Level(s) un cadre de référence européen pour des bâtiments durables de qualité

Un site dédié pour aiguiller et accompagner les professionnels et acteurs de l’environnement bâti sur le chemin vers des bâtiments durables !

Basé sur 6 macro objectifs, Level(s) fournit un langage commun pour évaluer et rendre compte de la performance de durabilité des bâtiments. C’est un point d’entrée simple pour appliquer les principes de l’économie circulaire dans notre environnement bâti. Découvrez-le en douceur ici.

Level(s) propose un système largement testé pour mesurer et accompagner les améliorations, de la conception à la fin de vie. Il peut être appliqué aux bâtiments résidentiels ou aux bureaux.

Il donne notamment accès à des guides intéressants analysant les tenants et aboutissants liés au développement durable et à l’industrie de la construction. Des outils d’évaluation de l’empreinte carbone des bâtiments seront mis à disposition prochainement. Au sein de ces guides, on retrouve la présence du BIM qui est clairement identifié comme l’un des moyens pour atteindre des objectifs de durabilité.

Découvrez ce site en cliquant ici.

Les 6 macro-objectifs de Level(s) :

1 – Émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie d’un bâtiment
Minimiser la production de carbone sur toute la durée de vie, tenir compte à la fois de la consommation d’énergie pendant la phase d’utilisation du bâtiment et de l’énergie grise.

Indicateurs :
1.1 Performance énergétique de l’étape d’utilisation (kWh/m2/an)
1.2 Potentiel de réchauffement global du cycle de vie (CO2 eq./m2/an)

2 – Cycles de vie des matériaux économes en ressources et circulaires
Optimiser la conception du bâtiment pour prendre en charge les flux allégés et circulaires, notamment :

– Utilisation et quantités de matériaux de construction
– Minimiser les déchets de construction et de démolition générés pour optimiser l’utilisation des matériaux
– Cycles de remplacement et flexibilité pour s’adapter au changement
– Potentiel de déconstruction plutôt que de démolition

Indicateurs :

2.1 Devis quantitatif, matériaux et durées de vie
2.2 Déchets et matériaux de construction et de démolition
2.3 Conception pour l’adaptabilité, la réversibilité et la rénovation
2.4 Conception pour la déconstruction, la réutilisation et le recyclage

3 – Utilisation efficace des ressources en eau
Utiliser l’eau de manière efficace, en particulier dans les zones de stress hydrique identifié à long terme ou prévu.

3.1 Consommation d’eau de l’étape d’utilisation (m3/occupant/an)

4 – Des espaces sains et confortables
Créez des bâtiments confortables, attrayants et productifs. Cela comprend quatre aspects de la qualité de la qualité de l’environnement intérieur :
– L’air intérieur pour des paramètres et des polluants spécifiques
– Le degré de confort thermique
– La qualité de la lumière artificielle et naturelle et le confort visuel associé
– La capacité de la structure du bâtiment à isoler les occupants des sources de bruit internes et externes

Indicateurs :
4.1 Qualité de l’air intérieur
4.2 Temps en dehors de la plage de confort thermique
4.3 Éclairage et confort visuel
4.4 Acoustique et protection contre le bruit

5 – Adaptation et résilience au changement climatique
Performances du bâtiment à l’épreuve du temps :
– S’adapter aux changements climatiques futurs impactant le confort thermique
– Rendre le bâtiment plus résilient et résistant aux événements climatiques extrêmes (dont les inondations : fluviales, pluviales et côtières).
– Améliorer la conception du bâtiment pour réduire les risques d’inondations pluviales/fluviales dans la zone locale (c’est-à-dire en augmentant le drainage durable).

Indicateurs :
5.1 Protection de la santé et du confort thermique des occupants
5.2 Risque accru de conditions météorologiques extrêmes
5.3 Drainage durable

6 – Coût et valeur optimisés du cycle de vie
Vision à long terme de l’ensemble des coûts du cycle de vie et de la valeur marchande des bâtiments plus durables, notamment :
– Coûts du cycle de vie (construction, exploitation, entretien, rénovation et élimination).
– Encourager l’intégration des aspects de durabilité dans les processus d’évaluation de la valeur marchande et de notation des risques et veiller à ce que cela soit fait de la manière la plus éclairée et transparente possible.

Indicateurs :
6.1 Coûts du cycle de vie (€/m²/an)
6.2 Création de valeur et facteurs de risque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :