Phil Bernstein, prophète du BIM, imagine de nouveaux roles pour l’architecte

image

A lire sur le Magazine de l’Architect !

Il est celui qui avait anticipé et eu la vision du BIM il y a plus de 15 ans déjà avec Nicolas Mangon, Vice-Président Stratégie et Marketing AEC d’Autodesk. Autrefois Vice-Président des relations strategiques avec l’Industrie chez Autodesk, Phil Bernstein – Architecte – continue d’assouvir sa passion pour les nouvelles technologies et la disruption à Yale où il enseigne et écrit.

Selon ce professeur de pratique professionnelle à la School of Architecture de Yale, le secteur du bâtiment a un bilan catastrophique en termes de respect des plannings et des budgets. Mais l'utilisation intelligente des données et de la technologie pourrait changer tout cela.

Phil Bernstein, FAIA, est certainement l’expert des technologies le plus connu et reconnu du monde de l'architecture. Au cours de ses 16 dernières années en tant que vice-président en charge des relations avec ce secteur stratégique chez Autodesk, il a notamment plaidé pour l'acquisition de Revit en 2002, qui a propulsé le secteur de l’AEC (Architecture, Ingénierie et Construction) des logiciels de CAO basiques vers un BIM orienté objet. Depuis peu, Phil Bernstein, ayant quitté Autodesk pour se concentrer sur l'enseignement, l'écriture et la recherche, s'attaque désormais aux inefficacités du secteur de la construction et demande aux étudiants de la School of Architecture de Yale de remettre en question les modèles conventionnels d’organisations  des sociétés d’architecture, l’utilisation de la technologie, le positionnement concurrentiel et l’amélioration des processus. "Je voudrais établir de nouveaux concepts sous-jacents tels que la conception intégrée et les systèmes de livraison basés sur les résultats", dit-il, "et aider à définir la meilleure voie dans un monde où les données, la simulation, l'analyse et les algorithmes devraient faire partie des pratiques compétentes. "

Selon lui, à l'avenir, les entreprises devront faire face à une série de problèmes technologiques. Phil Bernstein, qui ironise sur le fait que les architectes avaient l'habitude d'oser demander à des entrepreneurs de construire une structure de bâtiment à partir de leurs dessins en 2D, souhaite aussi que les processus de conception et de construction deviennent plus aisés. Il pense que l'information sous la forme de big data, d'analyse et de simulation de performances affectera les résultats du travail des concepteurs plus ou moins en temps réel. Et les entreprises devront développer des partenariats stratégiques avec des acteurs clés – y compris, mais certainement pas uniquement, des entrepreneurs et des informaticiens – afin d'améliorer le processus de construction, en particulier lorsque la construction elle-même devient plus industrialisée. Les architectes devraient se positionner pour faire partie de la réconciliation en cours de l'information avec l’ère actuelle du Big Data et de l'automatisation.

Bien que Phil Bernstein reconnaisse que «le changement se produit lentement et de façon discontinue dans la construction, le bâtiment et l'architecture», il met en avant certains progrès : les praticiens sont passés du dessin à la main, à la programmation de code pour la conception paramétrique et l'intelligence artificielle. Selon lui, les robots peuvent maintenant effectuer des opérations chirurgicales, et il n'est donc pas exagéré d'imaginer que la conformité au code et règlementations – l'argument le plus convaincant pour la pratique des architectes – sera inévitablement automatisée. «Lorsque les ordinateurs peuvent apprendre à faire des choses, les travailleurs du savoir sont éliminés», explique Phil Bernstein. Et cela signifie que le rôle typique d'un architecte doit être redéfini. "Nous devons concevoir notre avenir", prévient-il, "et apprendre à contrôler le système avant que le système nous contrôle."

Découvrir l’intégralité et l’orginal de l’article en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *