Rapport du Center for Digital Built Britain – 4 scénarios pour le futur de la Construction en 2040 au Royaume-Uni, un choix – Et un livre à venir !

Dans le cadre du programme de transformation numérique du Construction Innovation Hub, le Center for Digital Built Britain vient de publier “Four Futures, One Choice” : un rapport qui présente quatre scénarios futurs possibles de ce à quoi pourrait ressembler le secteur de la construction en 2040. Les scénarios suggèrent des actions qui peuvent à la fois contribuer à la reprise du secteur du BTP post Covid-19 et conduire à un environnement bâti plus durable à long terme. A terme, le livre sera publié courant décembre.

En voici les grandes lignes :

Les pandémies mondiales, les troubles politiques et les catastrophes environnementales ont ensemble contribué à ce que 2020 soit une année sans précédent. Bien que négatifs, ces évènements permettent toutefois d’imaginer un monde meilleur avec des améliorations positives, voire remarquables.

Les décideurs politiques ainsi que ceux qui œuvrent pour l’environnement bâti auront pour mission de mieux reconstruire, d’apprendre du passé et du présent afin de pouvoir façonner un avenir qui puisse nous protéger et nous aider à prospérer.

Four Futures, One Choice présente une perspective future permettant de découvrir avec clarté et précision, quatre scénarios de ce à quoi pourrait ressembler la Grande-Bretagne en 2040, en fonction des décisions qui seront prises maintenant, en ces temps d’opportunités sans précédent. Les quatre scénarios proposés fournissent tous un aperçu de la façon dont nous pouvons élaborer une stratégie maintenant, en prenant des mesures rapides et décisives, qui non seulement aideront à la reprise après la Covid-19, mais qui aideront également à développer un environnement bâti qui soutienne un avenir prometteur et réduise notre impact négatif sur l’environnement au niveau mondial.

Quatre scénarios

Four Futures, One Choice présente quatre scénarios futurs plausibles conçus pour vous aider à prendre de meilleures décisions maintenant et qui façonneront l’avenir que vous choisirez. Afin de développer les scénarios, des experts spécialisés dans l’environnement bâti et ses relations avec la technologie, l’économie, la conception et la société, se sont réunis pour imaginer, organiser et décrire différents états futurs.

Scénario A : un héritage d’espoir

  • La crise climatique est maîtrisée grâce à une décarbonisation rapide et une législation agressive protégeant les espaces verts et la biodiversité.
  • L’environnement bâti a été adapté pour répondre aux besoins d’une population vieillissante sur une planète qui se réchauffe.
  • Plus d’espaces verts communaux pour faire de l’exercice, faire pousser de la nourriture, faire du bénévolat, socialiser en plein air.
  • Adoption généralisée de la construction numérique avec un accent sur le bien-être humain et la rénovation, des infrastructures vertes plutôt que de nouvelles constructions.
  • La numérisation s’est concentrée sur les soins aux personnes âgées et sur le soutien d’une main-d’œuvre plus réduite grâce à l’automatisation.
  • L’économie de l’information verte est façonnée par une main-d’œuvre plus réduite, afin que les efforts soient concentrés sur des domaines hautement prioritaires.

Scénario B : Génération zéro

  • La crise climatique est maîtrisée grâce à une décarbonisation rapide et une législation agressive protégeant les espaces verts et la biodiversité.
  • L’environnement bâti a été fortement reconfiguré pour promouvoir le bien-être humain et environnemental à l’aide d’infrastructures vertes.
  • Adoption généralisée de la construction numérique et des services numériques intégrés transparents et sécurisés.
  • Une grande partie de la main-d’œuvre a été formée au numérique afin d’assurer une économie de l’information verte florissante et un engagement civique.
  • Les villes et les villages sont bardés d’appareils intelligents répondant à divers besoins, par ex. transports, soins de santé, éducation, surveillance de l’environnement, performance des infrastructures et sécurité.

Scénario C : résignés à notre sort

  • Nous avons dépassé le point de non retour climatique, ce qui signifie que le réchauffement climatique et les crises environnementales associées sont hors de notre contrôle.
  • L’adoption des techniques de construction numérique en dehors des premiers utilisateurs a été faible et l’empreinte carbone du secteur est toujours élevée.
  • Les bâtiments et les infrastructures acquis pour redémarrer l’économie au début des années 2020 nous ont piégés pour des décennies d’émissions carbone.
  • Le développement de la technologie numérique pilotée par le marché s’est réduit pour se concentrer sur les soins aux personnes âgées et l’automatisation, mais sans stratégie d’orientation claire ni focalisation sur l’intérêt public.
  • Il y a peu de main-d’œuvre, soutenue par endroits par l’automatisation, mais pas par des données et des systèmes interopérables.
  • Les chaînes d’approvisionnement sont toujours caractérisées par des silos opérationnels et informationnels.


Scénario D : Trop peu, trop tard

  • Nous avons dépassé le point de non retour climatique, ce qui signifie que le réchauffement climatique et les crises environnementales associées sont hors de notre contrôle.
  • L’environnement bâti a continué à se développer avec le statu quo d’avant 2020, bien que la construction numérique ait été reprise par les leaders de l’industrie.
  • Les bâtiments et les infrastructures acquis pour redémarrer l’économie au début des années 2020 nous ont piégés pour des décennies d’émissions carbone.
  • Le développement de la numérisation piloté par le marché sans principes directeurs clairs a conduit à une large distribution d’appareils intelligents, mais à une faible interopérabilité et à un faible intérêt public.
  • Il y a une main-d’œuvre importante, mais un écart salarial qui se creuse à mesure que les ressources se raréfient.
  • Nous essayons de trouver un moyen de sortir d’une crise, mais devons réagir à la dernière catastrophe plutôt que de résoudre les problèmes plus profonds.

Conseils à long terme

Bien qu’il soit difficile de garantir avec certitude les résultats de décisions prises au niveau sociétal par les décideurs politiques ou de l’environnement bâti, l’exploration de scénarios futurs nous aide à identifier soit la direction vers laquelle il nous plairait d’aller ou finalement celle que nous devrions prendre. Voici quelques mesures recommandées dans ce guide qui, selon les experts, aboutiraient à un avenir plus juste et plus vert pour tous.

Un investissement réfléchi dans la technologie numérique

Les personnes et la planète avant tout : définir les avantages pour les personnes et la planète comme objectif principal pour l’environnement bâti.
Approvisionnement axé sur la valeur : approvisionner en fonction de nos propres valeurs pour changer le comportement de la chaîne d’approvisionnement et adopter une approche d’approvisionnement axée sur l’avenir pour créer de la valeur ajoutée.
Principes moraux et éthiques : être tenu responsable du respect des normes morales et éthiques pour les données, l’automatisation et l’IA que nous utilisons, en veillant à ce que cela ne génère pas de discrimination ou de déséquilibre.
Construire plus intelligemment : utiliser des technologies intelligentes (telles que les jumeaux numériques) pour intégrer des gains d’efficacité dans le cycle de vie de l’environnement bâti, permettant des performances améliorées, des coûts réduits, une meilleure qualité et des actifs plus durables.

Privilégier la décarbonation et la biodiversité

Méthodes modernes de construction : rechercher et adopter des méthodes qui réduisent considérablement l’empreinte carbone du secteur.
Construit vs naturel : valoriser la nature au même niveau que l’environnement bâti pour favoriser la décarbonation de l’environnement bâti.
Économie circulaire : prise en compte de la manière dont les matériaux et les ressources de l’environnement bâti peuvent être réutilisés au-delà de la durée de vie des actifs individuels.
Unir nos forces : former des partenariats stratégiques avec d’autres acteurs de l’industrie / décideurs politiques pour faire face aux complexités du partage de données et collaborer pour développer un environnement bâti qui profite à tous.

La gouvernance aujourd’hui pour un avenir meilleur

L’épanouissement individuel : nous responsabiliser envers les générations futures pour toutes les décisions que nous prenons aujourd’hui.
Économie de l’information verte : disposer de meilleures données et d’une meilleure compréhension, qui peuvent être facilement partagées, est essentiel si nous voulons avoir une économie plus humaine où des décisions sont prises afin de permettre aux générations futures de vivre une vie saine et heureuse sur cette planète.
Le nouveau Green Deal : créer des emplois verts qui aideront à concevoir, construire et exploiter un environnement bâti durable et numérique pour demain.
Démocratie numérique : soutenir une participation et un engagement plus larges des citoyens britanniques, grâce à l’utilisation de la technologie, dans les décisions qui les affectent directement.

Des quatre scénarios futurs présentés, deux sont clairement préférables car axés sur un monde durable, égalitaire et diversifié dans lequel l’économie, la société et l’environnement britanniques s’épanouissent. Compte tenu de l’opportunité sans précédent qui nous est présentée, nous ne pouvons plus rester sans rien faire. il faut agir maintenant.

Pour lire le rapport dans son intégralité, cliquez ici.

Les auteurs du rapport sont :

  • Didem Gürdür Broo, Centre pour les infrastructures et la construction intelligentes, Département d’ingénierie, Université de Cambridge; Centre Laing O’Rourke pour l’ingénierie et la technologie de la construction, Département d’ingénierie, Université de Cambridge; Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge.
  • Kirsten Lamb, Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge.
  • Richmond Juvenile Ehwi, Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge; Centre de recherche sur le logement et la planification de Cambridge, Département d’économie foncière, Université de Cambridge.
  • Erika Pärn, Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge; Cambridge Service Alliance, Institut de fabrication, Université de Cambridge.
  • Antiopi Koronaki, Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge; Centre for Natural Material Innovation, Département d’architecture, Université de Cambridge.
  • Chara Makri, Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge.
  • Thayla Zomer, Centre for Digital Built Britain, Université de Cambridge; Cambridge Service Alliance, Institut de fabrication, Université de Cambridge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *