Le BIM dans les agences d’Architecture, une étude passionnante du laboratoire MAP-CRAI (ENSA de Nancy) à lire avec intérêt !

La pratique du BIM dans les agences d’architecture reste une véritable inconnue pour de nombreuses personnes. Avec un questionnaire envoyé aux 30 000 architectes et 894 réponses complètes, cette étude sur le BIM dans les agences d’architecture est très intéressante et très riche par de nombreux aspects. Elle a été relayée par le Conseil National de l’Ordre des Architectes (CNOA) et Batiactu.

Certaines données à prendre avec précaution

Cette étude a été réalisée par le laboratoire MAP-CRAI (ENSA de Nancy). Peut-être seul bémol, elle a cependant omis, avant de réaliser notamment ses statistiques sur le classement des logiciels utilisés, que sur 894 répondants, il est difficile de conclure que seulement 27% des agences utilisent Revit car si l’on prend ne serait-ce que les plus importantes agences ou simplement le classement des 15 premières agences françaises qui ont pour le coup des centaines de salariés, voire plus de 500 pour certaines comme AIA, AREP, ou plus de 150 comme Valode et Pistre, ou encore RPBW ou Wilmotte et Associés, VIGUIER, etc. elles sont toutes standardisées sur Revit. On parle ici de plus de 1700 personnes au minimum (à mettre en rapport avec les 894 réponses). On peut donc conclure que Revit est plus « utilisé » que ce qui est mentionné ici.

Le rapport mentionne cependant que :

 » Il est possible que les agences qui sont passées récemment sur un « outil BIM » se soient tournées vers Revit, pour conserver une interface utilisateur similaire à ce qui était probablement leur précédent outil : AutoCAD. « 

Et aussi que :

 » Les standards internationaux ont par ailleurs largement généralisé les solutions logicielles de la suite Autodesk, dont Revit. « 

Pour le reste, ces données sont extrêmement intéressantes et elles montrent une réelle évolution de la perception du processus BIM par les architectes qui commencent à l’intégrer de plus en plus dans leurs pratiques et le craignent de moins en moins.

Voici une synthèse de cette étude…

Le niveau d’utilisation du BIM des agences : la pratique du BIM à un niveau avancé est rare

  • 42% des agences mettent en place des pratiques BIM, et plus d’une agence sur deux travaille avec un outil numérique de dessin 2D/3D (AutoCAD) combiné à un logiciel de modélisation 3D (SketchUp).
  • Un tiers des agences utilisent des logiciels « BIM de conception » sans réaliser d’échanges BIM avec leurs partenaires. Ce que l’on nomme « BIM niveau 1 ».
  • 12% des agences échangent régulièrement leurs maquettes numériques BIM avec leurs partenaires en « BIM niveau 2 ».

Le profil des agences qui travaillent en BIM : des agences en moyenne assez grandes et qui réalisent plutôt de grands projets en maîtrise d’ouvrage publique

  • Les agences qui mettent en œuvre des pratiques BIM avancées sont en moyenne assez grandes (51% comptent plus de 6 personnes). Mais le niveau d’utilisation du BIM des agences de très grande taille (plus de 20 personnes) est moins avancé que le niveau des agences plus petites.
  • Les projets réalisés en BIM sont plutôt grands : 57% des projets ont des surfaces supérieures à 5000 m², dont 13% concernent des projets urbains.
  • Les projets sont souvent en maîtrise d’ouvrage publique : près d’un quart concernent des aménagements urbains.

La mise en place de pratiques BIM dans les agences : se former et s’organiser en agence

  • La majorité des agences suivent une formation :
        -58% des agences qui mettent en place une pratique BIM Basique (BIM niveau 1) suivent une formation. Cela concerne deux tiers des agences qui pratiquent le BIM à un niveau avancé (BIM niveau 2).
        -Un tiers des agences réalisent jusqu’à 6 jours de formation.
  • Les agences mettent parfois en œuvre un projet pilote, ce qui est dommage car cela devrait être une généralité si l’on veut réussir :
       -46% des agences en BIM Basique testent leurs pratiques avant de les généraliser sur tous leurs projets, et elles sont 43% en BIM avancé à réaliser ces tests. 
  • Les agences en BIM avancé désignent souvent une personne responsable de la transition BIM de l’agence (44% des cas). Cela concerne moins les agences en BIM Basique (29%). Il est communément appélé BIM Manager.
  • Seules 10% des agences ayant une pratique BIM avancée mettent en place un calendrier de transition BIM pour permettre de positionner la formation par rapport à la première utilisation du BIM sur un projet.

La perception du BIM par les architectes : une image assez positive mais des limites nombreuses

  • Près de 80% des architectes considèrent que les pratiques BIM peuvent améliorer leurs performances et qu’elles sont compatibles avec leur vision du métier. Un quart d’entre eux pense au contraire que les pratiques BIM sont inutiles et hautement incompatibles avec leurs pratique et vision du métier.
  • La majorité des architectes ayant répondu au questionnaire (pratiquant ou non le BIM) pense néanmoins que les outils et la formation pour travailler en BIM sont trop coûteux, et un tiers pense que le BIM les limite fortement dans leur liberté de conception.  

Auteurs : Elodie Hochscheid (Doctorante au laboratoire MAP-CRAI, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy) et Gilles Halin (Directeur du laboratoire MAP-CRAI, Université de Lorraine)

Lire l’intégralité de cette étude en cliquant ici.

2 réponses sur “Le BIM dans les agences d’Architecture, une étude passionnante du laboratoire MAP-CRAI (ENSA de Nancy) à lire avec intérêt !”

  1. Je suis un peu étonnée que le logiciel de modélisation BIM n’est utilisé que d’une minorité des agences d’architecture. Ce que je comprends est que 58% des agences suivent une formation pour pouvoir travailler dans un niveau basique avec BIM. Ayant seulement fait un stage dans une agence d’architecture et n’ayant jamais travaillé moi-même avec le logiciel, j’avais quand même l’impression qu’il facilitait le travail de mes collègues.

    1. Bonjour Lucie, il n’est pas utilisé par une minorité des agences. La majorité des grandes et moyennes agences l’ont adopté soit en tout ou partie. Les très petites sont en cours. Il y en a en effet qui travaillent en BIM niveau 1, ce qui est déjà un premier pas. Et oui, le BIM facilite le travail des architectes mais le passage au BIM fait peur, ce qui explique qu’il ne soit pas encore répandu. Les mentalités doivent changer. Cordialement. Emmanuel Di Giacomo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *