[Replay BIM World] Une table ronde passionnante à revoir autour de la transition environnementale avec des Femmes Dirigeantes et Expertes en transition environnementale de Bouygues Construction, EGIS, No Man’s Land et Autodesk

Les Entreprises se préparent aux enjeux environnementaux de demain en se transformant !

En réponse aux objectifs de neutralité carbone à l’horizon 2050 et face aux défis posés par les changements climatiques, les acteurs de la construction doivent absolument accélérer la transition environnementale. Cela passe par une transformation de leurs organisations, leurs process et leurs outils. Si la massification de la rénovation énergétique – qui fait partie des grandes priorités du Gouvernement – doit arriver, elle sera amplifiée par le digital et le BIM ou ne sera point.

Partages de visions et d’expériences avec des Intervenantes et Expertes de haut niveau :

  • Claire Boilley-Forestier, Responsable Développement Durable – Bouygues Construction
  • Béatrice Gasser, Directeur Technique, Innovation et Développement Durable – Egis
  • Laurence Bonnevie, Architecte – No Man’s land, Fondatrice et Présidente de la Maison Passive
  • Béatrice Cassignol, EMEA Brand Communications Lead – Autodesk

Au Royaume-Uni, Terry Stocks, Président du Groupe de travail sur les Collectivités Locales nous livre ses réflexions sur l’importance du numérique et du BIM pour ces acteurs

Terry Stocks, président du groupe de travail sur les autorités locales du CDBB (Center for Digital Built Britain), partage ses réflexions sur la manière dont les autorités locales du Royaume-Uni peuvent être incitées et aidées à tirer parti des avantages d’une approche numérique de la gestion de leur patrimoine et des informations sur leurs actifs.
Le secteur des collectivités locales est vaste et diversifié au Royaume-Uni. Il y a 343 « Councils » en Angleterre qui ont dépensé collectivement environ 25 milliards de livres sterling en dépenses d’investissement en 2017/2018 et environ 4 milliards de livres sterling pour l’entretien et l’exploitation des bâtiments. Cela représente une augmentation de 25% sur une période de cinq ans.

Les autorités locales ont des responsabilités et des populations variées, mais toutes sont aux prises avec des pressions budgétaires croissantes – en particulier en raison des efforts d’aide et de redressement liées à la COVID-19 – qui les ont conduites à se concentrer davantage sur la prestation de services plutôt que sur la gestion de leurs biens.

Cependant, compte tenu de leur patrimoine important, aborder la planification et l’exploitation des actifs d’une autorité par le biais d’une approche fondée sur les données pourrait avoir un impact significativement positif, chaque gain de 1% par l’apport de capitaux produisant des économies estimées à environ 250 millions de livres sterling dans le secteur.

L’adoption actuelle par le secteur des collectivités de la gestion de l’information numérique – connue sous l’appellation de BIM – est faible. Une enquête récente au Royaume-Uni menée par le groupe d’approvisionnement des autorités locales NACF (National Association Contractor Frameworks) a déclaré qu’environ 75% des personnes interrogées étaient neutres ou réticentes à l’introduction du BIM.

Il y a une perception que le coût d’entrée est élevé et une compréhension limitée du BIM et de la façon dont il pourrait soutenir une meilleure efficacité budgétaire et une meilleure prestation de services, ainsi qu’une préoccupation selon laquelle l’impact du changement sur la culture et les processus existants pourrait être trop lourd.

Le coût d’un logiciel adhoc, l’achat d’environnements communs de données (CDE ou plateformes) et les modifications des pratiques et procédures actuelles peuvent représenter un coût d’entrée important. Cependant, la vraie valeur du BIM est la spécification et la collecte de données. Le coût de la mise en œuvre du BIM doit être proportionné et le retour sur investissement (un investissement de 1 £ peut apporter jusqu’à 5 £ d’économie) peut être réalisé rapidement sous forme de POC (Proof Of Concept).

Il existe également une perception selon laquelle le BIM est uniquement destiné aux projets d’immobilisations tels que les nouvelles constructions et les rénovations majeures. Peu d’autorités locales savent comment il peut être appliqué dans la pratique pour offrir de la valeur et des avantages organisationnels lors de l’exploitation et de l’utilisation d’un bâtiment ou d’un autre actif.

Pour réussir, la stratégie numérique d’une organisation doit être liée aux objectifs clés fixés, y compris le zéro carbone net et la législation en cours pour les bâtiments de grande hauteur à haut risque (sujet très important au Royaume-Uni après la catastrophe de Grenfell), ainsi que la planification globale et l’efficacité de la livraison. L’établissement d’un ensemble de données fiables et accessibles accélérera considérablement la planification, les évaluations des risques, la planification des actions et les rapports d’une organisation, ainsi que l’assurance de la conformité.

Il existe, et continuera d’exister, des moteurs de politiques autour de l’environnement, de la santé et de la sécurité et de l’efficacité opérationnelle qui poussent davantage les autorités locales à démontrer les améliorations et la conformité des services. La mise en œuvre de méthodes de travail numériques et de processus de gestion des données est essentielle pour lutter contre toutes ces pressions.

Lisez ce rapport très intéressant et complet ici.

L’obligation du BIM pour les Ministères Publics mais pas les Collectivités

Par ailleurs, depuis 2011 au Royaume-Uni, l’accent sur le a été mis sur les principaux départements et ministères du gouvernement central détenant des biens pour intégrer le BIM dans leurs processus d’approvisionnement et de livraison de projets, ce qui est devenu ensuite obligatoire à partir d’avril 2016 pour tous les départements du gouvernement central.

Les autorités locales ne sont pas incluses dans l’obligation ; cependant, compte tenu du nombre important de biens qu’elles possèdent et de la gestion importante que cela représente, elles sont potentiellement bien placées pour bénéficier des avantages de sa mise en œuvre. Compte tenu de l’environnement économique au début du programme BIM, l’accent a été mis sur l’utilisation du BIM comme moyen de réduire les coûts lors de la phase de livraison d’un projet (conception et construction). Cependant, cela a toujours été un fait établi que le BIM a un rôle clé à jouer dans la phase opérationnelle du cycle de vie d’un actif. Tous ses bénéfices sont souvent mal compris, ce qui l’a, dans une certaine mesure, empêché d’être plus couramment spécifié et utilisé par les clients et les exploitants d’actifs.
Une autre idée reçue consiste à penser que le BIM est une modélisation 3D et que le coût d’entrée est élevé. En fait, le BIM concerne la modélisation des données et la gestion collaborative et standardisée des informations. De plus, le retour sur investissement peut être rapide s’il est déployé proportionnellement et peut donc être considéré comme une opportunité d’investir pour économiser. Pour les clients acheteurs et opérationnels, c’est la spécification et la construction des données à collecter et à partager qui permettent de garantir ses avantages futurs.
Ce document très intéressant cherche donc à faire changer les perceptions des Collectivités locales et à suggérer des initiatives / actions pour aider à résoudre les problèmes et parvenir à une adoption plus large.
Il existe deux groupes distincts de parties prenantes pour cet article : les décideurs politiques / organismes de parrainage de cet article, le CDBB (Center for Digital Built Britain) dans le cadre du Construction Innovation Hub (CIH); et les Autorités Locales.

  • L’un des principaux objectifs du CDBB, en partenariat avec la UK BIM Alliance, est d’influencer l’adoption plus large des méthodes de travail BIM / numériques. L’adoption plus large et l’augmentation de la capacité et de la compétence client / chaîne d’approvisionnement appuieront d’autres initiatives clés, telles que le jumeau numérique national (CND) et les méthodes modernes de construction (MMC).
  • Un facteur clé pour les Autorités Locales seront les économies potentielles de coût et de temps, l’amélioration de la prestation de services et de la planification du portefeuille de biens et du cycle de vie et l’atteinte de l’objectif de réduction de carbone net.

Les deux groupes de parties prenantes peuvent avoir des intérêts différents, mais ils sont interdépendants pour répondre aux besoins de l’autre.

Lisez ce rapport très intéressant et complet ici.

[Webinaire] Le BIM pour les Collectivités Locales à l’honneur avec 3 beaux témoignages de Villes du Nord et Sud-Ouest de la France, le 1er décembre 2020 – Inscrivez-vous !

Retours d’expérience, échanges et perspectives autour de ce processus innovant avec des Collectivités l’ayant implémenté

La ville de demain sera intelligente, résiliente et résolument plus durable ou ne sera point. Elle sera sans aucun doute conçue en BIM et en CIM, et le rôle joué par les grands donneurs d’ordres que sont les collectivités sera déterminant dans ce changement.

Découvrez les retours d’expérience de vos pairs, notamment la métropole de Toulouse (31), la ville de Lambersart (59) et la Communauté de Communes Couserans-Pyrénées (09) qui échangeront et débattront sur les thèmes suivants :

  • Pourquoi adopter un processus BIM ?
  • Quelles sont les étapes pour conduire un projet en BIM de manière efficace ?
  • Comment migrer vers ces nouveaux usages (analyse, investissements, formation, accompagnement, indicateurs de performance clés) ?
  • Quels sont les conseils, écueils à éviter, bonnes pratiques, exemples et défis à relever ?
  • Quels sont les bénéfices et apports escomptés à court, moyen et long termes ?

Intervenant.e.s :

  • Emilie Tourret, BIM Manager – Métropole de Toulouse Christian Real, Architecte DPLG
  • Joanna Gorczinska, Architecte HMONP – Ville de Lambersart
  • Julien Bay, Directeur des services techniques – Communauté De Communes Couserans-Pyrénées

Enfin, une session de questions-réponses clôturera ces réflexions et vous permettra de poser des questions aux intervenants et d’échanger avec eux.

Ce rendez-vous se fera sous forme d’un webinaire en ligne le mardi 1er décembre de 10h à 11h !
L’événement est totalement gratuit mais l’inscription est obligatoire. Vous pouvez vous enregistrer en cliquant ici.

Une Tour iconique d’AIA Life Designers et AWMountassir pour le futur CHU de Rabat – Détails

Le développement durable jouera un rôle clé pour le futur hôpital IBN SINA

Le concours pour le futur CHU de Rabat a été remporté par AIA Life Designers et AWMountassir. La partie Ingénierie sera assurée par AIA Ingénierie et TPFI pour la Structure. Sa tour accueillera un jardin bioclimatique dans un parc, symbole de la modernité, de la qualité des soins et de l’engagement écologique du Maroc. Cette tour iconique de 140m de haut remplacera l’actuel CHU construit en 1954. Imaginés par les architectes et ingénieurs d’AIA Life Designers et d’AWMountassir, la tour et son socle se sculptent comme un corps unifié s’ouvrant sur un parc de 6,5 ha.

Le nouvel hôpital IBN SINA sera une prouesse architecturale et technique consacrée à l’excellence hospitalière et la haute qualité environnementale et énergétique, véritable équilibre entre nature et high-tech. Il accueillera un hôpital général de 916 lits, l’Institut de la ligue cardiovasculaire, un Centre d’enseignement et de conférences ainsi qu’un Internat. Alliant prouesse architecturale, excellence technique et performance environnementale, le projet illustre l’harmonie entre ville et nature. Ce projet de 130293m2 sera d’une excellence hors du commun d’un point de vue développement durable. Afin d’atteindre ces objectifs de performance élevés, le tout sera développé en BIM avec Autodesk Revit et d’autres solutions adhoc.

Maîtrise d’Ouvrage : Ministère de la Santé du Royaume du Maroc
Maîtrise d’Ouvrage déléguée : Ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Royaume du Maroc
Maîtrise d’œuvre :

  • Architectes : AIA Architectes + AWMountassir
  • Ingénierie : AIA Ingénierie + TPFI (structure) + A2MO + 8’18
  • Environnement : AIA Environnement
  • Paysage : AIA Territoires
  • Acoustique : Tisseyre + Partners (Rabat)

Découvrez tous les détails de ce magnifique projet sur le site d’AIA Life Designers.

Les données et le BIM au secours du secteur de la Construction et de l’environnement, un article de fond de Lynelle Cameron

Dans l’un des numéros de « Global Infrastructure Magazine », Lynelle Cameron, Vice-Présidente en charge du développement durable et PDG d’Autodesk Foundation explore comment un outil gratuit et open source peut réduire le carbone incorporé dans la construction de bâtiments afin d’aider à résoudre la crise climatique.

Elle y évoque en effet EC3, un outil développé sur la base d’Autodesk Forge par plus de 50 sociétés.

Source en anglais ici.

Les années 2020 seront une décennie décisive pour lutter contre le changement climatique : l’humanité doit réduire de moitié ses émissions carbone d’ici 2030 pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Étant donné que les bâtiments contribuent à environ 40% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde, il est essentiel que les professionnels de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction (AEC) comprennent leur rôle dans le cadre de cette réduction de l’empreinte carbone du secteur et comme il devient indispensable d’utiliser les outils et processus disponibles afin d’y arriver plus rapidement et efficacement.

Depuis des années, l’industrie de la construction a concentré ses efforts sur le climat au niveau de la consommation d’énergie opérationnelle provenant de l’éclairage, du chauffage, du refroidissement, de l’eau chaude et d’autres sources de consommation énergétique. Il y a eu en ce sens de grands progrès ayant amélioré l’efficacité et l’approvisionnement en énergies renouvelables. Cependant, il existe une autre source moins évidente d’émissions de GES associées aux bâtiments : le carbone incorporé. Il est déjà dans l’atmosphère, réchauffant tranquillement notre planète, au moment où les matériaux rejoignent le site du projet. Et pour les bâtiments neufs, ses impacts climatiques sont presque égaux à ceux de l’énergie opérationnelle.

Le carbone incorporé comprend toutes les émissions de GES associées à la construction de bâtiments, y compris celles qui résultent de l’extraction, du transport, de la fabrication et de l’installation des matériaux de construction sur place, ainsi que les émissions opérationnelles et en fin de vie associées à ces matériaux. Le carbone incorporé «du berceau au tombeau» désigne les émissions associées uniquement à la production de matériaux de construction, de l’extraction des matières premières à la fabrication des produits finis ; il peut être considéré comme le carbone de la chaîne d’approvisionnement et il représente la grande majorité du carbone incorporé total d’un bâtiment.

Malheureusement, le carbone incorporé est plus difficile à mesurer et à suivre que le carbone opérationnel, qui est relativement simple à extrapoler à partir des factures d’énergie des occupants. La détermination du carbone incorporé de tout matériau de construction est impossible à déterminer à partir du seul produit fini et nécessite une auto-évaluation et une transparence du processus de la part du fabricant. Deux matériaux peuvent sembler identiques, coûter le même montant, fonctionner selon les mêmes normes – mais ont des caractéristiques de carbone incorporées totalement différentes. Par exemple, une poutre en acier recyclé à 100% produite à l’aide d’énergie renouvelable peut sembler identique à une poutre en acier vierge produite à l’aide d’un four à charbon, mais elle a des niveaux de carbone incorporé très différents. L’origine de chaque poutre en acier et la distance à laquelle elle a été transportée ajoutent une complexité supplémentaire.

Afin de mettre fin à cela, un consortium à but non lucratif d’acteurs de l’industrie de la construction s’est réuni pour développer ce qui est maintenant connu sous le nom de calculateur de carbone intégré dans la construction (EC3 pour Embodied Carbon3) : un outil gratuit, basé sur le cloud et open source qui utilise les données pour améliorer les choix de matériaux et s’attaquer au carbone incorporé du berceau au tombeau.

Calcul du carbone incorporé

Ce qui est mesuré est géré.

La fonction principale d’EC3 est d’accélérer et de faire évoluer la réduction du carbone incorporé dans l’environnement bâti. Les utilisateurs du secteur du bâtiment peuvent facilement accéder et afficher les données sur les émissions de carbone des matériaux pour les produits fabriqués dans une zone géographique définie, permettant ainsi des choix intelligents en matière de carbone lors de la conception et de l’approvisionnement. Ce qui aurait pris des jours d’experts peut désormais être accompli en quelques minutes par des médecins généralistes.

L’intégration d’EC3 aux outils standard BIM peut encore étendre son utilité. La connectivité à l’échelle de l’industrie qui en résulte permet aux professionnels de l’AEC de transférer des données quantitatives sur les matériaux du projet directement du modèle numérique du bâtiment vers EC3, puis de visualiser les impacts du carbone incorporé de leurs choix de matériaux (exposition).

Exposition

EC3 transforme le modèle BIM 3D du bâtiment en une carte interactive et graphique de localisation du carbone intégré.

Le facteur le plus puissant de l’analyse comparative rapide du carbone d’EC3 est peut-être sa stratégie de données sur les matériaux, qui permet aux utilisateurs de classer les matériaux produits localement en fonction des performances du carbone incorporé. Les données sont tirées de fiches techniques sur les matériaux accessibles au public appelées «déclarations environnementales de produits» (EPD) ou FDES en français – qui sont facilement consultables une par une, mais pas en grand nombre. Après avoir rassemblé plus de 23000 EPD, EC3 analyse la composition et quantité du carbone incorporé de chacun, ainsi que les spécifications de performance du matériau et le lieu de fabrication.

En conséquence, les professionnels du bâtiment peuvent rapidement voir comment les matériaux s’empilent les uns par rapport aux autres dans leur région d’approvisionnement, ce qui facilite la distinction entre, par exemple, deux poutres en acier identiques.

EC3 est le produit d’une collaboration industrielle entre entreprises générales, ingénieurs structure, agences d’architecture, fabricants de matériaux, entreprises technologiques et universitaires.1 Le projet a rapidement attiré un vaste consortium d’entreprises AEC – y compris un certain nombre de concurrents – qui se sont regroupés pour un bénéfice mutuel. Cette coopétition a permis aux développeurs d’EC3 de construire leur méthodologie et de valider des idées avec la contribution d’un large échantillon de l’industrie, garantissant la qualité et la pertinence de l’outil.

La communauté des partenaires et des entreprises sponsors continue de s’agrandir. Microsoft a été le premier à expérimenter l’outil sur un grand projet lors de la rénovation du campus de son siège social à Redmond, Washington.2 Et dans un récent article de blog, Bill Gates a reconnu EC3 comme le type de technologie qui nous aidera à atteindre le zéro émissions. En outre, le port de Seattle utilise EC3 dans des projets pilotes4, Skanska US a réduit le carbone incorporé dans ses projets de 30% sans augmenter les coûts d’approvisionnement, et Webcor, basé en Californie, déploie EC3 sur tous les projets futurs.

Résoudre les défis de durabilité de la construction grâce à la collaboration

À un niveau élevé, les défis liés au changement climatique auxquels l’industrie de l’AEC est confrontée aujourd’hui exigent un véritable effort collectif, une réflexion hors des sentiers battus et une ouverture d’esprit. Les entreprises du secteur de l’AEC toutes disciplines confondues peuvent faire avancer la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre beaucoup plus rapidement lorsqu’elles se rallient autour d’une solution partagée. La coopétition derrière EC3 peut donc servir de catalyseur important de changement. En cette ère de préoccupation accrue concernant la confidentialité des données, l’ouverture préconcurrentielle et la volonté de partager les données et les meilleures pratiques pour réduire le carbone incorporé sont vraiment frappantes.

EC3 anticipe également ce à quoi ressembleront les plateformes connectées pour un avenir durable. Les données ouvertes et la collaboration entre les silos seront essentielles, et la technologie que l’industrie utilise pour mesurer et réduire l’empreinte environnementale des bâtiments commence à en tenir compte. L’ensemble de données sous-jacentes d’EC3 rassemblent des informations normalisées sur les fabricants de matériaux, ce qui les rend ouvertes et géolocalisées. Et le BIM relie toute la chaîne de valeur AEC à travers les phases du projet. Ensemble, ces technologies fournissent des informations basées sur les données sur une plateforme unifiée, permettant une meilleure prise de décision tout au long du cycle de vie du projet.


L’inspiration peut inciter les créateurs des solutions de développement durable de demain, peut-être à s’attaquer au carbone embarqué dans d’autres parties de l’environnement bâti, comme les routes. Au fur et à mesure que l’adoption du BIM se développe, Autodesk a reconnu la formidable opportunité de créer une plateforme ouverte et de s’associer avec les créateurs de ces outils pour fournir des informations toujours meilleures aux clients grâce à des expériences transparentes.

Avec de nouveaux modèles de développement de solutions collaboratives alimentés par des données connectées, il peut devenir possible de réduire considérablement les émissions de GES en moins d’une génération. Nous avons tous un rôle à jouer pour rendre les solutions de développement durable de l’avenir faciles, accessibles et fiables pour les industries que nous servons. Se regrouper pour contrer la marée nous profitera tous.

  1. Pour plus d’informations sur cette collaboration, voir “Initiative : Outil EC3,” initiatives menées par les membres, Carbon Leadership Forum, carbonleadershipforum.org
  2. Building a modern campus,” Microsoft, news.microsoft.com.
  3. Voir “Buildings are bad for the climate.,” Gates Notes, 28 Octobre 28, 2019, gatesnotes.com.
  4. Leslie Stanton, “Building to reduce embodied carbon emissions,” Port de Seattle, September 24, 2019, portseattle.org.

[Replay] A revoir sur BIM World online : Nouvelles compétences et adaptations des métiers aux enjeux de la construction bas carbone et du numérique

A revoir en replay, un débat sur l’évolution des métiers du BTP au cœur des enjeux du bas carbone

La formation initiale des futures générations et la formation des professionnels est la clé pour réussir la transition énergétique tant attendue de l’Industrie de la Construction, dont notamment, BIM et numérique sont les fondations. En effet, sans digital et BIM, la massification et la maîtrise des rénovations énergétiques ainsi que l’efficacité des programmes neufs seront difficilement atteignables.

Dans ce contexte, comment s’organisent aujourd’hui les acteurs de l’enseignement et les entreprises pour répondre à ces défis ? C’est ce à quoi les participants de cette table ronde ont répondu le mercredi 4 novembre lors des Conférences BIM World online.

Les intervenant.e.s étaient :

  • Samia Bru, Directrice du Développement, BTP – CFA Occitanie
  • Emmanuel Di Giacomo, Responsable Développement des écosystèmes BIM Europe et Architecte – Autodesk
  • Guy Martin, Directeur, Vieo Habitat Innovant
  • Hocine Mastari, Formateur – Expert BIM, BTP – CFA Occitanie
  • Pierre Mit, Président – buildingSMART France / Mediaconstruct
  • Pascal Navaud, Président – Réseau La Maison Abordable

Vous pouvez revoir cette conférence intéressante ci-dessous.

Autodesk rachète Spacemaker et met à disposition des architectes, la conception générative basée sur l’intelligence artificielle pour explorer les meilleures options d’aménagement urbain

La Conception Générative va faire un grand pas en avant grâce à ce rachat de Spacemaker par Autodesk

Cette acquisition apporte aux architectes et aux promoteurs immobiliers la puissance de l’automatisation afin de tester des idées d’aménagement urbains en quelques minutes, et créer des espaces et des villes plus durables

San Rafael (Californie, Etats-Unis) – 17 novembre 2020 – A l’occasion d’Autodesk University, Autodesk annonce avoir signé un accord définitif pour acquérir Spacemaker pour un montant de 240 millions de dollars nets (environ 203 millions d’euros).

Basé à Oslo en Norvège, Spacemaker utilise l’intelligence artificielle et la conception générative pour aider les architectes, les urbanistes et les promoteurs immobiliers à prendre plus rapidement et de façon mieux avisée, des décisions dans les premières phases d’une opération (en particulier lors des études d’avant-projet). Cela permet également d’intégrer les notions de durabilité dès le départ. En évaluant très rapidement, les meilleures options de projet, Spacemaker aide les architectes et urbanistes à optimiser les investissements immobiliers de leurs clients sur le long terme.

Cette transaction est soumise aux conditions de clôture habituelles et devrait être conclue au cours du quatrième trimestre de l’année fiscale 2021 d’Autodesk, qui se termine le 31 janvier 2021.

L’acquisition de Spacemaker dote Autodesk d’une plateforme puissante capable d’apporter, grâce à l’intelligence artificielle, des fonctions modernes et accessibles d’automatisation, et d’accélérer la productivité des architectes en matière de conception.

Grâce à Spacemaker, les architectes peuvent rapidement créer et évaluer des variantes de projets relatives à un bâtiment ou à un aménagement urbain. Avec l’intelligence artificielle comme partenaire de l’architecte, la plateforme Spacemaker permet aux utilisateurs de générer, d’itérer et d’optimiser très tôt diverses options de conception, tout en tenant compte des critères de conception et des données comme le terrain, les cartes, le vent, l’ensoleillement, la circulation et les flux… Spacemaker génère rapidement des options de conception optimisées pour exploiter au mieux le site. De meilleurs résultats sont ainsi obtenus dès le départ. Les concepteurs peuvent alors se concentrer sur la partie créative de leur métier.

« Spacemaker dispose d’une connaissance approfondie de l’automatisation et donne aux concepteurs la possibilité de créer et de tester des idées d’aménagement urbain en quelques minutes », explique Andrew Anagnost, PDG et Président d’Autodesk. « Avec deux milliards d’habitants en plus sur notre planète d’ici 2050, concevoir rapidement et durablement des plans d’aménagement urbain doit être une priorité. La technologie de Spacemaker apporte un changement fondamental dans la façon dont nous imaginons et construisons les villes, tout en préservant la santé de la population et celle de la planète. »

« Chaque décision que nous prenons reflète nos valeurs. L’acquisition de Spacemaker souligne notre engagement à accompagner les architectes, urbanistes et concepteurs à changer notre monde pour le rendre meilleur », déclare Amy Bunszel, vice-présidente principale pour les solutions de conception AEC (architecture, ingénierie, construction) chez Autodesk. « Associée à nos technologies et à nos équipes, la solution révolutionnaire de Spacemaker permettra aux concepteurs de prendre des décisions de conception plus avisées et de contribuer à résoudre certains des plus grands défis qui nous attendent tous. »

« Il y a quatre ans, nous nous sommes donnés pour mission d’aider les équipes de conception, d’ingénierie et de projet à réinventer le développement des villes et des quartiers dans le monde entier, pour qu’ils soient plus durables tout en maximisant l’investissement », a déclaré Havard Haukeland, PDG et cofondateur de Spacemaker. « Autodesk partage notre vision : celle de concevoir une planète plus saine pour tous. De plus, Autodesk dispose d’un réseau international unique qui permettra de rendre disponible notre solution plus rapidement auprès des équipes de planification et de conception. C’est une étape importante pour notre équipe et pour ceux qui nous ont soutenus depuis le début. »

« En Norvège, les promoteurs immobiliers sont à l’avant-garde de la transformation numérique dans le secteur du bâtiment. Cela se traduit à la fois par une rentabilité accrue des projets mais surtout par une meilleure capacité à lutter contre le changement climatique grâce à des développements immobiliers plus durables », a déclaré Daniel Kjørberg Siraj, PDG d’OBOS. « Les entreprises qui rebattent les cartes telles que Spacemaker font partie de la solution. Aussi, il est primordial de leur ouvrir la voie dont ils ont besoin pour avoir cet impact. En tant qu’investisseur et utilisateur de la première heure, je suis très heureux de voir Spacemaker rejoindre Autodesk. J’attends avec impatience de voir cette technologie d’origine norvégienne transformer l’industrie à l’échelle mondiale. »

Pour plus de détails sur cette acquisition, voir le PDF ici.

A propos d’Autodesk

Autodesk développe des logiciels pour les spécialistes de la conception, de l’architecture, de l’urbanisme, du bâtiment et de l’ingénierie. Quiconque a déjà conduit une voiture hyper puissante, admiré des tours de grande hauteur, utilisé un smartphone ou regardé un grand film a déjà vécu ce que des millions de clients d’Autodesk créent avec nos logiciels. Avec Autodesk, les possibilités sont illimitées. Pour en savoir plus, consultez le site Web ou suivez @AutodeskFrance sur Twitter, Facebook et YouTube.

Au sujet d’Autodesk University

Autodesk University (AU) est une série de conférences et de cours en ligne visant à inspirer, à stimuler et à dynamiser les utilisateurs des logiciels Autodesk, les partenaires et les leaders de l’industrie autour du futur de la conception, de l’ingénierie et de la construction. Autodesk University 2020 est pour la première fois, numérique et réunit virtuellement plus de 90 000 innovateurs de plus de 190 pays pour explorer de nouvelles façons d’imaginer, de concevoir et de fabriquer. AU offre également un accès gratuit tout au long de l’année à des contenus d’apprentissage, de développement professionnel et à des conférences. De plus amples informations sont disponibles sur le site web, ou en suivant @AutodeskU #AU2020.

AIA Life Designers remporte le concours pour la reconfiguration et la modernisation du Centre Hospitalier de Meaux

A découvrir sur leur site, AIA Life Designers – l’une des plus grandes Agences d’Architecture Françaises – vient de remporter le concours pour la reconfiguration et la modernisation du Centre Hospitalier de Meaux dont les travaux débuteront en 2022 et se termineront en 2025. Celle-ci sera réalisée en processus BIM avec Autodesk Revit sur lequel est standardisé AIA sur une grande partie de ses projets.

Le coût est évalué à 84,2 M€ HT et comprend la construction d’un nouveau bâtiment principal, la transformation du parc immobilier existant de plus de 45 000 m², ainsi que la création d’un nouveau parc de stationnement de 500 places à l’extérieur.

C’est à la lumière de la crise actuelle que les grands principes qui fondent cet établissement de santé sur le plan organisationnel et de la construction ont été repensés. Il s’agira de permettre au système de pouvoir évoluer, de s’adapter en fonction des besoins et de faire face aux risques sanitaires exceptionnels.

Au travers d’une conception bas carbone de qualité, le projet sera un exemple d’excellence environnementale. Tout cela est rendu possible et facilité par la maîtrise du BIM chez AIA Life Designers et l’utilisation notamment de solutions Autodesk telles que Revit.

Retrouvez tous les détails de ce beau projet en cliquant ici.

[Webinar] Digital and BIM: Building a Better and More Sustainable World at Autodesk University 2020

Autodesk University is officially launched – Attend Digital and BIM: Building a Better and More Sustainable World, a presentation by Emmanuel Di Giacomo

AU2020 will officially launch on November 17th. Among all the exciting presentations that will take place, you can register for this presentation around Sustainability and BIM, allowing to create a better world by clicking here.

Our planet is facing the biggest challenges seen in humanity’s lifetime: The environment at risk and being destroyed by humans, the acceleration of city growth, and the population acceleration in the megacities of tomorrow. The building industry consumes a large part of our natural resources. There’s a big demand for houses and infrastructures to welcome these future populations, and buildings are generating a large portion of the carbon footprint on our planet. How can we overcome all these challenges and make a better world for our children and our children’s children? Digital and BIM (Building Information Modeling) is certainly one of the best ways to bring some concrete and very pragmatic answers. In this class, you’ll see how Autodesk’s BIM and digital software are helping shape the beautiful world of tomorrow. Through very concrete examples and solutions, you’ll see that sustainability is not a dream anymore.

If you’re interested, you can register here by clicking on « Follow ».

It will be presented by Emmanuel Di Giacomo, EMEA BIM Ecosystem Development Manager and Architect.

Emmanuel has been working for 18 years at Autodesk. With 7+ years of experience as a BIM solutions expert on Revit in Europe, he has a degree in architecture (1993) and has more than 30 years of experience in 3D technology. Actually BIM Ecosystem Development Manager for Europe, his role is to ensure the whole AEC Industry is embracing BIM and expand its ecosystem as widely as possible by helping both private and public sectors in order to have a successful shift in the Industry. Formerly BIM Technical Expert , he has been promoting BIM solutions in France’s major architectural practices, design offices and construction companies in the building industry. He also trained some famous architectural practices in Europe in advanced modeling like Zaha Hadid, Sweco and was in charge of Customer Successes in EMEA. He has been AEC Marketing Manager for 3 years and also product manager for 3 years. He manages his AEC Blog: https://www.abcdblog.fr/

Finally, he is the creator of the Utopic City designed with Revit in BIM: http://www.facebook.com/revitarchitectureutopiccity

[Conférence] Digital and BIM: Building a Better and More Sustainable World à Autodesk University 2020

Autodesk University approche – Venez écouter « Digital and BIM: Building a Better and More Sustainable World »

AU2020 sera officiellement lancé le 17 novembre. Parmi toutes les présentations passionnantes qui auront lieu cette année, vous pouvez vous inscrire à cette présentation sur l’importance du développement durable, s’appuyant sur le numérique et le BIM, permettant de créer un monde meilleur en cliquant ici.

Notre planète est confrontée depuis ces dernières décennies aux plus grands défis de l’humanité : l’environnement est menacé et détruit par l’Homme, l’accélération de la croissance des villes est exponentielle et la population dans les mégapoles ne cesse de s’accroître. L’industrie du bâtiment consomme une grande partie de nos ressources naturelles. Il y a une forte demande en logements et en infrastructures nouvelles afin de pouvoir accueillir ces futures populations, et le bâtiment génère une grande partie de l’empreinte carbone de notre planète.

Comment pouvons-nous surmonter tous ces défis et créer un monde meilleur pour nos enfants et les futures générations ?

Le Digital et le BIM (Building Information Modeling) font certainement partie des meilleurs moyens pour apporter des réponses concrètes et très pragmatiques. Au cours de cette présentation, vous découvrirez comment les logiciels BIM et technologies numériques d’Autodesk contribuent à façonner un monde plus durable demain. À travers des exemples et des solutions très concrètes, vous constaterez que la durabilité n’est plus un rêve.

Si cette présentation en anglais vous intéresse, vous pouvez vous enregistrer en cliquant ici sur « Follow ».

Cette présentation sera donnée par Emmanuel Di Giacomo, EMEA BIM Ecosystem Development Manager et Architecte.

Emmanuel travaille depuis 18 ans chez Autodesk. Avec plus de 7 ans d’expérience en tant qu’expert des solutions BIM et de Revit en Europe, il est diplômé en architecture (1993) et a plus de 30 ans d’expérience dans les technologies 3D. En tant que responsable du développement des écosystèmes BIM pour l’Europe, son rôle est de s’assurer que le secteur de l’AEC et son écosystème adopte le BIM aussi largement que possible en aidant les secteurs privé et public à réussir leur transformation numérique. Ancien Expert Technologique BIM, il a soutenu les grands agences d’architecture, bureaux d’études et entreprises de construction en France et dans le monde dans le cadre de leur passage au BIM. Il a également formé des agences d’architecture renommées en Europe à la modélisation avancée comme Zaha Hadid, Sweco, Piero Lissoni, etc. et il était en charge de la transformation numérique de ces professionnels pour la région EMEA. Il a été responsable marketing AEC pendant 3 ans et il a notamment lancé Autodesk Revit en France.

Il est aussi le créateur d’une Ville Utopique – Revit Utopic City – conçue avec Revit en BIM : http://www.facebook.com/revitarchitectureutopiccity