L’Université de Tel Aviv désigne l’Agence Michel Rémon et Associés gagnante du concours international ouvert pour le nouveau centre de nanosciences et nanotechnologies

L’Université de Tel Aviv a désigné le projet gagnant du concours international ouvert pour le nouveau centre de nanosciences et nanotechnologies. Le beau projet de l’agence française Michel Rémon & Associés, célèbre pour ses travaux de centres de recherche en France a été retenue. L’un des bâtiments les plus technologiques et les plus avancés du Moyen-Orient sera achevé d’ici 2020.

C’est encore un autre projet gagné pour l’Agence au niveau International après la récompense pour le futur complexe sportif « Torpedo » d’INGRAD. L’agence développe ses projets de manière innovante en BIM avec Autodesk Revit.

Les deux autres agences d’architecture étaient Jestico + Whiles Associates (Royaume-Uni) et Zarhy + Pez (Israël / Suisse). Selon l’Université de Tel Aviv, la proposition de l’Agence d’Architecture Michel Rémon correspond au contexte local et à l’identité de Tel Aviv et du campus universitaire et reflète les progrès avancés de la science, de la technologie et de l’innovation, ce qui est très important pour le nouveau centre et pour l’esprit du campus de Tel Aviv. La décision finale a été prise après un processus de sélection de 6 mois, le gagnant étant choisi parmi 128 candidats du monde entier. Joseph Klafter, Président de l’Université de Tel Aviv : «Le choix final du bâtiment Nano reflète la synergie entre les besoins techniques définis par les équipes de recherche et notre volonté d’offrir un environnement de recherche ouvert et accueillant. Je suis convaincu que le nouveau bâtiment contribuera à inspirer des recherches exceptionnelles et des collaborations mondiales ».

Alexis Peyer, architecte, de l’Agence d’Architecture Michel Rémon & Associés a indiqué : «Nous avons choisi ce concours parce que nous aimons défier des domaines où la science rencontre l’effort et le progrès humains. Et les nanosciences et nanotechnologies sont l’un des plus grands efforts de l’humanité. L’aspect le plus intéressant et le plus stimulant de ce projet était de concevoir un bâtiment très technique spécifiquement pour la recherche scientifique tout en conservant une architecture forte et emblématique dédiée au campus universitaire de Tel Aviv ». L’Agence d’Architecture Michel Rémon & Associés possède une expérience considérable dans la conception de projets de bâtiments technologiques et travaille et développe ses projets en BIM avec Autodesk Revit : l’Agence a développé un projet pour le Centre national de recherche scientifique (Meudon, banlieue parisienne), les laboratoires de physique et de biologie pour l’Ecole Polytechnique (Palaiseau, banlieue parisienne ), l’Institut national de l’énergie solaire (Savoie), le Centre de recherche Paris-Saclay d’Air Liquide.

Le projet de l’Université de Tel Aviv présente une matrice de lignes verticales créant une «peau» recouvrant le bâtiment de trois étages. La structure permettra de contrôler la lumière naturelle et d’équilibrer le rapport intérieur-extérieur. Visuellement, le bâtiment ne comportera ni fenêtres ni portes. Parmi les solutions d’efficacité énergétique suggérées par l’entreprise, citons le verre spécial pour optimiser l’énergie solaire, la ventilation naturelle, des panneaux solaires pour refroidir le bâtiment et un système de collecte des eaux de pluie. Le bâtiment a une superficie de 6000 m2 et devrait être achevé d’ici 2020. Le concours comprenait une étape de pré-qualification et deux étapes principales.

Bravo à l’Agence Michel Rémon & Associés pour cette belle victoire !

Site et page du projet sur le site de l’Agence Michel Rémon & Associés.

Global BIM Summit, un évènement international incontournable qui va fédérer tous les acteurs de la révolution BIM !

Le CDBB (Center for Digital Built Britain) organise un sommet mondial sur le BIM pour cibler des économies de 250 milliards de dollars grâce à la numérisation de la construction

Le Centre for Digital Built Britain (CDBB) au Royaume-Uni vient d’annoncer que le premier Sommet mondial du BIM aurait lieu, en ligne, le 17 mars 2021. Ce sommet mondial, qui devrait attirer des participants de plus de 40 pays du monde, marque le lancement d’un réseau mondial du BIM. Le Building Information Modeling (BIM) est au cœur de la numérisation en cours du secteur mondial de la construction. Ce processus vise à fournir des infrastructures plus durables, efficaces et rentables dans le monde entier. En collaboration avec plus de 30 gouvernements à travers le monde, le CDBB a mené une approche collaborative de la numérisation mondiale qui est alignée sur des principes communs et des normes internationales (BS EN ISO 19650). Soutenu par le Construction Innovation Hub et le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO), l’objectif du Global BIM Network est de rassembler le secteur public, avec tout l’écosystème de l’AEC et les investisseurs, dans un esprit de collaboration et de partage des connaissances, afin que les nations du monde entier puissent bénéficier d’une meilleure information et contribuer à la numérisation de l’industrie mondiale de la construction.

Le Sommet mondial du BIM de mars 2021 mettra en relation les investisseurs, le secteur public et l’industrie pour accroître l’apprentissage et accélérer le changement numérique dans l’ensemble de la construction mondiale. Avec une valeur annuelle estimée de 10 milliards de dollars, le secteur mondial de la construction présente une échelle d’opportunités numériques qui peut être difficile à comprendre. Pour mettre les choses en contexte, l’introduction des gains d’efficacité et de productivité grâce à la numérisation est estimée à 250 milliards de dollars d’économies potentielles pour le secteur chaque année, ce qui équivaut aux deux tiers du déficit d’infrastructures mondiales.

Adam Matthews, directeur international du CDBB, a déclaré : « Le BIM est inclusif, c’est une collaboration numérique qui incite les gens à résoudre le défi de la création des infrastructures mondiales. Notre partenariat avec les gouvernements et l’industrie du monde entier a accéléré le changement numérique dans le secteur en rassemblant des idées, des cultures et des personnes diverses. Le Sommet et le réseau mondial BIM favoriseront le partage des connaissances et des avantages en développant un secteur de la construction numérique ouvert. »

Helen King, responsable de la prospérité pour le bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement, a déclaré: « Le programme d’infrastructure mondiale du FCDO Prosperity Fund est ravi de soutenir le Sommet mondial sur le BIM. Notre partenariat joue un rôle précieux dans la réduction des disparités mondiales et un avenir durable pour tous. Il est plus important que jamais alors que nous nous remettons et que nous reconstruisons après l’impact du COVID-19. »

Keith Waller, directeur du programme pour le Construction Innovation Hub, a déclaré : « Alors que les nations du monde entier identifient des moyens de se remettre de la crise pandémique, il existe un consensus croissant selon lequel l’innovation dans le secteur de la construction peut nous aider à reconstruire mieux, à générer une valeur accrue et à apporter un moteur de croissance durable à long terme. Le Sommet mondial du BIM et le nouveau réseau offriront aux pays du monde entier l’occasion de partager leurs connaissances et de travailler ensemble pour construire un secteur de la construction adapté à l’avenir. « 

Le Global BIM Summit aura lieu en ligne à 11h00 (GMT) et 15h00 (GMT) le 17 mars 2021 pour tenir compte des décalages horaires dans le monde. Une série de pré-événements du Sommet mondial BIM est également prévue aux dates ci-dessous, où les membres fondateurs et les organisations multilatérales du réseau mondial BIM partageront des informations et mises à jour sur les initiatives nationales BIM dans leurs pays et régions : 3 mars 2021, 4 mars 2021, 10 mars 2021 et 11 mars 2021.

Les sessions comprendront :

  • La vision globale de la construction et des infrastructures, et le rôle du BIM et du numérique
  • Quelles sont les opportunités et les défis auxquels sont confrontés les programmes numériques nationaux?
  • Comment le secteur public mondial peut-il collaborer et travailler avec l’industrie pour surmonter ces obstacles?
  • Lancement du réseau mondial BIM pour le secteur public.

Inscrivez-vous ci-dessous pour être tenu au courant de la série de pré-événements du Global BIM Summit et des informations d’inscription au Global BIM.

Le Global BIM Summit est ouvert à toutes les organisations et personnes souhaitant en savoir plus sur l’opportunité de transformation numérique du secteur de la construction et ses implications et avantages pour les investisseurs en infrastructures et le secteur public et privé mondial.

La pré-inscription est maintenant ouverte sur le site Web du Global BIM Summit – www.globalbimsummit.org

À propos du CDBB :

Le CDBB (Center for Digital Built Britain) est un partenariat entre le Department for Business, Energy & Industrial Strategy du gouvernement britannique et l’Université de Cambridge. Elle est également partenaire du pôle d’innovation en construction. Le CDBB cherche à comprendre comment les secteurs de la construction et des infrastructures pourraient utiliser une approche numérique pour mieux concevoir, construire, exploiter, intégrer l’environnement bâtir.

Les valeurs de Digital Built Britain : comprendre quelles informations sont nécessaires pour améliorer la valeur économique, sociale et environnementale de notre environnement bâti; défendre la conception des infrastructures centrée sur l’humain et les services qu’elles fournissent; exploiter les compétences et nouvelles technologies et émergentes en matière de construction et de fabrication numériques pour réduire les coûts et augmenter la productivité; développer de nouvelles opportunités de carrière, d’affaires et d’exportation pour le Royaume-Uni.

Pour plus d’informations, visitez www.cdbb.cam.ac.uk

À propos du Foreign, Commonwealth & Development Office (FCDO)

Le FCDO poursuit les intérêts nationaux de la Grande-Bretagne et projette le Royaume-Uni comme une force du bien dans le monde. Ils défendent les intérêts des citoyens britanniques, préservent la sécurité du Royaume-Uni, défendent leurs valeurs, réduisent la pauvreté et relèlent les défis mondiaux avec leurs partenaires internationaux.

À propos du Construction Innovation Hub

La vision du Construction Innovation Hub est un monde où notre environnement bâti améliore la qualité de vie, offre une plus grande valeur sociale, réduit l’impact environnemental et est servi par une industrie de premier plan, innovante et durable. Le Hub développe des solutions qui aideront à conduire la transformation du secteur. Ils sont pionniers dans l’acquisition, la conception, la livraison et l’exploitation des bâtiments et des infrastructures pour fournir des produits et des processus prêts à être commercialisés qui façonneront notre futur environnement bâti, garantissant la sécurité, la qualité et la valeur. Cette innovation collective favorisera l’adoption d’approches de construction axées sur la fabrication, d’outils numériques et de données connectées sécurisées qui soutiennent la croissance du secteur et ouvrent des opportunités d’export, accélérant la reprise et la transformation vers un secteur d’avenir.

Lostboyslab, a revolutionary new plastic recycling startup to fight waste and pollution of our oceans, beaches and land…

Tech Entrepreneur Stefan Larsson, founder of companies like LaserCAD, Procedural Labs and BIMobject today announced his new tech startup, lostboyslab a procedural driven design studio with 3D print farm and with cloud platforms surrounding  and integrating the CAD system Autodesk Fusion 360.

The lostboyslab, will have sustainability in focus and be a protector of our environment. It will enable designs to support additive manufacturing (3D printing) with mainly recycled, biodegradable and recyclable materials with traceability through smart products and IoT. lostboyslab will build software platforms, machines and know-how for every step in the process that will be scaled all over the world.

The mission for lostboyslab is to build demand for recycled plastic locally and provide a digital supply chain platform globally, as well as solutions that will allow for mass customisation and IoT traceability with NFC chips integrated in the products. The objective is to build a scalable lab solution that can be franchised and replicated all over the world. 

The 3D print farms will be run by solar power and transports will be using electric vehicles charged from renewable sources. Lostboyslab will be a mix of design, IP, processes, machines, cloud platforms that will enable a circular approach to manufacturing of components and products in multiple industries. 

Today lostboyslab opened the first lab in the South Coast of Sweden, also called Alpha Zero. This is where new products are designed and 3D printers, material, processes are researched, tested in production, as well as special machines for other tasks like shredders, lasers and extruders. 

Multiple software development projects are running at the Alpha Zero lab, to enable a truly digital supply chain that will open up for central parametric designs to be accessed in local 3D print farms to be manufactured. This alone will save transportation cost, no more middlemen like supply chains and distribution companies, cutting inbetween and the product can be tailored and customized for the buyer in that particular place and time. The digital representation of products and solutions changes everything, products can be made in new materials, instantly, personalized and manufactured locally with locally collected plastics.

Lostboyslab focus will be on sustainability and enable a lifecycle approach to components and parts in multiple industries. 

We are dedicated to fight the enormous plastic waste and pollution of our oceans, beaches and land. We will build demand for trash and reuse it instead of using toxic and virgin materials. Every lab will be part of a common platform where knowledge, parametric digital products, process and know-how will support a more sustainable and environmentally friendly world. A world where we think all the way through, a circular mindset including the consequences of production, use of the right materials and with the power of cloud technology adding information, traceability and responsibility to the physical product.

We are no ordinary design firm, engineering company or factory. We are different and we dare to be. We will not settle with an easy way forward, we want to find the best solution, the future of our kids depends on it. We work with a community of creators, makers, modelers, designers, art directors and even business angels.

Welcome to the lostboyslab

For more info please email: info@lostboyslab.com

Web site: https://lostboyslab.com

Lostboyslab AB

The design studio revolves around disruption and imagineering, constantly pushing the limits of technology both in fabrication and materials. We are on a mission to find new ways using new fabrication opportunities and new materials, that in combination with outside of the box thinking, finding the best process with software, platforms, 3D modeling and printing technology. We are different, we don’t like ordinary or almost great, we want to create and design products that break boundaries and have a functional approach, but at the same time are developed to be manufactured in the fastest and smartest way. It’s a brave new world where parametric design, artificial intelligence, generative design and millions of simulations will hit your digital designs and are totally optimized for additive manufacturing.

Lostboyslab, une nouvelle startup révolutionnaire de recyclage des plastiques pour lutter contre les déchets et la pollution de nos océans, plages et terres…

L’entrepreneur technologique Stefan Larsson, fondateur de sociétés telles que LaserCAD, Procedural Labs et BIMobject, vient d’annoncer aujourd’hui la naissance de sa nouvelle startup technologique, lostboyslab, un studio de conception axé sur les procédures avec une ferme d’impression 3D et des plateformes cloud entourant et intégrant le logiciel innovant de conception Autodesk Fusion 360.

Le lostboyslab mettra l’accent sur la durabilité et sera un protecteur de notre environnement. Il permettra aux conceptions de s’appuyer sur la fabrication additive (impression 3D) avec des matériaux principalement recyclés, biodégradables et recyclables avec une traçabilité grâce à des produits intelligents et à l’IoT. lostboyslab construira des plateformes logicielles, des machines et un savoir-faire pour chaque étape du processus qui sera mis à l’échelle dans le monde entier.

La mission de lostboyslab est de créer une demande de plastique recyclé localement et de fournir une plateforme de chaîne d’approvisionnement numérique à l’échelle mondiale, ainsi que des solutions qui permettront une personnalisation de masse et une traçabilité IoT avec des puces NFC intégrées dans les produits. L’objectif est de créer une solution de laboratoire évolutive qui peut être franchisée et reproduite partout dans le monde. Les fermes d’impression 3D seront gérées par l’énergie solaire et les transports utiliseront des véhicules électriques chargés à partir de sources renouvelables.

Lostboyslab sera un mélange de conception, de propriété intellectuelle, de processus, de machines et de plateformes cloud qui permettra une approche circulaire de la fabrication de composants et de produits dans plusieurs industries. Aujourd’hui, lostboyslab a ouvert le premier laboratoire sur la côte sud de la Suède, également appelé Alpha Zero. C’est là que de nouveaux produits sont conçus et que les imprimantes 3D, les matériaux, les processus sont recherchés, testés en production, ainsi que des machines spéciales pour d’autres tâches telles que les broyeurs, les lasers et les extrudeuses. Plusieurs projets de développement de logiciels sont en cours au laboratoire Alpha Zero, pour permettre une chaîne d’approvisionnement véritablement numérique qui s’ouvrira pour que les conceptions paramétriques centrales soient accessibles dans les fermes d’impression 3D locales à fabriquer. Cela permettra d’économiser les coûts de transport, plus d’intermédiaires comme les chaînes d’approvisionnement et les sociétés de distribution, les coupures intermédiaires et le produit peut être adapté et personnalisé pour l’acheteur à cet endroit et à l’heure. La représentation numérique des produits et des solutions change tout, les produits peuvent être fabriqués dans de nouveaux matériaux, instantanément, personnalisés et fabriqués localement avec des plastiques collectés localement.

Lostboyslab se concentrera sur la durabilité et permettra une approche du cycle de vie des composants et des pièces dans plusieurs industries. Lostboyslab s’engage ainsi à lutter contre les énormes déchets plastiques et la pollution de nos océans, plages et terres. Ils souhaitent créer une demande de déchets et les réutiliser au lieu d’utiliser des matériaux toxiques et vierges. Chaque laboratoire fera partie d’une plateforme commune où les connaissances, les produits numériques paramétriques, les processus et le savoir-faire soutiendront un monde plus durable et plus respectueux de l’environnement. Un monde où nous pensons tout au long, un état d’esprit circulaire incluant les conséquences de la production, l’utilisation des bons matériaux et avec la puissance de la technologie cloud ajoutant des informations, traçabilité et responsabilité au produit physique. Lostboyslab n’est pas une entreprise de conception, une société d’ingénierie ou une usine ordinaire. Ils sont différents et ils osent l’être. Ils ne se contenteront pas d’une solution simple, ils veulent trouver la meilleure solution, l’avenir de nos enfants en dépend. Ils travaillent avec une communauté de créateurs, de décideurs, de modeleurs, de designers, de directeurs artistiques et même de business angels.

Pour plus d’informations, vous pouvez envoyer un email à info@lostboyslab.com

Site web : https://lostboyslab.com

A propos de Lostboyslab AB

Le studio de design tourne autour de la disruption et de l’imagination, repoussant constamment les limites de la technologie à la fois dans la fabrication et les matériaux. Nous avons pour mission de trouver de nouvelles façons d’utiliser de nouvelles opportunités de fabrication et de nouveaux matériaux, qui, en combinaison avec une réflexion hors des sentiers battus, trouvent le meilleur processus avec des logiciels, des plateformes, la modélisation 3D et la technologie d’impression. Nous sommes différents, nous n’aimons pas l’ordinaire ou presque, nous voulons créer et concevoir des produits qui brisent les limites et ont une approche fonctionnelle, mais en même temps sont développés pour être fabriqués de la manière la plus rapide et la plus intelligente. C’est un nouveau monde courageux où la conception paramétrique, l’intelligence artificielle, la conception générative et des millions de simulations toucheront vos conceptions numériques et sont totalement optimisées pour la fabrication additive.

Flux de travail IFC et COBie ? Tout comprendre grâce aux vidéos de présentation du Center for Digital Built Britain

Vous souhaitez comprendre le cycle de vie des informations sur tous vos actifs et savoir comment faire fonctionner et évoluer vos structures de données actuelles. Cette série de petites vidéos du Center for Digital Built Britain créées par des Expertes et Experts reconnus vous permettra d’examiner et de développer des outils mettant clairement l’accent sur l’éducation à tous les niveaux en supprimant les freins qui existent actuellement.

Ces vidéos pédagogiques ont été créées par :

Emma Hooper, responsable technique

Emma est spécialiste de l’information numérique chez Bond Bryan Digital. Elle est fascinée par la manière dont la science et la mécanique de l’information peuvent être appliquées à la construction afin d’extraire la vraie valeur de la numérisation. Elle s’appuie sur sa connaissance approfondie des logiciels et de leur interopérabilité et les combine avec sa compréhension des normes de l’industrie de la construction et de la théorie qui les sous-tend. Elle fait partie du comité BSI B / 555, et elle est experte britannique pour l’ISO 16739 (IFC). Elle a contribué au guide ISO 19650, elle est aussi une ambassadrice de la UK BIM Alliance et fait partie du comité buildingSMART UK & Ireland. Récemment, elle est devenue l’une des premières personnes à obtenir une certification professionnelle pour le schéma (scheme) COBie.

Son objectif : utiliser son expérience et ses connaissances pour rendre les projets de construction plus efficaces en améliorant la collaboration entre les personnes, les processus et la technologie en mettant l’accent sur les données liées ouvertes.

Casey Rutland, responsable technique

Casey est un défenseur du numérique qui se concentre sur la transformation des sociétés immobilières au niveau des personnes. Avec plus de 20 ans d’expérience en tant qu’architecte travaillant et dirigeant des équipes pluridisciplinaires travaillant sur des projets de stades sportifs, des développements de centres urbains, des établissements de santé et des bâtiments patrimoniaux, il apporte une méthode de communication claire et concise axée sur l’empathie au sujet apparemment vaste du numérique. En tant que champion de l’openBIM, Casey est vice-président de la UK BIM Alliance et président de buildingSMART UK & Ireland. Il siège au comité de rédaction du B555 et contribue aux documents d’orientation du UK BIM Framework.

Son objectif : rendre les projets de construction plus efficaces en permettant aussi une meilleure collaboration entre les personnes, les processus et la technologie en mettant l’accent sur les données liées ouvertes.

John Ford, responsable technique adjoint

John a plus de 15 ans d’expérience dans la gestion de l’information dans les secteurs de la conception, de la construction et de l’exploitation de l’environnement bâti et un intérêt pour les processus numériques, y compris le BIM, les environnements de fichiers et de données communs (CDE) et le soutien au développement et à la mise en œuvre de systèmes ouverts de classification et d’échange prenant en charge l’interopérabilité des données et des définitions (IFC / COBie). John a implémenté la première instance connue de COBie (Version1) sur un projet britannique en 2008/09 en essayant de normaliser le transfert d’échange d’informations depuis la phase de construction jusqu’à celle de gestion et maintenance. Il a contribué à divers groupes de travail bénévoles qui ont contribué à l’élaboration de nombreux rapports, normes et directives sur la gestion de l’information et le BIM dans le secteur de la construction et il a été co-auteur de documents de recherche et d’un livre sur le transfert de la construction COBie.

Nicholas Nisbet, responsable technique adjoint

Nicholas (Nick) Nisbet FRSA est un consultant en amélioration des processus et de l’information dans l’environnement bâti. il développe et applique le BIM ISO 2 et 3 depuis 43 ans, contribuant à la vérification automatisée de la conformité et à la gestion de l’information via les normes buildingSMART, ISO, CEN et BSI, y compris IFC et COBie.

Vidéos de présentation

Échange d’informations :

Les principaux enjeux :

Informations de base

Logiciels :

Industry Foundation Classes (IFC) : 1ère partie

Industry Foundation Classes (IFC) : 2ème partie

Construction Operations Building Information Exchange (COBie)

L’état de l’art de l’ISO 19650

Source en anglais ici.

Les grandes tendances relatives à la réalité virtuelle en 2021 dans le secteur de l’Architecture, l’Ingénierie et la Construction selon Unity – 15 Experts reconnus s’expriment !

L’industrie de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction (AEC) a toujours eu une évolution lente. Notamment, la productivité dans la construction n’a augmenté que d’un pour cent par an au cours des deux dernières décennies, selon McKinsey & Company. C’était avant 2020 ! L’impact de la COVID-19 sur l’industrie de l’AEC a été quant à lui immédiat et continue à l’être maintenant et il le sera à l’avenir. Les entreprises doivent s’adapter à cette nouvelle normalité qui a changé toutes les étapes du cycle de vie des bâtiments.

Le travail à distance a contraint les entreprises à trouver de nouvelles façons de communiquer, de collaborer et de créer. La coronavirus a changé la façon dont les bâtiments et en particulier les bureaux seront conçus pour un monde post-pandémique. Alors que 2020 touche à sa fin, 2021 est sur le point d’apporter encore plus de changement.

Unity nous fait le plaisir de dévoiler quelques-unes des principales tendances qui façonneront le secteur de l’AEC en 2021 et au-delà par la voix de 15 Experts reconnus du marché.

  • La réalité mixte (XR) étendra la convivialité des actifs numériques AEC existants et fera de la modélisation de haute qualité une option plus rentable. L’industrie investira dans des technologies qui apporteront les «véritables capacités de XR à l’économie au sens large» et fourniront «une compréhension partagée et claire entre toutes les parties prenantes».
  • Les jumeaux numériques continueront de prendre de l’ampleur dans le monde de l’AEC dans le cadre d’un mouvement de normalisation. L’évolution continue de la technologie des jumeaux numériques «soutiendra la démocratisation des jumeaux numériques, permettant à une nouvelle vague d’utilisateurs de créer des jumeaux numériques» et «d’améliorer la productivité, la sécurité et la qualité».
  • La 3D temps réel, le BIM et la conception et la construction virtuelle (VDC) permettront à l’industrie de l’AEC d’utiliser des environnements numériques interactifs pour rendre leur travail plus accessible, plus engageant et apporter une valeur ajoutée pour les parties prenantes.

Ce sera l’année où «les économies de coûts pour ceux qui ont eu la vision de l’utilisation du temps réel dans le secteur de l’AEC anticipent depuis le début». Lisez la suite pour plus d’informations de 15 experts AEC sur les tendances qu’ils prévoient de définir 2021.

Téléchargez ce livre blanc passionnant Unity en cliquant ici.

Pilotes BIM – Un guide de démarrage et de déploiement à disposition, pour faire ses premiers pas en toute sérénité

Les premiers pas vers le BIM sont souvent une expérience passionnante mais délicate, qui nécessite de définir une stratégie, des objectifs, des moyens, ainsi qu’un accompagnement et des ressources. Comment anticiper tout cela lorsqu’on est seul et qu’on ne sait par où commencer ? Autodesk avait mis à disposition il y a quelques temps déjà, deux guides très pratiques permettant de faire ses premiers pas dans le BIM : un guide de démarrage ainsi qu’un guide de déploiement. Découvrez-les ci-dessous.

1 I Pilote BIM – Guide de Démarrage

Passer au BIM peut sembler une tâche ardue. Ce guide vous fournira un cadre simple qui vous aidera à mettre en pratique le BIM au sein de votre société et votre organisation. Une mise en œuvre réussie du BIM nécessite une approche prudente et structurée qui prend en considération les nombreux composants intégrés de l’activité d’une entreprise, à commencer par la vision et le leadership qui s’étendent aux individus qui appliqueront le BIM dans leur exécution quotidienne de projets. Les projets pilotes sont une composante d’un plan de mise en œuvre BIM bien pensé. Ce guide présente un cadre pour aider les organisations à planifier la mise en œuvre de projets pilotes BIM et sert d’introduction au manuel de déploiement pilote BIM décrit ci-dessous.

Téléchargez le guide de démarrage de pilote BIM en cliquant ici.

2 I Pilote BIM – Manuel de déploiement

L’objectif du manuel de déploiement pilote BIM est de fournir un cadre auquel les architectes, ingénieurs, géomètres, ingénieurs en génie civil, entrepreneurs et maîtres d’ouvrage puissent se référer pour déployer les processus et les meilleures pratiques BIM. Ce document accompagne le guide de démarrage de projet pilote Autodesk BIM détaillé ci-dessus. Ce modèle peut être utilisé pour aider à construire un plan de mise en œuvre d’un processus BIM. Chaque section fournit des conseils et des exemples pour compléter ce modèle modifiable. Ce document fait des suggestions sur les rôles et responsabilités de chaque partie, le détail et la portée des informations à partager, les processus métier pertinents et les logiciels à mettre en œuvre. Ce manuel de déploiement vous aidera également à identifier les équipes projet, à définir les processus clés et les dépendances tout au long de votre projet, à attribuer des rôles et des responsabilités et à sélectionner des solutions logicielles permettant une collaboration efficace afin de réduire les coûts de votre projet.

Téléchargez le manuel de déploiement de pilote BIM en cliquant ici.

[Conférence] BIM, le futur de la construction avec bsi. Autodesk et Bouygues Immobilier – Inscrivez-vous !

BSI Group France, aux côtés de ses partenaires Autodesk et Bouygues Immobilier, organise le jeudi 28 janvier 2021, une matinée de conférences en ligne dédiées au secteur de la construction et à son futur.

Durant cet évènement, vous assisterez à différentes interventions où des experts du secteur évoqueront notamment l’importance de l’utilisation du BIM dans les projets de construction, mais également, la transformation digitale qui s’opère dans ce secteur.

Vous êtes un professionnel du secteur de la construction et souhaitez en savoir plus ? Inscrivez-vous dès maintenant pour assister à cette matinée de conférences en ligne ! BSI organise le jeudi 28 janvier 2021 une matinée de conférences en ligne dédiées au secteur de la construction, en partenariat avec Autodesk et Bouygues Immobilier.

  • Date : jeudi 28 janvier
  • Horaires : 9:00 – 12:00

S’inscrire en cliquant ici.

Les conférences :

  • Richard Daws & Rahul Shah, BSI – BSI Business Value of BIM and ISO19650
  • Emmanuel Di Giacomo, Autodesk – The Future of Construction
  • Gonçalo Ducla Soares, Bouygues Immobilier – Le BIM vu du côté de la maîtrise d’ouvrage

Les intervenants :

Richard Daws – Business Development Manager, Product Certification, BSI

Ingénieur de formation, Richard a été fortement impliqué dans les améliorations et la mise en place de la numérisation de la fabrication de produits dans le secteur industriel dans les années 90. Par la suite, il a participé à de nombreux développements commerciaux en France, au Royaume-Uni et dans le monde. Au sein de BSI France, il est responsable de toutes les certifications de produits, et est passionné par la transformation numérique mondiale que nous vivons actuellement.


Rahul Shah – Client Director
EMEA, Built Environment, BSI

Rahul Shah a travaillé pour et avec des propriétaires d’actifs, des entrepreneurs de premier plan, des architectes, des ingénieurs et des fabricants. Avec plus de 23 ans d’expérience, il a occupé des postes de responsables de la transformation numérique, menant à bien la stratégie de projet de mise en œuvre BIM à l’échelle mondiale. Au cours de sa carrière, Rahul a acquis de l’expérience dans la mise en œuvre de diverses initiatives numériques sur une gamme variée de projets, notamment des programmes de régénération urbaine à grande échelle représentant plusieurs milliards de livres, tels que des hôpitaux, aéroports, résidences d’habitation, datacenters, espaces publics à usage mixte, stades, et métros.

*Rahul Shah interviendra en anglais.


Emmanuel Di Giacomo
EMEA AEC Ecosystem Development Manager & Architect, Autodesk

Fort de plus de 6 ans et demi en tant que conseiller technique et méthodologique BIM sur Autodesk Revit pour la région Europe du Sud, Emmanuel Di Giacomo est titulaire d’un diplôme d’Architecte D.P.L.G. (1993). Avec plus de 30 ans d’expérience dans la 3D pour l’Architecture et le BTP. Il est actuellement Responsable du Développement des écosystèmes BIM pour l’Europe chez Autodesk. Il était auparavant Responsable Technique avant-vente AEC Architecture pour Autodesk France avec notamment comme rôle la préconisation de solutions BIM pour l’Architecture auprès des grandes Agences d’Architecture et des Clients Grands Comptes dans le domaine du Bâtiment et de la Construction.


Gonçalo Ducla Soares – Architecte et spécialiste du BIM, Bouygues Immobilier

Gonçalo Ducla Soares a eu l’occasion d’explorer les interfaces entre Informatique et Architecture lors de deux ans passés au MIT au début des années 2000. Après cette expérience, il a donné des cours de Conception et Projet Assistés par Ordinateur à l’Université de Lisbonne, et a travaillé en agence d’architecture à Paris comme architecte, d’abord en tant qu’assistant et puis en tant que chef de projet. Fort de son expérience au MIT, il a été chargé de développer et déployer le BIM au sein de l’agence.

S’inscrire en cliquant ici.

La norme UNI 11337 en Italie définit précisément les contours du BIM obligatoire

En Italie, la Norme UNI 11337 (UNI est l’équivalent de notre AFNOR) régit les grands principes du BIM

La norme UNI 11337 sur l’adoption de la méthodologie BIM en Italie était d’abord une initiative totalement privée, généralement limitée aux projets développés sous l’inspiration d’influences internationales, mais récemment, elle s’est finalement installée de manière systématique surtout grâce à l’introduction d’une nouvelle législation (DM 560 / 2017) et un règlement technique (UNI 11337) parmi les plus influents d’Europe.

Le décret précité, décret Baratono, prévoit une « introduction progressive du caractère obligatoire des méthodes précitées dans le cadre des appels d’offres publics »: à partir de 2019, l’utilisation du BIM est obligatoire pour les travaux définis comme « complexes », c’est-à-dire dont les montants sont égaux ou supérieurs à 100 millions d’euros, un seuil qui sera réduit annuellement jusqu’en 2025 où l’adoption est prévue pour l’ensemble des constructions. De plus, d’un point de vue technique, au cours des deux dernières années, l’Italie a considérablement développé la norme UNI 11337 qui fut la première à approfondir les typologies professionnelles impliquées dans le BIM et qui est la seule annexe nationale à l’ISO 19650-1-2 : 2019, en plus du PAS 1192 britannique.

Les 10 parties de la norme :

Partie 1 | modèles, dessins et objets

Notions de «données», «informations» et «contenu informatif», méthodes de transmission et de représentation à travers des documents et des modèles, la signification des objets numériques et des structures d’information des produits et des processus.

Partie 2 | dénomination et classification

Systèmes de classification et de dénomination des constructions, objets et activités.

Partie 3 | (fiches d’information) LOI et LOG

Modèles pour la collecte, l’organisation et le stockage des informations techniques des produits à construire : définition des caractéristiques, des attributs caractéristiques et répartition entre LOG et LOI.

Partie 4 | LOD et objets

Evolution et développement des modèles d’informations, documents et objets.

Partie 5 | gestion des modèles et des documents

Rôles, exigences et flux nécessaires à la production, à la gestion et à la transmission d’informations et à leur connexion et interaction dans les processus de construction numérisés.

Partie 6 | exemple de spécifications informatives

Indications de procédure pour la rédaction des spécifications d’information, structure générale et caractéristiques.

Partie 7 | qualification des professionnels

Besoins de connaissances, de compétences et de compétences des personnalités impliquées dans la gestion et la modélisation de l’information : BIM Manager, CDE Manager, BIM Coordinator, BIM Specialist.

Partie 8 | PM / BIM-M

Processus d’intégration entre les activités et les rôles d’information ainsi que les activités et les rôles traditionnels du secteur de la construction.

Partie 9 | modèle de construction

Gestion de l’information pendant l’exploitation : Due Diligence, plateforme collaborative et modèle construit.

Partie 10 | vérification administrative

Lignes directrices pour la gestion de l’information numérique des pratiques administratives.

Glossaire de la norme UNI

CI

Spécifications d’Information : explication des besoins d’information et des exigences demandées par le client aux entrepreneurs.

OGI

Offre de Gestion de l’Information : document de proposition technico-économique relatif aux travaux, en réponse aux besoins et au respect des exigences du client exprimées dans le cahier des charges de l’information.

IGP

Plan de Gestion de l’Information : planification opérationnelle de la gestion de l’information mise en œuvre par l’entreprise en réponse aux besoins et au respect des exigences du client exprimées dans les spécifications d’information.

AcDat (Ambiente di condivisione dati)

Environnement de partage de données.

CDE Environnement de données commun.

Plateforme numérique pour le partage de données numériques.

Discipline

Spécialisation d’une connaissance à caractère humaniste, scientifique ou pratique.

MEP

Mécanique, électricité et plomberie : Disciplines d’ingénierie.

Modèle

Virtualisation de la construction selon la discipline à laquelle elle appartient.

AIM

Modèle vérifié ou modèle d’information sur les actifs : modèle final de la construction publié à la suite de la vérification du projet

Objet

Virtualisation de la géométrie et des caractéristiques non géométriques d’entités finies, physiques ou spatiales, liées à une construction, ou à un ensemble de constructions, et leurs processus

IFC

L’IFC est un format ouvert, neutre et standard développé par buildingSMART qui permet l’interopérabilité entre les différents participants à un projet sans nécessiter l’utilisation d’un logiciel spécifique.

Format ouvert

Format de fichier basé sur une syntaxe spécifique du domaine public dont l’utilisation est ouverte et accessible à tous les opérateurs sans avoir besoin d’applications logicielles spécifiques. Il constitue l’approche collaborative basée sur des standards et des workflows «ouverts» entre différents logiciels

Format propriétaire

Format de fichier basé sur une syntaxe spécifique n’appartenant pas au domaine public dont l’utilisation est limitée à des conditions d’utilisation spécifiques établies par le propriétaire du format BIM.

openBIM

C’est l’initiative promue par différents éditeurs de logiciels pour garantir l’interopérabilité des données via ISO 16739 (IFC).

LOG

Niveau de développement des objets – Attributs géométriques : niveau de profondeur et de stabilité des attributs géométriques des objets numériques qui composent les modèles. Partie constitutive des LOD, avec les LOI, faisant référence aux attributs géométriques

LOD

Dérivation du libellé anglo-saxon « Level of Development ». Niveau de développement des objets – Attributs géométriques : niveau de profondeur et de stabilité des attributs géométriques des objets numériques qui composent les modèles. Partie constitutive des LOD, avec les LOI, faisant référence aux attributs géométriques

LOI

Niveau de développement des objets – Attributs d’information : niveau d’approfondissement et de stabilité des attributs d’information des objets numériques qui composent les modèles. Partie constitutive du LOD, avec le LOG, se référant aux attributs non géométriques.

QTO

Quantity Take Off, c’est-à-dire l’extraction du modèle de quantités et de listes de la base de données d’informations contenues dans le modèle.

Incohérences

Incohérences des données associées aux objets par rapport aux réglementations et exigences spécifiques.

Les interférences ou clashs

Collisions géométriques entre objets présents dans les modèles à la fois de la même discipline et entre les modèles de disciplines différentes.

Vérification du modèle

Activité qui traite de la vérification et de la validation des modèles BIM. Les contrôles sont effectués en recherchant les interférences et les incohérences géométriques et informatives au travers de méthodes automatiques réalisées par des applications appropriées dédiées à cette finalité.

Vérification des normes/règles

Activité qui traite de la vérification de la conformité réglementaire technique / législative de référence.

Scan-to-BIM ou rétroconception

C’est le processus de rétro-ingénierie qui utilise des technologies d’acquisition de données, telles que des scanners laser, pour obtenir des nuages ​​de points à utiliser comme base pour la modélisation BIM.

La gestion d’actifs

C’est l’ensemble de toutes les activités à caractère commercial, technique et administratif et relatives à l’immobilier. Ces activités peuvent également être considérées comme des activités de gestion de portefeuille.

Les professions prévues par la loi

Les professionnels décrits dans la partie 7 de la nouvelle norme UNI sont au nombre de quatre :

Spécialiste BIM

Il est l’opérateur avancé de la gestion et de la modélisation de l’information, il agit au sein d’entités individuelles et travaille à travers certaines procédures numérisées en s’appuyant sur la modélisation d’objets. Représente la personne qui a la capacité opérationnelle sur les fonctionnalités d’applications spécifiques et est capable de traduire et de transférer des compétences disciplinaires en termes numériques, en collaborant activement avec les autres spécialistes disciplinaires eux-mêmes et en soutien du coordinateur BIM. De plus, il analyse les principaux contenus du cahier des charges de l’information et du plan de gestion de l’information afin de fonctionner conformément à ceux-ci, effectue des vérifications préliminaires sur le modèle d’information et contribue à la validation de la cohérence informationnelle des objets individuels.

Coordinateur BIM

Il est le coordinateur des flux d’informations de la commande, travaille selon les instructions du BIM Manager en tant que garant de l’efficience et de l’efficacité des processus numérisés. Représente la personne qui examine ou contribue à l’élaboration du cahier des charges de l’information et du plan de gestion de l’information, le cas échéant, et configure les workflows numériques au sein de l’environnement de partage de données. Il est également le responsable de l’identification et de la gestion des interférences dans les modèles de disciplines individuelles et entre les modèles d’information disciplinaire à travers le modèle d’information fédérée, ainsi que de la vérification de la conformité et de la cohérence de ce dernier.

BIM Manager

C’est le gestionnaire des processus numérisés. Au niveau organisationnel, il coordonne la digitalisation des processus adoptés en définissant les règles et procédures de gestion de l’information, la structuration des modèles et des environnements de collaboration, et les modèles de configuration des workflows que le Coordinateur BIM doit mettre en œuvre. C’est la personne en charge d’évaluer la performance atteinte en proposant, si nécessaire, des actions préventives et correctives, ainsi que de veiller à la culture et aux opérations numériques au sein de l’organisation en mettant à jour périodiquement les lignes directrices de l’entreprise sur la gestion de l’information. De manière générale, il supervise les contrats en cours et, au niveau du contrat individuel, se charge de formaliser les aspects contractuels et d’élaborer le cahier des charges informationnel, l’offre de gestion de l’information ou le plan de gestion de l’information, selon le rôle assumé par la société dans le contrat.

CDE Manager

Il est le gestionnaire de l’environnement commun de partage de données (acDAT), il s’occupe de mettre en relation le contenu informationnel des modèles avec d’autres données (numériques ou ultérieurement numérisées) en gérant l’échange et le stockage afin d’assurer l’unicité, la traçabilité , la cohérence et interopérabilité des informations. Représente la personne responsable de l’exactitude et de l’actualité des flux d’informations, ainsi que de la protection des informations et de la propriété intellectuelle de celle-ci, conformément à la stratégie définie par le BIM Manager.

La norme UNI définit les compétences, les tâches et les responsabilités de chacun de ces professionnels. L’émergence de ce nouveau scénario qui voit un nombre croissant de professionnels impliqués, au point d’intégrer forcément tout le secteur de la construction et les sous-secteurs associés, entraîne la nécessité de vérifier et valider les compétences professionnelles afin de garantir la qualité du processus. . La certification individuelle, afin de prouver sa conformité avec le rôle, représente une forte valeur ajoutée à la fois pour la participation aux appels d’offres publics et comme garantie de la qualité de son travail professionnel.

L’organisme de certification

En Italie, ICMQ, organisme indépendant qui s’occupe des certifications dans le secteur de la construction, offre l’opportunité aux professionnels du BIM de valider leurs compétences selon les normes fixées par la norme UNI 11337-7 et d’obtenir la reconnaissance de leur rôle de Spécialiste BIM (avec spécialisation sur une discipline – Architecture, Structure, Plant/Usine, Infrastructure), Coordinateur BIM, BIM Manager ou CDE Manager. La certification est délivrée à l’issue d’un examen composé d’un test écrit, d’un test pratique et d’un oral. L’accès est soumis à la possession d’exigences telles que des compétences techniques et informatiques adéquates ainsi qu’une expérience avérée dans le secteur. La certification est confirmée annuellement par l’organisme, au travers de l’évaluation de la documentation certifiant le maintien des compétences, et elle est valable cinq ans, renouvelable suite à un nouvel examen oral. Certifier ses compétences est un choix stratégique qui se distingue des concurrents, garantit aux clients et partenaires la qualité de leur expérience professionnelle selon les normes réglementaires, et est reconnu dans les appels d’offres publics avec un avantage sur le score.

Le NARUG est mort, vive le WestBIM !

La Bretagne et l’Ouest – terre de prédilection du BIM – fait sa révolution en rebaptisant et réorganisant son Groupe Utilisateurs BIM et Revit

Ils se sont réinventés et rebaptisés. Ils s’appelaient NARUG et se focalisaient uniquement sur les bonnes pratiques autour d’Autodesk Revit. Dorénavant, ils seront plus larges et plus ouverts. Ils représentent un collectif de professionnels et d’utilisateurs de la méthodologie BIM souhaitant partager leur savoir-faire autour de cette méthodologie. En toute transparence, sans grandiloquence, dans la plus grande simplicité.

Le NARUG est devenu WEST-BIM car ils avaient envie de partager leur savoir-faire au plus grand nombre, faire appel à des intervenants issus de tous les métiers et quelques soient leurs outils de production. Finis les clivages ! Le BIM est collaboratif et agnostique. C’est pour cela que lors du lancement, le WestBIM a invité « tous les ingénieurs, les architectes, les étudiants, les enseignants, les artistes, les curieux, les pro-bimeurs, les réfractaires bimeurs, les open-bimeurs, les close-bimeurs, à venir partager avec eux, des moments conviviaux et honnêtes autour du collaboratif BIM ».

Découvrez WestBIM en cliquant ici.

Qui se cache derrière WestBIM ? Des stars du BIM bien entendu !

Julie Guézo
Architecte, Formatrice Revit, BIM Manager
Une star du BIM en France qui nous vient de Bretagne. Co-auteur du livre « Revit pour les architectes » et « Mon premier projet d’architecture avec Revit »
ARCHITECTE DE HMONP

Rami Chetoui
Architecte, BIM Manager
What I do for fun? Hanging out with my best friend pretty much anywhere.

Emilie Mélodia
Consultante AMO BIM
What I do for fun? Give me my skateboard and set me free.

Charles Piro
CTO & BIM Expert
What I do for fun? Give me my skateboard and set me free.

Pierre Navarra
Co-gérant de l’agence d’architecture SONA, Ingénieur en micro-électronique
Il pratique Revit depuis une vingtaine d’année, il développe, il dessine, il joue, il écoute.

Thibaut Hourqueig
BIM Manager
What I do for fun? Give me my skateboard and set me free.

Nous saluons cette ouverture d’esprit, cette initiative et cette renaissance. Découvrez WestBIM en cliquant ici.