Revivez la 7ème cérémonie des BIM d’OR 2020 en replay

Vous n’avez pu participer à la 7ème cérémonie des BIM D’OR 2020 qui se déroulait le lundi 21 septembre à 19H00 dont Autodesk était Partenaire ?

Revivez cet bel évènement, les tables rondes et interventions qui l’ont ponctué, les remises des 11 BIM d’Argent, la remise du BIM D’OR et du Coup de coeur du Jury. Le Moniteur et Les Cahiers Techniques du Bâtiment ont filmé cette soirée empreinte de joies et d’échanges et nous donnent la possibilité de la revoir en différé en cliquant ici.

Autodesk rejoint l’Open Design Alliance pour accélérer les améliorations de l’interopérabilité

Aujourd’hui, nous sommes heureux d’annoncer qu’Autodesk devient membre de l’Open Design Alliance (ODA), un consortium technologique à but non lucratif spécialisé dans la prise en charge et l’accès aux formats de fichiers de conception. Cette décision démontre l’engagement d’Autodesk à prendre des mesures significatives pour améliorer l’expérience de nos clients dans l’Industrie de l’AEC (Architecture, Ingénierie et Construction).

Autodesk s’est toujours engagé à être à l’écoute de ses clients, à engager un dialogue ouvert et de faire mieux là où cela était possible et nécessaire. L’un des domaines qui nous tient à coeur est le progrès de nos produits sur les normes internationales d’échange de données, en particulier la nécessité d’encore mieux prendre en charge le standard IFC, ce format d’échange ouvert de plus en plus utilisé par nos clients AEC. Grâce à l’adhésion d’Autodesk à l’ODA, nous accélérerons nos progrès pour répondre à ce besoin. Ceux d’entre vous qui connaissent l’histoire entre Autodesk et l’ODA comprendront l’importance que nous attachons à offrir cette fonctionnalité à nos clients à un rythme accéléré.

Le toolkit IFC d’ODA offre une interopérabilité IFC complète et flexible pour toute application de bureau ou Web. Le toolkit, ainsi que l’engagement de l’ODA à soutenir les nouvelles normes IFC, signifie que nous pouvons facilement intégrer de nouvelles versions au fur et à mesure de leur ratification, garantissant un flux de données plus cohérent et une expérience plus rapide et plus rationalisée.

«ODA souhaite la bienvenue à Autodesk en tant que membre le plus récent», a déclaré Neil Peterson, président de l’ODA. «Nos outils permettront à Autodesk de fournir une assistance à long terme pour le standard IFC, et nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration pour garantir le maintien des normes de qualité les plus élevées.»

Nous savons que nos clients utilisent une variété d’outils pour atteindre leurs objectifs. Nos investissements supplémentaires à destination de l’IFC permettront de remédier aux goulots d’étranglement pour l’échange de données entre Autodesk et les produits non Autodesk. Nous nous engageons à créer un environnement où la collaboration est efficace et transparente, et, pour l’avenir, nous envisageons un avenir qui libère nos clients de l’échange de fichiers problématiques et intègre des flux de travail qui transfèrent uniquement les données nécessaires pour atteindre le résultat souhaité. Dans cet avenir, de nouvelles formes de collaboration et de nouvelles façons de créer de la valeur sont la norme et étendront la valeur des données de conception plus en aval.

Notre décision de rejoindre l’ODA est l’une des nombreuses mesures que nous prenons pour continuer à favoriser une communauté ouverte et à renforcer nos partenariats dans toute l’industrie. Nos clients peuvent poursuivre cet effort en rejoignant la communauté de recherche de produits Autodesk, qui permet de s’engager avec les équipes de développement Autodesk pour tous les produits et est ouverte à tous, que vous soyez ou non un client Autodesk. Nous espérons que vous vous joindrez et participerez car vos commentaires sont importants pour nous. Plus important encore, nous sommes impatients de façonner l’avenir de la collaboration et de l’interopérabilité avec vous.

Source Autodesk ici.

BIM d’OR 2020 – Et les gagnants sont…

Un palmarès 2020 sous le signe du développement durable

Pour la 7ème année consécutive, la cérémonie des BIM d’OR a eu lieu après une journée intense où le jury s’est concerté avec des débats passionnants. Ainsi, treize prix ont été décernés dont le BIM D’OR, 11 BIM d’Argent, et le Coup de cœur du jury que vous pouvez découvrir ci-dessous. Le point commun de tous ces beaux projets : une prise en compte de l’environnement et le BIM au service de cette mission, ainsi qu’une préoccupation pour l’accompagnement des Equipes étendues.

Projets inférieurs à 1 000 m² en neuf ou en rénovation

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Villa Ledoux, réhabilitation et extension d’une maison EnerPHit à Nogent-sur-Marne (94)

No Man’s Land et sa fondatrice Laurence Bonnevie ont réussi une rénovation et extension en passif (labellisé) bois et paille de qualité grâce à l’utilisation de la rétro-conception à partir d’un scan laser. Des logiciels de STD, calculs de ponts thermiques dynamiques s’appuyant sur les données du BIM ont permis cette rénovation vertueuse.

MOA : Richard Bonnevie. MOE : No Man’s Land. BET : IPC. Entreprise : GRB

Les logiciels utilisés : Autodesk Revit, Autodesk ReCap, Graitec Archiwizard, Attic+, Windesc et Winquant, Numfem Therm, BIM2PH

Projets entre 1 000 et 30 000 m² en neuf

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Le nouveau siège social de la Caisse d’Épargne Bourgogne Franche-Comté à Dijon (21)

Le futur siège de la CE Bourgogne Franche Comté bénéficie d’une structure mixte en bois et béton. Les Equipes ont pu collaborer de manière efficace en BIM niveau 2 et Revit a permis des exports openBIM au standard IFC, permettant ainsi lors de la phase chantier, de faire collaborer toutes les équipes de manière efficace, mais aussi de piloter les machines à commande numérique pour découper le bois

Équipe MOA : SCCV Tertiaire Valmy – LCDP. MOE : Graam Architecture. BET : C&E Ingénierie, Ateec, Hydraeco. Entreprise : Forestarius

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit

Projets entre 1 000 et 30 000 m² en rénovation

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Ampéris : Construction et rénovation d’un ensemble immobilier à vocation industrielle et tertiaire à Bordeaux (33)

L’agence Hobo Architecture a réalisé un projet global de qualité intégrant une rénovation ainsi qu’une extension exemplaires des bâtiments de l’ancien site de l’Entreprise Thales. C’est une opération exemplaire où tous les acteurs ont travaillé en BIM, jusqu’aux paysagistes. Comme de nombreux projets de cette année, le BIM a permis d’atteindre les 14 cibles HQE et l’exploitation et maintenance ont été pris en compte.

Équipe MOA : SEML Route des Lasers. MOE : Hobo, Soconer, Hobo Digital, A+R Paysagiste, Terrell, Eugee, IDB Acoustique, AMB Ingénierie, G2H Conseils.

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit, Autodesk Navisworks.

Projets supérieurs à 30 000 m² en neuf

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Le futur siège du Groupe VINCI Archipel à Nanterre (92)

Le futur siège du Groupe VINCI dénommé Archipel qui sera livré mi-2021 est l’oeuvre des Agences d’Architecture VIGUIER et MIMRAM Architectes et Ingénieurs. Avec 5 bâtiments dont un IGH représentant plus de 74 000 m², le BIM en combinaison avec l’approche LEAN a été poussé dans ses limites et a permis de travailler en mode cradle to cradle, de gérer les PIC en 3D de manière interactive ainsi qu’utiliser des totems digitaux, tenir les budgets et le temps et d’envisager une précision de pose au millimètre. Le BIM a aussi été important pour la gestion de projet, les chiffrages, les mutualisation des tâches et la fiabilisation des données.

Équipe MOA : VINCI Immobilier. MOE : Artelia, VIGUIER, MIMRAM Architectes et Ingénieurs. Entreprises : VINCI Construction France et VINCI Énergies.

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit, Autodesk Naviworks

Projets supérieurs à 30 000 m² en rénovation

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Réhabilitation de 552 pavillons / Cité Cheminotte de Chelles/Brou sur Chantereine (77)

Cette grosse opération de réhabilitation de 552 logements de la Cité Cheminote d’ICF la Sablière durera de l’été 2020 à la fin 2024. Afin de faciliter la massification de ce chantier d’ampleur, les équipes projet ont décidé de l’exécuter en BIM qui sera pour l’occasion simplifié afin d’en faciliter l’accès à toutes les entreprises.

Équipe MOA : ICF La Sablière. MOE : AIP. BE : AIP Ing, Thermi-Clim, BIM archi-tech. Entreprise : GCC

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit

Projet en infrastructures

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Le HUB Secteur à la Gare de Juvisy (91)

L’utilisation du BIM pour le projet de la gare de Juvisy a permis la création d’une maquette BIM à l’échelle d’un secteur de maintenance (voies ferrées, quais, marquises, bâtiments, ouvrages d’art, etc.) permettant de recenser, en géolocalisant les éléments des voies afin d’automatiser les processus de suivi et d’organisation de chantier pour la maintenance ferroviaire. Cette convergence BIM et SIG de haut vol permet d’envisager un processus de maintenance exemplaire et prédictif.

Équipe MOA : SNCF Réseau. MOE : SNCF Réseau. BET : Autodesk Consulting, ESRI France. Entreprise : N/A

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Civil 3D, Dynamo, Navisworks, ReCap, InfraWorks

Logiciels autres : ArcGIS Pro

Projet en exploitation maintenance

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Le poste de relèvement d’eau à Juvisy (91)

Datant de 1974, ce poste de relèvement faisant partie d’un parc de 12000 postes équivalents en France Métropolitaine abrite les équipements nécessaires à la collecte des eaux usées dans un réservoir, ainsi que les pompes relevant à débit contrôlé les eaux usées vers les stations d’épuration. Le BIM a été utilisé à des fins d’utilisation au sein d’une GTP pour la gestion technique et le partage des données statiques et dynamiques de cet asset industriel. SUEZ s’est associé à Nextiim afin de bien définir les besoins pour cet asset industriel. Ils ont ainsi développé une solution s’appuyant sur la technologie web Autodesk Forge.

Équipe MOA : Suez Eau France. MOE : Suez Eau France (Montgeron), Suez Eau France Lab innovation. BET : Suez Eau France Lab innovation, Lyre. Entreprises : Nextiim, Emovision.

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit, Autodesk Forge

Projets de City Information Information Modeling

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

La co-construction à l’aide de la démarche TIM-CIM-BIM, le BIM à l’échelle citoyenne dans le secteur du Biron à Longpont-sur-Orge (91)

Sous l’impulsion de la Maîtrise d’Ouvrage Seqens (bailleur social), c’est l’agence A26 qui est à l’initiative de la démarche TIM-CIM-BIM (TIM pour Territory) qui permet une gestion organisée de l’information intégrant le plan d’aménagement urbain et le projet architectural au sein d’un seul et même modèle digital complet liant les bases de données et sources d’information multiples permettant la prise de décision, et l’échange avec les collectivités et le grand public au travers d’une approche de co-construction plaçant ainsi l’usager au cœur du projet. Par ailleurs dans ce cadre, la mairie de Longpont a mis en place une démarche de PC numérique.

Équipe MOA : Seqens. MOE : A26. BET : AU.DIC, Artemise

Logiciels Autodesk utilisés : InfraWorks, Autodesk Revit, Autodesk Dynamo

Projet international bâtiment

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Immeuble mixte Platinan à Göteborg (Suède)

C’est Platinan, magnifique projet de l’Agence franco-suédoise EGA (Erik Giudice Architecture) qui remporte cette catégorie. Livré en 2021, ce bâtiment de 76 635 m² (SDP) sur 18 étages comprendra un hôtel de 460 chambres, un centre de conférence, une salle de spectacles de 1000 places, des commerces et des bureaux… La gestion et l’exploitation a été prise en compte dès le début par la MOA qui l’a exigée avec une codification particulière et propre au marché suédois afin ensuite de l’intégrer dans l’écosystème de la smart city de Göteborg. Enfin, la 5D a permis au projet d’atteindre la certification Leed Platinum et la 4D a été utilisée pour optimiser la logistique sur chantier.

Équipe MOA : Vasakronan. MOE : EGA-Erik Giudice Architecture (mandataire). BET : ZynkaBIM, PE, ELU, Ramboll, Sweco, Spinklerkonsulterna, Preopening, WSP, Deap. Entreprises : PEAB (entreprise générale), UPB (façade), Nordec (structure).

Logiciels Autodesk : Autodesk Revit, Autodesk BIM360

Projet international infrastructures

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Parc éolien de Taza (Maroc)

Projet ambitieux et durable de la filiale COLAS « Les Grands Travaux Routiers », le projet du parc éolien de Taza permettra la mise en place de 27 éoliennes sur deux crêtes pour une puissance totale de 87,2 MW avec la réalisation des infrastructures électriques et routières associées. Au vu de l’importance du projet qui représente plus de 14 km de pistes d’accès aux crêtes, 11 km de pistes de crête, 1 200 000 m3 de déblai et 200 000 m3 de remblai, 70 ouvrages hydrauliques, 16 km de câble électrique et 10 600 m3 de béton pour massifs, le BIM a été clé pour la réussite de sa mise en oeuvre, notamment au travers de la création d’un MNT de l’existant sur 4000ha réalisé par drônes et prises de vues aériennes. Les maquettes réalisées de l’existant et du projet ont été indispensables pour éviter tous problèmes et les résoudre par anticipation. La gestion et l’exploitation du site sera réalisée grâce au BIM

Équipe MOA et MOE : EDF Maroc. BET : Consultants Infrastructures. Entreprises : Les Grands Travaux Routiers.

Logiciels Autodesk utilisés : InfraWorks, Navisworks, civil 3D, Vehicule Tracking, 3ds Max.

Démarche pionnières et originales

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Le Projet Flowell à La Défense, Nanterre (92)

Ce projet de COLAS est incroyable car il consiste en la somme de plusieurs innovations qui permettront de transformer le boulevard circulaire de la Défense en y apportant la sécurité routière et la fluidification du trafic tellement absentes pour le moment. Flowell, c’est donc une signalisation lumineuse et dynamique intégrée à la route via des dalles composées de leds. Le BIM a permis d’imaginer ce projet du futur et de le déployer à l’échelle d’un quartier en s’appuyant sur le BIM, la VR et le Generative Design qui ont été essentiels au succès de cette entreprise. Une détection automatique des collisions automobilistes/passages piétons/piétons/feux a même été intégrée.

Équipe MOA : Département des Hauts-de-Seine. MOE : Colas SA, Wattway (Flowell). BET : Colas SA, Wattway (équipe Flowell). Entreprise : Colas et Aximum

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Civil 3D, Autodesk Revit, BIM360, Dynamo, Project Refinery

Coup de cœur du jury

Le gagnant du BIM d’Argent dans cette catégorie est :

Village des athlètes pour les JO 2024 sur l’Ile Saint-Denis (93)

Les JO 2024 se rapprochent et les équipes de conception ont voulu en faire quelque chose d’exemplaire afin de créer un village qui pourrait évoluer dans le temps avec des bâtiments réversibles afin qu’ils se transforment dans le temps et trouvent de nouveaux usages de type bureaux, logements, hôtels, etc. Pour cela, le BIM a été utilisé de manière intensive par les Architectes. Par ailleurs, le BIM a été aussi utilisé afin de prévenir les risques d’inondation, permettant ainsi de calculer de manière très précises les côtes et emplacements idéaux des futurs bâtiments et de leurs fondations.

Équipe MOA : Groupe Pichet – Legendre. MOE : Erik Giudice Architecture, Chartier Dalix, Petitdidier Prioux, NP2F, MGAU, Hardel Le Bihan. Entreprise : Legendre Construction

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit, Autodesk Navisworks

BIM d’Or 2020

Enfin, le gagnant tant attendu du BIM d’OR 2020 est :

Groupe scolaire Germaine-Tillion à Toulouse (31)

Retenu comme opération pilote dans le cadre du projet BIM Construction Occitanie, soutenu par la FFB Occitanie et porté par Constructys Occitanie, ce groupe scolaire a été l’occasion de faire monter en compétence les entreprises locales sur le BIM. Piloté par la BIM Manager du projet Emilie Tourret qui a collaboré avec l’Agence d’architecture IDP, ils ont réussi le pari de mettre en place une démarche zéro papier, l’utilisation de la 6D, des simulations thermiques dynamiques poussées, des échanges en openBIM au format IFC et l’utilisation de la RV/RA, ce projet démontre que des projets et des acteurs de petite et moyenne taille peuvent eux-aussi s’emparer des sujets du BIM et réussir avec brio sous l’impulsion et avec le soutiens de la Maîtrise d’Ouvrage Publique.

Bravo aux gagnantes et gagnants de ce BIM d’OR 2020 !

Équipe MOA : Mairie de Toulouse. MOE : IDP Architectes (mandataire) et Synopsis Architecture. BET : Betem Ingénierie, Ecovitalis, Techniques & Chantiers SO, Venathec, Woods. Entreprises : Exedra MP, Idverde, GBMP, EMP, Soprema…

Logiciels Autodesk utilisés : Autodesk Revit, Autodesk Navisworks

[Concours] Autodesk dévoile les finalistes des AEC Excellence Awards 2020 !

Des projets audacieux et inspirants dans une année de défi !

Un hôpital d’urgence pour la COVID-19 construit en 10 jours, le plus grand pont cantilever en béton équilibré au monde, un développement autonome sur une île flottante. Ce ne sont là que quelques-uns des projets remarquables sélectionnés en tant que finalistes pour les AEC Excellence Awards 2020 d’Autodesk.

Au cours d’une année marquée par les difficultés et le changement, la Société Autodesk est heureuse de présenter la manière dont l’industrie mondiale de l’AEC (Architecture, Ingénierie et Construction) réinvente avec succès ce qui est possible – et nous donne un moment pour faire une pause et célébrer nos confrères et consœurs de l’industrie. Les finalistes de cette année ont créé des solutions de conception technique et de construction qui ont rassemblé des effectifs internationaux, livré des structures colossales aux exigences complexes avec une multitude de parties prenantes et accéléré les plannings pour respecter des délais extraordinaires pour lutter contre la COVID-19.

La liste restreinte de projets remarquables a émergé d’un ensemble de 260 candidatures couvrant 35 pays. Un jury indépendant a sélectionné les finalistes dans trois catégories : conception de bâtiments, construction et infrastructure, y compris des projets de petite, moyenne et grande taille avec des budgets allant de moins de 1 million de dollars à plus de 4 milliards de dollars, démontrant que l’innovation se produit à toutes les échelles et dans toutes les régions du monde.

Découvrez les finalistes

2020 apporte également un groupe exceptionnel de prétendants au trophée d’Innovateur de l’année. Pour la troisième année consécutive, cette catégorie récompense les praticiens de l’AEC qui pilotent la transformation numérique pour réinventer la pratique de la conception et de la construction. Ces innovateurs mènent l’industrie du BTP vers l’avenir de la fabrication en créant de nouveaux flux de travail, en exploitant les données pour trouver de la valeur et en s’appuyant sur les réglementations régionales.

Visionnez la vidéo des gagnants en cliquant ici.

Autodesk, avec ses co-sponsors Society for Marketing Professional Services et la publication industrielle Informed Infrastructure, est ravi de célébrer la résilience, le leadership et la pure ingéniosité dont fait preuve le domaine de l’architecture, ainsi que l’industrie mondiale de l’ingénierie et de la construction.

Rencontrez les juges et apprenez-en davantage sur leurs réalisations.

En plus d’annoncer l’Innovateur de l’année, Autodesk est impatient de dévoiler les lauréats en octobre et d’honorer leurs réalisations à travers une série de vidéos en vedette à Autodesk University, qui se déroulera virtuellement le 17 novembre.

Venez vous aussi rencontrer vos pairs et célébrer les futurs vainqueurs.

Les inscriptions pour le premier Autodesk University 2020 virtuel de l’histoire sont ouverts ! Et cette année, l’évènement est gratuit !

Autodesk University est dès à présent ouvert aux inscriptions ! Rejoignez-nous pour la toute première conférence virtuelle d’AU 2020

Participez à Autodesk University 2020 du 17 au 20 novembre 2020 et rejoignez des milliers de professionnels pour un événement numérique mondial qui rassemble des innovateurs de la construction du monde entier pour explorer de nouvelles façons d’imaginer, de concevoir, de construire et de gérer et maintenir vos assets.

Le secteur de la construction a traversé des moments de défi cette année. Plus que jamais, les professionnels des secteurs de l’architecture et du BTP souhaitent enrichir les compétences de leurs Equipes et intégrer de nouvelles technologies pour rester à la pointe des changements actuels si rapides que vivent notre industrie.

Lors de cette première session virtuelle d’AU 2020, vous apprendrez avec vos pairs, qu’ils soient des secteurs de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction, tout en découvrant les technologies et tendances émergentes afin de vous aider à réaliser vos ambitions de demain.

S’inscrire à Autodesk University 2020

Autodesk démocratise le savoir et rend cette année sa conférence mondiale de référence pour tous les professionnels de la construction entièrement numérique et gratuite.

Cet événement numérique mondial rassemblera des keynotes passionnants, des ateliers pointus et des sessions d’apprentissage de qualité et passionnantes adaptées à tous les métiers de la construction, du chantier au bureau et de la conception jusqu’à la gestion et maintenance. Si vous êtes en Asie-Pacifique, au Moyen-Orient, en Afrique ou dans des fuseaux horaires européens, rejoignez la conférence à partir du 18 novembre.

Pourquoi participer à AU 2020?

Pour rester à la pointe d’un secteur en constante évolution et rendre sa société plus concurrentielle et compétitive à l’avenir, les professionnels de la construction se tournent vers de nouvelles opportunités de formation et d’apprentissage. Selon une récente enquête d’Autodesk et de l’AGC (Association des Entreprises du BTP aux USA), 21% des entreprises de construction ont déclaré avoir accéléré les programmes d’apprentissage pour leurs employés avec notamment une forte composante de contenu de formation en ligne et vidéos au cours des six derniers mois.

Autodesk University est une opportunité unique – gratuite par ailleurs – pour faire progresser vos connaissances et celles de vos équipes dans le monde en totale mutation d’aujourd’hui.

Voici trois raisons de tout premier plan pour lesquelles vous devriez assister à AU 2020 :

  • Apprenez des experts – Acquérez de nouvelles compétences et connaissances grâce à des sessions animées par des experts de l’industrie sur des solutions logicielles spécifiques. Choisissez parmi des centaines de nouvelles classes et des panels en direct, des tables rondes et des questions-réponses.
  • Connectez-vous grâce à Autodesk – Interagissez avec les professionnels et experts des produits Autodesk. Partagez vos commentaires et vos points de vue sur les produits que vous utilisez chaque jour.
  • Découvrez le nouveau visage de vos métiers – Il est maintenant temps d’adopter le changement dans votre domaine. Découvrez les technologies de conception et de construction émergentes, les tendances et les idées qui façonnent l’avenir de notre industrie.

Comment s’inscrire ?

Bien qu’il n’y ait pas de frais pour assister à AU 2020, vous devez vous inscrire pour assister aux keynotes et aux sessions. L’inscription est facile et vous n’avez besoin que de votre compte Autodesk. Si vous ne possédez pas encore de compte, il ne faut que 2 minutes pour en créer un. Cliquez simplement sur « Créer un compte » dans le coin supérieur droit de la page d’inscription d’Autodesk University et ajoutez votre nom et votre adresse e-mail.

S’INSCRIRE MAINTENANT

Comment planifier votre agenda ?

Avec des centaines de sessions et de cours à choisir, comment planifier votre programme de participation à Autodesk University ? Nous sommes là pour vous aider ! Au cours des prochaines semaines, nous publierons des proposition de fils rouges de session organisés pour divers intérêts et rôles professionnels.

Vous pouvez également afficher une liste de toutes les sessions de classe AU ici.

N’attendez plus, inscrivez-vous vite !

[Concours] BIM d’Or 2020 – Le Moniteur dévoile les finalistes des 11 catégories ! 10/11 Projets d’Infrastructures à l’international


C’est l’avant-dernière catégorie du célèbre Concours des BIM D’Or 2020 qui aujourd’hui nous révèle ses finalistes. Autodesk est Partenaire Platine de ce prestigieux trophée depuis sa création. La cérémonie de remise des trophées aura lieu le 21 septembre à la Station F.


Le Moniteur et Julie Nicolas, Rédactrice et Chef du Service technique, nous dévoilent chaque jour la liste des nominés par catégorie. Aujourd’hui, ce sont les projets d’Infrastructures à l’international qui sont présentés ici.

Ces trois brillants finalistes sont :

Usine Jaguar Land-Rover à Nitra (Slovaquie) – BE : Arcadis. Entreprise : COLAS Slovakia
Parc éolien de Taza (Maroc) – BE : Consultants Infrastructures.  Entreprise : Les grands travaux routiers
High Speed Two Secteurs (Royaume-Uni) – MOA : High Speed Two (HS2). MOE : Mott MacDonald Systra. Entreprises : Balfour Beatty, VINCI

Et maintenant, attendons avec impatience la catégorie des démarches pionnières et innovantes.

[Livre Blanc] Pour nos Amis Belges, la transformation numérique devra servir les citoyens – Par le CIRB Brussels !

Le CIRB (Centre d’Informatique pour la Région Bruxelloise) à l’origine de la rédaction de ce livre blanc est l’Organisme d’Intérêt Public (OIP) en charge de l’informatique. L’ordonnance du 8 mai 2014 consacre également le CIRB comme intégrateur de services régional.

Le CIRB est le partenaire informatique de confiance qui, en Région de Bruxelles-Capitale est souvent chargé de toute mission de développement et d’assistance informatique, télématique et cartographique à l’égard des pouvoirs publics.

Pourquoi ce livre blanc ?

Il apparaissait important au CIRB de fixer un cap et une stratégie autour du numérique, et de bien démontrer l’importance du numérique dans la société et pour la société. A l’instar de nos voisins Britanniques avec leur livre blanc « Data for the Public Good », nos amis Bruxellois ont finalement une vision assez similaire et ils mettent ainsi en place les moyens pour arriver à leurs fins.

Internet et les nouveaux modes de communication impactent nos vies au quotidien. Les outils numériques se développent dans les services publics, mais cette transformation digitale doit être maîtrisée et accélérée. Les données et la convergence de leurs différentes origines de provenance, doivent rapprocher citoyens et services publics. Elles doivent permettre de mieux les connaître et mieux les comprendre afin de leur proposer des services adaptés et personnalisés pour anticiper leurs besoins et y répondre de manière adéquate.
Tout ceci aura bien entendu un impact sur l’organisation et la structure de la ville et la région, car des informations et de la compréhension des citoyens et de leurs modes de vies au travers des plateformes numériques, dépendra l’évolution de nos urbanismes et de la smart city qui se nourrira de toute cette richesse.
Les outils informatiques au sein des administrations, doivent évoluer et s’adapter à cette transformation sociétale afin de répondre aux besoins du citoyen, de manière optimale et innovante, nécessitant la mise en place d’un véritable écosystème capable de revoir l’architecture des plateformes et la standardisation des données.
C’est notamment ce que Barcelone avec plus 1,6 million d’habitants a compris avec la création d’un City OS, ou Operating System pilotant son environnement numérique et connectant notamment près de 20000 capteurs présents dans la ville dont des « smart réverbères » détecteurs de bruit, de pollution et de bouchons. Et ces données sont disponibles dans les deux sens, ville vers citoyens, et vice-versa afin d’apporter encore plus de services aux habitants.
Bruxelles semble ne pas être en reste non plus. Tant en termes d’infrastructures que de composants applicatifs. Mais il faudra aussi instituer une gouvernance numérique car cette production et utilisation massive de données nécessitera une régulation par les autorités publiques qui devront organiser et structurer les traitements des données essentielles des institutions publiques, dont les données à caractère personnel afin de protéger les citoyens et la société toute entière.
Renforcer l’écosystème numérique, au service du citoyen, l’encadrer par une gouvernance numérique adéquate, c’est au travers de ce Livre blanc l’objectif que le CIRB invite les autorités régionales bruxelloises à poursuivre pour les prochaines années. Les choix fondamentaux opérés au cours des dernières années sous l’impulsion du CIRB ont forgé un socle solide d’infrastructures et d’applications sur lesquelles s’appuyer. Le souhaite du CIRB est de figurer dans les villes et les régions à la pointe qui développent le numérique au service d’un cadre de vie durable, incluant une politique de cybersécurité, tout en étant attentif aux principes de bonne gouvernance numérique et de respect de la vie privée.
Ce livre blanc interroge sur une situation inédite où la Belgique est largement couverte en Internet très haut débit et 4G. Les réseaux sociaux et services bancaires en ligne ont un grand succès, et en même temps, l’utilisation des services publics en ligne ne suit pas. Parmi les ambitions futures du CIRB pour la prochaine législature, intégrer l’approche BIM (Building Information Modelling) à la cartographie régionale afin de soutenir une gestion durable du parc immobilier et promouvoir l’interopérabilité.
L’objectif du CIRB est d’accélérer l’offre de services publics en ligne. Pour répondre à des enjeux sociétaux majeurs, centrés sur le citoyen, dans un cadre démocratique, et une région durable. Mais ils remettent cette grande responsabilité dans les mains des pouvoirs publics qui doivent s’investir et investir.

Découvrez ce livre blanc instructif en cliquant ici.

