Les Etoiles du Nord : l’architecture nordique à l’avant-garde en matière de durabilité au travers de 3 projets iconiques…

  • L’architecture nordique est reconnue comme leader en matière de durabilité. Explorez trois projets où la conception basée sur les données a permis d’atteindre les ambitions écologiques qui avaient été fixées.
  • L’architecture nordique a évolué pour être centrée sur l’humain, durable et connectée à la nature, depuis la crise pétrolière des années 1970.
  • Dans l’Arctique du Groenland, un centre de traitement psychiatrique améliore le contact des patients avec la nature pour créer une « architecture de guérison » fondée sur des données probantes.
  • Une prison sans cruauté en Islande et une tour de bureaux en bois en Suède mettent l’accent sur l’efficacité énergétique, une faible empreinte carbone et la polyvalence modulaire.

Qu’en est-il de l’architecture nordique ? Ville ou campagne, résidentiel ou commercial, il y a quelque chose d’ineffablement agréable dans l’environnement bâti de cette région. Et ce n’est pas uniquement l’esthétique qui est inspirante. Les pays nordiques sont également leaders mondiaux en matière de conception durable. Cet article de Redshift détaille avec finesse la subtilité et l’intérêt de l’architecture nordique.

En 2019, Lars Strannegard, président de la Stockholm School of Economics, déclarait au Financial Times que dans les pays nordiques, les entreprises essayaient d’intégrer « la durabilité dans tous les domaines ». « Ce n’est pas un hasard si Greta Thunberg est suédoise », a-t-il déclaré. « Le lien avec la nature est ici clair. Une grande partie de l’industrie est basée sur la nature et fait partie de la culture.

Il n’est donc pas surprenant que la durabilité soit un sujet que les Danois, les Finlandais, les Suédois, les Norvégiens et les Islandais prennent au sérieux. L’architecture nordique privilégie les matériaux bruts et naturels tels que le bois et la pierre et les projets qui maximisent l’impact de la lumière naturelle. Il existe également une conviction selon laquelle les espaces doivent être adaptables et les bâtiments doivent être faciles à démonter. Tout semble s’inspirer des couleurs et des formes subtiles générées par dame nature. Il s’agit d’une esthétique basée sur la simplicité, le minimalisme et la fonctionnalité efficace, presque toujours présentée dans un packaging durable.

Surplombant le front de mer de Göteborg, le Kaj 16 a été conçu pour être durable dès le départ. Avec l’aimable autorisation de Dorte Mandrup.

Mais que se cache-t-il derrière cette orientation durable qu’intègrent le design et l’architecture nordiques ? On pourrait peut-être blâmer le froid. Lorsque l’atmosphère est sombre et hivernale une grande partie de l’année, il est tout simplement logique de créer des espaces qui célèbrent la lumière et retiennent la chaleur.

Cependant, cette explication est peut-être trop simpliste. Noel Wibrand, directeur en charge du numérique dans l’agence d’architecture danoise Dorte Mandrup, affirme que les réalités géopolitiques ont été tout aussi importantes. « La crise pétrolière des années 1970 a été un facteur déterminant », dit-il. « Cela a incité l’État à modifier la fiscalité et à réformer la réglementation en matière de construction, de sorte que les architectes durent optimiser la consommation d’énergie dès le début du processus de conception. »

De tels changements ont permis aux constructeurs et aux gouvernements nordiques de prendre plus rapidement au sérieux les préoccupations écologiques. Ils ont même été parmi les premiers à constater les avantages du BIM et des principes de conception générative, notamment au travers de la manière dont ils pouvaient être utilisés pour améliorer la durabilité.

Ci-dessous, des experts de Dorte Mandrup, ainsi que les principales agences d’architecture White Arkitekter et Arkis arkitektar, expliquent comment ils ont construit trois projets uniques à la manière nordique : en intégrant la durabilité partout, depuis les matériaux et la gestion du cycle de vie du bâtiment jusqu’à la démolition éventuelle.

« Comme le montrent ces projets, les décisions de conception durable conduisent à une architecture curative, des structures plus sûres et une réduction des déchets », déclare Lynelle Cameron, vice-présidente du développement durable chez Autodesk et directrice générale de la Fondation Autodesk. « De tels choix nous rapprochent d’une économie à zéro carbone et sont bons pour les gens et pour les résultats financiers. »

White Arkitekter a conçu une clinique au Groenland permettant d’aider à réduire le stress et à favoriser les résultats thérapeutiques. Image de Luxigon. Avec l’aimable autorisation de White Arkitekter.

Rapprocher les patients des cliniques de la nature au Groenland

Quiconque construit dans le climat hostile du Groenland doit accueillir tout ce que Dame Nature lui offre. Essayez d’imposer la volonté humaine au paysage, et cela ne se terminera pas bien.

Ainsi, lorsque White Arkitekter en Suède a remporté le concours pour concevoir un nouveau centre de traitement psychiatrique pour le ministère de la Santé du Groenland, le studio d’Oslo de la société a dû tirer le meilleur parti de la situation arctique du site dans tous les aspects de la planification : températures inférieures à zéro, vents hurlants, temps humide, des périodes prolongées d’obscurité hivernale, une courte saison de construction et peu ou pas de matériaux de source locale. Tous les matériaux devaient être transportés sur le site par bateau, ce qui a motivé le choix de réaliser une construction en bois.

    Malgré les conditions difficiles, le cahier des charges prévoyait quelque chose qui améliorerait le contact avec la nature pour les patients et le personnel. Chaque pièce, couloir et espace public devait avoir un aspect naturellement apaisant pour réduire le stress et favoriser les résultats thérapeutiques.

    Autodesk BIM 360 a aidé l’équipe de Mossige à maximiser l’exposition de la clinique à la lumière du jour. Image de Luxigon. Avec l’aimable autorisation de White Arkitekter.

    White Arkitekter a fait appel à son équipe de soins spécialisée, qui possède une solide expérience en matière de conception fondée sur des données probantes et d’« architecture de guérison ». L’équipe a profité de l’emplacement du site en bord de mer et a utilisé un éclairage dynamique pour rester en phase avec les rythmes naturels de la lumière du jour et favoriser une sensation de chaleur.

    « Le Groenland vous oblige à être durable», explique Gina Bast Mossige, chef de projet chez White Arkitekter Oslo sur le projet de la clinique. « L’Arctique est d’une beauté à couper le souffle, c’est pourquoi nous voulions que le bâtiment favorise le contact avec le paysage extérieur. Mais la nature peut être dure : les conditions météorologiques obligent le bâtiment à coexister avec un froid excessif, l’obscurité et de fortes pluies. »

    L’établissement du Groenland offre également aux patients un accès facile à la nature. Image de Luxigon. Avec l’aimable autorisation de White Arkitekter.

    Ces défis ont obligé l’équipe de projet de Mossige à tirer le meilleur parti de la technologie BIM. Travaillant principalement depuis leurs bureaux en Suède et en Norvège, les architectes de WhiteArkitekter ont utilisé Autodesk BIM 360 pour simplifier la collaboration avec les clients et appliquer une conception générative pour modéliser diverses variantes par rapport aux objectifs structurels, thérapeutiques et durables du dossier, ainsi que pour maximiser l’exposition à la lumière du jour.

    L’établissement offre également aux patients des expériences en plein air permettant d’aider à diminuer les sentiments d’enfermement ou de restrictions. Un jardin intérieur faisant face à l’atrium de l’établissement est semi-climatisé et acoustiquement indépendant du reste du bâtiment. Il est conçu pour donner aux patients un accès à la nature et peut être adapté aux changements de saisons.

    Prévues pour être achevées cette année, les conceptions de la clinique ont déjà remporté un prix du World Architecture Festival dans la catégorie Future Health et une mention honorable dans le cadre du European Health Design (2019).

    La durabilité peut-elle faire partie de la conception des prisons ? Oui, affirme l’équipe d’Arkis arkitektar. Avec l’aimable autorisation d’Arkis arkitektar.

    Équilibrer la sécurité et la durabilité des prisons en Islande

    Lorsqu’il s’agit de prisons et de durabilité, les défis écologiques doivent être équilibrés entre les soins, le confort des détenus et les règles et restrictions juridiques qui accompagnent l’incarcération. La sécurité des détenus et du personnel est une préoccupation constante. Chaque élément de construction, jusqu’aux charnières et aux fixations, doit être imprenable. Aucun de ces objectifs n’est facile à atteindre. La durabilité peut-elle même figurer dans le mix ?

    Oui, disent les concepteurs primés de l’agence d’architecture islandaise Arkis arkitektar. Leurs conceptions pour la prison Holmsheidi, à la périphérie de Reykjavik, ont remporté de nombreuses distinctions pour leur approche innovante consistant à mélanger des objectifs architecturaux complexes et non conventionnels. Holmsheidi sert trois types de prisonniers ayant des besoins et des exigences légales différents. Et en tant que première prison construite en Islande depuis la fin des années 1800, il s’agit d’un projet très médiatisé suivi par des clients du secteur public du monde entier.

    Holmsheidi est la première prison construite en Islande depuis la fin des années 1800. Avec l’aimable autorisation d’Arkis arkitektar.

      Le gouvernement islandais avait trois séries d’objectifs de durabilité pour le projet. Parallèlement aux objectifs écologiques visant à minimiser l’empreinte carbone, Arkís devait réaliser des économies dans la gestion du bâtiment, notamment en ce qui concerne la consommation d’énergie et la maintenance. Le bâtiment devait également promouvoir la durabilité sociale grâce à des améliorations proactives de la vie des détenus. La prison serait également un projet pilote désigné pour l’utilisation de la technologie BIM dans la construction du secteur public.

      Holmsheidi abrite des détenues condamnées à de courtes peines, des personnes en détention provisoire en attente de procès ou de la fin de leur procès, ainsi que la première prison réservée aux femmes d’Islande. Ces trois populations ont des besoins uniques et doivent être strictement séparées des autres. L’incarcération doit être équilibrée avec un traitement humain et une éventuelle réadaptation.

      Des simulations ont été utilisées afin de tester différentes conceptions de prisons par rapport à des paramètres de sécurité, de contrôle de la pollution, etc. Avec l’aimable autorisation d’Arkis arkitektar.

      « Il s’agit d’un ensemble de défis intéressants qui soulèvent de nombreuses questions », déclare Þorvarður Lárus Björgvinsson, directeur général d’Arkís. « Comment créer un environnement qui accueille les différentes microsociétés qui se développent au sein d’une prison ? Nous avons utilisé de nombreuses simulations pour tester différentes conceptions par rapport à des paramètres de sécurité, de matériaux, de contrôle de la pollution et de consommation d’énergie. Les prisons utilisent essentiellement les mêmes systèmes que les bâtiments ordinaires, mais, bien sûr, il y a aussi des systèmes de sécurité et de surveillance à prendre en compte. De plus, les structures internes doivent être particulièrement robustes », déclare Björn Guðbrandsson, architecte et associé chez Arkís. « Vous ne pouvez pas simplement percer un nouveau trou à chaque fois que quelque chose d’inattendu survient. Chaque changement doit être évalué pour détecter les vulnérabilités. Le processus BIM nous a vraiment aidé à gérer ces exigences parfois contradictoires.

      Le nouveau bâtiment à plusieurs étages Kaj 16 permettra d’éviter le verre et l’acier traditionnels au profit du bois. Avec l’aimable autorisation de Dorte Mandrup.

      Construire la plus grande structure en bois d’Europe en Suède

      Une tour de bureaux peut-elle être construite avec des arbres ? L’équipe derrière le projet Kaj 16 actuellement en construction à Göteborg, en Suède, vise à faire de cet objectif durable une réalité. Conçu par l’agence d’architecture danoise Dorte Mandrup, le nouveau développement à plusieurs étages surplombant le front de mer de Göteborg évitera l’utilisation de verre et d’acier traditionnels au profit du bois, ce qui en fera la plus grande structure en bois d’Europe.

        Reposant sur un socle transparent qui relie le quai aux commerces et à la zone piétonne côté rue, Kaj 16 présente une sorte de « couronne » en bois comprenant des bureaux et des unités d’habitation. Le projet utilise une essence de bois suédois, ainsi que des herbes et des arbustes qui prospèrent dans des microclimats situés à différentes altitudes. La base du bâtiment a été en grande partie récupérée du bâtiment précédent sur le site. Bien que ces éléments soient probablement suffisants pour établir les références durables du bâtiment, Dorte Mandrup conçoit également la structure pour qu’elle évolue au fil des décennies.

        Les outils de conception générative ont permis de prédire l’effet des intempéries sur l’extérieur en bois du Kaj 16. Avec l’aimable autorisation de Dorte Mandrup.

        « Le cycle de vie des bâtiments est un autre aspect important de la durabilité que nous abordons avec ce projet », déclare Wibrand de Dorte Mandrup. « Nous ne voulions pas nous fier au calendrier traditionnel de 50 ans selon lequel on construit dans un but précis et on laisse ensuite la démolition à quelqu’un d’autre dans le futur. Nous utilisons la conception générative pour créer une géométrie de trame qui donne de la flexibilité à la structure. »

        Wibrand et son équipe ont utilisé une technologie basée sur le cloud pour créer des options modulaires permettant de convertir facilement les espaces intérieurs de commerciaux à résidentiels ou vice versa. Les outils de conception générative simplifient l’analyse de l’impact de la lumière du soleil, du vent, du froid et de l’eau de pluie sur les besoins énergétiques du bâtiment et aident à prédire l’effet des intempéries sur l’extérieur en bois. Les concepteurs prévoient également un éventuel démontage, ce qui permettra aux générations futures de transformer plus facilement le site en un usage complètement différent.

        Comme les deux autres projets, il fournit un autre exemple parfait de la manière dont la conception basée sur les données peut soutenir les valeurs nordiques et les exprimer de manière innovante, respectueuse du budget et de l’environnement.

        Cet article a été écrit par :

        Marc de Wolf
        Mark de Wolf est un journaliste indépendant et rédacteur primé spécialisé dans les articles technologiques. Né à Toronto. Conçu à Londres. Basé à Zurich. Contactez-le sur son site markdewolf.com.

        Et traduit par Emmanuel Di Giacomo.

        Source en anglais sur Redshift ici.

        Laisser un commentaire

        Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

        %d blogueurs aiment cette page :