Sur BIM PLUS, une interview passionnante de Marek Suchocki sur la situation de l’Industrie au Royaume-Uni

La construction est-elle à la hauteur des plans de remise à niveau du pays par le gouvernement Britannique ?

Sur l’excellent site BIM+, mon brillant Collègue Ingénieur en génie-civil, Marek Suchocki, Responsable du développement commercial mondial pour le secteur de l’infrastructure répondait à des questions passionnantes sur les plans du Gouvernement Britannique pour relancer le secteur de la Construction…

Source ici en anglais.

Marek Suchocki, responsable du développement commercial mondial chez Autodesk, examine les opportunités et les défis qui se présentent à l’industrie de la construction par rapport aux plans de mise à niveau du gouvernement Britannique.
On a beaucoup parlé des plans du gouvernement britannique pour « remettre à niveau » le pays et « mieux reconstruire » après les effets économiques désastreux de la pandémie. Le document d’orientation Build Back Better, publié à la fin de l’année dernière, a défini trois piliers fondamentaux qui sous-tendront ces plans de croissance :

  • Infrastructure – des investissements record (environ 100 milliards de livres sterling dans les plans de dépenses en capital) seront réalisés dans le haut débit, les routes, les chemins de fer et les villes, en vue de stimuler l’activité économique à court terme et de stimuler la productivité à long terme.
  • Compétences – les réformes de l’enseignement technique chercheront à mieux aligner le système d’enseignement post-16 sur la demande des employeurs, en soutenant la croissance de la productivité par des compétences et une formation de haute qualité. Des mesures seront également prises pour améliorer le système d’apprentissage pour les employeurs, par exemple en permettant le transfert des fonds de prélèvement non dépensés et en permettant aux employeurs d’anticiper la formation par l’apprentissage.
  • Innovation – un meilleur accès au financement cherchera à libérer l’innovation, y compris des réformes visant à remédier aux obstacles qui découragent les fonds de pension d’investir dans des entreprises à forte croissance. En outre, le programme Help to Grow: Digital aidera 100 000 PME à gagner du temps et de l’argent en adoptant des logiciels améliorant la productivité et transformant leur façon de générer de l’activité économique.

Toutes ces mesures confirment que la transformation numérique et l’innovation sont les clés pour accéder à des infrastructures de haute qualité et plus durables à travers le Royaume-Uni. Pour les industries de la construction et de l’ingénierie, c’est une période passionnante, mais les plans les mieux conçus échoueront si nous n’avons pas les outils et les compétences pour les soutenir.

Travailler ensemble pour un succès basé sur les données

Marek Suchocki, Autodesk : « Etre plus focalisé sur la technologie et les données n’a pas de sens sans les compétences en place pour maximiser cette transformation. »

Mike King, directeur exécutif des services techniques chez Robertson Group, l’une des plus grandes entreprises familiales de construction, d’infrastructure et d’AMO au Royaume-Uni, déclare que travailler ensemble en tant qu’industrie est le seul moyen de remettre à niveau le pays. « Il doit y avoir une collaboration à une échelle que je ne pense pas que nous ayons connue dans notre industrie », affirme King. « Nous devons éliminer certaines des barrières traditionnelles qui nous empêchent d’être aussi collaboratifs que possible dans la manière dont nous travaillons avec les autres organisations de premier niveau et les PME de la chaîne d’approvisionnement. »

À cet effet, il est difficile de sous-estimer l’importance d’une stratégie de données conjointe et du partage d’informations pour s’assurer que les projets répondent aux attentes. Les professionnels de la construction britanniques que nous avons interrogés suggèrent que les entreprises ayant de mauvaises stratégies de données sont plus susceptibles d’avoir une mauvaise prise de décision, conduisant à de mauvais résultats – tels que plus d’incidents de sécurité, un non respect des délais et des problèmes de reprise de travaux, qui pourraient tous retarder ou arrêter la progression du programme de mise à niveau.

La nouvelle Loi sur la sécurité des bâtiments souligne l’importance de maintenir un fil conducteur d’informations, de la conception jusqu’à l’exploitation. La mise en place de systèmes et de processus, tels qu’un environnement de données commun (CDE) pour recevoir, puis gérer et maintenir les données du projet sera essentielle pour la conformité.

King souligne que les outils numériques, de la conception 3D au BIM, seront essentiels pour sécuriser les contrats et les investissements, les autorités locales ayant la possibilité de soumissionner pour des fonds de nivellement. Il fait également valoir que ces mêmes outils peuvent aider les collectivités locales à visualiser et à s’engager dans la régénération et l’investissement dans leurs zones associées au nivellement, « en articulant les résultats pour les collectivités et les autorités de planification ».

Aborder la question des compétences

Cependant, devenir davantage axé sur la technologie et les données n’est pas pertinent sans les compétences en place pour maximiser tout cela. La pénurie de compétences affectant l’industrie de la construction est largement médiatisée, les données les plus récentes de l’Office National des Statistiques révélant un nombre alarmant de 48 000 postes vacants à pourvoir. Le problème est exacerbé par le fait qu’il y a un manque non seulement de nombre de personnes compétentes, mais aussi de capacité et de préparation numérique.

Il doit y avoir un changement de compétences dans l’ensemble de la construction pour livrer ces plans sur le terrain et répondre aux besoins réglementaires et environnementaux. Cependant, il est également crucial d’attirer davantage de jeunes professionnels talentueux et de leur donner accès aux nouveaux outils numériques et aux nouvelles technologies sur lesquels ils s’épanouissent, ainsi que d’être formés sur les logiciels plus traditionnels qui sont encore si répandus.

Préfabrication et industrialisation de la construction

Une tendance qui promet d’améliorer la productivité et la rentabilité dans la construction est l’adoption accrue de la préfabrication et de la l’industrialisation de la construction. Les méthodes de préfabrication ont parfois été utilisées avec succès pendant la pandémie pour faciliter la construction rapide et fiable de bâtiments d’urgence comme les hôpitaux, mais elles ont également un rôle dans les projets à plus long terme.

Cependant, les processus de construction traditionnels, en particulier en matière d’approvisionnement, ne sont pas conçus pour permettre l’utilisation de la préfabrication. En effet, 26 % des maîtres d’ouvrage et propriétaires et 24 % des entreprises du secteur considèrent les processus d’approvisionnement comme un obstacle à l’adoption généralisée de techniques de construction innovantes telles que la fabrication hors site.

Changer le statu quo

Changer le statu quo pour intégrer ces innovations obligera les propriétaires et maîtres d’ouvrage – le gouvernement dans le cas du secteur public – à en faire la demande spécifique et à engager le marché tôt. Heureusement, le « Construction Playbook » du gouvernement comprenait plusieurs politiques de conformité ou d’explication qui devraient contribuer à encourager la préfabrication dans le secteur public, notamment l’adoption de solutions axées sur la fabrication, l’investissement dans l’innovation grâce à des processus de planification numériques, automatisés et de qualité.

En outre, les contrats à plus long terme et les pipelines sont encouragés à investir dans les compétences, les personnes et l’innovation requise.

En fin de compte, le programme de mise à niveau représente une énorme opportunité pour la construction au Royaume-Uni, avec le potentiel de dynamiser les projets et les investissements dans les infrastructures sur une plus grande étendue du pays. Cela peut également servir de catalyseur pour que les entreprises adoptent pleinement les outils numériques et les pratiques axées sur les données, car les gains d’efficacité qui en résulteront seront essentiels pour réaliser les nobles ambitions du gouvernement.

Ceci, en tandem avec la nouvelle loi sur la sécurité des bâtiments, signifie qu’un changement de comportement général est nécessaire, car chaque maillon de la chaîne d’approvisionnement aura un rôle à jouer dans le maintien d’un fil conducteur d’informations pour chaque projet. Le moment est venu de mettre en place les compétences et les processus qui sous-tendent l’environnement bâti pour la prochaine génération – je suis convaincu que nous, en tant qu’industrie, sommes à la hauteur de la tâche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :