EUnet4BDP – L’initiative Européenne pour un Permis de Construire numérique avance

Permis de construire numérique, état des lieux européen

Organisé l’année passé par EUnet4DBP, EuroSDR, buildingSMART et EU-BIM, ce workshop complet a permis de faire le tour des initiatives en cours au niveau européen. Francesca Noardo et Giada Malacarne proposent un rapport en ligne passionnant.

La numérisation et l’automatisation des processus de délivrance de permis de construire sont actuellement l’intérêt d’une communauté immense et diversifiée, notamment des universités, des municipalités, des concepteurs de bâtiments, des architectes, des développeurs de logiciels et de nombreuses autres parties prenantes qui doivent collaborer pour trouver des solutions appropriées. Pour cette raison et avec un tel objectif, le réseau européen pour le permis de construire numérique (EUnet4DBP1) a été initié. Les 25 et 26 mars 2021, un atelier a été organisé par EUnet4DBP, en collaboration avec EuroSDR, buildingSMART et le groupe de travail EU-BIM. L’objectif de l’événement était de rassembler des présentations sur certains travaux pertinents sur le sujet, en tant que terrain de discussion pour un public international, intersectoriel et pluridisciplinaire afin de faire connaître l’état de l’art, les projets pilotes pertinents et mener des expériences, mais aussi échanger sur les défis communs et l’état actuel de la pratique. Un tel échange de connaissances devrait jeter les bases des développements futurs.
Dans ce rapport, après une introduction au sujet et à l’EUnet4DBP*, les résumés liés aux présentations sont collectés. Les points importants des leçons apprises et des messages à retenir sont résumés à la fin.

* https://3d.bk.tudelft.nl/projects/eunet4dbp/

Permis de construire numérique

La numérisation est un processus continu dans de nombreux domaines, notamment l’architecture, l’ingénierie et la construction (AEC). Les normes ISO 19650 ont été élaborées dans le cadre d’un tel objectif afin de guider l’organisation et la gestion de l’information numérique sur les bâtiments et les travaux d’infrastructure. Cela apporterait plusieurs avantages, parmi lesquels l’optimisation de l’information et de la communication, l’échange d’informations et la réutilisation. En conséquence directe, les processus de conception et de construction s’amélioreraient, ainsi que l’utilisation et le suivi des ressources à un niveau plus central, cela impliquerait de nombreux effets vertueux.
En lien avec ce changement, la numérisation vers l’automatisation du processus de permis de construire représente un intérêt croissant, destiné à accélérer le contrôle de conformité, optimiser les ressources et fournir des contrôles plus objectifs, au profit de la qualité de l’environnement bâti et de la ville (eg Eastman et al. ., 2009, Lee et al., 2016, Noardo et al., 2020, Directive 2014/24/UE du Parlement européen et du Conseil sur les marchés publics.).
Le permis de construire est l’autorisation définitive, délivrée par les pouvoirs publics, qui autorise le démarrage la phase de construction d’un projet immobilier. Le permis s’inscrit dans une démarche d’urbanisme visant à garantir un développement durable et maîtrisé, au bénéfice des collectivités, de l’environnement et de l’économie (DCLG, 2015).
La délivrance d’un permis de construire est très complexe : constituée de plusieurs étapes, un grand nombre d’acteurs sont impliqués, utilisant de nombreuses informations. De plus, dans la pratique, les participants, les procédures et les données sont très hétérogènes et, dans la plupart des cas, relativement informelles – par exemple, les décisions dépendent des connaissances et de l’expertise locales des individus. Aborder les différentes parties dans un cadre commun est essentiel.

EUnet4DBP

Afin de faire face à une telle complexité, un certain nombre de chercheurs, d’acteurs et d’organisations ont récemment reconnu la nécessité de former un réseau international plus large et mieux articulé, avec des composantes fortes et des collaborations intersectorielles et interdisciplinaires. Ainsi, le Réseau Européen pour le Permis de Construire Numérique (EUnet4DBP)1 a été initié début 2020.
L’objectif du réseau est la définition d’une stratégie commune pour développer des outils et des méthodes de permis de construire numériques dans un effort commun, à mettre en œuvre en grande partie et qui soutiennent un environnement interopérable au profit de chaque partie du flux de travail (de la fourniture d’informations soutenant une conception appropriée du bâtiment, à la validation du contenu informatif par la municipalité).
Sa mission est d’accélérer la transformation numérique du processus de permis de construire, dans une vision vers le développement de solutions numériques et automatiques flexibles, évolutives et réutilisables au moyen d’un effort commun et dans le cadre d’un cadre de science ouverte, en partageant expériences et renforcement des connaissances.

1 https://3d.bk.tudelft.nl/projects/eunet4dbp/

Pour que cela soit efficace, les objectifs et les activités doivent répondre à trois piliers principaux, selon laquelle les sessions de l’atelier ont été conçues :

1) Processus – Y compris les pratiques humaines et les flux de travail bureaucratiques à prendre en compte et probablement changer afin d’adopter une nouvelle approche numérique.
2) Règles et exigences – En tant que formulation de critères et de lignes directrices à suivre pour la réussite des objectifs dans toutes les étapes et tous les aspects du cas d’utilisation, y compris l’interprétation des règles et préparation du modèle.
3) Technologie – Concernant tout aspect lié et permettant la mise en œuvre réussie des précédents.

Dans cette optique, les trois objectifs principaux du réseau sont formulés :

  • Objectif 1) Soutenir le processus de permis de construire pour devenir plus efficace et automatique.
  • Objectif 2) Soutenir l’interprétation des règles et les exigences d’information en devenant aussi simples et lisibles par « machine » que possible afin de garantir un certain niveau d’automatisation.
  • Objectif 3) Soutenir l’adoption à grande échelle de technologies interopérables basées sur des normes ouvertes.

En l’état actuel, plusieurs types d’institutions et d’acteurs provenant de 18 pays différents, convergent au sein du réseau , y compris le domaine de la recherche, à la fois comme universités et autres types de centres de recherche ; institutions gouvernementales, liées aux ministères, aux municipalités et à d’autres organisations, telles que de nombreuses agences nationales de cartographie et de cadastre (AMNC) ; et des entreprises privées et des professionnels, en tant que conseillers et AMO BIM et construction, concepteurs, éditeurs de logiciels.
La composante pluridisciplinaire est également une clé du réseau, car il est extrêmement pertinent d’impliquer plusieurs types d’expertises pour bien aborder les composantes convergentes du sujet avec les compétences et la sensibilisation appropriées. Par conséquent, les domaines couverts actuellement vont de l’AEC, du BIM, de la planification et de la réglementation, au développement de logiciels, à la géoformation, aux systèmes d’information géographique et aux modèles de villes 3D, à la normalisation et à l’intégration de données spatiales 3D (GeoBIM).
De plus, trois organisations internationales soutiennent le réseau : l’EuroSDR, buildingSMART et le groupe de travail EU-BIM. Leurs champs d’application et leurs intérêts sont plus larges que la numérisation des permis de construire, mais tous se recoupent avec le champ d’application d’EUnet4DBP, apportant une valeur ajoutée dérivée d’une coordination plus large avec les organisations internationales concernées.

Pour le moment, la seule règle pour faire partie du réseau consiste en l’acceptation de ses principes et engagements, qui visent à pousser vers une collaboration fructueuse et équitable vers les objectifs communs :

  • Engagement à partager – Nous partageons nos connaissances, nos expériences, nos idées avec les autres membres du réseau afin de transformer notre vision en réalité.
  • Engagement envers l’ouverture – Nous soutenons le développement de formats ouverts, de normes ouvertes et de logiciels interopérables. Nos livrables sont des ressources en libre accès, sont publiés dans des canaux ouverts et tous peuvent les utiliser librement.
  • Engagement à être collaboratif – Nous collaborons volontairement avec d’autres pour développer les impacts du réseau sur la transformation numérique de l’environnement bâti.
  • Engagement à être éthique – Nous travaillons ensemble dans un environnement équitable, en attribuant correctement les crédits aux participants individuels et au réseau, et en gardant confidentiel tout matériel partagé non publié.
  • Engagement à être pratique – Nous développons des outils et des méthodes qui répondent aux besoins réels des utilisateurs actuels et futurs.
  • Engagement à être innovant – Nous croyons en l’innovation comme seul moyen d’améliorer la qualité de nos défis présents et futurs. Nous visons à fournir une solution innovante.
  • Engagement à être compétent – Nous menons des activités qui nécessitent l’utilisation de nos compétences

Découvrez le rapport de ce workshop passionnant en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :