[Rapport BSI] Une « empreinte » verte pour un environnement bâti résilient et durable

Le British Standards Institution – BSI – publie son rapport annuel sur le développement durable

Le secteur de la construction fait face à des changements importants. La rareté des ressources, les impacts environnementaux et les promesses de durabilité signifient que les méthodes de travail actuelles ne peuvent pas continuer. Gérer efficacement ce changement revient à intégrer la durabilité et la résilience dans les pratiques professionnelles mais aussi commerciales. Mais comment fait-on ?

Le rapport sur la durabilité de l’environnement bâti de BSI explore les quatre domaines dans lesquels cet objectif peut être atteint :

  • Renouveler une vision globale
  • Collaborer : Établir des relations et faire progresser le succès partagé
  • Maximiser : obtenir plus avec moins, plus longtemps
  • Comment une approche circulaire peut profiter à long terme à votre entreprise

Le BIM en tant que vecteur d’atteinte de ces objectifs y est notamment bien mis en relief au travers d’un paragraphe dédié :

Le BIM permet une gouvernance efficace et la cohérence des projets
La modélisation des informations du bâtiment (BIM) est peut-être l’innovation collaborative la plus puissante disponible pour l’environnement bâti et un moteur clé de la résilience de l’information. Le BIM permet une communication efficace, cohérente et transparente tout au long du cycle de vie d’un actif. Comment ? En donnant aux bonnes personnes un accès partagé aux bonnes informations. Sans le contrôle, la vérification et l’examen fournis par le BIM, des problèmes importants – et des opportunités – pourraient autrement passer inaperçus jusqu’à la construction ou même l’exploitation. Avec le BIM, les connaissances que les collaborateurs tirent, améliorent fréquemment les performances commerciales, la santé, la sécurité et le bien-être, la qualité et la durabilité. Sans surprise, le BIM est une condition préalable à de nombreux appels d’offres et une innovation importante pour former une main-d’œuvre plus qualifiée et plus engagée.
Le BIM est le principal représentant de la tendance à la virtualisation qui balaie l’environnement bâti. Ce n’est pas le seul. WikiHouse, par exemple, est une plateforme de conception open source qui « vise à simplifier la conception, la fabrication et l’assemblage de belles maisons hautes performances adaptées à leurs besoins ». La virtualisation comprend tout, du passage au stockage numérique et de la collaboration via des systèmes basés sur le cloud à l’échange de produits via des places de marché numériques en utilisant la vidéoconférence pour communiquer plus efficacement et
assurer la sécurité des employés pendant la COVID-19
.

Lire le rapport complet en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :