Interview BIM Managers – Episode #13 Francois Appéré Arcadis

Photo-FAP

François Appéré

BIM Manager

Ingénieur Génie Civil et Urbain

Arcadis

francois.appere@arcadis.com

Twitter : @Francois_Appere

 

Les interviews BIM Managers se poursuivent en ce début d’année 2017, et nous avons cette semaine la chance de nous entretenir avec François Appéré, BIM Manager, au sein de la Société Arcadis vainqueur du BIM d’argent pour la catégorie projets d’infrastructures en 2016. C’est la première fois que nous faisons une interview Infrastructure et nous sommes fiers et heureux que ce soit François Appéré, une personnalité reconnue du domaine qui nous fasse ce privilège.

 

Bonjour François,

 

Bienvenu sur ABCD Blog et merci par avance de répondre à nos questions afin que nos lecteurs te connaissent un peu mieux. C’est la première fois que nous abordons le sujet du BIM pour les infrastructures sur ABCD Blog et nous sommes certains que nous allons beaucoup apprendre avec toi.

 

Pourrais-tu nous dire quelle est ta vision par rapport à ce point car on considère souvent le BIM comme un sujet BTP et architecture ?

Tout d’abord merci Emmanuel de m’accueillir dans cette tribune ! C’est un honneur pour moi d’être le premier intervenant estampillé « Infrastructure ».  Pour moi l’impact majeur du BIM dans le domaine des infrastructures concerne davantage les processus que les outils et logiciels. Je m’explique : contrairement à l’architecture où la production graphique était quasiment toujours réalisée en 2D sur des logiciels comme « AutoCAD » avant l’apparition du BIM, les concepteurs d’infrastructures, surtout linéaires, ont depuis longtemps l’habitude de travailler à l’aide de modèles 3D. C’est dans leur culture et on le comprend quand il s’agit de calculer des volumes de terrassement de chantiers autoroutiers ou ferroviaires. La rupture créée par le passage d’un outil de production graphique vectorielle à la création de base de données 3D est donc moindre pour les infrastructures. En revanche, l’absence de standard de format de fichiers oblige à la définition de processus d’échanges de données souvent plus complexes.

A85-2 (002)

Doublement des viaducs de l’A85. MOA : Cofiroute – Crédits images : Arcadis

 

En quelques mots, quel est ton parcours universitaire et ta formation ?

Je suis Ingénieur Génie Civil et Urbain diplômé de l’INSA de Rennes et j’ai eu la chance d’être de la première promotion du Mastère BIM Management porté par l’école des ponts et l’ESTP en 2014 / 2015.

 

Etais-tu déjà passionné par la technologie et le numérique pendant tes études ? Est-ce d’ailleurs une passion pour toi, ou juste un moyen, un outil comme un autre ?

Il est vrai que j’ai toujours eu un penchant pour la modélisation numérique, tout d’abord de calcul en raison de ma formation. C’est le côté « processus de travail innovant et efficace » qui me passionne dans le BIM. Pour qu’enfin le domaine de la construction prenne un réel virage digital et se serve de la puissance offerte aujourd’hui par le numérique pour réaliser des projets de meilleure qualité.

 

Où et quand as-tu été sensibilisé au BIM pour la première fois ? A l’Ecole ou en Entreprise ?

L’anecdote veut que le BIM était au cœur de mon premier stage chez Arcadis alors que j’étais en 4ème année d’école d’ingénieur. A l’époque en revanche, le terme « BIM » n’était pas encore à la mode et je ne l’ai jamais employé alors que je passais mes journées à tester l’intéropérabilité entre Revit et Robot…

 

Comment es-tu arrivé chez Arcadis et peux-tu nous dire quelques mots de cette grande entreprise ?

Mon arrivée chez Arcadis s’est faite à l’issue de deux stages réalisés dans cette entreprise, y compris mon stage de fin de d’étude. C’est donc naturellement, et après avoir déjà noué quelques contacts en interne, que j’ai démarré ma carrière comme Ingénieur Génie Civil et Ouvrages d’Art au sein de l’agence Arcadis de Paris. A l’époque, il n’était pas question de BIM dans mon rôle. Je suis « tombé dans la marmite » le jour où j’ai commencé le Mastère à l’ENPC/ESTP.

Arcadis fait partie du top 5 des ingénieries mondiales avec un chiffre d’affaire de 3,3 milliards de dollars en 2016. Nous sommes au total quelques 27 000 collaborateurs répartis dans plus de 40 pays. Notre activité est répartie en quatre domaines principaux : Infrastructure, Bâtiment, Environnement et Eau.

 

En quoi consiste ton rôle de BIM Manager au sein d’Arcadis et sur quels types de projets travailles-tu fréquemment ?

Le quotidien d’un BIM Manager chez Arcadis est très varié. Nous intervenons dans la définition et le suivi des processus BIM appliqués aux projets. Cela passe par la rédaction de la convention BIM du projet, l’assistance aux modélisateurs et aux ingénieurs pour toute question relative au BIM, le contrôle des maquettes numériques créées et du bon fonctionnement des serveurs…

Mon rôle consiste également à sensibiliser en interne, comme en externe, auprès de nos clients, les différents acteurs de la construction, au BIM et à ses enjeux. Ces sensibilisations prennent la forme de présentations, conférences, de formations et parfois de mission d’assistance.

En interne chez Arcadis, j’ai la chance de faire partie de groupes de développement du BIM à l’échelle mondiale, européenne et française. J’anime par exemple un groupe de partage de connaissances sur le BIM appliqué aux projets d’infrastructure à l’échelle d’Arcadis monde.

 

Es-tu le seul BIM Manager ou êtes-vous plusieurs avec un rôle et des responsabilités attitrés ?

Nous sommes pour l’instant deux BIM Managers au sein d’Arcadis France. Nous ne nous ennuyons pas car nous sommes en pleine démarche de croissance. Mon collègue est davantage orienté sur les sujets de Bâtiment et moi d’Infrastructure, ce qui ne nous empêche pas d’intervenir chacun sur n’importe quel type de projet.

Une équipe de cinq BIM coordinateurs, elle aussi en pleine croissante, nous assiste au quotidien sur les projets.

 

Qu’est-ce qui est le plus dur dans ta mission de BIM Manager ?

Le plus dur, mais ce qui en fait également son caractère passionnant, est d’intervenir, en parallèle, sur un très grand nombre de sujets, souvent très variés.

Je travaille par exemple en ce moment sur la conception d’un nouveau pont dans le centre de Paris, plusieurs projets liés au monde ferroviaire, un projet de doublement de viaducs autoroutiers ainsi que le renforcement de digues et la création de nouvelles écluses…

Les expertises métiers sont très différentes et il faut s’avoir s’adapter et ajuster son discours et son approche afin de mettre en place le processus BIM le plus approprié à chaque typologie d’ouvrage.

 

Quels sont tes plus beaux souvenirs de projets BIM ?

Je n’ai pas souvenir d’un projet en particulier. Ma plus grande satisfaction vient surtout des retours positifs des membres d’une équipe venant de réaliser un projet en BIM et t’annonçant qu’ils ne veulent plus revenir « en arrière ». Entendre « je ne veux plus travailler sans maquette » fait chaud au cœur du BIM Manager…

Les retours des clients ravis de découvrir le BIM, ses possibles et la qualité de nos modèles sont également des instants pour lesquels nous nous investissons au quotidien.

 

Et un plus difficile ?

Je pense au premier projet où j’ai dû mettre en place un processus BIM Niveau 2 avec des intervenants extérieurs alors que nous manquions encore de retour d’expérience. C’était un saut dans l’inconnu et au final une très belle maquette numérique sur laquelle de nombreux acteurs sont intervenus. Il s’agissait de mettre en place du BIM sur le secteur de Nanterre la Folie dans le cadre du prolongement du RER Eole.

EOLE

Prolongement du RER Eole. Secteur de Nanterre-la-Folie. MOA : SNCF Réseau – Crédits images : Arcadis

 

Quelles solutions Autodesk utilises-tu ?

Le logiciel que j’utilise le plus en tant que BIM Manager est Navisworks. Il me permet d’ouvrir rapidement de nombreux fichiers de formats différents et ainsi de visualiser les maquettes et plans créés dans le cadre de nos projets. Navisworks est également le support de toutes nos maquettes « fédérées ». J’utilise également régulièrement Revit. Pas pour modéliser les maquettes, mais pour les analyser, vérifier l’avancement ou paramétrer leur géoréférencement… Enfin j’utilise de plus en plus Recap en raison de la démocratisation des nuages de points.

 

Le BIM c’est la collaboration. Comment la vivez-vous sur la partie solutions infrastructures sachant que certaines solutions n’embarquent pour certaines pas de solutions de collaboration temps réel hautement sophistiquées ?

C’est dans ce cas que le rôle de BIM Manager prend tout son sens ! A nous de mettre en place les bons processus de partage d’information permettant à chaque acteur d’avoir accès à la bonne information au bon moment. Il existe toujours une solution, en jouant sur les possibilités de différents serveurs de partage, en lieu et place des scripts de synchronisation… Ce procédé peut encore paraitre « artisanal » en 2017 mais permet à une équipe répartie sur plusieurs agences de travailler efficacement. Revit Server n’héberge que des maquettes Revit, à nous de créer notre Civil 3D Server !

Depuis peu nous implémentons la solution BIM360 Docs qui est une bonne plateforme de gestion documentaire incluant un pré-visualisateur de maquettes numériques tout à fait appréciable. 😉

 

Utilises-tu Autodesk Revit même en infrastructure et qu’en penses-tu ?

Nous utilisons Revit pour la modélisation des ouvrages de « Génie Civil » en général. Les ponts, murs de soutènement, tunnels, quais en font partie. Tout ce qui est en béton armé et en acier… Il est vrai que Revit n’a pas été pensé pour ce type « d’objet » à sa genèse mais avec un peu de pratique, de patience et de doigté, il est possible de modéliser un grand nombre d’ouvrages avec ce logiciel.

Je ne vais pas te cacher que pour la modélisation d’objets à géométrie trop complexe, la conception paramétrique avec notamment Dynamo est un passage obligé. Dynamo « transcende » vraiment Revit et permet d’intégrer la notion de gestion de base de données au cœur de nos projets d’infrastructure. C’est par exemple une excellente passerelle pour lire une base de données créées par Civil 3D dans Revit.

A85-1

Doublement des viaducs de l’A85. MOA : Cofiroute – Crédits images : Arcadis

 

Utilises-tu régulièrement le standard IFC pour « échanger » des données avec les autres acteurs du projet et qu’en penses-tu ?

Nous nous servons de plus en plus des IFC. Même si l’IFC n’est pas encore normé (ISO) pour le monde des infrastructures, de nombreux logiciels permettent déjà l’import et l’export dans ce format. L’organisation et la classification des informations de ces modèles est encore loin d’être parfaite mais cela est un début et de plus en plus de modèles IFC fleurissent dans nos maquettes de coordination… Ce n’est pas encore un standard d’échange pour nous, loin de là, mais en fonction des besoins du projet, c’est un format d’échange qui gagne en pertinence grâce aux évolutions régulières des logiciels.

SMGL-2

Site de maintenance ferroviaire. MOA : SNCF Réseau – Crédits images : Arcadis

 

Peux-tu nous parler de la belle aventure du projet qui a obtenu le BIM d’argent dans la catégorie Infrastructure ?

Nous avons démarré le projet de la Porte de Gesvres sans imaginer remporter un prix BIM sur le sujet … C’est Cofiroute, la maitrise d’Ouvrage, qui est à l’origine de la démarche BIM en imposant dans son cahier des charges la réalisation d’une maquette numérique représentant l’échangeur avant et après le chantier. Les objectifs BIM de Cofiroute étaient, au lancement de la démarche, essentiellement orientés sur l’amélioration de sécurité en phase chantier. Nous avons de notre côté profité de la mise en place d’un processus BIM pour assurer une conception intégrée, structurée, de qualité et correctement coordonnée. De plus, le fait de devoir modéliser l’existant nous a obligé à analyser en détail chacune des données d’entrée afin de juger de leur précision, de leur unicité et parfois de leur contraction.  Chemin faisant, nous avons exploré de nouveaux usages du BIM comme la réalité virtuelle et l’immersion. La maquette numérique fédérée est petit à petit devenue l’outil central des réunions de travail entre Arcadis et Cofiroute. Elle permet une compréhension directe et par tous des différentes décisions de conception et est un réel outil d’aide à la décision. Nous nous en servons également pour recueillir l’avis du futur exploitant dès les phases amont de conception.

Nous accompagnons maintenant Cofiroute afin de l’aider à définir ses besoins en termes d’information pour pouvoir se servir du BIM et des maquettes numériques modélisées en phase d’exploitation une fois l’échangeur autoroutier réaménagé. Nous ne sommes qu’au début de l’aventure et j’espère que nous aurons la possibilité d’encore multiplier les usages et l’exploitation de cette maquette.

Porte de Gesvres

Réaménagement de la Porte de Gesvres. MOA : Cofiroute – Crédits images : Arcadis

 

Comment as-tu vécu la victoire du BIM d’argent et est-ce que cela a changé quelque chose dans ton quotidien ?

Les gens ne m’arrêtent pas encore dans la rue, je te rassure.. ! Plus sérieusement, la victoire du BIM d’Argent Infrastructure est une réelle satisfaction et la preuve de la part de nos confrères du BIM qu’Arcadis est un acteur majeur sur le sujet et que nous avançons dans la bonne direction. C’est une très belle récompense de l’effort fourni par chaque membre de l’équipe pour avancer vers ces territoires encore méconnus.

Je pense que cela a également permis de faire comprendre à nos collègues que le BIM en infrastructure est dorénavant une réalité à laquelle chacun est invité à prendre part au fil des projets. Ce n’est plus la lubie de quelques BIM managers plus ou moins visionnaires…

 

Que penses-tu de l’évolution du BIM en France depuis ces dernières années ?

Selon moi, 2015 a été l’an 0 du BIM en France. L’année où beaucoup de monde s’est mis à en parler, souvent de manière peu précise d’ailleurs…

L’an 2016 a été l’année de la systématisation du BIM avec la mise en place récurrente de processus BIM « basiques ». J’entends par là, le montage de maquettes numériques, la coordination multi-métiers et l’édition de plans et de métrés.

Je vois 2017 comme l’année de la maturité. L’année où le BIM « de base » est acquis et où l’élément différentiateur sera maintenant la capacité à exploiter les bases de données créées vers des usages multiples (4D, 5D, VR, VA, impression 3D…). Je pense également que 2017 sera l’année de l’avènement des nuages de points et relevés LIDAR. Ce sont des formats de données qui vont rapidement remplacer nos plans topographiques traditionnels.

SMGL-1

Site de maintenance ferroviaire. MOA : SNCF Réseau – Crédits images : Arcadis

 

Penses-tu que nos voisins européens et dans le monde soient en avance ? Si oui, pourquoi selon toi ?

Dans le domaine des infrastructures, je pense que nos voisins anglo-saxons et nordiques (Suède, Finlande, Pays-Bas) ont une petite longueur d’avance. Mais ceci s’explique facilement : leurs gouvernements respectifs ont depuis quelques années poussé les exigences règlementaires vers le numérique et le digital. L’ensemble des acteurs de la construction a donc été « contraint » de se jeter à l’eau et d’initier les réflexions sur les standards notamment. Le Royaume-Uni profite ainsi des projets d’infrastructures majeurs et structurants que sont Cross Rail et High Speed 2 (HS2).

Pour être totalement honnête, je pense que nous bénéficions aujourd’hui de leur retour d’expérience pour ne pas commettre les mêmes erreurs, ce qui nous offre une courbe de progression et de gain de maturité plus rapide.

 

Participes-tu aux réunions de l’initiative BIM pour les Infrastructures de MINnd ? Qu’en penses-tu et notamment du Groupe de Travail IFC Bridge. Cela va-t-il dans la bonne direction ?

Je ne participe pas à MINnd mais m’y intéresse de près. Je lis également régulièrement les diverses communications au sujet de l’avancée de la définition des IFC. Le fait que l’IFC Alignement ait vu le jour est une excellente nouvelle et est prometteur. L’alignement et la géolocalisation d’une infrastructure dans l’espace est la colonne vertébrale de tout projet. C’est donc une première pierre indispensable à l’édifice qu’est l’openBIM infra qui a été posée.

La définition de l’IFC Bridge progresse également et l’un des grands enjeux des développeurs de logiciels sera de correctement incorporer cette nouvelle norme dans les logiciels de modélisation. Il serait par exemple intéressant que Revit intègre des outils de modélisation réellement dédiés au domaine de l’ouvrage d’art, avec des catégories et types d’objets correspondants aux besoins du métier. Je pense que l’entrée en vigueur de l’IFC Bridge ainsi qu’une demande client récurrente de livrables sous format IFC facilitera cette mutation..

A85-3

Doublement des viaducs de l’A85. MOA : Cofiroute – Crédits images : Arcadis

 

Hors BIM et infrastructure, quelles sont tes passions 😉 ?

A côté du BIM, des ponts et des infrastructures, je suis un grand passionné de montagne, de nature, de grands espaces et d’aventure. Je pratique régulièrement le ski de randonnée (chaque descente est méritée) et l’alpinisme. Quand je ne peux pas aller en montagne, je dévore (de manière presque maladive) la littérature sur le sujet…

D'ailleurs, pour les curieux, rendez vous ici : detoutlahaut.wordpress.com

 

Connais-tu ABCD Blog et comment penses-tu qu’il pourrait être amélioré ?

Je suis un lecteur régulier d’ABCD Blog car il me permet de me tenir informé des dernières avancées BIM, aussi bien en termes réglementaires que techniques. Les interviews permettent d’apporter de l’humain dans ce monde numérique, ce qui est parfait. Peut-être pourrait-il être amélioré en créant des onglets de classement des articles en fonction de leur nature (réglementaire, interview, outils, retour d’expérience… ) ?

 

François, un grand merci pour ton temps et pour la présentation de ton rôle au sein d’Arcadis.

A très bientôt.

Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *