Un rapport passionnant du RIBA et des Architectes britanniques sur l’environnement et le rôle fondamental qu’ils peuvent jouer

Les Architectes britanniques se mobilisent pour l’environnement !

Plus de 200 organisations de l’environnement bâti ont approuvé un rapport du RIBA et de l’organisation « Architects Declare » décrivant les moyens de décarboner l’industrie du BTP, bien que de grandes d’architecture britanniques, dont Foster + Partners et Zaha Hadid Architects, n’aient pas encore rejoint les signataires.

L’ordre des Architectes Britannique, le Royal Institute of British Architects (RIBA) et le groupe de pression Architects Declare ont présenté récemment le rapport intitulé « Built for the Environment » aux décideurs politiques lors de la conférence COP26 sur le climat.

Ce document de 80 pages appelle les gouvernements à réviser les codes du bâtiment afin de mieux réglementer la performance énergétique des bâtiments et d’inclure des objectifs relatifs à l’environnement bâti dans leurs engagements climatiques, connus sous le nom de « contributions déterminées au niveau national ».

Le rapport climat du RIBA présenté à la COP26

Le RIBA a présenté son rapport sur le climat à la COP26. Il compile également des preuves de l’impact de l’industrie du bâtiment sur l’environnement et appelle le secteur à adopter une approche plus proactive de la durabilité.

Quelque 220 organisations de l’environnement bâti ont approuvé le rapport, mais seules cinq des 20 plus grandes Agences d’Architecture opérant au Royaume-Uni figurent sur la liste des signataires publiée sur le site web du RIBA.

Aujourd’hui, 38 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l’énergie sont attribuables à l’environnement bâti. Ce rapport récent, Built for the Environment, démontre le rôle que l’industrie joue – et doit jouer – dans la lutte contre l’urgence climatique.

Le rapport, produit en partenariat avec « Architects Declare », rassemble un échantillon de recherches et de publications soumises par le secteur de l’environnement bâti. S’appuyant sur ces preuves et avant la COP26, le rapport exhorte les gouvernements à prendre des mesures urgentes, à fixer des objectifs et des codes de construction plus ambitieux et à intégrer la durabilité dans les systèmes de planification.

Cependant, nous ne pouvons pas faire face aux urgences climatiques et de biodiversité mondiales sans changer la façon dont nous concevons et construisons les bâtiments. Built for the Environment lance un appel collectif à l’ensemble du secteur de l’environnement bâti pour qu’il intègre, reproduise et développe une conception durable des meilleures pratiques qui tient compte des besoins des générations futures. le BIM est notamment mentionné comme l’une des approches incontournables pour atteindre cet objectif.

Recommandations du rapport Built for the Environment

  • Les gouvernements doivent s’assurer que les objectifs environnementaux sont fondés sur la science et équitables pour tous.
  • Cela signifie déclarer les émissions de gaz à effet de serre sur la base de la consommation et inclure les actions environnementales bâties et toutes les sources d’émissions dans les plans net zéro (y compris les contributions déterminées au niveau national).
  • Les gouvernements doivent se concentrer sur la réduction des émissions absolues.
  • Par opposition aux réductions par mètre carré de surface de bâtiment, ou par personne, l’écoblanchiment ou le recours à de grandes compensations ne nous aideront pas à atteindre nos objectifs collectifs.
  • Les gouvernements doivent s’adapter aux urgences climatiques et de biodiversité.
  • Les solutions fondées sur la nature et les connaissances, la sagesse et les technologies écologiques traditionnelles sont au cœur des deux.
  • Ceux qui opèrent dans l’environnement bâti doivent adapter leurs pratiques de manière active
  • Du décloisonnement des disciplines et des compétences à la communication et au partage d’informations, en passant par l’évolution des idées culturelles sur la beauté et la conception de projets, l’ensemble du secteur doit s’adapter.
  • Les informations doivent être partagées ouvertement et largement
  • Cela permet une collaboration et une prise de décision transparente. Cela comprend des informations sur les territoires, les bâtiments, les écosystèmes et les infrastructures, ainsi que des connaissances et des compétences.
  • La justice sociale doit rester au cœur de toute action.
  • Cela signifie impliquer ceux qui sont touchés par le changement dans la prise de décision et concevoir ensemble des politiques sociales pour faciliter une transition vers un environnement bâti équitable et durable, en prenant des mesures pour garantir que les conséquences négatives involontaires soient traitées rapidement et équitablement.
  • Pour garantir que les architectes sont sur la trajectoire du zéro net, le RIBA encourage également toutes les pratiques agréées RIBA à rejoindre leur défi climatique 2030, qui fixe une série d’objectifs pour le carbone incorporé, l’énergie opérationnelle et l’utilisation de l’eau. D’où l’importance du numérique et du BIM.

Lire le rapport complet en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.