[Interview] GL events, leader mondial de l’évènementiel met en scène un savoir-faire BIM hors du commun pour continuer à nous émerveiller et nous faire rêver – Entretien avec Guillaume Tizon et Felipe Dias, Experts BIM du Groupe

Dans notre découverte des grands Acteurs de l’AEC ayant entamé leur transformation numérique, nous partons cette semaine à la rencontre de l’un des leaders mondiaux de l’évènementiel, le Groupe GL events qui a développé un savoir-faire hors du commun qui s’appuie sur le BIM et le numérique. Nous avons donc le plaisir de recevoir Guillaume Tizon et Felipe Dias Rocha Mesquita qui sont en charge du BIM dans le département HALL EXPO.

Bonjour Guillaume et Felipe, bienvenus sur ABCD. Nous sommes heureux de recevoir une entreprise Leader telle que GL events. Pourriez-vous svp vous présenter et nous expliquer votre parcours avant d’arriver chez GL events ?

Bonjour Emmanuel, je m’appelle Guillaume TIZON et je suis originaire du nord de la France. J’ai obtenu un DUT Génie Civil et une Licence Choix Constructif à qualité environnementale à Amiens. J’ai travaillé en tant que Dessinateur CAO en charpente métallique en Bretagne puis en tant que chargé d’affaires en serrurerie à Genève. Je me suis décidé en 2016 à suivre une formation d’un an au GRETA La Martinière à Lyon en tant que BIM coordinateur et en parallèle j’ai créé une filiale de scan 3D avec une entreprise Hongroise. En 2017, j’ai intégré GL events dans le bureau d’études de HALL EXPO pour mettre en place une méthodologie BIM.

Bonjour Emmanuel, je m’appelle Felipe Dias et je suis originaire du Brésil. Je suis arrivé en France en 2012 pour intégrer une école d’ingénieurs (INSA de Lyon) et suite à un premier stage en agence d’architecture, j’ai commencé à découvrir le BIM. Je me suis auto-formé à Revit avec des ressources en ligne, en application sur des projets académiques (Structure béton armé, charpente métallique, CVC et performance énergétique du bâtiment, entre autres) et lors de mes stages professionnels. J’ai ensuite poursuivi ma carrière en tant qu’ingénieur projeteur CVC / BIM et ensuite chez GL events pour le projet du Grand Palais Ephémère.

Quel sont vos rôles respectifs chez GL events ? Et dans quelle division êtes-vous ?

Guillaume : Je suis dessinateur CAO au sein du BE HALL expo (tribunes, podiums et structures) et mon rôle consiste à mettre en place le BIM dans cette structure. Je suis actuellement BIM coordinateur en cellule synthèse sur le projet du Grand Palais Ephémère (Paris). Mon objectif est de devenir BIM Manager au sein de cette entreprise.

Felipe : Je suis coordinateur technique BIM / Synthèse pour le projet du GPE et j’ai travaillé également sur le développement de la bibliothèque “structures” au sein du bureau d’études.

De nombreuses personnes connaissent GL events mais votre Groupe étant très diversifié et global, pourriez-vous svp nous le présenter, ainsi que ses différentes activités et pôles en France et dans le monde ?

En effet, GL events est un grand Groupe qui comprend 3 pôles :

LIVE (fourniture de prestations de services aux évènements) : structures, tribunes, podiums, agencements, stands, éclairages, signalétiques, audiovisuel.

VENUES : ce département s’occupe de gestion d’espaces événementiels (parcs d’expositions, palais des congrès, salles multifonction comme : EUREXPO (Lyon), Maison de la Mutualité (Paris), Rio Centro (Brésil) par exemple.

EXHIBITIONS : ce département est en charge de l’organisation de salons, congrès et évènements : BEPOSITIVE, CFIA RENNES, EQUITA LYON par exemple.

Sur quels types de projets travaillez-vous en général ? Il y a notamment des grands évènements à l’international, mais pas que ? Quelle en est l’étendue ?

Nous travaillons sur tous types d’évènements. Cela va de l’implantation locale à des évènements internationaux comme le Commonwealth (Australie), ou le GP F1 du Castellet (France), la Coupe du monde de rugby, les JO (Japon), la Rider cup, les tribunes du 14 Juillet sur les Champs-Elysées, le Festival de Cannes, etc.

Et plus récemment des tribunes pour le stade de Chambly et le Grand Palais Ephémère (France).

Quand GL events a décidé de faire cette transition vers le BIM et quelles en étaient les raisons fondamentales ? Était-ce une stratégie de groupe, ou était-ce lié à la volonté d’une personne ou d’un groupe de personnes ?

Paul Schollhammer (Responsable du BE Tribunes) : “Le groupe GL events a décidé de mettre en place sa transition vers le BIM en 2017, motivé par le souhait de nos clients et l’opportunité d’améliorer nos livrables. Le marché des Jeux du Commonwealth à Gold Coast (Australie) en 2018 a été le premier évènement majeur pour lequel GL events a été retenu, en partie pour sa capacité à livrer des maquettes 3D à l’organisateur. Ce défi à relever nous a permis de développer et de découvrir les possibilités qu’offrent la solution Autodesk Revit appliquée à notre métier des tribunes démontables. Depuis, le logiciel Revit et la collaboration BIM a pris toute son importance au sein du bureau d’études GL events.

En tant que leaders de l’évènementiel, comment avez-vous planifié cette transition vers le BIM ? Avez-vous changé l’organisation des équipes et des bureaux d’études, si oui comment ? Quelles technologies avez-vous adopté et avez-vous formé les personnes en conséquence ?

Paul Schollhammer (Responsable du BE Tribunes) : “La transition BIM du groupe GL events a débuté par les métiers des infrastructures temporaires que sont les tribunes, chapiteaux et échafaudages pour lesquels les interactions avec d’autres métiers ou environnements sont fortes et primordiales. Nous avons choisi de nous imprégner des méthodes BIM et des logiciels adéquats en engageant un alternant au sein de l’équipe technique avec pour mission d’explorer et de développer les outils BIM. Nous avons retenu le logiciel Revit et avons développé notre gabarit et surtout notre bibliothèque de modèles (génériques). Le travail de modélisation des centaines de références en stock a été fait au fil de l’eau et des projets, tout en intégrant une facilité de manipulation des objets grâce aux familles imbriquées et paramétriques. Depuis, nous utilisons quotidiennement d’autres outils tels que Autodesk Navisworks pour la collaboration BIM ou Enscape pour le rendu d’images et d’animations. Actuellement, nous explorons les possibilités de Dynamo pour automatiser la production de dessins récurrents. L’alternant ayant porté cette mission a aujourd’hui été embauché au poste de Coordinateur BIM et forme quotidiennement les dessinateurs de l’équipe en plus de la formation initiale de 3 jours que chacun a pu suivre.”

Comment êtes-vous organisés ? Avez-vous des BIM Managers, Modélisateurs, Coordinateurs ? Ou le BIM est-il intégré aux métiers directement ?

Nous n’avons jusqu’à présent pas connaissance d’entreprise évènementielle qui travaille avec des modèles BIM. Nous sommes donc repartis de la base pour intégrer le BIM dans nos métiers structures et tribunes. Certaines conceptions de pièces étaient déjà réalisées avec des logiciels de conception mécaniques (Autodesk Inventor ou autre par exemple), nous avons récupéré le maximum d’informations pour éviter les pertes de temps. La problématique principale a été de concevoir les familles paramétriques pour tous nos produits pour que ces familles répondent exactement à notre besoin !

Nous avons été d’abord BIM modeleurs, en intégrant toutes les spécificités et les informations de nos produits, puis BIM coordinateurs sur l’un de nos projets phare qui est le Grand Palais Ephémère sur le Champ de Mars à Paris.

Avez-vous une charte BIM GL events globale, des gabarits, familles et outils spécifiques ? D’ailleurs le BIM est-il utilisé dans tout le groupe ou seulement chez vous ?

Non, malheureusement car étant les seuls à utiliser le BIM au sein de GL events, nous n’avons pas encore mis en place une charte BIM globale, mais c’est notre prochain objectif !

Nos familles paramétriques intègrent un code pour chaque pièce qui nous permet de mettre en corrélation le produit identifié sur la maquette avec toutes ces informations telles que les caractéristiques techniques, disponibilités stocks, prix, numéro de plan de fabrication, etc.

 Nous avons réalisé et nous alimentons régulièrement des gabarits de travail pour préconfigurer nos familles, nos vues, nos nomenclatures et nos livrables.

Le BIM commence à s’exporter au sein du groupe notamment dans les bureaux études comme LIVE (énergie, sons, lumières). Il y a un réel besoin de travail collaboratif et nos clients sont d’autant plus en plus en demande ! 

Les débuts ont-ils été lents et difficiles ? Qu’est ce qui est le plus compliqué au quotidien quand on travaille en BIM ?  Y-a-t-il toujours de la résistance interne ?

Oui, effectivement le début était très difficile étant le seul à connaitre le logiciel Revit (Guillaume), nous ne savions pas sur quel pied danser et nous n’avions pas de retour d’expérience dans ce domaine. Il a fallu plusieurs tests et presque un an et demi de modélisation et de création de familles pour arriver à un projet optimum. Car dessiner une tribune avec plusieurs milliers de pièces pour un projet devenait extrêmement volumineux, donc la solution était d’optimiser les familles et de les alléger pour réussir à travailler correctement.

Il y a effectivement souvent des résistances en interne car n’ayant pas la même interface qu’AutoCAD, Revit peut être perçu comme un logiciel assez complexe à utiliser, ce qui n’est pas vraiment le cas. Enfin, il n’existe pas de formation spécialisée pour l’évènementiel (intégrant entre autres la création de familles spécifiques à ces métiers).

Pour que nos lectrices et lecteurs comprennent : Faites-vous uniquement l’ingénierie des lieux évènementiels, et gérez-vous aussi la construction avec vos propres équipes ? Ou est-ce externalisé ?

Le groupe GL events représente toute la chaîne de valeur de l’évènementiel grâce à ses trois pôles :  de l’organisation, la conception, fabrication, pose et gestion. Le pôle LIVE plus particulièrement où les outils BIM sont en cours de déploiement, et particulièrement les métiers “Tribunes et Structures”, est en charge de la conception architecturale des infrastructures d’accueil, leur dimensionnement, leur modélisation, stockage, préparation, transport, montage et démontage. Ces activités et compétences sont toutes internalisées. Il est en revanche fréquent de sous-traiter tout ou partie en cas de forte charge d’activité.  L’exemple de la construction que vous citez est le bon : plusieurs équipes de montage GL events voyagent à travers la France pour les chantiers de construction et des équipes externes (sous-traitance) interviennent ponctuellement en forte saison lorsque l’activité est trop forte vis-à-vis de la capacité des internes.

Vous faites beaucoup de tribunes et vous utilisez beaucoup d’éléments modulaires. Le BIM est-il un avantage et avez-vous développé des méthodologies spécifiques ?

Avant de débuter notre transition vers le BIM et les outils de modélisation 3D, nous avions conscience des limites et contraintes de la 2D et du logiciel AutoCAD dans la conception de structures modulaires complexes et leur interaction avec l’environnement ou d’autres métiers et intervenants. Le passage vers une modélisation 3D et BIM avec l’intégration en amont des données de sites (coordonnées, altitude, topographie) et l’intégration des modèles 3D Architecte ou BET a été un vrai bon en avant. Nous avons fortement progressé dans la détection des interfaces et interférences (clashs) et surtout dans la qualité de nos livrables en phases EXE (plans 2D, détails 2D et 3D) , en plus des livrables remis à nos clients.  

Le BIM est-il plus intéressant pour vous sur la partie conception, construction, logistique sur le chantier, etc.. ?

Le BIM est plus intéressant dans différents domaines :

En phase conception

Cela permet de se rendre compte plus facilement des erreurs de dessins et :

  • d’éviter des clashs avec l’environnement extérieur ou entre les pièces (Navisworks)
  • d’avoir une vraie lecture de ce que les futurs participants verront => pertinence de la réalisation virtuelle avant la réalisation réelle
  • d’obtenir des validations clients très rapides grâces aux rendus (Revit + Enscape)

Pour la partie logistique

Cela nous permet de :

  • quantifier automatiquement toutes les pièces à partir du plan
  • identifier visuellement les pièces (pour les nouveaux caristes)

Pour la partie chantier / construction

Cela nous permet :

  • d’avoir une meilleure compréhension des plans pour les monteurs notamment étrangers (gains de temps)
  • d’intégrer les contraintes du site (grâce aux nuages de points ou modèles 3D )
  • d’avoirs des prises de décisions sur chantier ou en réunion très rapides

 La capture de la réalité ou scan-to-BIM joue un rôle essentiel, notamment pour des projets tels que ceux que vous gérez. Avez-vous des équipes de scan, des lasers et drones ? Comment cela s’interface-t-il avec la partie BIM ?

Le Scan 3D et la photogrammétrie sont des outils très puissants et pas encore très répandus. Nous n’avons pas d’équipe dédiée au scan 3D. Nous sous-traitons au cas par cas ou nous louons le scan pour effectuer nous-mêmes les relevés (ex : le GP F1 du Castellet).

Dans l’exemple ci-dessous, la tribune est fixée sur des talus et le relevé 3D du TN (terrain naturel) permet de réaliser une coupe au millimètre près.

Cela permet ensuite de dessiner la tribune à la pièce près. Grâce au relevé 3D nous gagnons du temps sur chantier et évitons d’avoir de mauvaises surprises dûes au TN.

Et enfin pour la partie logistique, cela nous permet de calculer la quantité suffisante d’échafaudages pour le chantier.

© GL events – Photogrammétrie : GP F1 de Spa-Francorchamps

SPA-FRANCORCHAMPS (GP F1 et Rallye)

Dans le cadre du montage d’une structure sur un échafaudage à une certaine hauteur, le but était de voir si les VIPs pourraient voir le fameux virage du Raidillon. Ainsi, nous avons intégré notre structure dans un nuage de points et validé la ligne de vue (ou cône de vision). Comme on peut le constater ci-dessous, nous obtenons exactement la même image entre le modèle virtuel et la réalité.

© GL events – 2021

JO 2020 au Japon

Pour les JO 2020 au Japon, nous avons récupéré le nuage de points du terrain naturel et du terrain de canoé kayak.

Le terrain ayant plusieurs pentes, le but était d’ajuster au mieux la tribune en hauteur pour obtenir le moins de cales possible (car le Japon étant sismique, nous devions ainsi faire attention à la réglementation en vigueur).

Cela nous a permis d’obtenir des points de repère réels pour implanter correctement la tribune parallèlement au terrain de jeu.

© GL events – 2021

Nous avons aussi pu simuler les points de vue de certains spectateurs :

© GL events – 2021

Le Grand Palais Ephémère

Conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et installé sur le Champ-de-Mars, le Grand Palais Éphémère est un bâtiment provisoire de 10.000m2. Son ossature en bois, ses vertus écologiques et ses propriétés acoustiques en font un bâtiment à la structure remarquable, résolument ancré dans notre époque. Une véritable prouesse architecturale qui s’insère parfaitement sur le site du Champ-de-Mars dont l’histoire est, tout comme celle du Grand Palais, très liée aux Expositions universelles qui ont animé l’esplanade dès 1867.

Il a été conçu et réalisé techniquement par GL events et après plusieurs mois de montage, le Grand Palais Éphémère est désormais terminé.

Nous avons choisi de scanner le GPE pendant la phase travaux pour modifier les plans tels que construits. Sur ce type de projet, tout se trouve en hauteur, donc scanner et mesurer était la seule solution pour faire des plans de recollement et vérifier la cohérence et le bon déroulement de la construction.

Sur la photo ci-dessous, les buses en rouges nous montrent bien le bon emplacement grâce à la superposition du scan 3D et du modèle 3D dans le logiciel Navisworks.

© GL events – 2021, Grand Palais Ephémère (MOA RMN, Architecte Wilmotte et Associés)

Sur la partie modélisation, utilisez-vous Revit et quels bénéfices y voyez-vous ? Avez-vous développé un gabarit et des propriétés particulières que vous injectez dans vos modèles et pourquoi ?

Nous utilisons effectivement Revit mais aussi Autodesk Inventor et AutoCAD de la Collection AEC Autodesk.

En avant-projet, nous travaillons sur AutoCAD (pour un gain de temps évident).

Pour des projets et pièces spécifiques nous réalisons les plans de fabrications sur Inventor puis les exportons directement en .RFA dans Revit puis les assemblons dans ce logiciel.

Pour des projets avec des pièces récurrentes et donc plus standards, nous utilisons uniquement Revit.

Sur la partie modélisation les bénéfices de travailler sur Revit sont :

  • Vision réaliste de la tribune
  • Rendu 3D Rapide
  • Cône de visibilité et vue réaliste de ce que verra un spectateur
  • Détection de clashs avec l’environnement en 3D (impossible à voir en 2D)
  • Débit et nomenclatures en temps réel
  • Travailler efficacement et rapidement avec les nuages de points
  • Production plus détaillée et plus compréhensible des plans
  • Intégration d’une base de données via des plans DWG dans Revit
  • Interopérabilité entre les logiciels

Quels sont les quelques projets que vous avez conçus en BIM, qui sont une réussite et dont vous aimeriez nous parler en nous donnant les raisons de ces belles expériences ?

Nous avons commencé à implémenter le BIM en 2017 par le biais des projets des Jeux du Commonwealth en Australie, STA (Le client souhaitait uniquement une 3D) puis GAC (piscine olympique). Le modèle 3D nous a permis de réaliser des plans de montage 3D, des lignes de vue 3D).

Il y a ensuite le GP F1 du Castellet où nous avons réalisé une grande tribune totalement avec Revit, ce qui nous a permis de sortir un quantitatif exact grâce aux nuages de points du terrain naturel, de réaliser des plans de montage 3D et 2D et des rendus photoréalistes.

© GL events – 2021

Enfin, le Projet Bellemare (Coupe du monde de rugby au Japon) qui est une réalisation avec Revit d’une maquette BIM et qui nous a permis de produire des plans de montage de type “IKEA” pour des monteurs étrangers ne connaissant pas notre technologie.

© GL events – 2021
  1. SPA Francorchamps (GP F1 ET Rallye) avec le montage d’une structure sur un échafaudage à une certaine hauteur en intégrant le nuage de points.
  2. Le projet Kumagaya (Coupe du monde de rugby au Japon) où nous devions rajouter une tribune derrière des tribunes béton existantes, des plans de montages 2D et 3D, des débits issus de Revit pour la préparation de stock du chantier.
  3. KSC (JO 2020 Japon – canöé) : Nous avons récupéré le nuage de points du site de canoé kayak et intégré notre tribune dessinée sur Revit dans celui-ci. Cela a permis de caler la tribune en hauteur, d’être parallèle au terrain et de servir quelques points 3D pour notre implantation. Les plans d’implantation ont été uniquement extraits de la maquette BIM.
© GL events – 2021

Toutes les tribunes des JO ont été modélisées avec Autodesk Revit.

© GL events – 2021

Tribune pour le Stade de Chambly

Sur ce projet, nous avons travaillé avec 3 logiciels différents (AutoCAD/Inventor/Revit). Nous avons été évidemment heureux d’avoir Revit pour modéliser cette tribune et produire des plans vraiment détaillés car ce fut un chantier complexe avec beaucoup de pièces spécifiques.

Pour le Grand palais Ephémère, nous avons participé au projet en tant que Synthèse EXE et BIM. Nous avons dû gérer l’ensemble des 20 lots concernant ce chantier.

© GL events – 2021

Utilisez-vous beaucoup de réalité virtuelle et augmentée ? Est-ce surtout important dans le cadre de vos relations avec la maîtrise d’ouvrage ou alors aussi avec les équipes chantiers ?

Nous avons utilisé la visite virtuelle notamment pour le Grand Palais Ephémère, qu’il est possible de visualiser ici : https://www.linkedin.com/company/gl-events/videos/. Cette possibilité de présenter notre œuvre de manière virtuelle avant qu’elle ne soit construite nous a ouvert des possibilités de communication marketing, commerciale, ainsi que politiques inimaginables.

En termes de simulations, vous êtes assez avancés. Que simulez-vous grâce au BIM ? Eclairage, foules, muséographie, installation/désinstallation, risques, etc. ?

En effet, nous simulons notamment :

© GL events – 2021 – Anticipation de la signalétique d’un site

A l’avenir, nous envisageons de gérer la gestion des flux sur une tribune ou dans une structure.

Sur la partie synthèse, que pouvez-vous nous dire de particulier ? Quelles technologies utilisez-vous ?

Nous utilisons Autodesk Revit pour modéliser, AutoCAD pour réaliser des plans de synthèses, puis Navisworks pour visualiser les résultats et ensuite envoyer à l’ensemble de nos collaborateurs.

La Synthèse du Grand Palais Ephémère consiste à assembler l’ensemble des plans EXE des différentes entreprises puis analyser, pour qu’architecturalement et techniquement parlant, tout fonctionne !

Nous avons dû redessiner beaucoup d’éléments en 3D pour réaliser notre synthèse et corriger les collisions entre les différents lots.

En termes de fabrication d’éléments préfabriqués ou non, le BIM vous est-il utile pour accélérer ce processus ?

Non, aucunement.

Utilisez-vous des plugins pour aller plus loin (exemple : économie de la construction, rendu, fabrication, etc.) ?

Pour le moment, uniquement Enscape dans Revit pour les rendus réalistes

Enfin, la solution Bimone nous permet des échanges de nomenclatures avec Excel pour des projets de bases de données et zoning de différents stades.

Le BIM a-t-il changé vos relations avec les architectes, BET et maîtres d’ouvrage ?

Je dirais plutôt que nos acquis BIM nous ont amené vers de nouveaux clients et donc des architectes et maîtres d’ouvrage avec lesquels nous n’avions jamais tissé de lien auparavant. Maintenant, nous sommes de plus en plus souvent sollicités par les Architectes directement afin de leur apporter notre aide en conception et leur fournir des modèles 3D en phase AVP et PRO. Ce qui nous donne un avantage certain en phase DCE pour remporter le marché de la fourniture d’installations temporaires.

L’un de vos projets phare actuels est le Grand Palais éphémère. Pourriez-vous nous en dire quelques mots ? C’est une belle prouesse car le bâtiment sera amené à être démonté pour être réutilisé ailleurs. Le BIM a-t-il été la clé de votre succès ?

Le Grand Palais Éphémère, bâtiment provisoire de 10 000 m² conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et réalisé par GL events, s’installera sur le Champ-de-Mars au début de l’année 2021 jusqu’à l’issue des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024. Destiné à accueillir pendant la rénovation du Grand Palais les événements d’art, de mode et de sport habituellement organisés dans la Nef, il abritera également des manifestations culturelles initiées par la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais.

C’es tne structure démontable et réutilisable ailleurs et construite à partir de matériaux durables pour un projet en phase avec les impératifs environnementaux de notre époque.

C’est un chantier d’envergure de 40 millions d’euros réalisé en seulement 9 mois et dont voici les date clefs du chantier :

  • Début des travaux : 15 juillet 2020
  • Autorisation d’ouverture au public : 6 mai 2021
  • Dimensions techniques du GPE :
  • Longueur nef principale : 145m
  • Longueur nef secondaire : 140m
  • Grande largeur : 51m
  • Petite Largeur : 33m
  • Hauteur du bâtiment : 20m
  • Hauteur sous voûte intérieure : 16.5m

Le Grand Palais Ephémère est un chantier hors normes et sans le BIM, il aurait été très compliqué techniquement de réaliser une synthèse précise. Sur ce chantier, imaginez-vous en train de travailler sur un plan 2D et ensuite projeter dans la partie courbée.

Le BIM nous a permis de réaliser des prouesses en un temps record !

© GL events – Wilmotte & Associés

Nous avons principalement travaillé avec Revit et Navisworks au niveau des modèles 3D.

Voici quelques étapes de phasage du projet :

La clef importante du projet était l’acoustique. Nous avons résolu cette problématique avec des parois d’ 1 m d’isolation comprenant des panneaux sandwich, des plaques de plâtres, ainsi qu’une isolation en laine de roche et une toile tendue.

Sur la photo de droite, on comprend bien les différentes épaisseurs d’isolation posées.

D’ailleurs, il y avait une contrainte par rapport à la coupole de l’école militaire et le BIM a vous permis de gagner le concours. Pourriez-vous nous l’expliquer svp ?

Il ne s’agit pas exactement d’une contrainte mais plutôt d’un point sensible adressé par Wilmotte & Associés en conception, dans la mesure où, en plus d’être le seul projet parmi les 3 présentés qui répondait aux contraintes de faisabilité dans le temps et dans sa modularité, la limitation de la hauteur du bâtiment a permis de garder une harmonie avec le bâtiment de l’Ecole Militaire, sans le cacher complètement et en laissant sa coupole imposante visible de loin (Champ-de-Mars, Trocadéro et étages inférieurs de la Tour Eiffel).

Quels avantages et quel retour sur investissement vous apporte le BIM ? Avez-vous estimé les gains en pourcentage ou temps homme ?

A ce stade non, nous n’avons pas mené d’études chiffrées mesurant les gains de temps. En revanche, nous sommes persuadés que la collaboration et la modélisation BIM aboutissent à des gains significatifs en phase EXE en termes de temps de réalisation et aussi en termes de fabrication et de modifications sur sites.

Avez-vous définitivement abandonné les processus classiques de type CAO ?

L’outil de dessin 2D AutoCAD reste primordial dans notre processus de conception d’infrastructures temporaires. GL events est régulièrement en charge de la conception d’évènements intégrés et les premières ébauches sont systématiquement issues d’AutoCAD pour sa souplesse et rapidité à proposer des croquis avant modélisation 3D.

Il est à noter que la plupart de nos clients ou partenaires n’ont pas encore entamé leur transition BIM et nous devons malgré tout garder un ancrage et des outils de la “vieille école”.

Dans le cadre de la pandémie actuelle, que vous a apporté le BIM ? Vous a-t-il permis d’être plus efficaces ?

Sur le projet du Grand Palais Ephémère, le BIM nous a évidemment apporté une efficacité hors normes.

Quels sont vos projets d’avancées futures avec le BIM ? Comptez-vous notamment utiliser la conception générative et l’utilisation de robots sur le terrain ?

A l’avenir, toutes les tribunes et structures seront modélisées avec Autodesk Revit. Nous comptons par ailleurs développer l’utilisation du BIM dans l’ensemble des BE de GL events (énergie, fluides, salons). Pour le moment, nous n’avons pas encore utilisé la conception générative et l’utilisation de robots sur le terrain et nous ne voyons pas pour le moment comment nous pouvons le mettre en place dans notre domaine de l’évènementiel.

Souhaiteriez-vous dire quelque chose de particulier à nos lectrices et lecteurs ?

Le BIM dépasse les frontières du bâtiment, nous en sommes le reflet car nous utilisons un logiciel d’architecture pour faire des tribunes ou des structures événementielles en 3D.

Dans chaque événement que vous voyez, il y a beaucoup d’actions en amont en termes d’études, de planifications, de logistique ainsi que de marketing.

Grâce aux nouvelles technologies et donc au BIM, nous arrivons à dépasser nos limites et nos compétences. Nous suivons sans cesse l’évolution du monde actuel et de la technologie.

Le BIM est long à mettre en place certes, mais il y a un fort retour sur investissement ! Continuons à échanger et à avancer ensemble, car c’est main dans la main que nous évoluerons !

Connaissiez-vous ABCD Blog et qu’en pensez-vous ?

Oui, c’est un blog très enrichissant en tant que passionné de BIM et lu par tous, Il y a beaucoup d’articles et de retour d’expériences très intéressants !
Merci Emmanuel de pouvoir partager notre savoir faire du BIM dans l’évenementiel auprès de vos lectrices et lecteurs.

Guillaume, Felipe, un grand merci pour le temps que vous nous avez accordé et cette découverte passionnante de votre métier. Nous vous souhaitons de pousser encore plus loin les limites du BIM pour votre domaine.

Site web officiel GL events ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *