[Replay] Revivez les plus beaux moments de « Metamorphosis », la BIM Conference de NKE et des plus grands professionnels du secteur de l’AEC

Des moments d’émotion, sensibles, vrais, et le numérique et le BIM en toile de fond

Elles et Ils sont Architectes, ingénieurs, maîtres d’ouvrage, entreprise. Leur âme créative, de constructeur et d’ingénieur, leur expérience, leur savoir et leur sensibilité leur permet de créer les environnements de qualité dans lesquels nous serons amenés à vivre. Ils vivent avec leur temps et savent équilibrer la part d’analogique, de numérique et de BIM dans leur pratique quotidienne….

Grands Architectes tels qu’Archea Associati, Piero Lissoni, grandes métropoles, importantes ingénieries, ils témoignent – en italien – de l’importance du numérique et du BIM dans la réussite de leurs projets.

L’événement totalement online organisé par NKE, grand Partenaire Autodesk dans lequel les meilleurs influenceurs, les BIM Managers les plus célèbres, les agences les plus prestigieuses et les entreprises de pointe, alterneront la présentation de projets réels et d’études de cas, analysant leurs criticités et leurs forces.

Découvrez toutes ces vidéos en cliquant ici.

L’agenda en quelques lignes :

14 décembre 2021
Journée Infrastructure et chantier

  • BIM pour l’immobilier, la logistique et l’industrie légère
    Filippo Salis, PDG et fondateur SFRE srl
  • Métro de Turin Ligne 2 – Infra.to et BIM
    Luca D’Accardi, BIM Manager Infra.To.
  • Présentation de l’étude de cas « Nouveau pont sur la rivière Magra » pour l’application du processus BIM à des projets d’infrastructure linéaire
    Alessio Gori, ingénieur civil et gestionnaire BIM Polytechnic Engineering and Architecture Soc. Coop
  • Mise en œuvre du BIM avec et sans expérience
    Maria Benitez Balseiro, Coordinadora de Arquitectura ISDEFE
  • L’infrastructure BIM
    Andrea Moi, Category Manager Lead-Personal Systems HP Italie
  • Récupération et rénovation de l’ancienne caserne Boscariello à Naples
    Fabio Figini, coordinateur BIM RINA Consulting S.p.A & Andrea Tomarchio, vice-président exécutif, Infrastructure, RINA Consulting
  • Présentation de la durabilité
    Jad Dellel, responsable de la réussite de la durabilité EMEA, Autodesk
  • Discussion à 360 ° sur le BIM à la lumière du nouveau décret 312/2021 et de la force motrice du PNRR
    Prof. Alberto Pavan, professeur associé au Politecnico di Milano
  • Modélisation BIM pour le projet définitif d’adaptation de la jonction Mecenate sur le périphérique Est de Milan
    Matteo Bernareggi, Project and BIM Manager Unité Infrastructures – J + S srl
  • Workflow BIM collaboratif pour le nouveau téléphérique « Cortina 2021 »: 2D à 6D avec NKE pour Leitner Spa
    Neri Lorenzetto Bologna BIM Manager, MEP Specialist and Owner 2D à 6D

15 décembre 2021
Journée Architecture

  • BIM et créativité : l’exemple d’Archea Associati
    Prof. Marco Casamonti, Architecte et Fondateur Archea Associati
  • Balaton Lake Golf Resort
    Miguel Casal Ribeiro, partenaire principal Lissoni & Partners & Mitla Morato, chef de projet et partenaire Lissoni & Partners
  • Parametric Design for Leed – A new school for Isnello
    Arch. Fabrizio Bonatti, BIM Manager, CDE Manager and Co-Founder Sums Architects
  • L’état de l’art du BIM dans le monde – Obligations et normes accélérant l’adoption de la digitalisation
    Arch. Emmanuel Di Giacomo, EMEA BIM Ecosystem Business Development Manager Autodesk
  • Starching: nous transformons la complexité en vie
    Matteo Giani, BIM Manager Starching srl
  • L’importance de la lecture d’images
    Paolo Zambrini, architecte / président d’Engram srl & Martina Magrini, ingénieur en construction et architecte / partenaire du studio Engram / artiste 3d senior
  • Du réel au virtuel – Stefano Piovesan, HP
  • SIO Engineering: Remodeler l’avenir
    Francesco Iorio, PDG et directeur technique SIO srl et Flavio Casati, directeur BIM SIO srl
  • BIM pour le commerce de détail et la décoration d’intérieur
    Matteo Lugli, PDG et fondateur de BUILT Srl & Federico Borsetto Fondateur et responsable du développement de BUILT Srl
  • GES 2 – L’usine à rêves
    Dionysios Tsagkaropoulos, Image Manager chez Renzo Piano Building Workshop Paris

16 décembre 2021
BIM – Journée Fabrication

  • BIM pour la préfabrication
    Roberto Volpi, responsable de la conception de Magnetti Spa
  • Revit et BIM : la « clé de voûte » du changement organisationnel
    Jacopo Giovanni Zannier, Directeur Général ADOTTA Italia Srl & Federico Sesamo, Spécialiste BIM / Technicien ADOTTA Italia Srl
  • Nouvelles technologies numériques et approche commerciale
    Roberto Botti, directeur général Simes Spa
  • Solutions de portes automatiques : un exemple de Cross Industry
    Gian Maria Agretti, Sales & Marketing Director Label Spa & Andrea Agnetti, Product Manager chez Label Spa
  • De MEA à BIMEA, comment MEA Watermanagement se prépare pour le BIM
    Frederic Mohs, directeur marketing et responsable du développement commercial pour MEA Water Management
  • GeicoTaikisha, collaboration intersectorielle et multidisciplinaire
    Andrea Scotti – Layout Manager GeicoTaikisha

Découvrez toutes ces vidéos en cliquant ici.

[Evènement] EU Industry Days, inscrivez-vous pour assister à cet évènement sur le futur de l’Europe et la grande transition qui s’impose

Les Journées européennes de l’industrie, événement annuel phare de l’Europe !

Cet évènement mettra en lumière les leaders industriels et les discussions en cours sur la politique industrielle tout en améliorant la base de connaissances de l’industrie européenne.

C’est la principale plateforme pour discuter des défis de l’industrie et co-développer des opportunités et des réponses politiques dans un dialogue inclusif avec un large éventail de parties prenantes.

L’édition 2022 se déroulera dans un format hybride à Bruxelles du 8 au 11 février 2022 et stimulera les discussions au sein des écosystèmes industriels sur leur transition verte et numérique, afin de soutenir le renforcement de la résilience des entreprises de l’UE (y compris les PME).

Il organisera également des discussions sur la manière dont les jeunes générations peuvent façonner l’avenir de l’industrie de l’UE, conformément à la proposition de la Commission de faire de 2022 l’Année européenne de la jeunesse. Certaines de ces discussions se tiendront dans le cadre d’un programme spécial pour la jeunesse, qui mettra l’accent de l’événement sur certaines des préoccupations les plus urgentes pour les jeunes Européens d’aujourd’hui : l’égalité sociale, le chômage des jeunes et le travail précaire, et l’appel urgent à des modèles économiques durables et socialement responsables.

Cet évènement extrêmement important fera la part belle au secteur de la construction, à la transition numérique et environnementale, ainsi qu’au développement durable et à l’innovation. Des conférences d’une grande qualité et d’un grand intérêt s’y dérouleront. Découvrez le programme ici ou téléchargez-le en PDF ici.

Inscrivez-vous dès maintenant ici.

The Link, magnifique projet de PCA-STREAM et futur siège de TOTALEnergies construit par VINCI Construction France et ADIM, commence son ascension dans la skyline parisienne

Les travaux pour la construction de la tour la plus haute de France , imaginée par l’architecte Philippe Chiambaretta, avancent

À La Défense, les travaux s’organisent pour la construction de ce chef d’œuvre architectural avec l’installation d’une grue et le montage d’une plateforme logistique, en surplomb du boulevard circulaire qui serviront aux approvisionnements futurs.

C’est ADIM Paris Île-de-France, filiale de VINCI Construction France qui est à la manœuvre pour le compte de Groupama (propriétaire du site). Le chantier avait démarré en mars 2020, avec la destruction de trois immeubles Gan sur la parcelle. Les fondations, des pieux / barrettes de 60 mètres de profondeur seront prêtes fin janvier.

Un projet conçu et construit en BIM

S’élevant au cœur du quartier Michelet, The Link intègre deux tours, reliées sur 30 niveaux par des passerelles végétalisées. L’aile Arche s’élèvera à 228 mètres au-dessus du parvis, avec 50 étages, et l’aile Seine, à 165 mètres avec 35 étages. L’ensemble reposera sur un socle commun de trois niveaux, entre le boulevard urbain et le parvis. Le projet a été conçu avec les solutions BIM d’Autodesk telles que Revit, Dynamo, Navisworks ou encore BIM 360.

Des passerelles permettront de créer des plateaux de 3 000 m2 et, en duplex, 6 000 m2, tous les étages étant reliés deux à deux par de grands escaliers ouverts et faciles d’accès. Les salariés bénéficieront de 130 000 m2 d’espaces de bureaux, de restauration et de coworking. Ce modèle d’Architecture est une machine destiné à créer du lien comme le dit son créateur Philippe Chiambaretta. Le projet représentera l’un des plus hauts niveau de performance et de durabilité, avec notamment des panneaux solaires en façade pour fournir de l’énergie à la tour.

Découvrez les dessous de ce fantastique projet ci-dessous.

[Rapport] Le Construction Innovation Hub (CIH) au Royaume-Uni explore les nouveaux modes de travail numérique

Un cadre pour l’avenir, les nouvelles technologies et le numérique au service des nouvelles approches méthodologiques

Le Construction Innovation Hub Britannique (CIH) lance un nouveau rapport, « Capacités numériques : un cadre pour les professionnels en début de carrière », expliquant comment le secteur de l’environnement bâti sera transformé par la technologie et les nouvelles méthodes de travail.

Il a été rendu par la recherche et les idées issues d’une série d’ateliers avec de jeunes diplômés et leurs managers dans diverses disciplines de l’environnement bâti, ainsi qu’une série de tables rondes avec des responsables de cours universitaires, des organisations professionnelles et des représentants de l’industrie.

Lara Potter, présidente du groupe des compétences futures d’ACE (l’association Britannique des Consultants et Ingénieurs), s’est félicitée de la publication du rapport : « Les outils et technologies numériques ont déjà transformé de nombreux pans de notre industrie, et cette tendance ne fera que s’accélérer au cours des prochaines années. Le travail que nous faisons dans le cadre du groupe des compétences futures vise à aider nos membres à s’adapter à ce monde en mutation, et ce travail essentiel fait de même, aidant les entreprises à passer de la théorie à la pratique. »

Ce rapport a été conçu pour mettre à disposition des entreprises et des professionnels en début de carrière un cadre afin d’encourager le développement numérique au niveau organisationnel ou personnel. Il intéressera les jeunes diplômés, les apprentis et ceux qui ont suivi une formation complémentaire dans l’industrie.

Le monde change et le secteur de l’environnement bâti doit adopter des méthodes de travail numériques pour permettre la transformation du secteur.

Ce rapport définit un cadre de capacités numériques pour les professionnels en début de carrière dans les disciplines de l’environnement bâti qui vise à saisir ce qu’ils doivent savoir et être capables de faire pour travailler numériquement après environ deux ans dans leur profession.
Le cadre vise à stimuler la discussion et l’action en permettant à l’industrie, aux prestataires de cours de premier cycle et de maîtrise en environnement bâti et aux institutions professionnelles d’acquérir une compréhension commune des compétences numériques requises par les professionnels de l’environnement bâti en début de carrière. Il vise à fournir un langage et une structure communs autour desquels tous les professionnels et toutes les disciplines peuvent s’unir pour soutenir le développement des capacités numériques dont le secteur a besoin.
Le cadre est conçu pour être utilisé par les entreprises, les institutions professionnelles, les universités et d’autres organisations de l’industrie, ainsi que les professionnels en début de carrière et leurs gestionnaires, pour soutenir le développement des capacités numériques requises à la fois au niveau individuel et les niveaux organisationnels.
Il s’appuie sur les recherches existantes et a été élaboré à partir des connaissances générées par une vaste consultation avec les parties prenantes de l’ensemble du secteur, y compris une série d’ateliers approfondis avec des professionnels en début de carrière issus de diverses disciplines de l’environnement bâti.

Dans ce rapport, une capacité numérique est définie comme :

Une façon de travailler qui capture et utilise des données, en combinaison avec des processus, des méthodes, des technologies, des appareils et/ou des systèmes, pour générer, gérer et/ou partager des informations.

Pour les entreprises, il propose :

  • De dréer un environnement organisationnel qui permette aux diplômés numériques de s’épanouir et d’influencer la façon dont les sociétés développent leurs projets.
  • D’offrir des opportunités de développer des capacités numériques spécifiques pertinentes pour le travail dans les sociétés et permettant des innovations numériques, ainsi qu’une accréditation professionnelle.
  • De veiller à ce que l’acquisition de compétences et de savoir-faire numériques soit encouragée et fasse partie de la progression de carrière au sein des sociétés.
  • De démontrer aux diplômés et aux praticiens en début de carrière comment les sociétés s’engagent dans l’agenda numérique, par exemple, lors de journées portes ouvertes et d’événements similaires.

Henry Fenby-Taylor, responsable de la gestion de l’information pour le CIH, a déclaré : « Le cadre des capacités numériques est un outil pratique conçu pour articuler les capacités requises par les professionnels en début de carrière dans un large éventail de disciplines, aujourd’hui et à l’avenir.

« Si nous voulons faire des secteurs de la construction et des infrastructures un choix de premier ordre pour les jeunes qualifiés et avertis en matière de numérique qui se soucient de la durabilité et de l’environnement, nous devons offrir des rôles intéressants, variés et stimulants où les capacités numériques sont valorisées et entretenues. Ce nouveau cadre est un pas en avant dans la réalisation de cette transformation.

Téléchargez et lisez dès maintenant « Capacités numériques : un cadre pour les professionnels en début de carrière » en cliquant ici.

Sur BFM Business, comment aider les innovateurs à relever les défis de conception les plus urgents !

Retrouvez Nicolas Doze, journaliste économique de renom qui interviewe Florence Ferreira, Head of Brand Marketing EMEA et Emmanuel Di Giacomo, Responsable des écosystèmes BIM et Architecte chez Autodesk qui échangent autour des sujets de la transition digitale et du BIM dans le cadre de l’émission #JMLECO.

Leader mondial dans le domaine des technologies numériques de conception et de fabrication pour les secteurs de l’AEC, du Média et Divertissement et de la conception, Autodesk fête cette année ses quarante ans. Même après quatre décennies, l’objectif est toujours le même, enrichir et mettre à disposition une expertise de pointe dans les domaines de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction, de la conception, de la fabrication et du divertissement, toujours dans le but d’aider les innovateurs du monde entier à relever les défis urgents d’aujourd’hui.

Mais à quels défis cette belle entreprise, de plus de 11500 collaborateurs et 62 millions d’utilisateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires de 3,79 milliards de dollars au 31 janvier 2021, doit-elle pour sa part faire face ? Florence Ferreira, Head of Brand Marketing Europe du Sud, et Emmanuel Di Giacomo, Responsable Développement des écosystèmes BIM Europe et Architecte, répondent aux questions de BFM Business.

Cliquez ici pour lire l’interview et voir la vidéo.

Interopérabilité et standards de données ouverts facilitent collaboration et coordination : Erik Giudice Architecture

EGA, Agence d’architecture internationale travaille de manière efficace au sein de grandes équipes complexes en utilisant la puissance des solutions BIM interopérables d’Autodesk.

Alors que les projets AEC deviennent de plus en plus sophistiqués, avec des équipes projet plus grandes et plus diversifiées, une collaboration et une communication fluides revêtent une importance cruciale. Pour Erik Giudice Architects (EGA), le partage facile d’informations et de modèles 3D est l’une des principales raisons pour lesquelles l’agence utilise les solutions BIM d’Autodesk.
Récemment, EGA a tiré parti de la prise en charge par Autodesk des standards de données ouverts afin d’échanger des modèles et des données avec des clients et des consultants sur un projet complexe et de grande envergure avec des exigences strictes en matière de durabilité.

Des solutions simples à des défis de conception complexes

Pour EGA, agence basée à Paris et à Stockholm, la communication entre les bureaux est depuis longtemps une priorité. La société a commencé à utiliser des logiciels 3D il y a dix ans bientôt en implémentant notamment Revit comme principal outil de conception BIM.
Cette agence pluridisciplinaire de 40 personnes concentre ses activités autour de l’architecture, l’urbanisme et le paysagisme et travaille sur un large éventail de types de projets, y compris du logement, des immeubles de bureaux, des tours de grande hauteur, des projets à usage mixte et des équipements tels que des écoles et autres bâtiments publics.
Leurs projets sont souvent nuancés à la fois en termes d’échelle et d’équipe projet, mais ils cherchent à apporter une simplicité à leurs conceptions : « Nous avons une devise que nous essayons de suivre, qui est la « simplexité » : des solutions simples à des problèmes de projet complexes, où le résultat final s’apparente à quelque chose qui semble simple, facile à comprendre et équilibré », déclare le fondateur Erik Giudice.

Récemment, l’agence a apporté cette philosophie à son travail sur un projet de grande envergure, le Village des athlètes, le développement d’un nouveau quartier urbain tout au nord de Paris pour les athlètes et les membres du personnel des Jeux d’été 2024.

La durabilité et l’intégration sociale sont les principaux objectifs du projet – les bâtiments doivent être conçus selon une norme passive, les espaces verts sont intégrés de toutes parts et le campus a été spécifiquement planifié pour qu’il continue à fonctionner après la fin des Jeux d’été. La zone est conçue pour devenir un écoquartier à usage mixte après les jeux, rendant son héritage d’après-évènement aussi important que son rôle pendant les jeux.
Le rôle d’EGA était double : concevoir deux bâtiments, mais aussi coordonner les bâtiments individuels conçus par 3 autres agences d’architecture, sur les 11 au total impliquées dans le projet du Village des athlètes.
Le groupe de bâtiments est situé autour d’une place centrale qui sert d’épicentre pour les athlètes du jeu – avec des restaurants, des magasins, des services et plus encore.

L’interopérabilité permet de gagner du temps et de maintenir l’engagement des consultants et des clients

Avec des exigences environnementales rigoureuses et un calendrier de conception et de construction ambitieux pour un projet d’une telle envergure, EGA avait besoin d’un langage commun pour communiquer rapidement et de manière transparente avec les nombreux ingénieurs, architectes, propriétaires, maîtres d’ouvrage et autres consultants du projet.

Image avec l’aimable autorisation de Pichet-Legendre

En raison de la capacité de Revit à gérer plusieurs formats de fichiers ouverts, y compris l’IFC (Industry Foundation Classes) et le COBie (Construction Operations Building Information Exchange), il est devenu l’outil de choix d’EGA pour la collaboration des maquettes en phase conception, ainsi que la coordination entre les plateformes.
« Les outils développés par Autodesk sont très performants en termes d’interopérabilité et de capacité à intégrer des données issues de différents logiciels », explique Erik Giudice.
Les commentaires et la coordination au sein de l’équipe utilisant les formats de fichiers ouverts ont été efficaces et rapides, ce qui a permis de gagner du temps et de permettre à toute l’équipe de respecter un calendrier tendu et de fournir une conception bien équilibrée et cohérente.

Dans le même temps, il était également important d’avoir des lignes de communication claires avec d’autres en dehors de l’équipe. « Les outils BIM sont vraiment au centre de la collaboration avec le client et aussi avec d’autres parties prenantes telles que la ville ou d’autres partenaires du début du projet à la fin du projet », explique Erik Giudice.
En partageant des modèles BIM, EGA a donné aux clients un accès à plus d’informations pratiques sur les questions financières et environnementales dès le début et tout au long du projet.
En fait, la soumission de modèles BIM aux promoteurs ainsi qu’aux services de planification du projet était une exigence pour le projet du village des athlètes. Le client voulait avoir un modèle unique et coordonné qui combinerait le travail des 11 architectes afin qu’ils puissent étudier l’empreinte carbone de l’ensemble du territoire, ainsi que les aspects économiques du projet.

« Les outils qu’Autodesk a développés sont très performants en termes d’interopérabilité et de capacité à intégrer des données issues de différents logiciels »

Utilisation du BIM de la conception à la production en passant par la construction

Pour EGA, l’utilisation du BIM commence dans les premières phases d’un projet, lorsqu’ils utilisent plug-ins au sein de Revit pour créer des simulations qui testent différents aspects, notamment la consommation énergétique, l’empreinte carbone, l’efficacité structurelle, la lumière du jour et l’impact d’un projet sur l’environnement.
L’entreprise s’appuie également sur des formats de fichiers ouverts pour faciliter la préfabrication et la production de certains éléments de construction. Par exemple, l’un des bâtiments du village des athlètes est produit hors site à l’aide d’un système modulaire d’éléments préfabriqués en bois massif ; chaque pièce est fabriquée en usine puis livrée et montée sur site.
En utilisant le standard IFC, le constructeur et le fabricant ont pu utiliser avec succès et efficacité le modèle original d’EGA conçu avec Revit pour leur propre production et livraison détaillées, en utilisant leurs propres outils pour contrôler les machines CNC à commande numérique.

« Nous comprenons que la façon dont nous communiquons l’information est un facteur clé dans la réussite du projet, puisque les processus de construction sont de plus en plus courts et nous devons être plus efficaces dans toutes les différentes étapes du projet » indique Erik Giudice.

L’interopérabilité avec le BIM est la voie de l’avenir

EGA pense également que telle est la voie de l’avenir – utiliser un modèle unique pour communiquer avec toutes les parties prenantes, quels que soient leurs intérêts et leurs préoccupations. Et que par ailleurs, une fois construit, ce même modèle deviendra une ressource inestimable pour le propriétaire du bâtiment, afin d’informer les phases de gestion et de maintenance tout au long du cycle de vie du bâtiment.
Les jumeaux numériques, modèle numérique reproduisantt l’objet physique, le bâtiment ou le site – est quelque chose qu’Erik Giudice trouve très logique. En fait, il pense que cela sera peut-être obligatoire dans un proche avenir.
EGA constate de plus en plus ce type d’exigences de la part de clients et d’autres organisations, notamment pour soumettre des projets en BIM et d’autres obligations gouvernementales, en particulier dans les pays nordiques et le reste de l’Europe. Erik Giudice note que plusieurs pays d’Europe envisagent aussi d’instruire les permis de construire en BIM, et de nombreux concours internationaux exigent un modèle BIM dans le cadre de la soumission.
À l’avenir, l’agence considère l’utilisation des outils BIM comme l’un des seuls moyens de rester compétitif, de gagner plus de projets et de créer des projets collaboratifs significatifs.
« Nous comprenons que la manière dont nous communiquons les informations est un facteur clé dans la réussite du projet, car les processus de construction sont de plus en plus courts et nous devons être plus efficaces à toutes les différentes étapes du projet », déclare Erik Giudice. « En d’autres termes, nous devons tous être capables de parler la même langue afin d’être efficaces ensemble. »

Source en anglais ici.

Le Groupe scolaire, ZAC des Rives de Bohrie, à Ostwald près de Strasbourg conçu en BIM par Weber Keiling Architectes et construit par CKD, premier groupe scolaire labellisé E+C-

La majestueuse école ouverte fin 2020 dans l’écoquartier Rives de Bohrie d’Ostwald (Bas-Rhin) de WKA atteint le niveau E3C2, une première en France.

Ce groupe scolaire labellisé E+C- a été livré fin 2020 à Ostwald près de Strasbourg (Bas-Rhin). Conçue par la belle Agence Weber Keiling qui travaille avec Autodesk Revit en BIM et construite par l’entreprise générale CKD en conception-réalisation, elle comprend 12 salles de classes maternelles et élémentaires de 400 élèves, un accueil périscolaire, une cantine et une salle multi-activités.

Conçue sur la base de la RT2021 avec un gain sur le Bbio de 44%, ce sont les calculs du BET thermique strasbourgeois Solares Bauen qui l’ont confirmé.  Sa consommation d’énergie primaire avoisine les 70,7 kWh/m2/an (pour un seuil à 93,9 kWh/m2/an en version E3) et ses émissions de gaz à effet de serre de 945 kg/m2 au total et 746,5 kg pour les matériaux de construction, est inférieur aux plafonds respectifs de 986 kg/m2 et 750 kg pour le C2.

Le bâtiment utilise un réseau de chaleur à énergie renouvelable alimenté par la biomasse lui permettant d’obtenir son label de performance.

Découvrez l’intégralité de ce projet, à la fois sur le site du Moniteur ici, et aussi sur le site de l’Agence d’Architecture Weber Keiling Architectes.

[Rapport] bsi, de l’importance des normes pour la neutralité carbone, moteur du progrès de l’Industrie de l’AEC

Ces dernières années, de nombreux chefs d’entreprise ont réfléchi à la manière de réduire leurs émissions au travers de leurs opérations. Certains dirigeants ont d’ailleurs commencé à agir. Alors que le changement climatique est reconnu comme une menace pour la planète, l’accent est mis sur la nécessité de se lancer dans un voyage vers le zéro net.

La neutralité carbone est une étape importante de ce voyage. La question est : quelles sont les implications de la neutralité carbone pour votre société et comment vous allez gérer cette nécessaire transition…

Dans le contexte de la neutralité carbone, un domaine à la fois très important et multiforme, les normes jouent un rôle essentiel dans la construction et la gestion d’un parcours axé sur les meilleures pratiques. Des normes générales englobent la neutralité carbone aux niveaux stratégique, organisationnel et produit, jusqu’à des normes très spécifiques telles que celles indiquant les exigences de compétence pour le reporting.

Dans ce rapport, bsi (British Standards Institution) met à disposition de tous, des conseils de haut niveau sur les domaines clés que toute entreprise doit prendre en compte dans son approche et sa mise en œuvre d’un parcours de neutralité carbone, en donnant des informations sur les normes ainsi que des exemples de meilleures pratiques dans les domaines suivants :

  • Compréhension de la neutralité carbone
  • Conception de stratégie
  • Gestion des parties prenantes
  • Gestion des GES et PAS 2060
  • Économie circulaire
  • Réglementations locales et mondiales
  • Transformation numérique

Si vous avez besoin de conseils sur ce que la neutralité carbone requiert et peut impliquer pour votre entreprise, ce rapport vous fournira une introduction concise et simple des domaines clés pour votre voyage. Télécharger ce rapport ici.

[Rapport] L’avenir zéro émissions en Australie Nouvelle-Zélande rendu possible grâce à la construction d’infrastructures

Un rapport passionnant met en avant l’importance des infrastructures en Australie Nouvelle-Zélande afin d’atteindre les objectifs d’émissions carbone nulles

En Australie, une action collective est nécessaire pour livrer des infrastructures à faible émission de carbone et résilientes au climat qui répondent aux exigences de la communauté, du gouvernement et des investisseurs.

Dans le cadre d’une première collaboration, Autodesk, l’Australian Constructors Association (ACA), Consult Australia et l’Infrastructure Sustainability Council (ISC) ont publié un rapport conjoint pour aider l’industrie à accélérer un avenir net zéro grâce à la conception et à la construction du pipeline d’infrastructures.

Le rapport, Un avenir net zéro, signale qu’une approche globale et basée sur les systèmes à travers les cycles de vie des actifs est nécessaire pour accélérer le chemin vers le zéro net. Cela comprend l’utilisation de leviers clés tels que l’approvisionnement, les matériaux, les méthodologies, la technologie et les capacités des personnes.

Les gouvernements des États et territoires australiens se sont engagés à atteindre un objectif zéro carbone net d’ici 2050 pour faire face aux risques liés au changement climatique identifiés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Tous ont fixé d’autres repères intermédiaires pour 2030 pour orienter l’action au cours de la prochaine décennie (voir le tableau 1 ci-dessous).

En outre, presque toutes les juridictions exigent que les chaînes d’approvisionnement des infrastructures fournissent des réductions de carbone mesurées à l’aide du système d’évaluation du Conseil de durabilité des infrastructures (système d’évaluation IS). L’IS Rating Scheme est le cadre de notation australien et néo-zélandais pour évaluer la durabilité des phases de planification, de conception, de construction et d’exploitation des programmes d’infrastructure, des projets, des réseaux et des actifs. Le système de notation IS évalue la gouvernance, les performances économiques, environnementales et sociales et c’est désormais devenu une pratique courante dans la plupart des États et territoires pour tout projet de transport majeur visant à planifier et à réaliser des réductions de carbone, sur un large éventail de classes et de tailles d’actifs. Dans toute l’Australie, on commence également à voir une gamme de programmes politiques ciblés pour encourager l’innovation et l’adoption de matériaux de construction à faibles émissions, d’énergies renouvelables et de l’économie circulaire.

Notre industrie est bien placée pour aider à permettre cette transition au cours de la prochaine décennie en raison de son rôle dans le façonnement des sociétés et des économies et grâce à sa position unique pour influencer les réductions d’émissions, mobiliser les investissements et répondre aux incitations politiques du gouvernement, des promoteurs, des maîtres d’ouvrage et des propriétaires d’actifs.

Infrastructures et émissions

Dans toute l’Australie, on estime que les infrastructures contribuent à environ 70 pour cent des émissions nationales ; avec environ 15 pour cent (ou environ 87 millions de tonnes de CO2 par an) directement contribué par la livraison et l’exploitation de cette infrastructure. La figure 1 illustre les sources d’émission d’un projet d’infrastructure typique, dont plus de la moitié provient des émissions intrinsèques dans les matériaux tels que béton, asphalte et acier.

L’industrie des infrastructures a déjà démontré l’influence qu’elle peut avoir sur la réduction des émissions, les projets d’infrastructure les plus récemment livrés étant capables de fournir une réduction combinée de 11 % d’équivalent CO2 à partir des matériaux tout au long du cycle de vie des actifs et de 68 % à partir de la consommation d’énergie.

Investissement dans un futur net zéro

Au cours des trois prochaines années (2021 à 2024), il est prévu qu’environ 166 milliards de dollars seront dépensés par les gouvernements australiens pour les infrastructures. Des juridictions gouvernementales plus progressistes sont à l’origine de résultats en matière de durabilité, notamment en matière d’action climatique, de résilience et d’objectifs en matière de matériaux et de ressources. La plupart des promoteurs progressistes ont adopté une approche cohérente et assurée par un tiers de la mesure de la performance en matière de durabilité, plus de 200 milliards de dollars d’investissements enregistrés auprès de l’Infrastructure Sustainability Council depuis 2012 et mettant en œuvre le système de notation IS.

En juillet 2021, Infrastructure Australia a annoncé que le quadruple critère de résultat (gouvernance, économie, social et environnement) commencera à influencer les recommandations d’investissement au niveau fédéral, fournissant un mandat clair pour considérer la valeur au-delà des avantages traditionnels, souvent axés sur le court terme. Plus de 70 % des projets applicables sur la liste des priorités et des priorités élevées d’Infrastructure Australia 2021 devraient ou sont déjà en train de fournir des mesures de performance garanties.

Les propriétaires d’actifs et les promoteurs du gouvernement australien ne sont pas les seuls à chercher à investir dans la durabilité, avec le carbone qui reste un axe clé du secteur financier. Les actifs d’investissement environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) mondiaux devraient actuellement atteindre 53 000 milliards de dollars d’ici 2025, ce qui représente plus d’un tiers des 140 000 milliards de dollars d’actifs en gestion. Les investisseurs cherchent à se décarboner, avec des réponses moins ambitieuses au changement climatique étant considéré comme un investissement supplémentaire et un risque de performance avec un potentiel de croissance réduite et un risque de coûts externes plus élevés (par exemple, la tarification du carbone).

Une infrastructure durable offre un avantage encore plus grand

L’étude IS Rating Scheme Return on Investment (2020) a révélé que les projets d’infrastructure classés avec le système d’évaluation des SI offrira jusqu’à 2,40 $ de bénéfices pour chaque dollar dépensé, ce qui exclut les aspects plus difficiles à quantifier, tels que la valeur sociale et les résultats de la main-d’œuvre.

L’Infrastructure Council Rating Scheme (IS Rating Scheme) est le cadre de notation australien et néo-zélandais permettant d’évaluer la durabilité des phases de planification, de conception, de construction et d’exploitation des programmes, projets, réseaux et actifs d’infrastructure. Presque toutes les juridictions exigent que les chaînes d’approvisionnement des infrastructures fournissent des réductions de carbone mesurées à l’aide de l’Infrastructure Sustainability Council Rating Scheme.

Découvrez l’intégralité de ce rapport intéressant en cliquant ici.

Autodesk reçoit le prix Environmental Steward Award pour son implication dans le développement durable !

La Société Autodesk est heureuse d’annoncer qu’ITI a reconnu Autodesk en tant que leader de l’industrie et a ainsi remis à notre Société le prix Environmental Steward Award pour notre engagement à rendre le monde meilleur en réduisant notre empreinte carbone, en conduisant des transformations numériques pour aider les clients à atteindre leurs objectifs de développement durable et en plaidant pour des politiques publiques visant à réduire les émissions de carbone , réduire les déchets et améliorer l’efficacité énergétique. Nous sommes heureux et passionnés de poursuivre ce travail très important au cours de la nouvelle année. En savoir plus sur notre travail politique pour faire progresser la construction et la fabrication durables pour lutter contre le changement climatique.

L’Information Technology Industry Council (ITI) est le premier défenseur mondial des technologies, représentant les entreprises les plus innovantes au monde. Nous promouvons les politiques publiques et les normes de l’industrie qui font progresser la concurrence et l’innovation dans le monde entier.

Découvrez tous les détails de ce prix en cliquant ici.

En savoir plus sur Autodesk et son implication ici.