnalité clé dans la modélisation d’ouvrage linéaire qui est le placement des objets suivant l’alignement du projet en prenant en compte bien sûr les règles du métier et en capitalisant sur les bibliothèques d’objet. Ce travail qui a été primé au travers de 2 BIM d’Argent sur les projets de métro de Toulouse (2017) et Bogota (2018) a été initié sur les ouvrages d’art des infrastructures de métro aérienne. Depuis, de nombreux autres modules ont été créés que ce soit pour les tunnels, la voie, les gabarits ferroviaires ou encore les caténaires.

1ère ligne de métro aérienne de Bogota – © SYSTRA, 2021

Nous avons également développé une solution pour aider nos modeleurs dans la conception des ouvrages d’art précontraints avec la solution Prestress et actuellement nous investissons beaucoup dans le développement de solutions de gestion de la donnée BIM autour de la plateforme Forge.  

Quels sont vos éléments différentiateurs par rapport à vos concurrents et confrères ? Qu’est-ce qui fait votre force ?

Selon nous, notre force est liée à 5 facteurs : le niveau d’impulsion du déploiement du BIM dans notre organisation, l’effort financier consenti pour ce déploiement, la mise en place d’équipes dédiées en central permettant de capitaliser entre projets en France et entre avancées pays, au sein de notre Groupe à l’empreinte mondiale, la forte intégration du BIM à nos métiers ; dernier facteur et non des moindres, que le projet a été construit comme une transformation technologique mais aussi organisationnelle, l’humain étant au cœur de cette mutation.

Vous avez été primés à plusieurs reprises aux BIM d’Or, notamment pour les Métros de Toulouse et de Bogota, félicitations. Est-ce que cela a changé quelque chose dans votre quotidien ou votre manière de faire ? Est-ce que cela vous pousse à aller encore plus loin ?

Ces 2 distinctions en 2017 puis 2018 dans les catégories BIM Infrastructure France et International ont apporté tout d’abord de la reconnaissance aux équipes projet et aux équipes de déploiement. Elles nous ont aussi permis de mettre en avant en interne SYSTRA les pionniers de la transformation, en actant les réussites des équipes qui ont eu l’audace de développer et d’innover, ce qui est une valeur forte au sein du Groupe SYSTRA.

Métro de Toulouse – © SYSTRA

Où en êtes-vous des approches telles que la conception générative ou l’intelligence artificielle ? Est-ce un axe fort de développement pour vous ?

Nous avons initié un Proof of Concept en 2019 sur le generative design appliqué à la conception fonctionnelle des stations de métro. Si vous souhaitez avoir plus de détail vous devriez pouvoir consulter le REX que nous avons fait sur le sujet lors du dernier Autodesk University qui est disponible sur internet ici. Même si nous n’avons pas atteint tous nos objectifs, nous avons beaucoup appris et cela nous a permis de mieux définir nos actions en cours qui testent les possibilités de l’IA. Je ne peux toutefois pas vous en dire plus à ce stade, sauf que c’est effectivement un axe fort de nos travaux d’innovation. 

La réalité virtuelle et augmentée est-elle importante dans vos workflows ?

Nous avons initié la réalité virtuelle sur les gares du Grand Paris notamment pour nous assurer en complément de nos experts flux, du caractère intuitif des circulations en gare qui ont la particularité d’être profondes (30 à 50 m pour la plus profonde). Nous utilisons la réalité virtuelle à l’heure actuelle principalement pour de la communication, mais aussi de la formation dans le cadre de l’activité de notre entité SYSTRA Académie dédiée aux risques ferroviaires avec la capacité à appréhender en toute sécurité l’effet de souffle des trains. 

SMI VITRY Modélisation plateforme voie et poteaux caténaires – © SYSTRA

Quels types de simulations faites-vous grâce au BIM ? Flux de personnes, fluides, incendies, catastrophes, etc. ?

Nous avons intégré aux maquettes des bâtiments les modélisations de flux de voyageurs ; c’était notamment le cas lors du challenge Hyperloop que nous avons remporté en 2016.

Nous avons également modélisé le comportement d’une gare du Grand Paris en matière acoustique pour s’assurer de l’intelligibilité des messages au regard du bruit ambiant des équipements tels que les escaliers mécaniques par exemple,…).

Nous avons été aussi pionniers dans la convergence des données BIM et SIG, environnement « naturel » des données de territoires pour les projets d’infrastructure de plusieurs dizaines de kilomètres pour les projets de transport urbain, plusieurs centaines de kilomètres pour les projets ferroviaires.

Par ailleurs, faites-vous converger la simulation de vos projets « bâtiments », avec les véhicules, trains qui sont à l’intérieur en permettant notamment à des conducteurs de simuler le pilotage d’un train ou d’un métro sur des lignes et d’anticiper le fonctionnement des signalisations, notamment grâce à l’intelligence artificielle ?

Sur les sites de maintenance nous avons confronté effectivement la volumétrie intérieure des bâtiments, notamment au niveau des structures, des équipements de passerelles avec les gabarits des trains, mais aussi le positionnement des portes palières.  

Lors du projet pour la SNCF sur la Gare d’Issy RER, nous nous étions assurés directement dans la modélisation lors des études de conception, du maintien de la visibilité des signaux par le conducteur du train.   

Gare RER d’Issy-les-Moulineaux – © SYSTRA, 2021

D’ailleurs, l’autonomie des métros et trains est-elle de plus en plus présente et le BIM aidera-t-il à la simuler de meilleure manière ?

Que cela soit pour le métro du Grand Paris ou celui de Toulouse, les projets de métro sont entièrement automatiques. Nous avons étendu l’usage du BIM en tant que MOE du matériel roulant et des automatismes de conduite sur le Grand Paris, avec une modélisation d’une bibliothèque d’objets propres à cette nature d’ouvrages.

Dans le même esprit, simulez-vous déjà l’entretien futur des installations électriques, techniques, ou autre grâce à la réalité augmentée ?

Nous avons digitalisé les process pour nos métiers d’essayeurs sur les installations électriques et de signalisation pour faciliter nos phases de Tests and Commissioning. Une fois la donnée structurée et les objets modélisés, il n’y a qu’un pas pour transmettre les données au futur mainteneur.

Comme évoqué, nous développons la réalité augmentée dans le cadre de SYSTRA académie. Nous évoquons le recours à la revue de projet, pour permettre aux équipes sur le terrain de dialoguer avec les experts à distance.    

Les jumeaux numériques prennent de plus en plus de place, notamment pour les infrastructures. Développez-vous des solutions et offres de jumeaux numériques ad-hoc maison pour vos clients ? Sur la base de Forge ou vous appuyez-vous sur des solutions du marché ?

Nous sommes dans une approche holistique des outils sur le marché en tenant compte des exigences de la MOA et de la nécessaire interface avec l’environnement pré-existant, notamment les outils de GMAO.

Comme évoqué précédemment, nous travaillons sur le sujet du jumeau numérique avec une approche très pragmatique tournée sur le principe de l’exploitation de la donnée. Pour cela, nous nous appuyons effectivement sur Forge qui permet de traiter et visualiser les formats BIM les plus courants (dont le standard ouvert IFC et Revit) et donc de développer par exemple des solutions de simulation du type CARBONTracker.

Par ailleurs, sur quelles innovations ou transformations travaillez-vous pour l’avenir ?

Deux des axes forts de la stratégie de SYSTRA sont le développement durable et la sécurité.

Sur le premier sujet, nos équipes d’innovation BIM accompagnent le métier de l’écoconception pour renforcer son intégration dans nos processus de conception en leur donnant accès à l’information. En effet l’objectif de CARBONTracker est tout d’abord de quantifier les émissions au fil de l’eau du projet et de lui associer tous les outils d’analyse permettant la prise en compte du facteur CO2 dans toutes les prises de décisions.

Sur le 2ème sujet, nous sommes en phase de développement de notre application SAFEbyBIM qui permettra de mieux maitriser les risques de sécurité sur tout leur cycle de vie.   

En tant que grand Acteur du secteur et acteur international majeur, quelle est votre vision de l’avancée du BIM en France par rapport au monde ? Est-ce selon vous suffisant ?

L’avancée du BIM au départ en France a sans doute été moins rapide pour différentes raisons : le choix de la puissance publique d’impulser plutôt que d’imposer ; le séquençage des missions entre le concepteur, le constructeur par rapport à des visions plus intégrées de l’acte de construire à l’étranger ; enfin les caractéristiques de notre écosystème du secteur de la construction qui se caractérise en France par une grande pluralité d’acteurs à embarquer, avec près de 400 000 entreprises pour le secteur du BTP.

Il faut toutefois noter l’énorme investissement de la France au travers du Projet MINnD et en particulier de MINnD4Rail à l’élaboration des standards IFC pour les infrastructures qui permettront d’accélérer dans le déploiement du BIM en garantissant l’interopérabilité de la donnée et donc la possibilité de pouvoir pleinement exploiter les bénéfices de cette donnée.  

Pensez-vous qu’une obligation du BIM à l’instar du Royaume-Uni ou des pays d’Amérique du Sud permettrait de faire avancer les choses en France ?

Nous ne pensons pas qu’il faille revenir sur les choix du passé. D’ailleurs, l’adoption du BIM progresse et chaque édition du BIM d’Or atteste de la formidable avancée du BIM en France, de son adoption quels que soient la taille des projets et secteurs d’activité. Il nous parait en revanche nécessaire de faire bouger collectivement les lignes en matière de définition des missions de BIM management et de leurs articulations avec la loi MOP, ou des sujets relatifs aux clauses contractuelles ou bien encore de sujets assurantiels.  

Auriez-vous un message particulier que vous souhaiteriez faire passer à nos lectrices et lecteurs ?

En tant que pionniers du BIM pour l’Infra, avec des difficultés technologiques accrues par rapport au bâtiment, nous souhaiterions redire que le BIM est bien plus qu’une simple adoption d’outils, bien plus qu’une démarche : son déploiement est un puissant révélateur de ce qui marche ou ne marche pas dans les organisations.  

C’est aussi partager le sentiment que nous avons ouvert la voie, construit de belles avancées mais que nous avons encore devant nous un formidable gisement d’innovations insoupçonnées, souvent issues d’une approche pluridisciplinaire : donc rendez-vous à ton lectorat pour construire cet avenir !   

Connaissiez-vous ABCD Blog ?

Nous connaissons effectivement ce blog que tu as lancé Emmanuel en 2014 et nous sommes ravis de partager notre retour d’expériences.   

Sylvie, Marc, un grand merci pour votre temps et cette présentation passionnante de Systra. Nous vous souhaitons de continuer votre brillant parcours sur les voies de l’excellence en ingénierie et en BIM.

Partagez votre expertise et votre passion lors d’Autodesk University 2021 – Appel à candidatures ouvert !

L’appel à propositions pour Autodesk University 2021 est désormais ouvert et Autodesk a hâte de vous écouter présenter. Devenez conférencier.e d’AU 2021 et partagez vos découvertes, vos idées, vos passions et vos solutions avec la communauté internationale AU.

Visitez le site Web d’AU afin d’obtenir des ressources utiles pour vous aider à préparer votre candidature, y compris la FAQ sur les exigences liées à votre proposition, le déroulé de votre proposition et des exemples de présentations.

COMMENCEZ ET INSCRIVEZ-VOUS

Rendez-vous importants :

  • Appel à propositions | 30 mars – 30 avril
  • Vote communautaire | 30 mars – 12 mai
  • Intervenants notifiés | Début juin
  • Autodesk University 2021 | Automne 2021

Inspirez-vous d’AU 2020

Trouvez l’inspiration en parcourant les centaines de cours d’AU, de conférences et plus encore, disponibles sur demande toute l’année.

Retour sur le premier grand concours urbain réalisé en BIM avec le réaménagement des abords de notre majestueuse Tour Eiffel

« Découvrir, approcher, visiter » : le BIM s’invite dans le projet de réaménagement des 54 hectares autour de la tour Eiffel

A redécouvrir… Le concours « Grand site tour Eiffel » organisé par la Ville de Paris, en partenariat avec Autodesk, a nécessité, en amont des propositions paysagères, une modélisation 3D des 54 hectares destinés à être réaménagés en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024. Architectes, géomètres, ingénieurs et chefs de projet : une poignée d’experts s’est mobilisée pour relooker les jardins légendaires de la Dame de Fer depuis le Trocadéro jusqu’à l’École Militaire. Découvrez comment s’articule le projet au cœur de chaque spécialité.

Suite de l’article ici.

Les BIM d’Or 2021 reprennent et les inscriptions sont désormais ouvertes ! Déposez votre dossier avant le 4 juin 2021.

Attendue avec impatience, la 8ème édition du BIM d’Or est enfin lancée

Comme tous les ans depuis 8 ans, Le Moniteur et les Cahiers techniques du Bâtiment se préparent à récompenser les meilleurs projets BIM de l’année. Les dossiers de candidatures doivent être envoyés avant le 4 juin 2021.

Autodesk fidèle à cet évènement très important est sponsor Platinium pour la 8ème année consécutive.

Maîtres d’ouvrages, architectes, ingénieurs ou bureaux d’études, entreprises de travaux, grands groupes ou start-ups, le BIM d’Or fascine et fait rêver. Et toutes et tous rêvent de le décrocher.

Participez à cette huitième édition et inscrivez un ou plusieurs de vos projets dans l’une des catégories suivantes :

  • Projets inférieurs à 1 000 m2 en neuf ou en rénovation
  • Projets entre 1000 m2 et 30 000 m2 en neuf
  • Projets entre 1 000 m2 et 30 000 m2 en rénovation
  • Projets supérieurs à 30 000 m2 en neuf
  • Projets supérieurs à 30 000 m2 en rénovation
  • Projets d’infrastructure
  • Projets en exploitation et/ou maintenance
  • Projets de City information modeling (CIM), Landscape (LIM) et Ressources (RIM)
  • Démarches Pionnière/Originale

Pour départager les candidatures, le jury sera attentif à la qualité des modèles BIM présentés, à la fluidité de la démarche collaborative, à la prise en compte de l’environnement et aux innovations techniques et économiques. Outre le BIM d’or, choisi parmi l’ensemble des catégories, il y a neuf BIM d’argent à gagner.

L’inscription est d’ores et déjà possible en ligne via ce lien et le dossier de candidature peut être téléchargé ici.


Les dossiers doivent être complétés et déposés sur la plateforme du Moniteur avec les pièces jointes (modèles BIM au format IFC, visuels en jpg ou en png et courte vidéo détaillant le projet) le 4 juin 2021 au plus tard.


Le jury présidé cette année par Emilie Tourret, BIM manager à la Métropole de Toulouse et membre de l’équipe lauréate du BIM d’Or 2020, se tiendra le 21 septembre 2021 à Paris. La soirée sera également retransmise en direct.


Pour voir le replay de l’édition 2020, cliquez ici. Pour une sélection des meilleurs moments, c’est ici.