[Autodesk University] L’état de l’Art du BIM en Amérique Latine par Ariel Castillo

Le BIM ou Building Information Modeling est la tendance du moment dans l’industrie de l’Architecture, l’Ingénierie et la Construction. En Amérique latine, région qui comprend 20 États souverains et plusieurs territoires, les progrès vers l’intégration des pratiques BIM n’ont pas été homogènes. Néanmoins, mené par un groupe de quelques passionnés de nouvelles technologies, cette avancée a été cohérente et suivie. Ces visionnaires ont milité avec passion afin que leurs entreprises trouvent de nouvelles façons de se distinguer et d’acquérir de la valeur.

Les progrès du BIM en Amérique Latine suivent l’exemple des États-Unis, du Royaume-Uni et de nombreux autres pays habitués à une industrie de la Construction plus rigoureuse et où la surutilisation de la main-d’œuvre a un coût financier tangible, où une documentation aisément disponible est cruciale à des fins de qualité et où les appels d’offres sont généralement gagnés grâce aux qualifications et pas nécessairement aux relations.

Ariel Castillo discute de la transformation de la construction en Amérique latine avec le BIM.

Bien que l’adoption et l’utilisation du BIM en Amérique latine aient été limitées, des progrès notables ont été réalisés à la fin de la dernière décennie, les deux dernières années étant les plus actives. Les obligations, les commissions BIM, les conférences et les ateliers ont commencé à se multiplier du Mexique au Chili.

Examinons de plus près l’état du BIM dans deux sous-régions d’Amérique latine que sont :

1) l’Amérique du Sud
2) l’Amérique centrale et les Caraïbes.

Amérique du Sud

L’Amérique du Sud a montré beaucoup de progrès dans la mise en œuvre de la méthodologie BIM, avec le Chili à l’avant-garde des initiatives gouvernementales. En juin 2019, le PlanBIM de Corfo a lancé sa norme BIM pour les projets publics. Depuis lors, le pays n’a cessé de promouvoir et d’éduquer les utilisateurs.

Ce fut un évènement révolutionnaire pour le continent, car peu de temps après, de nombreux pays ont annoncé des initiatives similaires. En août 2019, le ministère argentin de l’Intérieur, des Travaux publics et du Logement a présenté sa stratégie BIM, Estrategia BIM Argentina, EB-AR. Ils ont également introduit le SIBIM, un programme axé sur la mise en œuvre de l’utilisation du BIM à l’échelle nationale, pour améliorer la numérisation du secteur de la construction et accroître l’efficacité et la durabilité.

Au cours du même mois, le Brésil a publié son Décret n° 9983 mettant en évidence les stratégies de mise en œuvre du BIM au niveau national. Le Pérou a adopté une approche unique en testant la méthodologie de son projet phare VIDENA. Lorsque le projet a été mené à bien, le pays a décidé d’instituer une obligation nationale, et leur norme BIM devrait être lancée à la fin de 2020.

Enfin, la Colombie a récemment lancé BIM KIT, un ensemble de directives pour la mise en œuvre du BIM au sein d’une organisation.

Amérique centrale et Caraïbes

Contrairement à l’Amérique du Sud, l’Amérique centrale et les Caraïbes évoluent à un rythme plus lent. Le Costa Rica est à la tête du mouvement pour mettre en œuvre le BIM. En février 2020, le ministère du Plan national et de la politique économique a présenté sa démarche. Et le Guatemala a récemment publié un guide d’application locale de la norme internationale ISO 19650. Cependant, aucun autre pays de la région n’a encore fait preuve d’efforts structurés.

Cela étant dit, la communauté BIM en Amérique centrale et dans les Caraïbes s’est développée et il y a une demande plausible pour la méthodologie. En 2019, le Nicaragua a organisé cinq événements BIM et bien qu’il n’y ait pas encore d’implication du gouvernement, certaines entreprises du secteur de l’AEC explorent l’utilisation de cette technologie afin de rivaliser sur de nouveaux marchés et de fournir des services d’externalisation. En République dominicaine, des entreprises comme LEXCO ont développé des projets réussis utilisant le BIM.

Plus généralement, des entités telles que la Banque interaméricaine de développement (BID) ont un impact sur tous les pays d’Amérique latine. Ces organisations travaillent en étroite collaboration avec les gouvernements en finançant des projets d’infrastructure en Amérique latine. La BID comprend comment l’utilisation du BIM pourrait avoir un impact positif sur la gestion des ressources, et elle soutient désormais un ensemble d’événements où les fonctionnaires du gouvernement sont formés à l’utilisation du BIM. Ils ont soutenu la création du réseau BIM des gouvernements latino-américains, une plateforme régionale de collaboration et d’apprentissage des gouvernements. Ce réseau a été créé pour développer une vision stratégique et la mise en œuvre de politiques publiques pour encourager une adoption agile du BIM.

Défis et opportunités

Pour continuer à adopter et à tirer parti de ces progrès, il faut faire face à trois défis principaux. Premièrement, la plupart des professionnels voient le BIM comme un logiciel, question délicate et déroutante, étant donné que la première fois qu’ils ont été sensibilisés au BIM, c’était très probablement avec un outil comme Revit. Éloigner les professionnels de cet état d’esprit n’est pas aisé.

Deuxièmement, les entreprises de construction ne sont pas habituées à investir dans la technologie. Il est souvent difficile de convaincre un entrepreneur d’investir de l’argent dans quelque chose auquel il n’est pas habitué. Ils voient cela comme une dépense plutôt que comme une opportunité de faire des affaires d’une manière différente, surtout lorsque la main-d’œuvre est très bon marché. La plupart des entreprises peuvent se payer le luxe d’avoir de la main-d’œuvre inactive sur place, car cela ne représente pas nécessairement une perte financière majeure.

Et enfin, le syndrome du «plug and play» : les entreprises pensent que le BIM consiste simplement à se rendre chez un éditeur et à acquérir une boîte magique et ne réalisent pas toutes les pièces du puzzle impliquées pour y parvenir. Il leur faut du temps pour comprendre que le BIM est un processus qui doit être mis en œuvre de manière structurée et stratégique.

La mise en œuvre du BIM et des technologies associées apporte des avantages à l’échelle de l’industrie, comme l’explique Ariel Castillo.

Pour relever tous ces défis, je pense que la première priorité BIM de l’Amérique latine devrait être l’éducation. En réduisant le déficit de connaissances et en encourageant la création d’études de cas et témoignages, nous devrions être en mesure de créer une opportunité pour les universités, les institutions gouvernementales et le secteur privé de collaborer dans un environnement commun avec un objectif similaire : accélérer l’adoption de la technologie AEC dans toute la région.

Les programmes d’éducation internationale tels que le Zigurat Global Institute of Technology et le programme éducatif AGC CM-BIM ont suscité un vif intérêt dans cette région.

La création de contenu se développe également avec des livres, des podcasts, des vidéos et des résumés hebdomadaires offrant aux professionnels une variété de façons de consommer du contenu de qualité en espagnol, quelle que soit leur plateforme préférée. Le livre de David Barco Moreno, Diario de un BIM Manager (Journal d’un BIM Manager), est très apprécié et constitue un bon point de départ. Un engagement croissant avec ces ressources éducatives et d’autres montre comment une communauté se développe et reste à jour avec ce qui se passe autour du BIM en Amérique latine.

Alors que l’Amérique latine passe des premiers utilisateurs à la majorité précoce du cycle de vie de l’adoption de la technologie, l’avenir s’annonce prometteur pour la mise en œuvre standardisée du BIM dans la région.

Ariel Castillo est spécialiste des processus stratégiques et du VDC chez Miller-Davis Company. Travaillant dans l’industrie de l’AEC depuis 2010, il est devenu une référence dans la région d’Amérique latine. Il se concentre sur l’apprentissage et l’utilisation des technologies émergentes pour créer de nouvelles expériences permettant aux entreprises de maximiser leurs ressources, qu’elles conçoivent, construisent, maintiennent ou vendent un projet. Ariel a prouvé son expertise en travaillant à des postes du secteur de la construction à forte demande, en mettant en œuvre de nouvelles technologies et en intégrant de nouveaux processus de livraison de projets dans des projets de plusieurs millions de dollars. Il crée également du contenu BIM pour l’industrie à travers sa newsletter et son podcast BIMnomad, Shared Coordinates. Ariel a récemment été présenté dans 40 Under 40: Construction Champions of 2019.

Source de l’article en anglais ici sur le site d’Autodesk University.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *