Flux de travail IFC et COBie ? Tout comprendre grâce aux vidéos de présentation du Center for Digital Built Britain

Vous souhaitez comprendre le cycle de vie des informations sur tous vos actifs et savoir comment faire fonctionner et évoluer vos structures de données actuelles. Cette série de petites vidéos du Center for Digital Built Britain créées par des Expertes et Experts reconnus vous permettra d’examiner et de développer des outils mettant clairement l’accent sur l’éducation à tous les niveaux en supprimant les freins qui existent actuellement.

Ces vidéos pédagogiques ont été créées par :

Emma Hooper, responsable technique

Emma est spécialiste de l’information numérique chez Bond Bryan Digital. Elle est fascinée par la manière dont la science et la mécanique de l’information peuvent être appliquées à la construction afin d’extraire la vraie valeur de la numérisation. Elle s’appuie sur sa connaissance approfondie des logiciels et de leur interopérabilité et les combine avec sa compréhension des normes de l’industrie de la construction et de la théorie qui les sous-tend. Elle fait partie du comité BSI B / 555, et elle est experte britannique pour l’ISO 16739 (IFC). Elle a contribué au guide ISO 19650, elle est aussi une ambassadrice de la UK BIM Alliance et fait partie du comité buildingSMART UK & Ireland. Récemment, elle est devenue l’une des premières personnes à obtenir une certification professionnelle pour le schéma (scheme) COBie.

Son objectif : utiliser son expérience et ses connaissances pour rendre les projets de construction plus efficaces en améliorant la collaboration entre les personnes, les processus et la technologie en mettant l’accent sur les données liées ouvertes.

Casey Rutland, responsable technique

Casey est un défenseur du numérique qui se concentre sur la transformation des sociétés immobilières au niveau des personnes. Avec plus de 20 ans d’expérience en tant qu’architecte travaillant et dirigeant des équipes pluridisciplinaires travaillant sur des projets de stades sportifs, des développements de centres urbains, des établissements de santé et des bâtiments patrimoniaux, il apporte une méthode de communication claire et concise axée sur l’empathie au sujet apparemment vaste du numérique. En tant que champion de l’openBIM, Casey est vice-président de la UK BIM Alliance et président de buildingSMART UK & Ireland. Il siège au comité de rédaction du B555 et contribue aux documents d’orientation du UK BIM Framework.

Son objectif : rendre les projets de construction plus efficaces en permettant aussi une meilleure collaboration entre les personnes, les processus et la technologie en mettant l’accent sur les données liées ouvertes.

John Ford, responsable technique adjoint

John a plus de 15 ans d’expérience dans la gestion de l’information dans les secteurs de la conception, de la construction et de l’exploitation de l’environnement bâti et un intérêt pour les processus numériques, y compris le BIM, les environnements de fichiers et de données communs (CDE) et le soutien au développement et à la mise en œuvre de systèmes ouverts de classification et d’échange prenant en charge l’interopérabilité des données et des définitions (IFC / COBie). John a implémenté la première instance connue de COBie (Version1) sur un projet britannique en 2008/09 en essayant de normaliser le transfert d’échange d’informations depuis la phase de construction jusqu’à celle de gestion et maintenance. Il a contribué à divers groupes de travail bénévoles qui ont contribué à l’élaboration de nombreux rapports, normes et directives sur la gestion de l’information et le BIM dans le secteur de la construction et il a été co-auteur de documents de recherche et d’un livre sur le transfert de la construction COBie.

Nicholas Nisbet, responsable technique adjoint

Nicholas (Nick) Nisbet FRSA est un consultant en amélioration des processus et de l’information dans l’environnement bâti. il développe et applique le BIM ISO 2 et 3 depuis 43 ans, contribuant à la vérification automatisée de la conformité et à la gestion de l’information via les normes buildingSMART, ISO, CEN et BSI, y compris IFC et COBie.

Vidéos de présentation

Échange d’informations :

Les principaux enjeux :

Informations de base

Logiciels :

Industry Foundation Classes (IFC) : 1ère partie

Industry Foundation Classes (IFC) : 2ème partie

Construction Operations Building Information Exchange (COBie)

L’état de l’art de l’ISO 19650

Source en anglais ici.

Des infrastructures plus intelligentes grâce aux standards ouverts par Marek Suchocki

Un article intéressant sur l’importance des standards ouverts rédigé par Marek Suchocki, Expert Infrastructure et openBIM chez Autodesk

Les projets AEC actuels sont fortement influencés par le processus BIM qui nécessite des sources de données centralisées et des moyens de partager facilement les informations. Pour faciliter un échange de données transparent entre des parties pluridisciplinaires du monde entier, l’interopérabilité et la normalisation des données sont essentiels. Cela permet aussi de tirer parti du BIM afin d’accélérer la livraison des projets et de réaliser des économies de coûts sur ces infrastructures.

UN ENGAGEMENT À LONG TERME POUR L’OUVERTURE

En 1994, Autodesk a fondé l’Industry Alliance for Interoperability (IAI), invitant 12 autres sociétés dont des éditeurs de logiciels à définir un format ouvert permettant de partager aisément des informations entre les plateformes. Ils ont ainsi pu présenter cette future technologie et ses possibilités l’année suivante. Le standard IFC était né.

En 1996, IAI a été rebaptisée International Alliance for Interoperability, qui à son tour a évolué pour devenir buildingSMART International, un organisme professionnel mondial facilitant la transformation numérique de l’industrie des actifs construits.

Conformément à l’engagement de buildingSMART en faveur du BIM ouvert, l’organisation a développé au fil des années plusieurs itérations des normes de données IFC (Industry Foundation Classes).

Le Standard IFC au fil des années

QU’EST-CE QUE LE STANDARD IFC ?

Norme internationale officielle, l’IFC est un modèle de données indépendant de toute plateforme logicielle permettant de décrire l’environnement bâti. Il définit un modèle de données ouvert (c’est-à-dire non propriétaire) qu’aucune partie ne contrôle. Lorsque les données sont conservées dans un format ouvert, vous n’êtes pas bloqué avec un seul logiciel ou programme afin d’y accéder et vous n’avez pas à traduire manuellement les données de différents formats. Vous obtenez des données cohérentes et plus riches, ainsi qu’un flux d’informations plus transparent.
Diverses versions d’IFC ont vu le jour depuis les années 1990. L’IFC4 a été le dernier grand saut, officialisé en 2013.

REVIT OBTIENT LA CERTIFICATION IFC4

La certification IFC dans le secteur de l’AEC est un processus rigoureux permettant que les professionnels puissent utiliser leur logiciel sans se soucier d’être bloqués avec un seul éditeur en autorisant l’export des informations dans un format IFC neutre valide.

Autodesk Revit, le logiciel BIM pluridisciplinaire d’Autodesk, a récemment obtenu la certification de conformité à l’échange de références IFC4 (Industry Foundation Classes 4) pour l’export en architecture et en structure.

Associés à une certification d’export prévue pour les éléments MEP et à l’import architectural, ces multiples « timbres » d’approbation positionnent Revit comme la première plateforme BIM à offrir la polyvalence nécessaire pour prendre en charge des flux de travail ouverts dans les projets verticaux (bâtiment) et horizontaux (infrastructure).

Mais cette certification IFC n’est que le début.

ÉTENDRE LES NORMES OUVERTES AUX INFRASTRUCTURES

Les initiatives IFC de buildingSMART ont jusqu’à présent eu le plus grand impact dans le domaine de la construction de bâtiments.

En tant que membre fondateur de la section britannique et irlandaise de l’IAI, puis de buildingSMART, Marek Suchocki a suivi de près le développement et l’adoption du standard IFC. En tant qu’ingénieur civil, il a souvent exprimé sa déception du fait que le secteur des infrastructures n’ait été mal servi, réduisant ainsi la valeur des IFC dans les projets du monde réel.

D’autres ont également reconnu cette lacune, conduisant ainsi en 2013 à la création d’une InfraRoom au sein de buildingSMART. En collaboration avec une communauté internationale d’experts, l’InfraRoom a depuis mené une série de développements de schémas (ou schemes en anglais) vers une définition communément acceptée des éléments clés de l’infrastructure.

L’InfraRoom définit sa mission comme la combinaison, l’amélioration et le développement de normes ouvertes pour les données intelligentes afin de permettre l’intégration des processus et des données pour les infrastructures. Son champ d’application concerne «l’échange d’informations et les normes de processus pour soutenir une gestion efficace de l’environnement bâti construit et la liaison et l’intégration à travers le BIM et le SIG».

Les travaux de l’infraRoom sur les normes IFC pour tous les types d’actifs d’infrastructure – ponts, voies ferrées, routes, ports et voies navigables, ainsi que les tunnels – progressent régulièrement pour atteindre l’objectif d’étendre les flux de travail ouverts basés sur le BIM au-delà des bâtiments jusqu’à l’infrastructure.

Il y a eu beaucoup de changements au cours des cinq dernières années seulement, selon Tiina Perttula, présidente du comité directeur de buildingSMART International pour l’InfraRoom.

« C’est incroyable de voir jusqu’où nous pouvons aller si nous travaillons ensemble en tant qu’industrie », dit-elle, « surtout par rapport à là où nous étions en 2015. »

Tiina Perttula, présidente du comité directeur de buildingSMART International InfraRoom

Autodesk est toujours aussi engagée dans les données ouvertes aujourd’hui, que le jour où nous avons cofondé l’IAI. Notre technologie AEC est conçue pour l’interopérabilité et prend en charge le standard IFC dans plus de 14 de nos applications. Un exemple de flux de travail de conception de pont a démontré une intégration transparente d’un pont modélisé dans InfraWorks pour une utilisation dans Civil 3D et Revit. En exploitant un moteur IFC dans Dynamo, le modèle Revit peut être exporté vers de nouveaux éléments IFC Bridge pour une utilisation dans un logiciel en aval ou une visionneuse IFC gratuite. Un prototype similaire préparé par l’Université de Cardiff à l’aide du moteur open source IFC d’Autodesk Revit permet d’exporter un modèle Revit Ports and Waterways vers un fichier IFC 4.3.

Conception de pont dans InfraWorks
Modèle de pont importé d’InfraWorks vers Revit
La boîte à outils Dynamo est utilisée pour l’automatisation de la conception du pont et l’export d’un IFC4.2 correct
D’autres intervenants peuvent alors utiliser une visionneuse gratuite, telle que cette visionneuse xbim. Images avec l’aimable autorisation de l’Université Technique de Munich (TUM)

REGARDER L’AVENIR AVEC LES IFC ET LES NORMES OUVERTES

Avec Autodesk, un grand nombre d’éditeurs de logiciels aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Europe et en Asie-Pacifique participent à la mise en œuvre pilote du standard IFC 4.3 de buildingSMART et de scénarios d’utilisation mis à dispositions par des maîtres d’ouvrage de projets d’infrastructure ou des acteurs de la conception et de la construction du secteur. Ce travail sur les plateformes ouvertes ne s’arrêtera pas lorsque l’IFC 4.3 sera finalisé. buildingSMART a développé une feuille de route qui vise à rendre l’IFC plus applicable pour aujourd’hui et pour l’avenir. Cela pourrait être l’IFC 5 ou avoir un autre nom, mais il englobera des améliorations supplémentaires pour les éléments de construction ainsi que pour les routes, les ponts, les voies ferrées, les ports et les tunnels, et peut potentiellement tirer parti des nouvelles technologies pour l’IFC.

Pour soutenir ses investissements dans des flux de travail ouverts, Autodesk a créé un groupe de travail interne consacré aux IFC pour les Infrastructures et a établi des collaborations avec des organisations externes clés telles que les établissements d’enseignement supérieur, en particulier l’Université Technique de Munich (TUM) qui dirige une grande partie des efforts de développement de l’IFC 4.3. En septembre 2020, Autodesk a également annoncé un partenariat avec l’Open Design Alliance (ODA), qui promeut des formats de fichiers unifiés et l’ouverture.

La collaboration avec buildingSMART et l’obtention de la certification IFC ne concernent pas seulement les bons flux de travail. L’engagement d’Autodesk en faveur des standards ouverts repose sur un engagement continu à créer un environnement mieux construit pour l’avenir. Les flux de travail BIM basés sur des normes ouvertes joueront un rôle clé dans la réduction de la complexité de l’intégration des parties prenantes pluridisciplinaires à différentes étapes du processus. De plus, disposer de données structurées cohérentes, à jour et approuvées est une condition préalable pour atteindre l’objectif des jumeaux numériques et au final des infrastructures plus intelligentes.

Article rédigé par Marek Suchocki, BEng CEng CITP FBCS FICE MCInstCES
Infrastructure Industry Engagement Lead, Autodesk

Marek est titulaire d’un diplôme en génie civil, est ingénieur agréé, professionnel informatique agréé, membre de la British Computer Society, membre de l’Institution of Civil Engineers (ICE) et membre de la Chartered Institution of Civil Engineering Surveyors (CICES). Marek siège à des groupes d’experts au sein du CICES, de l’ICE, de la UK BIM Alliance, de la buildingSMART InfraRoom et du British Standards Committee qui a rédigé les normes BIM britanniques et la série de normes ISO 19650.

Source de l’article en anglais ici.

[openBIM] Le moteur d’import-export open source IFC V21.2 pour Revit et Navisworks maintenant disponible sur l’App Store Autodesk

Nous vous avions annoncé sa disponibilité sur GitHub il y a quelques semaines ici. Il est dorénavant disponible sur l’App Store Autodesk ici. Le moteur d’import-export open source pour Autodesk® Revit® 2021 contient des améliorations à jour sur les capacités d’import et d’export IFC par défaut de Revit fournies par Autodesk et nos contributeurs Open Source.

Bien que cette application ne soit pas nécessaire pour la prise en charge IFC, il est recommandé aux utilisateurs pour qui la qualité de leurs fichiers IFC est importante, de télécharger cette application et de la maintenir à jour, à mesure que de nouvelles améliorations et corrections de défauts sont ajoutées, pour plus d’informations sur IFC , veuillez visiter le site Web de building SMART (https://www.buildingsmart.org) ou le wiki Revit ici.

Téléchargez le moteur open source IFC Autodesk pour Revit et Navisworks ici.

Livres blancs, ouvrages et guides du BIM – Le Best Of de l’année 2020

Conception générative, KPIs, digitalisation, premiers pas en BIM, géoréférencement, ouvrages de référence, autant de sujets ayant suscité votre intérêt en 2020 !

Après le Best Of des Grandes Personnalités du BIM, nous vous proposons de revenir sur les articles les plus lus de l’année 2020 qui présentaient des livres blancs sur des sujets d’actualité et d’innovation, guides, ouvrages et études diverses sur le BIM et la transition numérique.

Nous vous proposons de les retrouver avec ce best of ci-dessous :

Interviews « les grandes personnalités du BIM » – Le Best Of de l’année 2020 – 1ère partie

Arcadis, COLAS, Eiffage Construction, Spie batignolles, TwinOps, VIGUIER, terreau de personnalités et de talents du BIM français !

Ces Femmes et Hommes du secteur de l’AEC, impliqués dans l’innovation et le BIM pour construire le monde de demain ont fait l’actualité de cette année 2020 sur ABCD Blog avec des interviews passionnantes qui nous ont permis de découvrir leur parcours, leur métier, leur société et leur vision. Vous les avez fortement appréciés et plébiscités en étant très nombreuses et nombreux à les lire.

Qu’ils ou qu’elles soient Architectes, ingénieurs, BIM Managers, Business Developers ou Responsable de département, qu’ils ou qu’elles travaillent dans le secteur de l’Architecture, de l’Ingénierie, de la Construction, ou de l’Edition logicielle pour la gestion et la maintenance, ils et elles ont tous une belle histoire à nous raconter que nous vous proposons de redécouvrir car elles figurent parmi les plus lues d’ABCD Blog en 2020 avec la première partie. Les autres suivront…

Nous vous proposons de les retrouver avec ce best-of de leurs interviews ci-dessous :

Sihem Amokrane – Spie batignolles – L’innovation au cœur de la démarche !

Spie Batignolles

Nicolas Boffi, Arcadis France – Améliorer la qualité de vie et concevoir un monde meilleur pour les générations futures

Antoine Baratte, Eiffage Construction – Accompagner les équipes projet dans l’excellence


Samuel Locus, Agence VIGUIER – Créativité et BIM au service du développement durable

Pierre Maréchal, Groupe COLAS – Apporter de la transparence aux projets


Mathieu Rigaud, TwinOps by VINCI Facilities – La plateforme et le digital au service du bâtiment smart et de son écosystème



[openBIM] La version 21.2.0.0 du moteur IFC pour Revit 2021 est disponible

Après sa certification récente, une nouvelle version du moteur d’import-export de Revit est disponible en téléchargement sur GitHub

Cette version marque une étape importante pour le moteur d’import-export IFC open source de Revit car elle est désormais certifiée IFC4 Reference View (pour les exigences d’export architecture et d’échange structure). Vous trouverez ci-dessous le détail de toutes les nouvelles fonctionnalités, améliorations, et corrections de soucis à l’export et à l’import.

Le moteur d’import-export IFC de Revit peut être téléchargé ici sur GitHub.

Nouvelles fonctionnalités / améliorations :

  • Prise en charge de l’export d’IfcGroup à l’aide du paramètre ZoneGroupName
  • Recherche améliorée pour l’attribution de couleurs aux jeux de faces polygonales
  • Gestion améliorée de la prise en charge de l’export direct de géométries à faces polygonales dans l’IFC4
  • Prise en charge d’IfcShapeAspect pour d’autres objets ayant des géométries d’éléments
  • Gestion améliorée des propriétés complexes dans la définition PropertySet
  • Améliorations générales pour prendre en charge les informations de géoréférencement IFC4 avec une interface utilisateur supplémentaire lors de l’export et l’intégration aux informations contenues dans le fichier Revit (provenant généralement d’AutoCAD ou de Civil 3D)
  • Réorganisation de l’emplacement des paramètres d’exigences d’échanges dans l’en-tête du fichier IFC pour qu’il soit plus visible (maintenant situé juste après la version IFC dans l’interface utilisateur de l’option d’export)
  • Mise à jour des définitions de paramètres partagés et des définitions de jeux de propriétés (PSets) en fonction des dernières spécifications IFC4 (4.4.0.2.2)
  • Support permettant de choisir un type prédéfini pour les murs standard à l’export
  • Améliorations générales traitant des objets avec de nombreux trous

Corrections de problèmes

Soucis corrigés à l’export :

  • Correction d’un problème d’export pour les plafonds contenant une géométrie d’arc
  • Correction d’un problème avec des géométries de connexion en acier en double ou avec une connexion manquante
  • Correction d’un problème avec l’export IFC – connexion en acier \ éléments de connexion en acier manquants ou exportés à tort
  • Correction d’un problème sur les géométries de plafond manquantes en mode export IFC4 RV
  • Correction d’un problème sur les objets avec des éléments sur le premier niveau (le plus bas)
  • Correction d’un problème avec l’export des toits dans certains cas
  • Correction d’un problème de plantage si les « Rasters » sont définis pour être exportés vers « IFCGrid »
  • Correction d’un problème avec l’option IFC « Exporter les liens en tant que modèles séparés » provoquant un mauvais placement des objets
  • Amélioration de la fonctionnalité d’export des pièces
  • Correction du problème de la version IFC qui ne se mettait pas à jour lors de la modification de la « configuration » en cours de session
  • Correction du calcul « IsExternal » sur les types d’élément pour déterminer correctement la valeur
  • Les nouveaux paramètres partagés affectés aux murs-rideaux sont désormais exportés lors de l’export de Revit vers Navisworks
  • Mise à jour du mappage des catégories pour gérer « IfcSpaceTypes » et « IfcOpeningTypes »
  • Correction d’un problème d’épaisseur de dalle incorrecte lors de l’ouverture de certains fichiers IFC dans Revit
  • Correction de quelques problèmes lors de l’export avec une base de coordonnées différente
  • Correction de quelques problèmes lors de l’export des éléments de mur
  • Gestion améliorée des noms de périphériques Windows réservés
  • Export HVAC_HEAT_GAIN avec les unités en cours (Watts)
  • Suppression de la quantité de base en double « NetSideArea » exportée pour les murs
  • Amélioration de l’export avec l’option de jeu de propriétés « Exporter les nomenclatures sous forme de jeux de propriétés »
  • Correction d’un problème avec la vue de référence IFC4, qui échoue pour certains modèles de Factory Live
  • Mise à jour du lien CSIORG dans le module d’export IFC
  • « IfcGeometricRepresentationContext » – « Annotation » remplacé par « Plan »
  • ClassificationCode (2) est maintenant traité lors de l’export même si « ClassificationCode » est manquant
  • La propriété de quantité de surface des portes a été corrigée
  • Amélioration de l’export des matériaux, qui fonctionne pour certains étages mais pas pour d’autres du même type
  • Correction d’un problème avec des informations de quantité de base erronées dans certains scénarios dans la vue de coordination 2×3 d’export IFC
  • Les problèmes résolus avec les avertissements sont affichés lors de l’export vers IFC4RV dans certains modèles
  • Amélioration de l’import des garde-corps dans Revit via le format IFC
  • Correction de conversion du paramètre « Flow_Rate » lors de l’export
  • Correction de l’ouverture 2D de la porte pour mur-rideau lors de l’export IFC
  • L’élément de mur-rideau imbriqué aura désormais les paramètres appropriés lors de l’export au format IFC
  • La configuration IFC-Export se souviendra désormais des paramètres précédents, notamment : « Origine du projet / Coordonnées de base »
  • Amélioration de l’export du paramètre « Material »
  • Amélioration des exigences d’échange IFC4 RV, qui peuvent être manquantes lorsque l’en-tête de fichier n’est pas initialisé
  • Prise en charge permettant un type prédéfini pour les garde-corps standard à l’export
  • Correction du code IFC4 «ouverture en tant que vide» dans le cas d’un ReinforcingMesh
  • Correction d’un problème avec l’export IFC où certaines géométries sont exportées avec une extrusion légèrement plus longue

Correction des soucis à l’import :

  • Import des ferraillages amélioré
  • Amélioration de l’import de fenêtres qui ne coupent pas un mur dans un IFC lié ou ouvert
  • Reconnaissance correcte de l’angle entre le nord du projet et le point de topographie dans l’import / liaison Revit IFC
  • Import amélioré des poteaux qui peuvent être placés au mauvais emplacement sur le lien IFC dans certains cas
  • Import amélioré de la couverture de poutre
  • Correction d’un problème avec certaines géométries Tekla IFC non visibles lors de l’utilisation de Link IFC
  • Lien IFC amélioré qui peut avoir une géométrie incorrecte importée dans certains cas
  • Amélioration du fichier Link IFC dans Revit qui, dans certains cas, a échoué avec le modèle vide et une erreur apparaît dans le fichier journal
  • Correction d’un problème avec la translation IFC ayant des unités mm à l’aide du chargeur Revit IFC qui rend la vue du modèle par défaut petite de manière inattendue sur LMV
  • Correction d’un problème lié aux fichiers IFC invalides / corrompus qui « se chargent » sans aucune erreur
  • Amélioration du fichier IFC de lien correctement dans Revit 2020
  • Les grilles placées par IFCOFFSETCURVE2D seront placées à l’IFC ouvert dans l’unité correcte
  • Correction d’un problème avec le chargement de plusieurs versions du même fichier IFC sur le serveur hôte de Revit Cloud Worksharing, entraînant une géométrie dupliquée
  • Amélioration de la structure lors de lien IFC qui pouvaient se retrouver inversés
  • Correction des informations de matériaux manquantes lors de l’import IFC
  • Recréation du fichier IFC / Import_Quantities / Import_Quantities.txt
  • Support d’IfcGridPlacement pour les liens IFC
  • Évitement des noms d’instance et de type en double lors de la liaison d’un fichier IFC
  • Amélioration de la création de la géométrie pouvant parfois être manquante pour certains modèles IFC
  • Correction d’un problème pour certains fichiers IFC qui ne s’affichaient pas dans la visionneuse BIM 360
  • Lien IFC – le modèle est désormais correctement positionné lorsqu’il y a un composant de rotation dans le placement local IFCSite
  • Problème amélioré en raison de « mauvaises » données générant un mur d’épaisseur nulle à l’intérieur du fichier IFC, ce qui entraînait des différences entre IFC un fichier d’Allplan ouvert / importé et lié dans Revit
  • Gestion améliorée de la géométrie détaillée contenant IfcAdvancedBrep dans Revit 2020 et 2021
  • Amélioration de l’import des éléments de dalle qui peuvent manquer dans certains fichiers IFC
  • Correction des informations IfcPort ConnectedTo IfcGUID qui contenaient leur propre GUID au lieu du GUID de leur port connecté

Problèmes connus / remarques supplémentaires:

  • Cette version contient toujours un problème selon lequel certaines connexions acier peuvent ne pas être exportées correctement
  • La configuration d’export « IFC2x2 ePlan Check » a été supprimée car elle était déjà obsolète. S’il existe une configuration enregistrée, l’option sera automatiquement assignée à IFC2x3 par défaut

Le moteur d’import-export IFC de Revit peut être téléchargé ici sur GitHub.

[Replay] Revivez les grands moments du sommet virtuel de buildingSMART International qui s’est déroulé du 26 octobre au 6 novembre 2020

Un sommet d’une richesse exceptionnelle avec du contenu à forte valeur ajoutée

La 2ème édition du sommet virtuel international de buildingSMART, l’organisation en charge de l’openBIM s’est déroulée il y a quelques semaines. L’openBIM et le format IFC sont très importants pour Autodesk qui est d’ailleurs membre du Conseil Stratégique de buildingSMART International et qui a sponsorisé cet évènement avec d’autres Partenaires.

Le programme de cette édition virtuelle comprenait une séance plénière d’ouverture, un programme de récompenses pour les projets traités partiellement en openBIM, des séances en salle, une séance plénière du programme et des partenaires, une conférence du chapitre, un conseil consultatif stratégique et bien plus encore. Il y avait des stands d’exposants, des opportunités de réseautage et un vaste programme couvrant toutes les phases et tous les domaines du secteur des actifs construits. Tout cela en virtuel, avec un site d’une extrème qualité. De nombreux sujets et conférenciers ont permis le succès de cet évènement. Vous pourrez trouver ci-dessous quelques faits et chiffres marquants liés à cet événement :

  • 104 présentations
  • 196 intervenants
  • Plus de 80 heures de contenu
  • 53 séances
  • 835 inscriptions individuelles
  • 16 lauréats
  • 6 boursiers
  • 111 jurés
  • 13 sponsors
  • 1 réseau mondial

La plateforme est désormais ouverte à tous et l’accès au contenu est gratuit. Visitez simplement https://summit.buildingsmart.org et saisissez vos coordonnées pour un accès instantané.

[Standard] BS EN 17412-1, Niveau du besoin d’informations pour le BIM – La partie 1 : Concepts et principes est disponible au Royaume-Uni chez bsi

Le standard BS EN 17412-1 est maintenant publié au Royaume-Uni, décrivant les concepts et les principes du niveau de besoin d’informations !

Le présent document spécifie les concepts et les principes permettant d’établir une méthodologie de spécification cohérente du niveau du besoin d’information (Level of Information Need) et des livraisons d’information à l’aide du BIM.
Le présent document spécifie les caractéristiques des différents niveaux utilisés pour définir le détail et l’étendue des informations qu’il est nécessaire d’échanger et de livrer tout au long du cycle de vie des actifs bâtis. Il donne des lignes directrices sur les principes requis pour spécifier les besoins d’information.
Les concepts et les principes énoncés dans le présent document peuvent s’appliquer à un échange général d’informations et, dans le même temps, à un mode communément accepté d’échange d’informations entre des parties dans le cadre d’un processus de travail collaboratif, ainsi qu’à une désignation accompagnée d’une livraison d’informations spécifiée.
Le niveau du besoin d’information fournit des méthodes pour décrire les informations à échanger conformément aux exigences d’échange d’informations. Les exigences d’échange d’informations spécifient l’échange d’informations souhaité. Le résultat de ce processus est une livraison d’informations.
Le présent document s’applique à la totalité du cycle de vie d’un actif bâti, y compris la planification stratégique, la conception initiale, l’ingénierie, le développement, la documentation et la construction, l’exploitation quotidienne, la maintenance, la réhabilitation, la réparation et la fin de vie.

bsi, British Standards Institution le commercialise ici.

Réseau européen pour la digitalisation des permis de construire (EUnet4DBP)

Accélérer la transformation numérique du processus de permis de construire

Un groupe d’acteurs européens réunis ensemble a pour objectif de donner naissance au permis de construire numérique. Ce réseau européen de chercheurs et d’acteurs vise à définir une stratégie commune pour la numérisation du processus de délivrance des permis de construire. Les compétences, expériences, connaissances et visions de nombreux acteurs européens publics et privés se réunissent de manière collaborative, évitant ainsi le travail de différents pays et la déperdition d’énergies afin de définir les contours du futur permis de construire numérique ensemble au niveau européen.

Les 3 ambitions clés de l’EUnet4DBP, en plus de celles concernant l’autonomisation des agents des services publics, sont décrites dans les cases colorées de l’image ci-dessus, en lien avec les exigences permettant leur réalisation afin d’aller vers une vision centrale du permis de construire automatique et numérique.

La vision

Développement d’outils et de méthodes pour les permis de construire numériques et (semi-)automatisés flexibles, évolutifs et réutilisables dans un effort commun et sous l’égide d’un cadre scientifique ouvert, en partageant les expériences et en renforçant les connaissances.

Trois piliers

La vision d’EUnet4DBP est structurée autour de trois piliers principaux. Chacun de ces piliers représente un champ d’action pour la digitalisation du processus de permis de construire. Les trois piliers sont :

1) Les processus
Elle comprend les pratiques humaines et les flux de travail bureaucratiques à prendre en compte et qui sont susceptibles d’être repensés et modifiés afin d’adopter une nouvelle approche numérique.

2) Les règles et exigences
Elles intègrent la formulation de critères et de directives à suivre pour atteindre avec succès les objectifs à toutes les étapes et pour tous les aspects du cas d’usage, y compris l’interprétation des règles et la préparation du modèle.

3) Technologie
Ce pilier concerne tout ce qui touche au numérique et aux technologies qui permettront la mise en œuvre réussie des piliers précédents.

Buts

Objectif 1

Soutenir le processus de permis de construire pour devenir plus efficace et automatisé.

Objectif 2

Prise en charge de l’interprétation des règles et des exigences d’information pour devenir aussi simple et aussi lisible par une machine (ordinateur) que possible, afin de garantir un certain niveau d’automatisation.

Objectif 3

Soutenir l’adoption généralisée de technologies interopérables basées sur des normes et standards ouverts.

Des principes

Engagement à partager

Les personnes et organisation impliquées partagent leurs connaissances, leurs expériences, leurs idées avec les autres membres du réseau afin de faire de leur Vision une réalité.

Engagement d’ouverture

Ils soutiennent le développement de formats ouverts, de normes ouvertes et de logiciels interopérables. Leurs livrables sont des ressources en libre accès, et sont publiés dans des canaux ouverts et tous peuvent les utiliser librement.

Engagement à être collaboratif

Ils collaborent bénévolement avec d’autres pour accroître les impacts du réseau sur la transformation numérique de l’environnement bâti.

Engagement à être pratique

Ils développent des outils et des méthodes qui répondent aux besoins réels des utilisateurs actuels et futurs.

Engagement à être innovant

Ils croient en l’innovation comme seul moyen d’améliorer la qualité des défis présents et futurs. Ils visent à fournir une solution innovante.

Engagement à être compétent

Ils mènent des activités qui nécessitent des compétences diverses et variées.

Découvrez la présentation de cette initiative ci-dessous…

Vous pouvez collaborer et vous inscrire en tant que personne, Ville, société afin de participer à la future définition du Permis de Construire numérique.

Site officiel de l’initiative EUnet4DBP ici.

[Présentation] Les progrès des développements en IFC pour les Infrastructures avec Tiina Perttula et Marek Suchocki lors d’Autodesk University 2020

openBIM pour les Infrastructures, le futur de la collaboration ouverte et pérenne

buildingSMART International est l’organisation de l’industrie de l’AEC conduisant la transformation numérique du secteur des actifs bâtis, engagée dans la création et l’adoption de normes et de solutions ouvertes pour les infrastructures et les bâtiments. Alors que le secteur des bâtiments a été relativement doté par les standards IFC (Industry Foundation Classes) de buildingSMART pendant plus de 10 ans, le secteur des infrastructures a bénéficié d’un soutien beaucoup plus limité. Il existe cependant un programme de développement au sein de l’InfraRoom de buildingSMART qui prépare de nouveaux schémas (ou Schemes) pour les routes, les ponts, les ports, les voies navigables et les tunnels, ainsi que la RailRoom qui prépare elle-aussi un nouveau schéma pour le rail et travaille sur l’harmonisation des types d’actifs communs, les tests et les projets de déploiement. Autodesk a pris en charge le développement des nouveaux schémas dont la sortie est prévue pour 2021.

Cette présentation qui se déroule lors d’Autodesk University online 2020 mettra en évidence les projets de l’InfraRoom, les activités d’engagement de l’industrie et certaines implémentations de concepts préliminaires de schémas au sein des logiciels Autodesk.

Venez écouter cette session passionnante qui vous permettra de :

  • Découvrir les progrès des projets d’infrastructure en cours de l’InfraRoom de buildingSMART
  • Comprendre comment la transformation numérique des infrastructures représente un défi et une opportunité pour les concepteurs, les entreprises et les maîtres d’ouvrage.
  • Découvrir comment les nouveaux schémas d’infrastructure sont mis en œuvre au sein des logiciels Autodesk.
  • Découvrir des cas d’usage et des flux de travail qui peuvent bénéficier de l’adoption d’un schéma de standard ouvert pour les infrastructures.

Pour vous y inscrire et la visualiser, cliquez ici.

A propos des Speakers

Tiina Perttula

Tiina Perttula est présidente de l’InfraRoom de buildingSMART international. Elle a participé activement à l’élaboration de standards ouverts pour les infrastructures pendant plusieurs années. Elle travaille actuellement au sein de la Société Ramboll, une grande société internationale renommée d’ingénierie, d’architecture et de conseil.

Marek Suchocki

Marek Suchocki est diplômé en génie civil, ingénieur et professionnel informatique agréé, membre de la British Computer Society et de l’Institution of Civil Engineers et membre de l’Institution of Civil Engineering Surveyors (ICES). Son objectif de carrière a toujours été la recherche, le développement et l’application des technologies pour aider les processus de gestion et de conception pour les projets d’environnement bâti. Il est membre du comité des normes britanniques B555 qui a préparé les séries de normes BIM BS 1192 et ISO 19650. Il a aussi été actif dans l’initiative BIM du gouvernement britannique depuis son lancement et il siège au comité des pratiques géospatiales du CIEM et représente Autodesk au sein de la British BIM Alliance, qui continue son rôle en dehors du BIM niveau 2. Sa carrière a eu un impact significatif sur l’adoption du BIM pour les infrastructures dans de nombreux projets et organisations, le déploiement de solutions de travail collaboratif pour les clients des secteurs privé et public, et la réalisation d’études sur le numérique et la gestion des connaissances .