[Rapport] L’avenir zéro émissions en Australie Nouvelle-Zélande rendu possible grâce à la construction d’infrastructures

Un rapport passionnant met en avant l’importance des infrastructures en Australie Nouvelle-Zélande afin d’atteindre les objectifs d’émissions carbone nulles

En Australie, une action collective est nécessaire pour livrer des infrastructures à faible émission de carbone et résilientes au climat qui répondent aux exigences de la communauté, du gouvernement et des investisseurs.

Dans le cadre d’une première collaboration, Autodesk, l’Australian Constructors Association (ACA), Consult Australia et l’Infrastructure Sustainability Council (ISC) ont publié un rapport conjoint pour aider l’industrie à accélérer un avenir net zéro grâce à la conception et à la construction du pipeline d’infrastructures.

Le rapport, Un avenir net zéro, signale qu’une approche globale et basée sur les systèmes à travers les cycles de vie des actifs est nécessaire pour accélérer le chemin vers le zéro net. Cela comprend l’utilisation de leviers clés tels que l’approvisionnement, les matériaux, les méthodologies, la technologie et les capacités des personnes.

Les gouvernements des États et territoires australiens se sont engagés à atteindre un objectif zéro carbone net d’ici 2050 pour faire face aux risques liés au changement climatique identifiés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Tous ont fixé d’autres repères intermédiaires pour 2030 pour orienter l’action au cours de la prochaine décennie (voir le tableau 1 ci-dessous).

En outre, presque toutes les juridictions exigent que les chaînes d’approvisionnement des infrastructures fournissent des réductions de carbone mesurées à l’aide du système d’évaluation du Conseil de durabilité des infrastructures (système d’évaluation IS). L’IS Rating Scheme est le cadre de notation australien et néo-zélandais pour évaluer la durabilité des phases de planification, de conception, de construction et d’exploitation des programmes d’infrastructure, des projets, des réseaux et des actifs. Le système de notation IS évalue la gouvernance, les performances économiques, environnementales et sociales et c’est désormais devenu une pratique courante dans la plupart des États et territoires pour tout projet de transport majeur visant à planifier et à réaliser des réductions de carbone, sur un large éventail de classes et de tailles d’actifs. Dans toute l’Australie, on commence également à voir une gamme de programmes politiques ciblés pour encourager l’innovation et l’adoption de matériaux de construction à faibles émissions, d’énergies renouvelables et de l’économie circulaire.

Notre industrie est bien placée pour aider à permettre cette transition au cours de la prochaine décennie en raison de son rôle dans le façonnement des sociétés et des économies et grâce à sa position unique pour influencer les réductions d’émissions, mobiliser les investissements et répondre aux incitations politiques du gouvernement, des promoteurs, des maîtres d’ouvrage et des propriétaires d’actifs.

Infrastructures et émissions

Dans toute l’Australie, on estime que les infrastructures contribuent à environ 70 pour cent des émissions nationales ; avec environ 15 pour cent (ou environ 87 millions de tonnes de CO2 par an) directement contribué par la livraison et l’exploitation de cette infrastructure. La figure 1 illustre les sources d’émission d’un projet d’infrastructure typique, dont plus de la moitié provient des émissions intrinsèques dans les matériaux tels que béton, asphalte et acier.

L’industrie des infrastructures a déjà démontré l’influence qu’elle peut avoir sur la réduction des émissions, les projets d’infrastructure les plus récemment livrés étant capables de fournir une réduction combinée de 11 % d’équivalent CO2 à partir des matériaux tout au long du cycle de vie des actifs et de 68 % à partir de la consommation d’énergie.

Investissement dans un futur net zéro

Au cours des trois prochaines années (2021 à 2024), il est prévu qu’environ 166 milliards de dollars seront dépensés par les gouvernements australiens pour les infrastructures. Des juridictions gouvernementales plus progressistes sont à l’origine de résultats en matière de durabilité, notamment en matière d’action climatique, de résilience et d’objectifs en matière de matériaux et de ressources. La plupart des promoteurs progressistes ont adopté une approche cohérente et assurée par un tiers de la mesure de la performance en matière de durabilité, plus de 200 milliards de dollars d’investissements enregistrés auprès de l’Infrastructure Sustainability Council depuis 2012 et mettant en œuvre le système de notation IS.

En juillet 2021, Infrastructure Australia a annoncé que le quadruple critère de résultat (gouvernance, économie, social et environnement) commencera à influencer les recommandations d’investissement au niveau fédéral, fournissant un mandat clair pour considérer la valeur au-delà des avantages traditionnels, souvent axés sur le court terme. Plus de 70 % des projets applicables sur la liste des priorités et des priorités élevées d’Infrastructure Australia 2021 devraient ou sont déjà en train de fournir des mesures de performance garanties.

Les propriétaires d’actifs et les promoteurs du gouvernement australien ne sont pas les seuls à chercher à investir dans la durabilité, avec le carbone qui reste un axe clé du secteur financier. Les actifs d’investissement environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) mondiaux devraient actuellement atteindre 53 000 milliards de dollars d’ici 2025, ce qui représente plus d’un tiers des 140 000 milliards de dollars d’actifs en gestion. Les investisseurs cherchent à se décarboner, avec des réponses moins ambitieuses au changement climatique étant considéré comme un investissement supplémentaire et un risque de performance avec un potentiel de croissance réduite et un risque de coûts externes plus élevés (par exemple, la tarification du carbone).

Une infrastructure durable offre un avantage encore plus grand

L’étude IS Rating Scheme Return on Investment (2020) a révélé que les projets d’infrastructure classés avec le système d’évaluation des SI offrira jusqu’à 2,40 $ de bénéfices pour chaque dollar dépensé, ce qui exclut les aspects plus difficiles à quantifier, tels que la valeur sociale et les résultats de la main-d’œuvre.

L’Infrastructure Council Rating Scheme (IS Rating Scheme) est le cadre de notation australien et néo-zélandais permettant d’évaluer la durabilité des phases de planification, de conception, de construction et d’exploitation des programmes, projets, réseaux et actifs d’infrastructure. Presque toutes les juridictions exigent que les chaînes d’approvisionnement des infrastructures fournissent des réductions de carbone mesurées à l’aide de l’Infrastructure Sustainability Council Rating Scheme.

Découvrez l’intégralité de ce rapport intéressant en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.