[Livre blanc] Comment Architectes et ingénieurs peuvent créer de nouvelles opportunités et de la valeur ajoutée grâce au développement durable

Des contraintes et de fantastiques opportunités associées

Une grande partie du programme de développement durable d’aujourd’hui se concentre sur l’atteinte du « zéro net » pour minimiser les impacts du changement climatique. Nous atteignons le « zéro net » lorsque les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine sont réduites autant que possible, celles qui restent étant compensées par la suppression des émissions de gaz à effet de serre de l’atmosphère.
Net Zero est au sommet des agendas des entreprises, dans l’esprit des consommateurs et un thème constant de la législation, des réglementations et du financement gouvernemental dans le monde entier. L’industrie de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction (AEC) et ses clients ont un impact énorme sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2), l’un des GES les plus importants. Il représente environ 50 % de l’utilisation mondiale totale de matières premières et 36 % de l’utilisation finale d’énergie. Vu sous cet angle, peu d’industries ressentent autant de pression à réduire les émissions de carbone comme l’AEC.
Les gouvernements sont à l’origine de la transition vers des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles. Plus de 70 pays, dont les plus gros émetteurs — la Chine, les États-Unis et le bloc de l’Union européenne — ont maintenant fixé des objectifs nets zéro, couvrant environ 76 % des émissions mondiales. Ils adoptent un bouquet d’encouragements et de financements, comme le European Green Deal et le Green Plan de Singapour—et, de plus en plus, la réglementation.

En Europe, l’UE impose des cadres législatifs de plus en plus percutants. Aux États-Unis, de nouvelles déterminations du code de l’énergie des bâtiments visent à réduire les impacts sur le changement climatique du secteur américain du bâtiment, en évitant 900 millions de tonnes d’émissions de CO2.
Dans le monde des affaires, la plupart des grandes entreprises façonnent et recoupent leurs stratégies commerciales par rapport aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, qui placent la réduction des émissions de carbone au centre de leurs préoccupations. Les politiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) issues de ces travaux orientent désormais les décisions d’investissement. Lors de la conférence sur le changement climatique COP26, plus de 450 des plus grandes banques et fonds de pension du monde, avec un actif total d’une valeur de 130 000 milliards de dollars américains, se sont engagés à contribuer à limiter les émissions de gaz à effet de serre.
Certains restent sceptiques quant aux initiatives ESG, mais selon les consultants Roland Berger, « … les entreprises qui n’agissent pas pourraient commencer à voir une baisse de la demande pour leurs produits et services, associée à une augmentation des coûts des émissions de CO2. En tant que telles, ces entreprises auront des marges plus faibles et pourraient voir jusqu’à 50 % de leurs bénéfices mis en péril. »
Ce livre blanc identifie les moteurs, les lacunes et les opportunités permettant à l’AEC d’obtenir des résultats plus durables, dans le but ultime d’un environnement bâti plus résilient, durable et équitable à l’avenir.
Le point de vue d’Autodesk est que, si nous regardons au-delà des pénalités réglementaires et évaluons les encouragements à disposition de l’industrie, des perspectives intéressantes s’ouvrent pour des offres plus différenciées, une plus grande efficacité de livraison des bâtiments et des marges plus élevées. La durabilité, selon nous, n’est pas seulement un coût, mais une opportunité.

Téléchargez ce livre blanc passionnant avec des beaux exemples ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :