[Témoignage] L’Agence Cro&Co fait entrer une gare du Grand Paris de manière magistrale sous le fabuleux CNIT

Le CNIT est le bâtiment de tous les superlatifs. Ouvrage remarquable et historique, il nécessitait d’être rénové afin de faire entrer l’une des futures gares de la ligne E du Grand Paris construite par la SNCF. Un défi relevé avec finesse et élégance par l’agence CRO&CO qui avait déjà rénové ce monument des temps modernes il y a quelques années.

À travers le témoignage de plusieurs intervenants sur ce projet hors normes ; dont celui de son créateur Jean-Luc Crochon, Architecte et fondateur de l’Agence Cro&Co ; découvrez comment le processus BIM et Revit ont permis d’éviter les surprises de chantier et d’assurer la cohérence globale entre restructuration de l’existant – afin de faire entrer lumière naturelle et flux de voyageurs – et création d’une gare moderne et accueillante.

Témoignage Cro&Co ici sur le site Autodesk.

MOA : Unibail Rodamco
Surface : 13 000 m² de commerces
Architecte mandataire : Cro&Co Architecture
Architecte associé : o’Zone architectes
Structure : Setec TPI
Fluides : SiPec
Livraison : 2022
Adresse : Parvis de La Défense, Nanterre (92)

Site officiel de l’Agence Cro&Co : http://www.croandco.archi/

Au Luxembourg, l’Ordre des Architectes et Ingénieurs et le CRTI-B aident les sociétés d’architecture et BET à se digitaliser

Lorsqu’on parle de BIM, il convient de mentionner qu’après la prise de décision, il faut s’équiper. C’est notamment le cas des sociétés dans le domaine de l’architecture et de l’ingénierie.

Dans ce contexte, le nouveau « Fit 4 Digital Packages Architecture / Engineering » a été élaboré en collaboration avec l’OAI (Ordre des Architectes et Ingénieurs) et le CRTI-B (Centre de Ressources des Technologies et de l’Innovation pour le Bâtiment) . Ce package, dédié au secteur de l’architecture et de l’ingénierie, accompagne les membres de l’OAI (architectes, architectes d’intérieur, ingénieurs-conseils, urbanistes-aménageurs, architectes-paysagistes, ingénieurs-paysagistes) dans la digitalisation de leur entreprise.

Fit 4 Digital Packages est piloté par Luxinnovation, en coordination avec la House of Entrepreneurship et est soutenu financièrement par la Direction générale des Classes moyennes du ministère de l’Economie.

Une belle et généreuse initiative de nos voisins luxembourgeois pour aider à l’adoption du BIM.

[Rediffusion] Les Architectes et le BIM, se repositionner au centre du projet, Interview Emmanuel Di Giacomo

Méghane Frigelli à l’époque de cette vidéo était étudiante en architecture en 5ème année à l’Ecole d’architecture Paris Val de Seine. Elle réalisait sa thèse sur le “ BIM pour les architectes “, car nous sommes à un tournant sociétal pour ces acteurs importants de la création de notre environnement bâti.

Elle tente de nous éclairer sur ce sujet très vaste et pour lequel les opinions diffèrent parfois très largement en fonction des publics interrogés car chacun y trouve son intérêt et a compris l’avantage que cela peut apporter. Au travers d’une série d’interviews filmées, Méghane nous aide à comprendre en posant les bonnes questions aux acteurs du BIM.

Elle interviewe à cette occasion, Emmanuel Di Giacomo, architecte et responsable Europe du développement des écosystèmes BIM chez Autodesk. Il revient sur toutes les questions essentielles que se posent les architectes et les professionnels du BTP et explique comment ce processus peut être mis en place et aider à créer de meilleurs projets et in fine remettre l’architecte au centre du projet…

Une belle usine de retraitement des déchets de Reichen et Robert et Associés construite par NGE bien intégrée dans son environnement grâce au BIM

Un tel projet, pensé il y a plus de 18 ans maintenant se devait d’être conçu et exécuté de manière magistrale. C’est ce que l’Agence Reichen & Robert et Associés, ainsi que NGE ont réussi de main de maître en conçevant et en construisant leur projet sur Autodesk Revit et la plateforme BIM 360.

Servant à la valorisation des déchets de 1,45 million d’habitants (17 communes) et au chauffage urbain de quelque 110 000 logements l’usine d’incinération du Syctom située sur la rive droite de la Seine fait sa mue au cœur de ce qui à moyen terme constituera un nouvel écoquartier de 100 hectares où se côtoieront habitat, bureaux et industrie.

Le défi est de taille car le projet dans son ensemble couvre 25% de la commune de Saint-Ouen-sur-Seine. L’intégration paysagère de l’usine constitue donc un enjeu de la réussite de cette transformation urbaine. 

En charge de l’exécution pour la construction-rénovation de l’unité industrielle, l’entreprise NGE GC, en tant qu’entreprise générale, a fait le choix des technologies BIM d’Autodesk pour mener à bien sa mission. À ce jour une quarantaine de maquettes BIM sont utilisées sur le seul chantier de l’usine dont NGE GC assure, en groupement avec une autre entreprise, l’intégration urbaine du futur ensemble industriel. Les enjeux de ce lot sont multiples : il s’agit notamment du rafraîchissement de l’usine existante (avec son maintien en condition opérationnelle), de la création des piles pour le transbordeur, de la construction de deux bâtiments d’exploitation, et de l’aménagement paysager.

Lire la suite sur le site d’Autodesk France en cliquant ici.

Conception générative et BIM au service de la distanciation sociale selon Zach Kron

Mettre en place une approche pour limiter l’occupation des bureaux et maintenir la distance entre les postes de travail à l’aide d’un graphique Dynamo trouvant les dispositions optimales à l’aide de Conception Générative dans Revit, c’est possible et c’est ce que Zach Kron Pap du Generative Design et Product Line Manager chez Autodesk nous montre.

Cette solution fonctionne sur les aménagements intérieurs existants, compte tenu des limitations gouvernementales ou commerciales sur le pourcentage d’occupation, et des conseils médicaux pour la distanciation sociale. Une recommandation de l’AIA (American Institute of Architects) est simplement de réduire la densité et d’espacer les postes de travail, ce qui devrait être automatisable. Cette approche trouve des aménagements d’espaces de travail existants qui signalent les bureaux comme «utilisables» en vert, à plus d’1.80m les uns des autres, jusqu’à un objectif de 50% d’occupation.

Cette vidéo montre une approche de Conception Générative dans Revit. Nourrissez-le d’une instance de votre chaise de bureau standard, il trouve toutes les chaises, en fait la liste en suivant un chemin généré, le baisse de moitié, mesure le nombre de 6 ‘et les colorie en vert. La routine change le chemin pour trouver le plus grand nombre de chaises correctes pour arriver jusqu’à 50%. Certains plans ont plusieurs configurations «optimales», certains ont un seul résultat…

Vous pouvez télécharger le fichier Dynamo ici.

Maîtriser l’impact environnemental des matériaux et connaître la durabilité d’un projet ? C’est possible en BIM avec MIM !

Surveillez l’impact environnemental des matériaux dans vos projets et en BIM !

Découvrez cet article intéressant de Jeroen Van Kuijk, modeleur Revit Structure sur Autodesk Knowledge Network en anglais ici.

Ci-dessous, une traduction en français du même article.

Vous souhaitez déterminer l’impact environnemental de vos bâtiments d’un point de vue structurel en appuyant simplement sur un bouton ? C’est possible avec le Environmental Impact Monitor (MIM). MIM est une application développée par la Société ABT, des ingénieurs en technique du bâtiment, basés aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.

ABT, Développeur de la Société MIM

Un Moniteur d’Impact Environnemental

Avec cette application MIM, l’empreinte carbone et le prix fictif de la structure modélisée peuvent être monitorés en temps réel dans la solution BIM Revit. Pendant la conception de la structure, l’utilisation de matériaux – et les émissions de CO2 ainsi que le prix fictif associés – de diverses variantes de projet peuvent être suivies en continu.

Comment ça marche ?

Pour tous les matériaux et éléments de construction, le prix fictif et l’empreinte carbone ont été déterminés et inclus dans une base de données. Ces informations sont liées à la base de données environnementales et à des outils auto-développés, comme l’outil béton d’ABT (qui calcule l’impact environnemental d’une construction en béton armé). L’Environmental Impact Monitor relie ces données environnementales au modèle BIM 3D. Le traitement des données se fait ainsi en temps réel. Grâce à l’interface utilisateur simple de l’outil MIM, les résultats sont évidents et compréhensibles aisément.

Interface utilisateur MIM

Prix ​​fictif

En plus de l’empreinte carbone, le MIM surveille le prix fictif – à la fois en totaux absolus et par an. Le prix fictif comprend – en plus de l’empreinte carbone – davantage d’effets environnementaux tels que la toxicité humaine, l’appauvrissement de la couche d’ozone et l’acidification. Le prix fictif correspond au calcul de la performance environnementale. Les résultats de l’outil MIM peuvent être utilisés directement pour un calcul MPG (le gouvernement néerlandais exige en effet un calcul MPG depuis janvier 2018), la certification BREEAM et le calcul GPR.

Pilotage lors de la conception

En sous-catégorisant les éléments de construction, on peut identifier quels composants ont la plus grande contribution à l’impact environnemental. Par exemple, il est possible de contrôler l’impact environnemental de la structure porteuse. Les modèles 3D qui ont été assemblés à l’aide de Revit sont un élément fondamental. Les économies de matériaux et les avantages environnementaux réalisés au cours du processus de conception sont mesurables par cette méthode et se reflètent dans l’empreinte carbone et le prix fictif du bâtiment.

Pendant la conception de la structure, l’impact environnemental minimal de la structure peut être contrôlé en continu en déterminant l’impact des différentes variantes de conception. Cela peut être fait, par exemple, en adaptant le mélange de béton à une variante verte au niveau du bâtiment. Les changements dans la conception peuvent être recalculés en appuyant simplement sur un bouton.

De manière globale, la structure concerne environ 60% de l’utilisation des matériaux. Le MIM garantit que cette partie puisse être déterminée. Avec la poursuite du développement de l’outil – en ajoutant l’impact environnemental des composants techniques de la partie architecturale et des autres corps d’états au MIM – il est possible d’obtenir une image globale de l’impact environnemental.

Valeur limite resserrée MPG

Depuis janvier 2018, la valeur limite du MPG a été fixée à 1,0 € / m2 pour les immeubles de bureaux et d’habitations. Pour les appels d’offres, des valeurs limites renforcées sont déjà régulièrement incluses. Il est donc nécessaire de pouvoir piloter cela. En utilisant le MIM, la conception peut être orientée pour ne pas dépasser la valeur limite.

Lors des Trends Digital Pioneers Awards 2018, la Société ABT a remporté un prix dans la catégorie Business Support & Logistics pour le développement du Environmental Impact Monitor.

ABCD lance sa chaîne YouTube, abonnez-vous dès maintenant ! Des témoignages vidéos à venir

Après quelques années d’articles, ABCD Blog lance sa première chaîne YouTube pour y mettre à disposition des interviews d’Experts, de Startups, de dirigeants, d’Architectes, d’Ingénieurs, de Constructeurs,et de personnalités de divers secteurs. Pour vous abonner, cliquez simplement ici.

Puis cliquez sur « S’abonner ».

La première vidéo mise en ligne « Analogique, numérique et BIM, impact sur la créativité architecturale » est la retransmission d’une présentation qu’Emmanuel Di Giacomo avait fait à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val-de-Seine.

Merci par avance à toutes et à tous pour vos abonnements à cette nouvelle chaîne ABCD.

Les 12 enseignements du BIM – L’Agence Qualité Construction dévoile des retours d’expérience et des conseils dans un rapport complet !

Afin de comprendre comment la filière bâtiment s’approprie le processus BIM, l’AQC (Agence Qualité Construction) en partenariat avec Envirobat Centre vient de produire un rapport intéressant sur les retours d’expériences dans les bâtiments performants conçus, construits et gérés à l’aide d’outils BIM.

Ce rapport intitulé « Le BIM : quelle appropriation par la filière ? » révèle une amélioration de l’adoption des outils et des méthodes de travail au fil du temps. Il indique cependant que ce constat varie en fonction de taille des entreprises et des moyens qu’elles ont mis en oeuvre pour passer au BIM. Il reste donc encore beaucoup de progrès à faire dans la filière.

Le dispositif AQC, ce sont des moyens colossaux mis en oeuvre au quotidien afin de réaliser ces rapports intéressants.

C’est toute la filière BTP qui est sollicitée avec les maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’études, entreprises et même les occupants, usagers et exploitants

Dans le cadre de cette étude, l’AQC a délibérement voulu être concrète, simple et pragmatique dans la retranscription de l’étude et des analyses qui ont été faites. Ainsi, ce sont 12 enseignements qui sont présentés sous la forme de fiches pratiques et pédagogiques sur des thèmes particuliers et importants dans le contexte du BIM (interopérabilité IFC, calculs de performances énergétiques, visualisation des maquettes, convention BIM, etc.). Ces bonnes pratiques abordent aussi bien le processus, la stratégie et la méthode, que la maîtrise technique (toutes proportions gardées) des outils numériques BIM. Même s’il semblerait que les exemples présentés aient été réalisés avec Autodesk Revit, aucun nom de logiciel n’est cependant mentionné. Des exemples concrets sont proposés à titre d’illustration afin de ne pas rester dans l’abstrait.

Les 12 enseignements clés à retenir

  1. S’informer, se former et disposer des outils adaptés pour travailler en BIM
  2. Définir les objectifs BIM de la maîtrise d’ouvrage pour les traduire en « cas d’usage »
  3. Formaliser l’organisation du processus en conception par la rédaction d’une convention BIM
  4. Respecter les règles de modélisation prévues dans la convention BIM
  5. Maîtriser l’interopérabilité ouverte au format IFC
  6. Vérifier l’orientation de la maquette par rapport à l’orientation réelle
  7. Assurer la mise à jour de la maquette en phase chantier
  8. En rénovation, modéliser une maquette de l’existant fidèle à ce qui a été relevé
  9. En rénovation, modifier la maquette en fonction des découvertes après curage
  10. Définir les éléments qui doivent figurer a minima dans la maquette pour identifier des collisions pertinentes
  11. Comprendre les différents types de conflits pour les résoudre
  12. Utiliser un logiciel permettant de travailler avec des normes de calcul valable en France

Vous voulez en savoir plus ? Téléchargez dès à présent le rapport  « Le BIM : quelle appropriation par la filière ? »

A redécouvrir : « Femme Architecte », un beau documentaire de Thierry Mercadal

Plus de 60 % des étudiants en architecture sont des Femmes, alors que paradoxalement, elles dirigent moins de 10% des agences. En 2016, elles représentaient 28 % seulement des inscrits à l’Ordre des Architectes à l’échelle nationale en 2016.

Ce très beau documentaire Femme architecte de Thierry Mercadal donne la parole à huit Architectes qui donnent les lettres de noblesse à ce beau métier : Odile Decq, Manuelle Gautrand, Corinne Vezzoni, Tania Concko, Françoise N’Thépé, Camille Besuelle, Mathilde Jauvin et Nathalie Couinau abordent ainsi avec franchise leurs visions du métier d’architecte, et les situations auxquelles elles ont pu être confrontées tout au long de leurs parcours.

« Femme Architecte », un film de Thierry Mercadal – 2018

Le BIM avance au Brésil ! Décret 10.306 / 2020 publié

Avancées du BIM au Brésil, le décret publié

Traduit du brésilien par Emmanuel Di Giacomo. Source

Au Brésil, beaucoup reconnaissent déjà que le BIM est l’acronyme du moment qui traduit le mieux l’innovation dans les secteurs de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction et de l’exploitation (AECO).

Au cours de la dernière décennie, de nombreux efforts ont été faits au niveau fédéral au travers d’actions descendantes pour diffuser le sujet et élaborer une obligation nationale BIM, c’est-à-dire une politique avec des lignes directrices exigeant le BIM afin de fournir des avantages tangibles et intangibles pour l’administration publique.

La position du gouvernement brésilien en tant que demandeur et promoteur de l’adoption du BIM a été essentielle pour sa diffusion et sa mise en œuvre sur l’ensemble du territoire. Mais ce n’est pas seulement le Brésil qui suit cette voie. Cette position politique reflète les initiatives internationales des pays voisins du bloc latino-américain, l’accent étant mis sur le Chili, qui s’appuie aujourd’hui sur le réseau BIM des gouvernements latino-américains; et l’horizon des pays dont les stratégies de macro-adoption sont déjà à un stade plus avancé, comme le Royaume-Uni et les États-Unis.

La première obligation BIM : détail du décret 10.306 / 2020

Le décret 10.306 / 2020 récemment publié consolide la première obligation nationale BIM, dans lequel le gouvernement fédéral rend obligatoire l’utilisation du BIM dans l’exécution directe ou indirecte de travaux et de services d’ingénierie, exécutés par les agences et entités de l’administration publique fédérale, dans le cadre du champ d’application de la stratégie BIM BR.

D’un point de vue juridique, il est important de souligner que :

  • Les services d’architecture et d’ingénierie ainsi que les travaux réalisés pour le ministère de la défense et le ministère des infrastructures sont tenus de répondre aux exigences d’adoption du BIM
  • L’exécution de services et de travaux dans les propriétés qui sont sous la juridiction de l’armée, de la marine et de l’armée de l’air brésilienne, les investissements dans les aéroports régionaux et ceux effectués par le ministère national des infrastructures de transport (DNIT) – pour le renforcement structurel et la réhabilitation des travaux de construction art spécial – sont tenus de respecter strictement les exigences d’adoption du BIM

Les autres entités de l’administration publique fédérale peuvent adhérer aux exigences d’adoption du BIM, mais ne sont pas tenues de respecter les critères établis.

De la stratégie de mise en œuvre progressive

Comme prévu dans la stratégie BIM BR, instituée par le décret 9.983 / 2019, l’utilisation du BIM sera mise en œuvre progressivement en trois phases de diffusion obligatoire.

La première phase, immédiatement pour le 1er janvier 2021, envisage l’utilisation du BIM dans le développement de projets d’architecture et d’ingénierie utilisés dans des projets hautement pertinents.

Les modèles devraient être utilisés pour la préparation de projets et la documentation des disciplines, détection des interférences physiques et fonctionnelles, coordination du projet et extraction des quantités.

La deuxième phase, à compter du 1er janvier 2024, envisage l’utilisation du BIM dans l’exécution directe ou indirecte de projets architecturaux et d’ingénierie et dans la gestion des travaux utilisés dans des projets hautement pertinents.
Outre les utilisations décrites dans la première phase, il est également prévu d’utiliser les modèles de budgétisation, de planification, de contrôle dans l’exécution des travaux et tels que construits.

La troisième phase, à compter du 1er janvier 2028, envisage les utilisations du BIM prévues dans les première et deuxième phases, ainsi que la gestion et la maintenance de projets de tailles moyenne et élevée après leur construction.
Ainsi, en plus des utilisations décrites dans les première et deuxième phases, la troisième phase prévoit leur utilisation dans la gestion des biens publics.

En règle générale pour les marchés publics, les marchés doivent respecter les formalités énoncées dans la loi fédérale sur les appels d’offres publics 8.666 / 93. Les paramètres « Objectifs du Marché » pour l’exécution des prestations et travaux doivent respecter les dispositions du décret 10.306 / 2020.

Concernant les règles générales de l’instrument d’appel et du contrat :

Les organismes et entités de l’administration publique énumérés dans le décret doivent :

  • Définir les niveaux de détails et d’informations sur les objets des modèles BIM requis (LOD + LOI)
  • Demander la livraison de la documentation du projet dans des formats propriétaires et ouverts (Industry Foundation Classes – IFC), en vue d’assurer la collaboration et l’interopérabilité; et
  • Exiger des professionnels qualifiés ayant une expérience ou une formation en BIM, ainsi que enregistrés auprès de leur organisme professionnel compétent, comme condition essentielle pour garantir, protéger et conserver les services rendus.

Il est à noter que les professionnels sous contrat doivent respecter strictement le programme des besoins et les lignes directrices de la conception technique et de l’architecture référentielle, car le non-respect des paramètres requis nécessitera la correction ou la refonte des services à ses frais.

En outre, l’un des problèmes les plus débattus sur le marché, particulièrement inhérent aux projets reste le droit d’auteur. Il existe une définition dans ce décret qui indique qu’au moment de la passation du contrat, les entrepreneurs doivent renoncer, en faveur de l’administration publique, au droit d’auteur sur les services rendus.

L’histoire des étapes réglementaires : comment a-t-elle commencé?

Les premières étapes réglementaires au Brésil, au niveau fédéral, ont consisté en une enquête poussée et des initiatives de benchmarking. Ces initiatives ont été menées dans le cadre du projet MDIC / UE, qui date de 2015 et comprend l’étude Dialogues sectoriels pour le BIM – BIM au Brésil et dans l’Union européenne, ainsi que la signature du protocole d’accord (MOU), en 2016, entre le Brésil et le Royaume-Uni, afin que les gouvernements alignent les stratégies nationales BIM.

Juin / 2017 : CE-BIM 2017

Le gouvernement fédéral a créé le Comité de mise en œuvre stratégique du BIM, chargé de formuler la stratégie du BIM BR pour «aligner les actions et les initiatives des secteurs public et privé, stimuler l’utilisation du BIM dans le pays, promouvoir les changements nécessaires et assurer un environnement adéquat pour son usage ». Le CE-BIM était composé de représentants de sept organismes publics, comme détaillé ici. Dans ce contexte, le Groupe de soutien technique (GAT-BIM) a également été créé et six groupes ad hoc sur des sujets spécifiques ont été créés.

Mai / 2018 : Décret CG-BIM 9.377 / 2018

Le gouvernement fédéral a créé et institué le comité de gestion (CG-BIM) de la stratégie BIM BR, pour «mettre en œuvre la stratégie et gérer ses actions et ses performances, suivre ses progrès, vérifier la réalisation des objectifs et, si nécessaire, promouvoir les initiatives de correction ou amélioration ». Le CG-BIM était composé de représentants de neuf organismes publics, comme détaillé ici, et de là, les membres du Groupe Technique (GTEC-BIM) ont été désignés.

La stratégie a été systématisée dans ses buts, objectifs, actions, indicateurs et cibles, inscrits dans une feuille de route qui a mis en évidence l’adoption stupéfiante et les produits d’importance inégale, tels que la plateforme et la bibliothèque nationale BIM.

Dans ce contexte, des projets pilotes ont été définis pour le Programme régional de l’aviation (SAC), le Programme de Revitalisation des œuvres d’art spéciales (DNIT), et des actions menées dans des propriétés de l’armée, la marine et l’armée de l’air brésilienne.

Selon la brochure publiée, et compte tenu de la garantie de l’institutionnalité du sujet, le gouvernement fédéral attend les résultats suivants grâce à la macro adoption du BIM :

  • Assurer des gains de productivité et encourager la réduction des coûts dans le secteur de la construction civile;
  • Contribuer à améliorer la transparence des processus d’appel d’offres;
  • Augmenter la précision de la planification et fournir des gains de qualité et réduire les délais de travaux publics;
  • Réduire le besoin d’additifs contractuels;
  • Augmenter le niveau de qualification professionnelle dans l’activité productive.

Août / 2019 : Décret CG-BIM 9.983 / 2019

Le gouvernement fédéral a abrogé le décret 9.377 / 2018 et a institué un nouveau CG-BIM de la stratégie BIM BR, en raison de changements dans les ministères et de l’affectation de nouveaux membres et responsabilités. Les modifications sont détaillées dans le décret 9.983 / 2019, disponible ici. La stratégie BIM BR précédemment définie a été préservée au milieu de ce contexte de transition.

Considérations finales : qu’en est-il des développements dans l’administration publique et le marché?

De la première enquête poussée et des initiatives d’évaluation, qui ont soutenu la création d’un plan visant à promouvoir un environnement approprié pour l’investissement dans le BIM et sa diffusion au Brésil, jusqu’à la matérialisation effective des bases de son application dans les contrats avec Administration publique, il a fallu un peu plus de 5 ans avant la publication de la première obligation nationale, en avril dernier.

Au milieu de cette période, on a pu observer l’importance des Programmes Pilotes définis en 2018 et la maturité atteinte par les instances liées à la progressivité du décret, avant la publication des marchés publics obligatoires. La priorisation des utilisations du modèle par phase, la demande de définir les niveaux de développement des objets de chaque discipline à élaborer et la charge pour les livrables dans un format propriétaire et ouvert reflètent le répertoire et l’analyse des causes et effets.

L’obligation ouvre une nouvelle étape dans l’administration publique, qui devrait mettre à jour son parc technologique, s’organiser et se former en interne afin que l’ensemble de l’organisme technique des agences puisse recevoir, valider et apprécier les livrables BIM établis.

L’obligation, bien que définie comme une contrainte, stimule un vaste écosystème, non seulement d’organismes publics liés au ministère de la Défense et au ministère de l’Infrastructure, mais également de prestataires de services et de fournisseurs du secteur privé qui doivent se conformer aux directives.

Ces deux évolutions indiquent le grand besoin de qualification et d’expérience professionnelle en BIM dans les sphères publiques et privées, ratifié par l’exigence des contrats.

L’obligation se consolide en tant que cadre national qui valide les efforts des entités d’autres sphères de l’administration publique, qui avaient déjà commencé à publier une obligation demandant le BIM comme requis. Néanmoins, il renforce les actions tangentielles de normalisation promues par l’ABNT ou la diffusion assurée par le CBIC, le SENAI et d’autres associations.

Enfin, et de manière plus pertinente, l’obligation BIM devrait encourager davantage l’adoption du BIM dans le secteur privé, car le gouvernement fédéral institutionnalise ses avantages et encourage une productivité et une qualité accrues dans le secteur du BTP.

Remerciements

Cet article a été initialement écrit et publié par Fernanda MachadoCamilo Barros e Joyce Delatorre. Traduit en français par Emmanuel Di Giacomo.

Source : https://blogs.autodesk.com/mundoaec/bim-no-brasil-uma-visao-tecnica-e-juridica/