Un article Redshift – L’Allemagne est-elle prête pour l’obligation du BIM ?

Une étude sur le degré de numérisation des ingénieurs allemands permet de tirer des conclusions sur la préparation de l’Allemagne à l’obligation du BIM.

Un article Redshift intéressant rédigé par Carolin Werthmann (source en allemand)

Une étude en cours sur le degré de numérisation des bureaux d’études et des entreprises de génie civil allemands permet de tirer des conclusions sur la préparation de l’Allemagne à l’obligation du BIM, qui est déjà entrée en vigueur pour les projets d’infrastructure annoncés publiquement depuis le 31 décembre 2020.

“L’Allemagne est à la traîne en termes de numérisation” ; cette phrase revient si souvent dans l’industrie de la construction qu’on en oublie presque de remettre en question sa véracité. Les États-Unis, la Scandinavie et la Chine sont plus progressistes, la recherche de méthodes de travail efficaces et de processus allégés, à la fois durables et plus rentables, éclipse les préoccupations concernant les processus de changement fastidieux et chronophages et un large échange de données.

En fait, certaines études des dernières années confirment cette perception. Par exemple, celle de la Fondation Friedrich Ebert de 2019, qui aborde la question de savoir quels potentiels et défis les citoyens allemands voient dans la numérisation. Résultat : il y a ambivalence. Ou encore l’étude du «SME Digitization Index 2019/2020», qui interroge sur le positionnement des entreprises allemandes sur ce sujet. Résultat : un esprit d’optimisme associé au scepticisme.

Et puis, il y a des études qui sont explicitement dédiées au BIM dans le secteur de la construction, commandées par PwC ou réalisées par des cabinets de conseil en management comme Dr. Wieselhuber & Partner GmbH. Le BIM doit être compris comme un indicateur du degré de numérisation des entreprises de construction, entre autres. Cela signifie une méthode qui rend plus efficace l’ensemble du processus de planification et de mise en œuvre d’un projet et finalement sa gestion et sa gestion des bâtiments à l’aide d’outils numériques, et mettant en réseau tous les métiers impliqués et interconnectant leur travail dans une coopération plus fluide.

Obligation du BIM en 2020

Afin d’initier progressivement les entreprises de construction au BIM, le Ministère fédéral des transports et des infrastructures numériques (BMVI) a élaboré un plan par étapes en 2015. Il a envisagé divers projets pilotes qui devaient préparer le «BIM Obligatoire en 2020». Le 31 décembre 2020, une obligation BIM est entrée en vigueur pour tous les projets d’infrastructure annoncés publiquement. Le BMVI n’attribue désormais des contrats qu’aux entreprises qui travaillent avec le BIM au moins dans la phase de planification. Cela s’applique à la fois à la construction d’infrastructures et à la construction de bâtiments liés aux infrastructures.

Etude BIM L’efficacité est le maître mot du BIM – tout au long du processus de construction.

La pression politique pousse donc particulièrement les entreprises qui souhaitent passer des marchés publics à introduire le BIM. Les entreprises sont-elles prêtes pour cela ?

Au printemps 2020, la société d’études de marché USP Marketing Consultancy, pour le compte d’Autodesk, a interrogé 138 ingénieurs de bureaux d’études et de sociétés de génie civil sur leurs évaluations et leurs projets futurs. Il s’agit d’une étude qualitative réalisée avec des entretiens téléphoniques.

L’enquête montre que le plan étape par étape mentionné ci-dessus a été une première étincelle pour l’introduction du BIM dans de nombreuses entreprises. Selon les personnes interrogées, la proportion de projets réalisés avec le BIM n’a cessé d’augmenter au cours des cinq dernières années. Parmi ceux qui ne l’utilisent pas encore, 29% des bureaux d’études et 18% des entreprises de génie civil souhaitent démarrer d’ici fin 2022.

Cependant, selon l’étude, près des deux tiers des ingénieurs interrogés qui ne travaillent pas avec le BIM n’ont jamais entendu parler du plan BIM par étapes. Même parmi les utilisateurs BIM actifs interrogés, plus d’un quart ne connaissent pas le plan étape par étape.

Les entreprises interrogées sont bien conscientes des avantages de la numérisation. Ceux qui utilisent déjà le BIM voient ces avantages plus clairement que ceux qui ne s’y sont pas (encore) aventurés. Ils apprécient les gains d’efficacité grâce au BIM sur toute la chaîne de valeur, du processus de construction au calcul des coûts.

Où en sont les entreprises dans le plan BIM étape par étape 2020 ?

Cependant, les résultats montrent également que la réponse au BIM parmi les 138 personnes interrogées est actuellement plus réactive que proactive et dépend des exigences des commandes et des appels d’offres. La plupart des répondants ne sont pas sûrs du moment exact pour introduire le BIM, par exemple. L’une des raisons pour lesquelles ils hésitent à commencer à travailler en BIM est que 62% des ingénieurs et 65% des entreprises de génie civil invoquent un manque de demande de la part des maîtres d’ouvrage.

BIM et conception générative

Emmanuel Di Giacomo, expert BIM chez Autodesk, considère l’obligation du BIM comme un moteur important pour intégrer le BIM dans les projets au quotidien. Le temps est venu pour cela. «Lorsque nous parlons de tendances et d’innovations, nous ne parlons plus uniquement du BIM car il est désormais établi depuis de nombreuses années », déclare Emmanuel Di Giacomo. La prochaine étape du développement numérique réside dans l’intelligence artificielle et la conception générative. Le BIM doit plutôt être compris comme la base de la pensée numérique dans les processus – comme une condition préalable aux tendances qui sont encore à venir – ou qui sont déjà là.

Aborder le BIM avec l’aide de la gestion du changement

Parce que le BIM n’est pas seulement une méthode qui change le processus de planification, de construction et d’exploitation, mais aussi une stratégie d’entreprise à long terme, la gestion du changement peut aider à réduire ou minimiser le scepticisme face aux changements majeurs. La gestion du changement comprend toutes les mesures nécessaires pour une évolution et une mutation professionnelles du statu quo actuel vers un objectif ambitieux de changements. Des ateliers, des formations et des conférences présentant aux employés les changements à venir et leur transmettant les compétences qui peuvent être ajoutées sont indispensables. Une stratégie BIM avec des jalons spécifiques pourrait être une première étape qui introduit l’accès à la planification numérique et à l’utilisation du cloud et de plateformes sécurisées.

CAROLIN WERTHMANN a étudié la littérature, l’art et les sciences des médias à l’Université de Constance et a travaillé pour Callwey Verlag, un éditeur allemand spécialisé dans l’architecture, l’artisanat et l’architecture du paysage. En outre, elle a étudié le journalisme culturel à l’Université de la télévision et du cinéma de Munich. Elle écrit pour Süddeutsche Zeitung et Münchner Feuilleton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *