[Rapport] Un impact plutôt positif de l’automatisation sur l’Industrie de la Construction

La construction présenterait un « risque moindre » de perdre des emplois à cause de l’automatisation selon la Autodesk Foundation et RSA

Selon un rapport des organisations caritatives Royal Society of Arts (RSA) et d’Autodesk Foundation, les employés du secteur de la construction courent moins de risques de perdre leur emploi à cause de l’automatisation que d’autres secteurs tels que la fabrication.

Le rapport “Good work innovations in Europe: Reimagining the social contract” a constaté que si les robots pour la maçonnerie, les drones et les véhicules autonomes deviennent de plus en plus populaires, il est plus difficile d’automatiser les travaux de construction car ils sont moins répétitifs et plus personnalisés.

La révolution des emplois verts a également été mise en avant car elle devrait créer 700000 emplois supplémentaires, dont beaucoup seront dans la construction. Les pertes d’emplois dues à la révolution verte concerneront principalement les industries traditionnelles telles que l’extraction de combustibles fossiles et l’automobile.

L’émergence de l’automatisation signifie qu’il existe un besoin accru d’une meilleure formation, d’une amélioration des compétences et d’une requalification des travailleurs afin de les préparer pour l’avenir, selon cette étude. Cependant, l’accélération de l’automatisation boostée par la pandémie a également stimulé ces opportunités de formation avec des programmes d’apprentissage en ligne, des formations aux compétences numériques et des accréditations numériques plus diversifiées.

Le rapport indique également que la pandémie avait mis en évidence la nature précaire de certains contrats de travail dans la construction, ainsi que dans d’autres secteurs, et qu’ils devaient ainsi changer.

« La pandémie est susceptible d’accélérer le rythme des changements technologiques et de l’automatisation à travers l’Europe », conclut le rapport. « Alors que les marchés du travail de certains pays et régions sont caractérisés par des niveaux particulièrement élevés de travail précaire, la pandémie a contribué à faire apparaître certains des défis auxquels ces travailleurs sont confrontés.

« Un avenir avec de bons emplois pour tous est possible. Mais nous aurons besoin de nouvelles approches des compétences, de la formation et de l’apprentissage tout au long de la vie, une sécurité économique (en particulier pour les travailleurs en dehors des accords d’emploi traditionnels) et une écoute de la voix et plus de pouvoir aux travailleurs.

Téléchargez ce rapport intéressant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *