[Rapport] De l’importance de la mise en œuvre d’approches intégrées pour la rénovation et la modernisation de l’environnement bâti

Numérique et approches intégrées au service de l’environnement

Un parc immobilier plus performant et plus intelligent est la pierre angulaire du système énergétique décarboné de l’UE. En plus du vaste potentiel d’économie d’énergie, le secteur du bâtiment a le potentiel d’apporter de la flexibilité au système énergétique, grâce à la production d’énergie, au contrôle, au stockage et à la réponse à la demande, ainsi que des stations de recharge vertes pour les véhicules électriques. Dans le même temps, les bâtiments peuvent contribuer à une vie plus saine et au bien-être grâce à l’amélioration de la qualité de l’environnement intérieur (QEI), mais aussi en tant que partie intégrante des infrastructures vertes et d’un environnement bâti durable et décarboné, contribuant à la cohésion sociale, à l’adaptation au climat et à l’efficacité des ressources.
Cette étude fournit des enseignements tirés des instruments politiques juridiques et non juridiques existants dans 15 États membres européens, 3 pays non membres de l’UE et 5 régions européennes. Elle formule des pistes possibles pour éclairer les approches intégrées pour la rénovation et la modernisation du parc immobilier et l’environnement bâti. L’étude permet de comprendre comment les dispositions dans sept domaines stratégiques et leur interaction peuvent être conçues et modifiées pour atteindre l’objectif à long terme de l’Union européenne d’être climatiquement neutre d’ici 2050 tout en maximisant les synergies et les avantages. Les domaines stratégiques suivants ont été analysés :

Les sept domaines stratégiques

  • Durabilité de l’environnement bâti et adaptation au changement climatique
  • Mobilité propre et durable
  • Technologie digitale
  • Approches de quartier
  • Engager la transformation et éliminer progressivement les bâtiments inefficaces
  • Financement rénovation
  • Santé et bien-être

Les politiques et initiatives juridiques et non juridiques existantes à plusieurs niveaux de gouvernance ont été vérifiées par rapport à leur aptitude à relever les principaux défis de l’UE dans leur domaine stratégique respectif (voir Figure 2 du rapport). L’évaluation de ces politiques et initiatives a confirmé que les États membres européens ont mis en œuvre une grande variété d’instruments politiques répondant aux principaux défis de l’UE dans les sept domaines stratégiques. Cependant, les efforts ne sont ni suffisamment ambitieux ni toujours coordonnés entre les domaines stratégiques. Bien qu’il existe déjà une législation européenne et des incitations, il existe une marge d’amélioration en termes de mise en œuvre et de meilleure coordination entre les domaines stratégiques aux niveaux national et infranational.
Les politiques et actions au niveau de l’UE ne peuvent à elles seules résoudre tous les problèmes restants de manière adéquate. La mise en œuvre a lieu dans les États membres, à la fois au niveau national et infranational, par exemple à travers les régions, les districts, les municipalités et, par extension, par toutes les parties prenantes impliquées dans le parcours de rénovation, y compris les propriétaires de bâtiments. Les villes sont des niveaux importants d’agrégation de la demande, ce qui a un impact direct sur l’échelle, le risque et les économies d’échelle. Des actions concertées et de coordination sont nécessaires de la part de divers acteurs, notamment le secteur de la construction, les fournisseurs, les conseillers en énergie, les institutions de financement et les sociétés de logement social.

Il est également intéressant de noter dans ce rapport les éléments suivants :

  • p.26 -29 – « Le numérique pour l’efficacité énergétique et la rénovation »
  • p.13 – Incitation à utiliser le BIM dans « Leçon 10 : La technologie numérique disponible doit être déployée pour permettre des approches prometteuses pour soutenir la création d’un environnement bâti durable »
  • p.78 – « Le BIM pourrait permettre aux professionnels de la construction de quantifier l’impact environnemental intrinsèque et la performance des coûts du cycle de vie des bâtiments. Le ou les niveaux peuvent soutenir davantage les développements BIM et la planification de projet en facilitant un cadre sur la façon dont le carbone incorporé peut être pris en compte »
  • p.98 – « Action politique 5.2 : Intégrer le BIM dans l’urbanisme et l’exiger pour les nouveaux bâtiments et les projets d’infrastructures publiques plus importants »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.