Rapport McKinsey – Les zones de prédilection de la construction à l’égard du numérique

Sept objectifs de développement possibles pour la construction numérique

Un récent rapport de McKinsey met en évidence les domaines des technologies numériques pour la construction promptes à l’investissement et ne cessant par ailleurs de croître.

En ce sens, McKinsey énumère sept domaines où la croissance reste possible :

  1. BIM et Gestion Electronique des Documents
    Le rapport indique que le BIM et la gestion électronique des documents sont presque omniprésents dans les grandes entreprises, mais ils indiquent aussi qu’il existe encore des possibilités d’adapter des solutions et d’en développer à une échelle différente avec et pur des sous-traitants plus petits et d’autres acteurs du marché, tels que ceux du suivi des matériaux de construction – livraison».
  2. Robotique et autres disrupteurs
    Selon ce rapport, il existe aussi des opportunités majeures pour les applications robotiques de pointe pour les tâches de construction répétitives telles que la pose de briques, le pavage de routes, la coupe de bois aux dimensions normalisées et l’impression 3D de matériaux de construction, indique le rapport.
  3. Infrastructure technologique sous-jacente
    Alors que les volumes et la diversité du matériel et des logiciels ne cessent d’augmenter sur les chantiers, il y aura un besoin correspondant de solutions de support selon McKinsey. L’amarrage des drones de construction et des véhicules électriques, le support de la connectivité Internet sans fil pour prendre en charge les appareils compatibles avec l’Internet des objets, la sécurité de l’information, la gestion de la qualité des données et l’architecture des données sont tous des exemples où les investissements dans l’infrastructure informatique peuvent aider à saisir les opportunités de ces technologies.
  4. Numérisation des paiements
    Selon McKinsey, les offres qui contribuent à la pénétration de la technologie dans le secteur des paiements, en particulier avec les petites et moyennes entreprises, deviendront de plus en plus critiques afin de permettre la numérisation complète de la chaîne de valeur de l’industrie de la construction. Les outils pour les processus, tels que le devis au comptant et l’approvisionnement au paiement, permettront une plus grande visibilité des données tout au long de la chaîne de valeur et libéreront un fonds de roulement pour les entrepreneurs, les fournisseurs et les maîtres d’ouvrage.
  5. Plateformes spécifiques
    Bien que les sociétés de plateformes technologiques généralistes soient bien établies, d’autres sociétés ont toujours la possibilité de créer des plateformes répondant à des sous-segments spécifiques de l’industrie ou à des fournisseurs de valeur. À titre d’exemple, le rapport cite «une société historique de matériaux de construction a récemment annoncé le lancement et la mise à l’échelle d’une solution de plateforme ciblant la chaîne d’approvisionnement des matériaux en vrac et les producteurs opérant dans cet espace». On connait aussi certains développement de plateformes en France de type Cycle Up d’EGIS ou ORIS de Lafarge Holcim.
  6. Solutions permettent une connexion plus large dans l’environnement bâti
    «Des technologies intégratives seront nécessaires pour mieux connecter les solutions technologiques et l’environnement physique construit», telles que les Digital Twins indique le rapport. «La collecte de données de projet en temps quasi réel, associée à l’intégration d’outils de conception, de gestion de projet et de planification, débloquera davantage la promesse des solutions de plateformes alors que les entreprises s’efforcent de réaliser des projets numériques véritablement de bout en bout.»
  7. Un moteur d’analyse de données
    Selon McKinsey, «L’industrie de la construction a peu de solutions d’analyse vraiment prédictive, voire aucune, à l’échelle du projet ou de l’Industrie. En outre, de nombreux outils d’analyse descriptive se limitent à des enquêtes d’associations commerciales ou à des tableaux de bord construits à partir de données d’entreprises extraites et souffrent de faibles fréquences de mise à jour ou d’une faible granularité. Les investisseurs et l’industrie dans son ensemble peuvent créer une valeur significative en développant des plateformes d’analyse et d’informations qui exploitent le pool croissant de données inter et intra-entreprise. Ces plateformes permettront une gestion plus proactive et axée sur les données des projets individuels et des entreprises en général. »

Découvrez ce rapport de 9 pages intéressant en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *