Interview Expertise et Innovation, Thomas Trinelle nous présente Flux, la technologie qui grimpe

image

Dans la série des interviews Expertise et Innovation, nous recevons cette semaine l’Evangéliste d’une Société américaine très innovante et connue dont on parle beaucoup depuis plusieurs moi, à savoir Flux. C’est sont évangeliste International qui est d’ailleurs français qui nous fait l’honneur et le plaisir de répondre à nos questions, Thomas Trinelle.

image

Thomas Trinelle – Application Engineer

Flux Advanced Services and Technology

Email: thomas@flux.io

Twitter : @thomastrinelle

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/thomas-trinelle-b9027a64

 

Bonjour Thomas,

Merci de nous accorder ton temps précieux. Nous savons qu’en tant qu’Evangéliste de Flux, tu es très demandé dans le monde entier. C’est donc un privilège de te recevoir.

Tout d’abord, pourrais-tu nous parler de toi, jeune Ingénieur français qui a bien réussi aux USA dans une Société qui fait rêver ? Quel est ton parcours d’études supérieures et professionnelles ?

Vous me remerciez de venir mais c’est l’inverse! Merci infiniment de m’accueillir et de m’accorder de votre temps pour cet interview. En ce qui concerne mon parcours académique, j’ai commencé par un début relativement traditionnel, classe préparatoire au Lycée Saint Louis en MPSI puis PSI avant de rejoindre l’Ecole Polytechnique en 2011. Lors de mon passage à Polytechnique, je me suis énormément investi dans les activités associatives mais j’ai toujours essayé de nourrir ma passion pour l’architecture et le bâtiment en parallèle. Je suivais donc des séminaires d’introduction à l’Architecture aussi bien que des cours approfondis en Mathématiques Appliquées et Méthode des Eléments Finis pour l’étude des matériaux. Lorsqu’il a fallu choisir une école d'application, pour finaliser mon cursus polytechnicien, j’ai postulé à l’Ecole des Ponts et Chaussées mais aussi aux Etats-Unis. Mon désir de partir était principalement animé par une curiosité de découvrir “comment les choses se font” de l’autre côté de l’Atlantique mais aussi la volonté de me plonger dans l'environnement dynamique de la Silicon Valley grouillant de start-ups.

 

Un jeune architecte ou ingénieur qui passe dans le domaine du logiciel, c’est toujours suspect, surtout en France, j’en sais quelque chose. Quelle fut la raison de ton arrivée chez Flux ? Passion pour la technologie ?

Au risque de me faire des ennemis, ma raison principale était ma frustration interne… Lors de mon court passage à Stanford j’ai pris conscience rapidement des lacunes de l’industrie en terme d’outils collaboratifs, des technologies et leur utilisation ainsi que le décalage existant dans l’enseignement du génie civil vis à vis des autres disciplines. Simple anecdote relativement évocatrice, à Stanford ou les cursus sont pourtant très modernes et constamment réformés, le département de Génie Civil est le seul à ne pas posséder d’enseignements obligatoires en informatique ou analyse des données.

image

 

Thomas, Flux, qu’est ce que c’est en quelques mots ? A quoi ça sert ?

Je sais, c’est toujours la même question…

La difficulté de Flux c’est que notre produit est multifacettes. Mais la version officielle se rapproche de la formulation suivante : “Flux est une plateforme cloud spécialisée dans l’échange de données géométriques et BIM pour le secteur du BTP”. C’est en effet l’une de nos plus grosses faiblesses à l’heure actuelle : nous peinons à faire comprendre précisément ce qu’est Flux car c’est une solution tellement puissante. Notre plateforme se décompose et s’appréhende ainsi de différentes façons selon votre rôle, vos besoins ou vos compétences.

image

Pour les développeurs, Flux est un outil de développement permettant de créer ses propres intégrations ou applications web (voir la page Flux Labs pour des exemples d’applications web construites en utilisant Flux). Pour les architectes ou les ingénieurs en bâtiment, Flux est un réseau d’applications communiquant entre elles permettant l’acquisition, le partage et le transfert de données. Certaines de ses applications (les ‘plugins’) s’intègrent directement dans les outils de conception traditionnels comme Revit, AutoCAD, Dynamo ou Excel (voir la liste exhaustive de plugins) Enfin pour les entreprises de construction, Flux offre un service de développement d’applications dédiées à l’intégration, l’analyse et la visualisation de données. Nous travaillons déjà avec plusieurs grandes sociétés d'architecture, d'ingénierie et de suivi de chantiers pour développer ce genre d’applications : dashboard/portail customisé, nomenclature en ligne, outils d’analyse en ligne, etc.

image

 

Pourquoi le “Tout Cloud” ? Quels sont les bénéfices ?

Je fais souvent ce parallèle pour communiquer notre philosophie : il y a 20 ans, nous évoluions des VHS aux DVDs, il y a 10 ans nous laissions tomber les DVDs pour les fichiers et enfin aujourd’hui il y a Netflix, nous “streamons”. Nous consommons de la donnée en ligne sans avoir besoin de posséder des copies locales sur nos ordinateurs. C’est cela que nous voulons apporter à l’industrie.

Les bénéfices sont absolument infinis comparés à nos processus actuels. Pour en citer quelques uns, je pense au partage de données instantanés permettant plus de collaboration, facilitation du “contrôle des versions ou traçabilité” ou même de la gestion de l’accès aux données. Puis la visualisation des données sur n’importe quel support, mobile ou non (sans avoir à installer un logiciel ou une application). Augmentation de la capacité computationnelle : qui a dit que vous devriez lancer vos simulations structurelles ou énergétiques sur votre ordinateur portable et pas en parallèle sur un serveur avec 100 machines 1000 fois plus puissantes en Islande ?

 

Où êtes-vous basés ? Voyez-vous souvent les Equipes d’Autodesk ?

Nous sommes basés à San Francisco. Nous sommes proches des équipes d’Autodesk et faisons partie de leur réseau de développeurs (ADN ou Autodesk Developer Network). Nous participons aussi activement aux différents users group comme le SFDUG, pendant du Paris Revit User Group (ndlr). Récemment, nous nous sommes rendus à Autodesk University à Las Vegas ou nous avons pu rencontrer un grand nombre d’ingénieurs travaillant sur différents projets ou produits tels que Dynamo, Revit ou Project Fractal.

image

 

On parle ici d’une belle technologie améliorant l’interopérabilité. On n’en arrive même plus à parler d’un format particulier mais d’échanges entre applications qui à priori ne communiquaient pas ou peu entre elles. Comment est-ce possible et d’où vous est venue cette idée ?

L’idée d’origine était de se débarrasser du concept de “ fichiers ”. Nous voulions concevoir Flux d’une manière flexible, versatile afin que chaque collaborateur puisse apporter sa pierre à l’édifice. C’est de là qu’est venue l’idée de migrer l’information dans le Cloud et de construire Flux autour du concept d'acquisition de données. C’est pourquoi nos outils ne permettent pas aux utilisateurs de charger leur fichiers individuellement sur la plateforme mais ils envoient uniquement le nécessaire depuis le modèle source.

 

Certaines personnes confondent Flux et ce que permet Dynamo. Peux-tu clairement nous expliquer ce qu’est Flux et ce qu’il n’est pas et ainsi lever les ambiguités ?

Flux n’a pas pour vocation à devenir un outil de conception comme Revit ou Dynamo. L’objectif de Flux n’est pas de remplacer Dynamo car nous ne visons pas à par exemple générer automatiquement des coupes ou d’assigner des étiquettes sur des plans. Notre outil de manipulation de données en ligne s’inspire d’une interface de code graphique comme le font Dynamo, Grasshopper ou Marionnette, d'où la similitude et la confusion. Cependant, Flux ne dépend pas d’une application maîtresse, telle que Revit pour Dynamo. Il est vrai cependant que certaines tâches peuvent être accomplies soit dans un outil, soit dans un autre, mais ce que Flux permet d’accomplir en terme de conception générative reste très limité en comparaison.

 

Quel est l’élément différentiateur de Flux, même si vous n’avez aucune concurrence ?

Flux est neutre, indépendant et dynamique. Flux est flexible et adaptable. Notre API permet à nos clients d’intégrer des bases de données de différentes sources (Site Extractor, Revit Scheduler) ou de développer rapidement des solutions customisées (Dashboard). Flux est concu pour s’adapter.

image

 

Comment êtes-vous organisés chez Flux ? Avez-vous beaucoup de “ Gens du métier ” comme toi Ingénieur ? Est-ce important ?

Il est très important pour nous d’intégrer, d’acquérir du savoir et d’échanger avec des gens du métier. Comprendre nos utilisateurs et nos clients fait intégralement partie de notre réussite. Nous avons à coeur de créer un produit simple d’utilisation et à forte valeur ajoutée. Flux se compose d’une équipe technique de développement, d’une équipe marketing/design et d’une équipe d’application. L’équipe d’application est constituée de professionnels du bâtiment tous transfuges et couvrant différentes disciplines : architecture, urbanisme, ingénierie structure et matériaux.

 

Avez-vous de nombreux Clients ? Et quelle typologie de Clients est la plus friande de votre solution ?

Il y a une distinction à faire entre nos utilisateurs, qui sont le plus souvent des architectes et ingénieurs, et nos clients, qui sont le plus souvent des décisionnaires au sein de l’entreprise. Notre base utilisateurs augmente rapidement et nous espérons maintenir cette tendance ! Notre activité ; bien que principalement localisée aux USA ; reste assez internationale avec de nombreuses concentrations d’utilisateurs localisés à Singapour, au Royaume-Uni, au Danemark et en Australie. Nos utilisateurs sont assez diversifiés, malgré une proportion assez importante d’architectes, mais le plugin pour Revit a ravi une nouvelle typologie d’utilisateurs : ingénieurs structures, CVC et électricité et construction.

image

 

Peux-tu nous citer 2 ou 3 exemples Clients d’utilisation de Flux pour “ donner envie “ et “ faire comprendre” la valeur ajoutée d’un tel produit ?

Bien sur ! Voici 3 exemples concrets:

– Un outil d’analyse du flux de passagers dans un terminal d’aéroport afin de pouvoir déterminer le prix des espaces commerciaux : Flux reçoit les vues en plans de Revit, lance la simulation et renvoie les résultats dans un tableau Excel.

– Un tableau / portail interactif afin d’analyser les différents espaces d’un centre commercial : Flux reçoit le modèle BIM depuis Revit et des inputs depuis une application web. Flux combine et analyse ces informations qui sont ensuite visualisées via un tableau/portail/dashboard.

– Un configurateur d’espace de parking : Flux reçoit la délimitation du terrain depuis Rhinoceros 3D, puis lance une simulation permettant de générer automatiquement la disposition des places de parking et renvoie les résultats sous la forme d’un modèle Revit.

 

Nous avons vu quelque chose d’exceptionnel avec la récuperation quasiment instantanée d’un terrain depuis Google Map dans Revit, topographie, photogrammétrie incluses. Peux-tu nous expliquer cela ?

C’est justement toute la beauté de notre plateforme. Flux permet de rendre disponible vos données dans n’importe quel outil de conception. Dans ce cas précis, cette application utilise des bases de données SIG Open Source (Open Street Map) et les rend disponible.

image

Google Maps est simplement l’interface visuelle, nous l’avons choisi car c’est une interface très commune mais les informations ne viennent pas de Google. Cet exemple montre toute la valeur de Flux qui offre la possibilité d’intégrer tous types de données.

image

 

On parle beaucoup d’openBIM en Europe et de standard IFC. Est-ce quelque chose sur lequel vous commencez à travailler ou que vous savez exploiter ?

Oui et non. C’est évidemment quelque chose que nous considérons pour le futur de Flux, la capacité d'intégrer la plateforme avec les standards de l’industrie. C’est pourquoi, nous sommes très à l’écoute des développements du standard IFC et des initiatives openBIM mais ce n’est pas une priorité immédiate.

 

Avez-vous un ou des Distributeurs en France et comptez-vous vous implanter plus fortement ?

Nous ne possédons pas encore de distributeur en France. La France est un marché non-négligeable pour nous, compte tenu de son dynamisme et de son impact au travers d’acteurs d’influence. Néanmoins, l’un des principaux freins reste la langue puisque notre outil n’est disponible pour le moment qu’en anglais. Nous avons pour vocation de développer évidemment nos outils en plusieurs langues, mais c’est quelque chose qui prendra plusieurs années évidemment. Je suis cependant toujours ouvert à discuter avec des clients prêts à franchir le pas de la langue !

 

Quels sont tes hobbies et passions hors Flux ?

Bien que travaillant dans une société de “software”, je suis quelqu’un de très terre à terre. Je fais beaucoup de randonnées et backpacking pour découvrir les régions et être au contact de la nature. La Californie possède une richesse inouïe de ce point de vue. Je fais aussi beaucoup de natation, de course à pied et nous avons une équipe de football Flux. Enfin, je consacre le reste de mon temps libre à des voyages et aux documentaires qui m’inspirent pour de futures destinations. Je suis quelqu’un de très curieux. J’aime découvrir de nouvelles choses.

 

Cher Thomas, encore merci pour le temps que tu nous as accordé et bravo à toute l’Equipe de Flux. A bientôt en France nous l’espérons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *