Construction Blueprint – Un projet européen pour observer les besoins et préparer les professionnels du secteur à une transformation d’ampleur

Le projet Construction Blueprint est une alliance sectorielle européenne réunissant 24 partenaires du secteur de la construction (organisations professionnelles, syndicats et organismes de formation) de 12 pays différents , dirigée par la Fundación Laboral de la Construcción (Espagne). Cette alliance a notamment pour objectif de créer une démarche d’observation aux dimensions nationales et transnationales, pour mieux identifier les attentes des entreprises du BTP en matière de compétences, par métier et par fonction, et ainsi améliorer le développement des activités de formation correspondantes et lutter contre la pénurie de main-d’œuvre actuelle et améliorer l’offre de formation en conséquence. En France, CCA-BTP et FFB travaillent de concert pour représenter notre pays. D’une durée de quatre ans, Construction Blueprint se concentre en priorité sur les domaines du numérique, de l’efficacité énergétique et de l’économie circulaire.

Ce projet est financé par la Commission européenne (N°600885-EPP-1-2018-1-ES-EPPKA2-SSA-B). Le soutien de la Commission européenne à la production de cette publication ne constitue pas une approbation du contenu, qui reflète uniquement le point de vue des auteurs, et la Commission ne peut pas être tenue responsable de toute utilisation qui pourrait être faite des informations qu’elle contient.

Deux rapports intéressants ont d’ores et déjà été produits :

Analyse PESTLE

Rapport sur les facteurs politiques, économiques, sociaux, technologiques, juridiques et environnementaux, qui peuvent avoir un impact sur l’industrie de la construction et peuvent affecter à leur tour les pénuries, les lacunes et les inadéquations de compétences. Il y fait notamment état – dans le contexte de la transformation numérique – de l’importance du BIM et des toutes les nouvelles technologies. Ce rapport détaille les avancées pour les grands pays européens dont la France. Il peut être téléchargé ici.

Rapport Status Quo sur les compétences du secteur

Rapport présentant l’état de l’art actuel des compétences sectorielles de l’industrie de la construction, montrant l’écart entre les compétences actuelles et futures, afin d’établir les besoins de formation des travailleurs du secteur à court et moyen terme, l’estimation du nombre de travailleurs à former ainsi que dans quel profil professionnel et des mesures, recommandations, actions, etc. pour le déploiement du Blueprint. A découvrir ici.

On y constate l’importance du BIM pour l’Industrie de la Construction. Il est aussi intéressant de voir aussi la perplexité des acteurs français contrairement à d’autres pays. A méditer.

Site officiel de Construction Blueprint ici.

AIA Life Designers lauréats de la catégorie Bâtiment Neuf / Grand Projet des BIM Green Awards

Les lauréats des BIM Green Awards

18 porteurs de projet avaient répondu à l’appel à candidatures, contribuant ainsi à diffuser les bonnes pratiques du BIM tout en mettant en avant leur savoir-faire auprès de la profession.
Publier une étude de cas Construction21 pour candidater a aussi permis aux participants de synthétiser la démarche BIM mise en place dans leur projet : outils utilisés, formations fournies, retours d’expérience…


Cette synthèse a fait tout particulièrement l’objet de l’analyse du jury. Celui-ci s’est attardé sur le caractère accessible de la démarche, son originalité, mais aussi sur l’histoire du projet et sur la prise en compte de l’humain.
Le jury a ainsi récompensé cinq ouvrages, dans les catégories bâtiment rénové grand et petit ; bâtiment neuf grand et petit ; aménagement/infrastructure. Deux mentions spéciales ont également été décernées.

Dans la catégorie Bâtiment Neuf / Grand Projet, c’est AIA Life Designers qui l’emporte !

Lycée de Nord-sur-Erdre

Lycée de Nord-sur-Erdre

Le nouveau lycée de Nort-sur-Erdre est conçu comme un repère urbain d’entrée de ville. Il propose une façade institutionnelle sur le parvis public, en lien avec la salle Cap Nort, autre équipement important du quartier en développement. La salle de conférence s’installe en articulation des espaces publics. L’établissement marque une figure d’ouverture avec le positionnement du hall et du CDI en transparence sur l’espace public.
Le bâtiment lycée forme une figure protectrice vis-à-vis des espaces extérieurs de cour de récréation et des espaces paysagers, qui sont orientés vers la plaine est.
Associant lieux de rencontre et apprentissage, les espaces de travail sont innovants, ouverts à de nouvelles pratiques pédagogiques intégrant le numérique.
Le projet propose une architecture efficiente, dans une démarche de sobriété des systèmes techniques mis en œuvre, de manière à réduire les coûts et les opérations de maintenance.
Inscrit dans une démarche environnementale performante, le projet sera certifié NF HQE, « Bâtiments tertiaires », niveau « Très bon », labelisé Biosource et BBC Effinergie 2017. Le lycée a également été retenu dans le cadre de l’appel à projet E + C lancé par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) afin de préparer la future réglementation thermique de 2020.

Cet ouvrage, réalisé en loi MOP, montre que les process BIM sont applicables dans la pratique actuelle. Développé avec Autodesk Revit le projet a su exploiter au maximum les gains apportés par une telle démarche, puisqu’un DOE BIM des lots architecturaux et techniques a pu être remis au format interopérable IFC.

Tous les détails du projet ici.

Un mur de briques poétique et ondulant mis en œuvre grâce au numérique et à la réalité augmentée de Gramazio Kohler & Incon.Ai

Quand tradition et innovation se rencontrent et s’unissent pour le meilleur

Gramazio Kohler Research est la chaire d’architecture et de fabrication numérique de l’ETH Zurich, et Incon.Ai est l’une des filiales des laboratoires de systèmes robotiques de cette organisation.

Récemment, les équipes de Gramazio Kohler Research et d’Incon.Ai ont collaboré sur un projet architectural permettant de tirer le meilleur du numérique avec celui de l’artisanat traditionnel, tout cela afin de créer des façades de bâtiments en briques exceptionnelles. Cette initiative dénommée «Augmented Bricklaying» et terminée en 2019 s’appuie sur une approche de réalité augmentée et mixte. Elle permet grâce à des marqueurs numériques d’indiquer aux maçons comment et où poser le mortier avec son épaisseur nécessaire, mais surtout de lui indiquer l’orientation des briques à poser.

Ce système de guidage conçu sur mesure, permet d’aller au-delà des limites des approches numériques traditionnelles et innovantes. Il est en effet évident que les bras robotiques ont une mobilité restreinte et qu’ils ont des difficultés avec des matériaux souples tels que le mortier, tandis que les gabarits physiques de pose de pierres peuvent être encombrants et moins précis pour les maçons. Cette nouvelle approche hybride associe les avantages de la conception numérique avec la dextérité de l’être humain, prenant ainsi en charge une méthode de fabrication entièrement nouvelle.

Pour créer cette structure de 225 mètres carrés, les maçons ont assemblé pas loin de 13596 briques d’origine locale en différentes rangées. Les hauteurs de mortier différenciées vont de cinq à 30 millimètres et aident à déterminer la rotation de chaque brique qui va de -20 ° à + 20 °. Ainsi, le mortier, généralement traité comme matériau secondaire dans la conception des murs en briques apparentes, est devenu un élément déterminant dans l’apparence de la façade.

En raison du mode de construction différent, l’extérieur poreux apparaît comme une vague ou une ondulation. La façade à motifs fournit une ventilation et permet à la lumière du soleil de pénétrer à l’intérieur du bâtiment, donnant ainsi naissance à une série de cercles qui se déplacent en fonction de l’heure de la journée. Il abritera l’installation de transformation et de stockage de KITRVS Winery. Le vignoble grec surplombe le golfe Thermaïque de la mer Égée au pied du mont Olympe.

En savoir plus sur le projet ici.

Réseau européen pour la digitalisation des permis de construire (EUnet4DBP)

Accélérer la transformation numérique du processus de permis de construire

Un groupe d’acteurs européens réunis ensemble a pour objectif de donner naissance au permis de construire numérique. Ce réseau européen de chercheurs et d’acteurs vise à définir une stratégie commune pour la numérisation du processus de délivrance des permis de construire. Les compétences, expériences, connaissances et visions de nombreux acteurs européens publics et privés se réunissent de manière collaborative, évitant ainsi le travail de différents pays et la déperdition d’énergies afin de définir les contours du futur permis de construire numérique ensemble au niveau européen.

Les 3 ambitions clés de l’EUnet4DBP, en plus de celles concernant l’autonomisation des agents des services publics, sont décrites dans les cases colorées de l’image ci-dessus, en lien avec les exigences permettant leur réalisation afin d’aller vers une vision centrale du permis de construire automatique et numérique.

La vision

Développement d’outils et de méthodes pour les permis de construire numériques et (semi-)automatisés flexibles, évolutifs et réutilisables dans un effort commun et sous l’égide d’un cadre scientifique ouvert, en partageant les expériences et en renforçant les connaissances.

Trois piliers

La vision d’EUnet4DBP est structurée autour de trois piliers principaux. Chacun de ces piliers représente un champ d’action pour la digitalisation du processus de permis de construire. Les trois piliers sont :

1) Les processus
Elle comprend les pratiques humaines et les flux de travail bureaucratiques à prendre en compte et qui sont susceptibles d’être repensés et modifiés afin d’adopter une nouvelle approche numérique.

2) Les règles et exigences
Elles intègrent la formulation de critères et de directives à suivre pour atteindre avec succès les objectifs à toutes les étapes et pour tous les aspects du cas d’usage, y compris l’interprétation des règles et la préparation du modèle.

3) Technologie
Ce pilier concerne tout ce qui touche au numérique et aux technologies qui permettront la mise en œuvre réussie des piliers précédents.

Buts

Objectif 1

Soutenir le processus de permis de construire pour devenir plus efficace et automatisé.

Objectif 2

Prise en charge de l’interprétation des règles et des exigences d’information pour devenir aussi simple et aussi lisible par une machine (ordinateur) que possible, afin de garantir un certain niveau d’automatisation.

Objectif 3

Soutenir l’adoption généralisée de technologies interopérables basées sur des normes et standards ouverts.

Des principes

Engagement à partager

Les personnes et organisation impliquées partagent leurs connaissances, leurs expériences, leurs idées avec les autres membres du réseau afin de faire de leur Vision une réalité.

Engagement d’ouverture

Ils soutiennent le développement de formats ouverts, de normes ouvertes et de logiciels interopérables. Leurs livrables sont des ressources en libre accès, et sont publiés dans des canaux ouverts et tous peuvent les utiliser librement.

Engagement à être collaboratif

Ils collaborent bénévolement avec d’autres pour accroître les impacts du réseau sur la transformation numérique de l’environnement bâti.

Engagement à être pratique

Ils développent des outils et des méthodes qui répondent aux besoins réels des utilisateurs actuels et futurs.

Engagement à être innovant

Ils croient en l’innovation comme seul moyen d’améliorer la qualité des défis présents et futurs. Ils visent à fournir une solution innovante.

Engagement à être compétent

Ils mènent des activités qui nécessitent des compétences diverses et variées.

Découvrez la présentation de cette initiative ci-dessous…

Vous pouvez collaborer et vous inscrire en tant que personne, Ville, société afin de participer à la future définition du Permis de Construire numérique.

Site officiel de l’initiative EUnet4DBP ici.

Siemens recherche un.e Architecte Solution BIM

Passionné.e par l’innovation technologique et la création de lieux d’exception ?

Entrez dans l’univers de Siemens Smart Infrastructure et digitalisez le cadre de vie en concevant et équipant les infrastructures intelligentes d’aujourd’hui et de demain. Au sein d’une équipe composée de 8 Architectes Solutions, vous êtes le référent national des solutions BIM auprès de la division Smart Infrastructure, sur les métiers de la Sûreté Electronique, du SSI, et du Building Automation.

A ce titre, vos principales missions sont :

L’accompagnement de nos équipes commerciales auprès des clients, l’étude des données entrées AO (CCTP BIM, convention…), la définition des limites de prestations associées et éventuels écarts… (LOD/LOI…), la rédaction de nos mémoires techniques (partie BIM) en phase offre, la définition du volume d’heure de prestation pour la réalisation des études BIM, la rédaction de plans d’exécution BIM en phase réalisation, l’assistance technique dans le paramétrage des projets (environnement de travail collaboratif, adaptation des familles d’objets etc…), l’accompagnement et la formation ds Ingénieurs d’Etudes Techniques Siemens, la création et l’adaptation de maquettes BIM (MEP…), la participation aux réunions de synthèse avec les clients.

Vous intervenez également en support aux équipes digitales dans :

  • La définition de nouveaux concepts à haute valeur ajoutée (Smartbuilding, Marchés verticaux…)
  • L’harmonisation et la standardisation de nos process.
  • Les échanges, benchmarking au niveau Europe.

Ce poste ouvert en CDI est basé à Vélizy (78) et est à pourvoir dès que possible.

Statut : Cadre

Les atouts pour réussir :

  • Expérience 3-5 ans sur des projets BIM (réalisation de maquette & management BIM)Compétences sur les logiciels AutoCAD, Autodesk Revit / autres, plateforme BIM360 / autres et formats d’échanges (IFC, BCF…)…
  • Création de bibliothèque de familles (hébergées etc…)
  • Création / enrichissement maquette numérique…
  • Extraction 2D vers AutoCAD…
  • Synthèse sous Navisworks, Solibri…

Bonnes compréhension des technologies du bâtiment, une expérience sur les systèmes incendies serait un plus…Capacités de synthèse / rédactionnelleTravail en équipeAnglais courant

Découvrir l’intégralité de l’offre Siemens et postuler en cliquant ici.

Rapport McKinsey – Les zones de prédilection de la construction à l’égard du numérique

Sept objectifs de développement possibles pour la construction numérique

Un récent rapport de McKinsey met en évidence les domaines des technologies numériques pour la construction promptes à l’investissement et ne cessant par ailleurs de croître.

En ce sens, McKinsey énumère sept domaines où la croissance reste possible :

  1. BIM et Gestion Electronique des Documents
    Le rapport indique que le BIM et la gestion électronique des documents sont presque omniprésents dans les grandes entreprises, mais ils indiquent aussi qu’il existe encore des possibilités d’adapter des solutions et d’en développer à une échelle différente avec et pur des sous-traitants plus petits et d’autres acteurs du marché, tels que ceux du suivi des matériaux de construction – livraison».
  2. Robotique et autres disrupteurs
    Selon ce rapport, il existe aussi des opportunités majeures pour les applications robotiques de pointe pour les tâches de construction répétitives telles que la pose de briques, le pavage de routes, la coupe de bois aux dimensions normalisées et l’impression 3D de matériaux de construction, indique le rapport.
  3. Infrastructure technologique sous-jacente
    Alors que les volumes et la diversité du matériel et des logiciels ne cessent d’augmenter sur les chantiers, il y aura un besoin correspondant de solutions de support selon McKinsey. L’amarrage des drones de construction et des véhicules électriques, le support de la connectivité Internet sans fil pour prendre en charge les appareils compatibles avec l’Internet des objets, la sécurité de l’information, la gestion de la qualité des données et l’architecture des données sont tous des exemples où les investissements dans l’infrastructure informatique peuvent aider à saisir les opportunités de ces technologies.
  4. Numérisation des paiements
    Selon McKinsey, les offres qui contribuent à la pénétration de la technologie dans le secteur des paiements, en particulier avec les petites et moyennes entreprises, deviendront de plus en plus critiques afin de permettre la numérisation complète de la chaîne de valeur de l’industrie de la construction. Les outils pour les processus, tels que le devis au comptant et l’approvisionnement au paiement, permettront une plus grande visibilité des données tout au long de la chaîne de valeur et libéreront un fonds de roulement pour les entrepreneurs, les fournisseurs et les maîtres d’ouvrage.
  5. Plateformes spécifiques
    Bien que les sociétés de plateformes technologiques généralistes soient bien établies, d’autres sociétés ont toujours la possibilité de créer des plateformes répondant à des sous-segments spécifiques de l’industrie ou à des fournisseurs de valeur. À titre d’exemple, le rapport cite «une société historique de matériaux de construction a récemment annoncé le lancement et la mise à l’échelle d’une solution de plateforme ciblant la chaîne d’approvisionnement des matériaux en vrac et les producteurs opérant dans cet espace». On connait aussi certains développement de plateformes en France de type Cycle Up d’EGIS ou ORIS de Lafarge Holcim.
  6. Solutions permettent une connexion plus large dans l’environnement bâti
    «Des technologies intégratives seront nécessaires pour mieux connecter les solutions technologiques et l’environnement physique construit», telles que les Digital Twins indique le rapport. «La collecte de données de projet en temps quasi réel, associée à l’intégration d’outils de conception, de gestion de projet et de planification, débloquera davantage la promesse des solutions de plateformes alors que les entreprises s’efforcent de réaliser des projets numériques véritablement de bout en bout.»
  7. Un moteur d’analyse de données
    Selon McKinsey, «L’industrie de la construction a peu de solutions d’analyse vraiment prédictive, voire aucune, à l’échelle du projet ou de l’Industrie. En outre, de nombreux outils d’analyse descriptive se limitent à des enquêtes d’associations commerciales ou à des tableaux de bord construits à partir de données d’entreprises extraites et souffrent de faibles fréquences de mise à jour ou d’une faible granularité. Les investisseurs et l’industrie dans son ensemble peuvent créer une valeur significative en développant des plateformes d’analyse et d’informations qui exploitent le pool croissant de données inter et intra-entreprise. Ces plateformes permettront une gestion plus proactive et axée sur les données des projets individuels et des entreprises en général. »

Découvrez ce rapport de 9 pages intéressant en cliquant ici.

Stratégie Infrastructure Nationale au Royaume-Uni – Une vision d’avenir d’envergure incontestable et un rôle clé pour le numérique !

Les Britanniques dévoilent leur Stratégie Nationale pour leurs Infrastructures de demain !

L’infrastructure est une fondation et un vecteur incontournable de l’économie. Les réseaux de transport, numériques, d’énergie et de services publics sont essentiels pour l’emploi, les entreprises et la croissance économique. Mais ils ont également un impact profond sur la vie quotidienne des personnes.
Le gouvernement Britannique veut réaliser une révolution de ses infrastructures : une amélioration radicale de la qualité des infrastructures du Royaume-Uni afin d’aider à renforcer le pays, le rendre plus équitable pour tous et renforcer l’Union et mettre le Royaume-Uni sur la voie du zéro émissions nettes d’ici 2050.

Cette stratégie Infrastructure définit les plans futurs du gouvernement afin de réaliser cette ambition. Il s’agit de la première du genre, elle s’appuie sur les conseils d’experts de la très respectée Commission Nationale des Infrastructures (NIC) et vient en réponse à son évaluation de taille des besoins en infrastructures du pays réalisée en 2018.
L’infrastructure de réfléchit à long terme. Les décisions prises aujourd’hui sur les nouvelles lignes de chemin de fer, les centrales électriques ou la modernisation des routes affecteront les vies et les moyens de subsistance des citoyens et du pays pour les décennies à venir.
Mais les investissements dans les infrastructures jouent également un rôle important à court terme pour aider à soutenir l’emploi et à stimuler l’économie. Cette stratégie associe les objectifs à long terme du gouvernement Britannique à l’impératif à court terme de reconstruire l’économie à la suite de la pandémie de la COVID-19.
La COVID-19 continue de poser un énorme défi au Royaume-Uni, à l’instar de toutes les autres grandes économies mondiales.
Le gouvernement Britannique fera tout ce qui est en son pouvoir pour que l’économie se rétablisse le plus rapidement possible. Au cours de l’été, le gouvernement a investi 8,6 milliards de livres sterling pour soutenir l’emploi pendant la pandémie. Cette stratégie définit les plans du gouvernement pour aller plus loin, pour conduire une reprise forte et riche en emplois.
Alors que le gouvernement aide l’économie à se redresser, il cherchera également à résoudre les problèmes à long terme qui ont freiné le développement des infrastructures britanniques. Ces problèmes incluent l’investissement public au coup par coup, le financement insuffisant pour les régions à lextérieur de Londres, la lenteur de l’adoption des nouvelles technologies, l’incertitude politique qui mine l’investissement privé et la réalisation de projets en proie à des retards et des dépassements de coûts.
Cette stratégie décrit comment le gouvernement abordera ces problèmes et fera les choses différemment : comment il reconstruira de meilleure manière, plus rapidement et plus durable.

Il décrit comment le gouvernement compte :

  • Stimuler la croissance et la productivité dans tout le Royaume-Uni, en nivelant et en renforçant l’Union : le gouvernement veut rapprocher les communautés et les nations à travers le Royaume-Uni en investissant dans les zones rurales, les villes, depuis les grands projets nationaux jusqu’aux priorités locales;
  • Mettre le Royaume-Uni sur la voie de la réalisation de son objectif de zéro émission nette d’ici 2050 : une action audacieuse est nécessaire pour transformer l’infrastructure du Royaume-Uni afin de respecter ses engagements en matière de zéro émission nette et de changement climatique. Le gouvernement continuera de décarboner l’électricité, la chaleur et les transports du Royaume-Uni, les réseaux – qui représentent ensemble plus des deux tiers des émissions britanniques – et prennent des mesures pour s’adapter aux risques posés par le changement climatique;
  • Soutenir les investissements privés : le Royaume-Uni est fier d’attirer des investissements privés dans ses infrastructures. Mais le gouvernement reconnaît que les investisseurs ont été confrontés à une certaine incertitude au cours des dernières années. Cette stratégie – et le livre blanc sur l’énergie qui suivra sous peu – visent à fournir aux investisseurs des informations claires sur les projets du gouvernement, afin qu’ils puissent se tourner vers le Royaume-Uni avec confiance et contribuer à la mise à niveau et aux projets nécessaires dans tout le pays; et
  • Accélérer et améliorer la livraison des projets : le gouvernement veut transformer la façon dont les projets d’infrastructure sont exécutés au Royaume-Uni. Cet objectif sera atteint grâce à des réformes de grande envergure allant de l’accélération du système de planification à l’amélioration de la manière dont les projets sont choisis, financés et exécutés, et à une utilisation accrue des technologies de construction de pointe.

Cette approche est étayée par des niveaux élevés d’investissement gouvernemental, avec des niveaux record d’investissement pour les chemins de fer, les routes stratégiques, les réseaux à haut débit et les protections contre les inondations.
Cette stratégie place également l’innovation et les nouvelles technologies au cœur de l’approche gouvernementale.
Chaque secteur de l’infrastructure pourrait faire face à des changements technologiques transformateurs au cours des vingt prochaines années. Des véhicules électriques aux systèmes de chauffage à l’hydrogène, en passant par la 5G et ses successeurs, les nouvelles technologies ont un énorme potentiel pour améliorer l’environnement et la vie quotidienne des gens à travers le Royaume-Uni. Cette stratégie garantira que le Royaume-Uni est à la pointe de cette révolution technologique.

L’ensemble du Royaume-Uni bénéficiera de cette stratégie !

Là où la politique est réservée au gouvernement britannique, cette stratégie comprend des mesures qui profiteront à toutes les régions, comme une amélioration radicale de la couverture mobile dans les zones rurales. Là où la politique appartient aux administrations décentralisées, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord recevront un financement proportionné par le biais de la formule Barnett.

Découvrez la Stratégie Nationale pour les Infrastructures du Royaume-Uni en cliquant ici.

[Etude] Mazars publie une étude intéressante sur les performances des majors du BTP européennes et leur résistance aux difficultés de la crise

Étude Mazars « Les majors européens du BTP sont-ils armés pour affronter la crise ? »

La crise sanitaire liée au Covid-19 a fortement impacté le marché de la construction depuis le début de l’année 2020, obligeant les majors du BTP à prendre des mesures fortes pour faire face à cette crise, sanitaire et économique, que traverse le monde. En France, le confinement a été mis en place le 17 mars 2020 et tous les groupes ont communiqué sur l’arrêt d’une partie de leurs chantiers.
L’activité a repris progressivement au cours du deuxième trimestre dans la plupart des pays au rythme des directives gouvernementales des pays où chaque groupe opère.

Mazars s’est interrogé sur la capacité des majors européens du BTP à traverser la crise du Covid 19, à travers l’étude des performances, de la solidité financière et du positionnement (diversification géographique / sectorielle) des 17 grands groupes européen, pure players ou acteurs diversifiés autour des métiers de la construction, dont le chiffre d’affaires consolidé est supérieur à 5 Mds€.

L’étude « Les majors européens du BTP sont-ils armés pour affronter la crise ? » compare les performances financières des majors européens du BTP sur 2019 et début 2020. Par rapport aux précédentes études, les axes de comparaison ont été complétés d’un focus sur l’endettement, la trésorerie et la liquidité des majors à fin 2019.

  • Les groupes ressortent renforcés de l’année 2019 avec une belle croissance de +4,5% (dont +7,9% pour les majors français) et un taux de marge opérationnelle légèrement supérieur (+0,2 point pour atteindre 4,9%).
  • L’internationalisation des majors s’est à nouveau accentuée en 2019 : la part de l’activité réalisée à l’étranger progresse de 2 points, pour représenter 56% de leur activité.
  • Le carnet de commandes à fin 2019 est au plus haut historique, en hausse de 3,5% vs. fin 2018.
  • La solidité financière s’est fortement améliorée sur 5 ans, avec une hausse de la trésorerie de 40% pour l’ensemble des groupes, atteignant ainsi 45 Mds€. En complément l’endettement net a reculé sur cette période de 38%, hors groupes ayant une activité de concession.
  • L’activité des groupes ayant publié au 1er trimestre 2020 est encore faiblement marquée par l’impact du Covid 19 (+2,2% vs. 1er trimestre 2019), mais devrait être fortement impactée au 2nd trimestre 2020, à l’image de la dégradation des capitalisations boursières sur le 1er semestre 2020.

Les publications du chiffre d’affaires des majors européens du BTP au 31 mars 2020 montrent seulement les premiers effets de la crise du Covid-19. Les groupes français présentent déjà un recul moyen de 2,7% de leur activité par rapport au premier trimestre 2019.

Cette crise s’est également traduite par une forte dégradation des capitalisations boursières de l’ensemble des majors européens. Cette dégradation s’est cependant atténuée au fur et à mesure de la reprise des chantiers.

Découvrez l’intégralité de cette étude en cliquant ici.

Etude de rémunération nationale Hays 2020, le BIM fortement demandé dans le public et para public

Après une autre étude publiée récemment par un autre acteur des études, la tendance se confirme avec cette nouvelle étude de rémunérations Hays 2020. Le numérique et le BIM sont fortement demandés avec l’évolution des pratiques sur des postes de type BIM Manager, Référent BIM et BIM Coordinateur. Autodesk Revit est par ailleurs nommément cité, en référence au BIM, tel un standard de facto…

Par ailleurs, dans le secteur de l’Architecture, ce sont les métiers relatifs au BIM qui sont parmi les mieux payés.

Découvrez et téléchargez cette étude des rémunérations Hays 2020 en cliquant ici.

Autodesk reçoit le Prix du Leadership 2020 du US Green Building Council, saluant son implication forte pour le Développement Durable !

L’implication d’Autodesk pour le Développement Durable récompensée par une Organisation Internationale reconnue

Les prix annuels du US Green Building Council récompensent le leadership extraordinaire d’une personne, d’une organisation ou d’une Entreprise dans le domaine de la construction écologique et l’engagement à promouvoir des bâtiments et des collectivités sains et durables. Après son Classement 5ème mondial des Entreprises les plus engagées dans le Développement Durable en 2020, Autodesk est à nouveau récompensée pour son leadership dans le Green.

Le 12 novembre 2020 à Washington DC, le US Green Building Council (USGBC) a annoncé que 10 personnes, entreprises, organisations et projets inspirants ont été récompensées par le Prix du leadership 2020. Les lauréats sont à l’avant-garde de la construction écologique et travaillent à l’évolution des bâtiments et des collectivités sains, résilients et équitables. Ils ont été récompensés le jour même lors de l’événement de clôture de la conférence virtuelle Greenbuild.

«Nos lauréats du Prix du leadership 2020 comprennent qu’en investissant dans des bâtiments et des collectivités sains et écologiques, nous améliorons non seulement la qualité de vie des personnes, mais nous prenons également des mesures pour renforcer nos entreprises et notre économie», a déclaré Mahesh Ramanujam, président et PDG de USGBC et de Green Business Certification Inc. (GBCI). «Ces gagnants sont une inspiration pour nous tous et célébrer leurs réalisations est un point positif au cours d’une année qui nous a tous mis au défi. Leur travail nous rappelle combien il est important de garder espoir et de garder le cap, car un engagement en faveur de la construction écologique sera un élément clé de la reconstruction d’un monde meilleur.« 

Les lauréats représentent des leaders des secteurs public et privé qui ont montré leur engagement envers le LEED, ainsi que l’amélioration des performances environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), l’amélioration de la durabilité et de la résilience dans toute la ville et l’introduction de solutions innovantes de gestion des déchets.

Autodesk primé dans la catégorie entreprises, organisations et projets exceptionnels

Autodesk est un membre de longue date de l’USGBC et la Société est convaincue que le développement durable consiste à créer des outils permettant aux professionnels d’optimiser l’utilisation de l’énergie et des matériaux, de concevoir pour la santé et la résilience, et d’acquérir de nouvelles compétences pour s’adapter et prospérer grâce au changement. Par ailleurs, l’entreprise alimente ses bâtiments, Data Centers et services cloud avec une énergie 100% renouvelable et a réduit ses émissions de gaz à effets de serre de 43% depuis 2009. À partir de l’exercice 2021, elle s’est engagée à atteindre des émissions nettes de carbone nulles sur l’ensemble de son empreinte, y compris la chaîne d’approvisionnement. Ils ont obtenu 15 certifications LEED et soutiennent d’autres projets à travers le monde dans leur cheminement vers la certification à l’aide de leurs solutions BIM. Par le biais de sa Fondation Autodesk, l’entreprise fournit également des financements, des logiciels et des formations aux entrepreneurs et aux innovateurs qui conçoivent et créent des solutions pour les défis sociaux et environnementaux les plus urgents au monde, conduisant tous les secteurs à des résultats plus durables.

Source en anglais ici.