[Livre blanc] Les jumeaux numériques pour l’environnement bâti, opportunités, défis et risques, un document passionnant d’Atkins et de l’IET au Royaume-Uni

L’augmentation de la population, la croissance économique et le changement climatique exercent tous une pression considérable sur les infrastructures de la planète. Pour y remédier, nos voisins Britanniques ont une vraie stratégie. Ils considèrent que les infrastructures existantes du Royaume-Uni doivent devenir plus intelligentes et fonctionner comme un système optimisé qui réduit les perturbations et la congestion.
Depuis la publication du rapport Data for the Public Good de la National Infrastructure Commission que nous avions relayé ici, le Center for Digital Built Britain (CDBB) s’efforce de comprendre comment les jumeaux numériques et un National Digital Twin (NDT) ou jumeau numérique national pourraient relever ce défi.
Dans l’ensemble de l’industrie, des propriétaires et exploitants d’actifs aux concepteurs et entrepreneurs, l’obligation nationale du BIM pour les marchés publics (à laquelle s’oppose farouchement le gouvernement français depuis des années) a fourni une base de gestion de l’information mature. Le BIM permet de construire un actif numériquement avant qu’il ne soit même produit/construit, afin qu’il puisse être construit plus rapidement, de manière plus sûre et plus durable avec le moins de perturbations possibles.
Alors que les autorités britanniques cherchent à améliorer le cycle de vie complet d’un bâtiment, elles se posent aussi la question de savoir comment elles peuvent utiliser cette culture de gestion sécurisée de l’information pour créer des jumeaux numériques d’actifs physiques. Le potentiel de transformation des jumeaux numériques réside dans leur connexion entre eux, offrant une meilleure compréhension dans un contexte plus large. La vision du CDBB pour le jumeau numérique national est un écosystème de jumeaux numériques connectés qui évoluent avec une vision et des valeurs partagées. Le CDBB fournit le cadre de gestion de l’information pour faciliter le partage de données sécurisé et résilient entre les jumeaux numériques.
Au cœur du cadre, le CDBB envisage une ressource nationale, détenue en commun, qui permette un partage de données sécurisé et résilient dans l’environnement bâti, qu’ils ont nommé «les biens communs». S’ils réussissent à travailler ensemble pour garantir une approche commune du partage de données sécurisé et résilient au sein des jumeaux numériques, la valeur de toutes leurs informations augmentera évidemment.
En 2018, le CDBB a publié un cahier intitulé les principes Gemini pour commencer à permettre l’alignement sur l’approche de la gestion de l’information dans l’environnement bâti.
L’établissement de définitions et de principes convenus dès le départ facilitera le partage des données à l’avenir.
Ces principes sont effectivement la conscience du cadre de gestion de l’information et du jumeau numérique national. Pour s’assurer que ces deux initiatives sont – et demeurent – pour le « bien public », elles ont besoin de valeurs fondatrices fortes pour les guider.
La notion selon laquelle tous les jumeaux numériques doivent avoir un objectif clair, être dignes de confiance et fonctionner efficacement est inscrite dans ces valeurs. Tous les principes de Gemini en découlent. Ils sont délibérément simples, mais leurs implications sont profondes et difficiles. Ils sont descriptifs de l’intention, mais indépendants des solutions, encourageant l’innovation et le développement au fil du temps.
Alors que les sociétés au Royaume-Uni commencent ou poursuivent leur transformation numérique, le CDDB les exhorte à coder en dur les valeurs des principes Gemini dans leur stratégie de gestion de l’information.
Il est évident que pour que les jumeaux numériques servent l’ensemble de la société, ils devront être créés par une communauté.
Le gouvernement, les organisations en charge de la transition numérique et les entreprises devront travailler ensemble avec une vision partagée, partager les leçons autour des données. Le CDBB, à travers son groupe de travail sur le cadre numérique (DFTG) et son Digital Twin Hub, travaille à favoriser une communauté où les premiers utilisateurs peuvent apprendre par l’action et progresser en partageant. A quand une telle initiative en France ?

Ce livre blanc de l’Institution of Engineering and Technology (IET) et de la Société Atkins sur la base de son expérience, vise à mettre en évidence la façon dont les jumeaux numériques peuvent relever les défis auxquels est confronté l’environnement bâti.

Les jumeaux numériques perçus comme des incontournables en ingénierie !

En tant que répliques numériques des infrastructures du monde réel, les avantages potentiels sont faciles à saisir : une application directe de la puissance de calcul à des problèmes complexes et tangibles du monde physique. Utiles dans tous les secteurs, ils peuvent apporter plus de précision, de contrôle et de prévisibilité à une vaste gamme de défis.

Le marché mondial des jumeaux numériques évalué à 3.8 milliards de dollars en 2019 devrait atteindre les 35.8 milliards de dollars d’ici 2025

La moitié des grandes entreprises industrielles devraient les utiliser sous une forme ou une autre d’ici 2021, ce qui devrait se traduire par une augmentation de 10% de l’efficacité.
Alors qu’un système holistique entièrement réactif et automatisé est actuellement un objectif lointain, l’industrie est déjà en train de livrer des éléments de démarrage facilement adoptables. Même ces petits étapes ajoutent de la valeur et à mesure que la technologie et les techniques s’améliorent, il est envisagé une convergence de ces parties et une émergence de jumeaux connectés beaucoup plus complets, évoluant finalement vers des réseaux de modèles interconnectés pour des pays entiers.
Les jumeaux numériques promettent une conception d’actifs, une exécution de projet et des gestions d’actifs plus efficaces. En intégrant dynamiquement les données et les informations tout au long du cycle de vie des actifs, ils offriront des gains d’efficacité et de productivité à court et long terme. Plus qu’un simple modèle BIM ou un modèle 3D, les jumeaux sont une ressource de données qui peut améliorer la conception de nouveaux actifs et la compréhension de l’état des actifs existants, vérifier la situation telle que construite, exécuter des simulations et des scénarios conditionnels, ou fournir un instantané numérique pour les travaux futurs. Cela a le potentiel de réduire considérablement les erreurs et les discontinuités présentes dans les méthodes plus traditionnelles de gestion de l’information.
En brisant les distinctions entre le physique et le numérique, il est facile de comprendre pourquoi les jumeaux numériques captivent l’imagination. Alors, où se situe le problème ? La plupart des promoteurs sont excellents pour vendre leur potentiel, mais le désaccord sur les caractéristiques ou éléments composant un jumeau numérique rend difficile le chemin vers le développement et la compréhension de la valeur.
Pour faciliter ce débat, ce livre blanc propose un spectre de maturité clair, un diagnostic de l’industrie, afin de définir les éléments et les exigences d’un jumeau numérique et de fournir un cadre pour communiquer le concept complexe.
Ce document met également en évidence les derniers développements dans l’environnement bâti au Royaume-Uni, sous l’impulsion de la NIC (National Infrastructure Commission) et du CDBB (Center for Digital Built Britain). Nos voisins Britanniques ont par ailleurs l’humilité de reconnaître que d’autres secteurs industriels et d’autres pays font également des progrès significatifs. Certains d’entre eux seront abordé dans des travaux ultérieurs.
Vous pouvez télécharger ce passionnant livre blanc en cliquant ici.

[Concours] BIM d’Or 2020 – Le Moniteur dévoile les finalistes des 11 catégories ! 8/11 Projets de City Information Modeling (CIM)

Le dénouement du célèbre Concours des BIM D’Or – dont Autodesk est Partenaire Platine depuis sa création – approche à grands pas avec une cérémonie de remise des trophées qui aura lieu le 21 septembre à la Station F.
Ce rendez-vous incontournable avec ses trophées que tout professionnel de l’Architecture, de la construction et de la maîtrise d’ouvrage rêve d’emporter est un must !
Le Moniteur et Julie Nicolas, Rédactrice et Chef du Service technique, nous dévoilent chaque jour la liste des nominés par catégorie. Aujourd’hui, ce sont les finalistes des projets de City Information Modeling qui sont révélés.

Découvrez la liste des 3 heureux finalistes dont un ressortira vainqueur en cliquant ici.

Et les 3 finalistes sont :

  • Quartier Euroméditerranée à Marseille – MOA : Établissement Public d’Aménagement Euroméditerranée (Epaem mandataire), et autres dont Bouygues immobilier et Linkcity. MOE : agence François Leclercq, agence Anyoji Beltrando, agence François Kern, Ilex…
  • Ilôt Charles III à Monaco – MOA : Principauté de Monaco. MOE : Egis Structure et Environnement. BE : Egis (BU GO3E, BU VRM), MVRVD, Egis Bâtiment.
  • Co-construction urbaine à Longpont-sur-Orge – MOA : Seqens. MOE : A26. BE : AU.DIC, Artemise.


Bonne lecture.

Le guide de gestion de l’information mis à jour pour le standard ISO 19650 et complété avec la partie 3 sur la gestion et maintenance !

Le Guide pour la gestion de l’information selon BS EN ISO 19650 mis à jour et publié par le UK BIM Framework

La nouvelle série de documents d’orientation prend en charge la série BS EN ISO 19650 et fournit des orientations spécifiques sur le standard BS EN ISO 19650-2 pour la phase de livraison des actifs, et le standard ISO 19650-3 pour la phase de gestion et maintenance.

Cette suite de documents (comprenant les parties 1 à 3 des lignes directrices et les parties A à F) a été élaborée en réponse à des commentaires d’experts et lecteurs, pour tenir compte de l’extension de la couverture des lignes directrices et pour tenir compte de la norme ISO 19650-3 récemment publiée.

Le nouveau contenu explore l’ISO 19650-3 (Guide 3), la fonction de gestion de l’information (Guide A) et les matrices de responsabilité (Guide F).

Le Guide D fournit maintenant des exemples pour expliquer le contenu et la relation entre les différentes exigences d’information. Ces exemples sont accompagnés d’une base de données et d’une courte vidéo informative.

La deuxième édition du Protocole d’information a également été publiée en réponse aux commentaires des lecteurs et offre un contenu structuré facile d’accès. Elle ne cesse de s’enrichir et, bien qu’il reste encore des sujets à développer, elle couvre désormais de nombreux thèmes définis dans la série ISO 19650.

Téléchargez ce guide ici.