Le BIM avance au Brésil ! Décret 10.306 / 2020 publié

Avancées du BIM au Brésil, le décret publié

Traduit du brésilien par Emmanuel Di Giacomo. Source

Au Brésil, beaucoup reconnaissent déjà que le BIM est l’acronyme du moment qui traduit le mieux l’innovation dans les secteurs de l’architecture, de l’ingénierie, de la construction et de l’exploitation (AECO).

Au cours de la dernière décennie, de nombreux efforts ont été faits au niveau fédéral au travers d’actions descendantes pour diffuser le sujet et élaborer une obligation nationale BIM, c’est-à-dire une politique avec des lignes directrices exigeant le BIM afin de fournir des avantages tangibles et intangibles pour l’administration publique.

La position du gouvernement brésilien en tant que demandeur et promoteur de l’adoption du BIM a été essentielle pour sa diffusion et sa mise en œuvre sur l’ensemble du territoire. Mais ce n’est pas seulement le Brésil qui suit cette voie. Cette position politique reflète les initiatives internationales des pays voisins du bloc latino-américain, l’accent étant mis sur le Chili, qui s’appuie aujourd’hui sur le réseau BIM des gouvernements latino-américains; et l’horizon des pays dont les stratégies de macro-adoption sont déjà à un stade plus avancé, comme le Royaume-Uni et les États-Unis.

La première obligation BIM : détail du décret 10.306 / 2020

Le décret 10.306 / 2020 récemment publié consolide la première obligation nationale BIM, dans lequel le gouvernement fédéral rend obligatoire l’utilisation du BIM dans l’exécution directe ou indirecte de travaux et de services d’ingénierie, exécutés par les agences et entités de l’administration publique fédérale, dans le cadre du champ d’application de la stratégie BIM BR.

D’un point de vue juridique, il est important de souligner que :

  • Les services d’architecture et d’ingénierie ainsi que les travaux réalisés pour le ministère de la défense et le ministère des infrastructures sont tenus de répondre aux exigences d’adoption du BIM
  • L’exécution de services et de travaux dans les propriétés qui sont sous la juridiction de l’armée, de la marine et de l’armée de l’air brésilienne, les investissements dans les aéroports régionaux et ceux effectués par le ministère national des infrastructures de transport (DNIT) – pour le renforcement structurel et la réhabilitation des travaux de construction art spécial – sont tenus de respecter strictement les exigences d’adoption du BIM

Les autres entités de l’administration publique fédérale peuvent adhérer aux exigences d’adoption du BIM, mais ne sont pas tenues de respecter les critères établis.

De la stratégie de mise en œuvre progressive

Comme prévu dans la stratégie BIM BR, instituée par le décret 9.983 / 2019, l’utilisation du BIM sera mise en œuvre progressivement en trois phases de diffusion obligatoire.

La première phase, immédiatement pour le 1er janvier 2021, envisage l’utilisation du BIM dans le développement de projets d’architecture et d’ingénierie utilisés dans des projets hautement pertinents.

Les modèles devraient être utilisés pour la préparation de projets et la documentation des disciplines, détection des interférences physiques et fonctionnelles, coordination du projet et extraction des quantités.

La deuxième phase, à compter du 1er janvier 2024, envisage l’utilisation du BIM dans l’exécution directe ou indirecte de projets architecturaux et d’ingénierie et dans la gestion des travaux utilisés dans des projets hautement pertinents.
Outre les utilisations décrites dans la première phase, il est également prévu d’utiliser les modèles de budgétisation, de planification, de contrôle dans l’exécution des travaux et tels que construits.

La troisième phase, à compter du 1er janvier 2028, envisage les utilisations du BIM prévues dans les première et deuxième phases, ainsi que la gestion et la maintenance de projets de tailles moyenne et élevée après leur construction.
Ainsi, en plus des utilisations décrites dans les première et deuxième phases, la troisième phase prévoit leur utilisation dans la gestion des biens publics.

En règle générale pour les marchés publics, les marchés doivent respecter les formalités énoncées dans la loi fédérale sur les appels d’offres publics 8.666 / 93. Les paramètres « Objectifs du Marché » pour l’exécution des prestations et travaux doivent respecter les dispositions du décret 10.306 / 2020.

Concernant les règles générales de l’instrument d’appel et du contrat :

Les organismes et entités de l’administration publique énumérés dans le décret doivent :

  • Définir les niveaux de détails et d’informations sur les objets des modèles BIM requis (LOD + LOI)
  • Demander la livraison de la documentation du projet dans des formats propriétaires et ouverts (Industry Foundation Classes – IFC), en vue d’assurer la collaboration et l’interopérabilité; et
  • Exiger des professionnels qualifiés ayant une expérience ou une formation en BIM, ainsi que enregistrés auprès de leur organisme professionnel compétent, comme condition essentielle pour garantir, protéger et conserver les services rendus.

Il est à noter que les professionnels sous contrat doivent respecter strictement le programme des besoins et les lignes directrices de la conception technique et de l’architecture référentielle, car le non-respect des paramètres requis nécessitera la correction ou la refonte des services à ses frais.

En outre, l’un des problèmes les plus débattus sur le marché, particulièrement inhérent aux projets reste le droit d’auteur. Il existe une définition dans ce décret qui indique qu’au moment de la passation du contrat, les entrepreneurs doivent renoncer, en faveur de l’administration publique, au droit d’auteur sur les services rendus.

L’histoire des étapes réglementaires : comment a-t-elle commencé?

Les premières étapes réglementaires au Brésil, au niveau fédéral, ont consisté en une enquête poussée et des initiatives de benchmarking. Ces initiatives ont été menées dans le cadre du projet MDIC / UE, qui date de 2015 et comprend l’étude Dialogues sectoriels pour le BIM – BIM au Brésil et dans l’Union européenne, ainsi que la signature du protocole d’accord (MOU), en 2016, entre le Brésil et le Royaume-Uni, afin que les gouvernements alignent les stratégies nationales BIM.

Juin / 2017 : CE-BIM 2017

Le gouvernement fédéral a créé le Comité de mise en œuvre stratégique du BIM, chargé de formuler la stratégie du BIM BR pour «aligner les actions et les initiatives des secteurs public et privé, stimuler l’utilisation du BIM dans le pays, promouvoir les changements nécessaires et assurer un environnement adéquat pour son usage ». Le CE-BIM était composé de représentants de sept organismes publics, comme détaillé ici. Dans ce contexte, le Groupe de soutien technique (GAT-BIM) a également été créé et six groupes ad hoc sur des sujets spécifiques ont été créés.

Mai / 2018 : Décret CG-BIM 9.377 / 2018

Le gouvernement fédéral a créé et institué le comité de gestion (CG-BIM) de la stratégie BIM BR, pour «mettre en œuvre la stratégie et gérer ses actions et ses performances, suivre ses progrès, vérifier la réalisation des objectifs et, si nécessaire, promouvoir les initiatives de correction ou amélioration ». Le CG-BIM était composé de représentants de neuf organismes publics, comme détaillé ici, et de là, les membres du Groupe Technique (GTEC-BIM) ont été désignés.

La stratégie a été systématisée dans ses buts, objectifs, actions, indicateurs et cibles, inscrits dans une feuille de route qui a mis en évidence l’adoption stupéfiante et les produits d’importance inégale, tels que la plateforme et la bibliothèque nationale BIM.

Dans ce contexte, des projets pilotes ont été définis pour le Programme régional de l’aviation (SAC), le Programme de Revitalisation des œuvres d’art spéciales (DNIT), et des actions menées dans des propriétés de l’armée, la marine et l’armée de l’air brésilienne.

Selon la brochure publiée, et compte tenu de la garantie de l’institutionnalité du sujet, le gouvernement fédéral attend les résultats suivants grâce à la macro adoption du BIM :

  • Assurer des gains de productivité et encourager la réduction des coûts dans le secteur de la construction civile;
  • Contribuer à améliorer la transparence des processus d’appel d’offres;
  • Augmenter la précision de la planification et fournir des gains de qualité et réduire les délais de travaux publics;
  • Réduire le besoin d’additifs contractuels;
  • Augmenter le niveau de qualification professionnelle dans l’activité productive.

Août / 2019 : Décret CG-BIM 9.983 / 2019

Le gouvernement fédéral a abrogé le décret 9.377 / 2018 et a institué un nouveau CG-BIM de la stratégie BIM BR, en raison de changements dans les ministères et de l’affectation de nouveaux membres et responsabilités. Les modifications sont détaillées dans le décret 9.983 / 2019, disponible ici. La stratégie BIM BR précédemment définie a été préservée au milieu de ce contexte de transition.

Considérations finales : qu’en est-il des développements dans l’administration publique et le marché?

De la première enquête poussée et des initiatives d’évaluation, qui ont soutenu la création d’un plan visant à promouvoir un environnement approprié pour l’investissement dans le BIM et sa diffusion au Brésil, jusqu’à la matérialisation effective des bases de son application dans les contrats avec Administration publique, il a fallu un peu plus de 5 ans avant la publication de la première obligation nationale, en avril dernier.

Au milieu de cette période, on a pu observer l’importance des Programmes Pilotes définis en 2018 et la maturité atteinte par les instances liées à la progressivité du décret, avant la publication des marchés publics obligatoires. La priorisation des utilisations du modèle par phase, la demande de définir les niveaux de développement des objets de chaque discipline à élaborer et la charge pour les livrables dans un format propriétaire et ouvert reflètent le répertoire et l’analyse des causes et effets.

L’obligation ouvre une nouvelle étape dans l’administration publique, qui devrait mettre à jour son parc technologique, s’organiser et se former en interne afin que l’ensemble de l’organisme technique des agences puisse recevoir, valider et apprécier les livrables BIM établis.

L’obligation, bien que définie comme une contrainte, stimule un vaste écosystème, non seulement d’organismes publics liés au ministère de la Défense et au ministère de l’Infrastructure, mais également de prestataires de services et de fournisseurs du secteur privé qui doivent se conformer aux directives.

Ces deux évolutions indiquent le grand besoin de qualification et d’expérience professionnelle en BIM dans les sphères publiques et privées, ratifié par l’exigence des contrats.

L’obligation se consolide en tant que cadre national qui valide les efforts des entités d’autres sphères de l’administration publique, qui avaient déjà commencé à publier une obligation demandant le BIM comme requis. Néanmoins, il renforce les actions tangentielles de normalisation promues par l’ABNT ou la diffusion assurée par le CBIC, le SENAI et d’autres associations.

Enfin, et de manière plus pertinente, l’obligation BIM devrait encourager davantage l’adoption du BIM dans le secteur privé, car le gouvernement fédéral institutionnalise ses avantages et encourage une productivité et une qualité accrues dans le secteur du BTP.

Remerciements

Cet article a été initialement écrit et publié par Fernanda MachadoCamilo Barros e Joyce Delatorre. Traduit en français par Emmanuel Di Giacomo.

Source : https://blogs.autodesk.com/mundoaec/bim-no-brasil-uma-visao-tecnica-e-juridica/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *