[Témoignage] Préservation numérique du musée Ipiranga au Brésil, un modèle de collaboration sur Redshift by Autodesk

Préservation du musée Ipiranga au Brésil en BIM à grande échelle, des impacts culturels durables pour les générations à venir !

De nombreux monuments du monde entier sont scannés numériquement et ainsi préservés pour se prémunir contre les pertes dues à la détérioration, au changement climatique et aux accidents.
Le Museu do Ipiranga du Brésil a subi une digitalisation poussée afin d’en créer un jumeau numérique. Cette réplique réalisée à partir d’un nuage de points du musée peut ainsi être partagée avec le Brésil et le monde entier, préservant ainsi une histoire précieuse.

Pour des générations d’écoliers brésiliens, Ipiranga n’est pas seulement un lieu ou un musée, c’est un élément central de l’histoire de leur pays. Le premier refrain de l’hymne national du pays fait référence aux rives de la rivière Ipiranga, où l’indépendance du Brésil du Portugal a été déclarée pour la première fois le 7 septembre 1822. Des décennies plus tard, en 1884, l’architecte italien Tommaso Bezzi a conçu un palais éclectique passionnant pour le site, inspiré en partie de Versailles. Ce palais devenait ainsi le Museu do Ipiranga, un centre du patrimoine national et de l’art et aussi une destination de promenade appréciée.

preserving Brazil’s Ipiranga Museum digital model
Maquette BIM du Musée d’Ipiranga et de ses alentours

Solange Lima, ancienne directrice du musée et actuelle présidente de sa commission culturelle et d’extension, a découvert pour la première fois la façade saisissante, l’intérieur éclectique et la collection d’art inégalée par le biais d’une excursion de formation qui l’a poussée à devenir professeur et conservatrice. Elle souhaite partager le sentiment de passion qu’elle a ressenti en tant qu’étudiante avec d’autres au Brésil et dans le monde, un objectif qui devient une réalité grâce à une collaboration technologique unique qui a abouti à une copie de ce monument national dans le cloud.

La préservation du musée Ipiranga au Brésil commence par la compréhension de son rôle dans la culture du pays. « Cet édifice n’a pas été construit pour devenir un musée ; il a été érigé pour être un monument », dit Solange Lima, parlant de la structure ornementale vieille de 125 ans, un chef d’œuvre de brique et de bois qui commence cependant à montrer des signes de fatigue. « C’est un palais qui célèbre le Brésil. »

Beau palais, moment opportun

En partenariat avec le musée et Faro, une entreprise mondiale d’imagerie, une équipe d’Autodesk a scanné au laser l’ensemble du bâtiment et le parc Independência environnant. En 2020, des scanners laser spéciaux ont capturé des détails architecturaux, des hectares d’aménagement paysager historique et 50 objets de la collection pour préserver et présenter le musée à un public plus large.

Le projet a bénéficié d’un timing parfait. Également connu sous le nom de Museu Paulista, le Museu do Ipiranga a fermé en août 2013 en partie à cause des dégâts des eaux et du risque d’effondrement du plafond. Une fermeture et une rénovation de près d’une décennie, se terminant juste avant le bicentenaire du pays en 2022, ont fourni une fenêtre d’opportunité parfaite pour créer une copie numérique de ce bâtiment irremplaçable.

L’espace réinventé aura plus d’espace pour exposer les joyaux de la couronne de la collection de 450 000 pièces du musée. Lima regrette qu’une « génération d’écoliers » ait raté l’occasion de voir le musée en personne au cours de la dernière décennie, mais se réjouit du potentiel de partager sa nouvelle version, y compris un Ipiranga numérique dans le cloud et des jeux vidéo éducatifs mettant en vedette le modèle du musée.

preserving Brazil’s Ipiranga Museum point cloud
Nuage de points du musée et des terrains environnants, contenant 2,3 milliards de points.

Une nouvelle vague de préservation numérique

La création d’un modèle numérique du musée est l’un des exemples les plus récents et les plus médiatisés d’une nouvelle vague de préservation numérique pour sauver les monuments du monde. Ces efforts complexes de capture de données et de modélisation deviennent de plus en plus urgents à mesure que le changement climatique menace les régions, que les bâtiments historiques vieillissent et que les accidents récents soulignent le besoin de sauvegardes numériques. En 2018, le Musée national du Brésil à Rio de Janeiro a pris feu, dévorant une collection de 20 millions d’œuvres inestimables. Les équipes d’Autodesk ont ​​également aidé à créer des maquettes de la Tour Eiffel et de Notre-Dame de Paris et pourraient bientôt étendre leur travail à d’autres sites brésiliens, tels que la célèbre architecture moderniste de Lina Bo Bardi.

Les défis techniques d’Ipiranga étaient immenses et l’effort nécessitait une suite d’outils logiciels pour capturer, organiser, trier et afficher la quantité exceptionnelle de données. Un nuage de points assemblé à partir de scans laser et d’images assemblées par photogrammétrie par drone contenait 2,3 milliards de points, avec une précision de 3,7 mm. La traduction de toutes ces données brutes en un modèle numérique utilisable a nécessité un certain nombre d’étapes et d’applications, notamment l’utilisation de la plateforme collaborative Cloud Autodesk BIM 360, ainsi que les solutions logicielles ReCap Pro, Civil 3D, InfraWorks et Revit.

Selon Vinicius Barros et Marcelo Laguna, membres de l’équipe d’Autodesk qui a supervisé le passage des nuages de points du logiciel jusqu’au modèle BIM, le processus a finalement abouti à un modèle interactif de 13 Go dans le cloud. « Le musée d’Ipiranga sera un exemple important de la façon dont la transformation numérique et le BIM peuvent aider les propriétaires et maîtres d’ouvrages publics à mieux gérer les actifs historiques », explique Fernanda Machado, architecte chez Autodesk et spécialiste du BIM (Building Information Modeling) qui a géré le processus de numérisation et de modélisation. « C’est un monument protégé, c’est donc un énorme défi et une réussite de pouvoir le préserver de cette nouvelle manière. »

« Quand nous avons commencé le travail, j’ai compris à quel point ce projet pouvait être puissant », ajoute Pedro Soethe d’Autodesk, qui a codirigé le projet avec Machado. « Depuis nos premières discussions avec l’équipe projet du musée, nous savions que nous voulions offrir une vision plus complète du projet. Nous ne nous sommes donc pas seulement concentrés sur le bâtiment du musée mais aussi sur le parc où se trouve le musée, qui est magnifique. De plus, nous avons intégré tous les environs du musée, y compris les rues et les arbres, pour montrer à quels points ils sont importants et adaptés dans le contexte de la ville.

Bénéfices futurs : architecture et éducation

Explorer les maquettes BIM du musée est passionnant, mais l’utilité va bien au-delà de l’imagerie. Le musée n’a plus de plans précis de son ensemble d’origine créé par Bezzi : la digitalisation signifie que les futures déplacements de l’ouvrage, décalages ou déformations structurelles peuvent être détectés avec précision, idéalement suffisamment de temps à l’avance pour effectuer des réparations préventives moins intrusives et moins coûteuses. Malgré sa monumentalité, le musée reste une structure précise et quelque peu fragile ; les conservateurs n’ont pas installé de climatisation dans les salles d’exposition du bâtiment, par exemple, car cela nécessiterait d’endommager cette architecture unique.

Découvrir la source de l’article ici en anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.