Innovation – Le BIM pour les PME existe vraiment avec Karim Boureguig et BIM Cloisons

image

 

image

Karim Boureguig

Fondateur BIM CLOISONS

k.boureguig@bim-cloisons.fr

Cette semaine, nous abordons enfin concrètement le sujet du “BIM pour les TPE et PME” car on en entend beaucoup parler en France, notamment dans certaines instances en charge du déploiement du BIM en France, mais on ne voit pas beaucoup d’exemples concrets qui fonctionnent réellement.

Mais nous avons la chance parfois de croiser des perles sur la route du BIM, et nous avons justement souhaité vous parler de l’une d’entre elles, tant elle nous a paru intéressante et innovante. Il s’agit de la Société BIM Cloisons fondée par Karim Boureguig, jeune chef d’entreprise dynamique de la Région Grenobloise.

Bonne lecture et bonne découverte et encore merci et bravo à Karim !

———————————————————————————–

Bonjour Karim,

On parle rarement du BIM pour les TPE et PME, c’est pourtant un enjeu de taille si l’on souhaite que tout le secteur embrasse cette révolution. Votre structure aide justement les entreprises à s’approprier ce processus en proposant une approche extrêmement innovante que nous n’avons vu nulle part ailleurs. C’est pour cela que nous avons souhaité vous donner la parole.

A l’origine Expert reconnu du domaine de la cloison, votre entreprise a évolué grâce au BIM et propose des services très avancés.

 

Mais pouvez-vous tout d’abord nous parler de votre parcours personnel qui est très intéressant Karim ?

Bonjour Emmanuel, tout d’abord avant de parler de mon parcours, je tenais à vous remercier de me donner la parole pour cette interview et pour l’intérêt que vous portez à notre travail. Je voudrais également vous remercier pour tout le travail que vous réalisez et l’énergie que vous déployez pour promouvoir le BIM et tout ce qui s’y rattache. Votre blog est une véritable mine d’informations toutes plus enrichissantes les unes que les autres. Sincèrement merci et félicitations.

Pour en revenir à mon parcours professionnel résumé en quelques mots :

J’ai quitté les études en seconde car j’avais vraiment hâte de rentrer dans la vie active. Autrement dit, je suis plutôt un autodidacte !

J’ai donc intégré la petite entreprise familiale de mon papa qui avait une entreprise de plâtrerie-peinture de 1991 à 1996.

J’ai ensuite créé ma propre entreprise de cloisons de 1996 à début 2014, entreprise qui comptera jusqu’à 60 salariés dans les années 2006 / 2007.

En mars 2014, j’ai intégré une petite PME de cloisons, l’entreprise Art-Cloisons dans laquelle je suis encore à ce jour, directeur de travaux et en charge du développement du BIM.

image

 

Comment avez-vous découvert le BIM et quand ? Et qu’est-ce qui a fait germer en vous cette idée de l’intégrer à votre entreprise ?

Courant 2014, lors de mon arrivée dans l’entreprise Art-Cloisons, nous avons fait le pari d’intégrer le BIM parce que j’étais certain que cela nous apporterait une véritable plus-value, tant qualitativement que financièrement. Je n’étais pas pleinement satisfait des méthodes de travail et notamment des études que je trouvais lourdes et pas suffisamment pointues. La découverte de Revit sur laquelle je reviendrai un peu plus tard, a permis de palier à cette carence et nous a tout naturellement propulsé vers le BIM.

 

D’ailleurs, quelle est VOTRE définition du BIM Karim ?

Pour moi le BIM est synonyme de performances, d’échanges et d’opportunités.

  • De performances : car il a considérablement amélioré nos méthodes de travail et l’approche que nous avions de nos chantiers, et par conséquent, il a permis à notre entreprise d’améliorer ses marges et ses résultats.
  • D’échanges : car le principe collaboratif du BIM nous permet de nous ouvrir davantage, de communiquer beaucoup plus que par le passé avec les différents intervenants du chantier et donc d’agrandir considérablement notre réseau et d’améliorer notre communication.
  • D’opportunités : L’engouement et la communication faites autour du BIM, ne cessant de s’accroitre, cela génère de nombreuses opportunités et de nouveaux types de marchés.

 

Comment y avez-vous vu une évolution fondamentale ?

En ce qui nous concerne, l’évolution fondamentale repose essentiellement sur le fait que notre approche et l’anticipation de nos chantiers ont considérablement évolué, et notamment, nos études qui sont devenues beaucoup plus précises, plus fiables, plus rapides et par conséquent, c’est toute la chaine (production, suivi de chantier et administratif) qui s’en trouve considérablement améliorée.

 

Dans l’une de vos présentations, vous dites que le BIM fait gagner de l’argent, sujet que les français contrairement aux anglo-saxons abordent peu. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Oui, parce que je pense que malgré tout ce que l’on peut dire et tous les tabous autour de l’argent, la vocation première de toute entreprise est de gagner de l’argent.

C’est pourquoi le passage au BIM m’a paru être une étape incontournable pour faire prospérer notre entreprise et améliorer nos marges, tant les apports du BIM sont nombreux et considérables pour nos PMEs.

Je peux vous citer quelques exemples concrets que nous avons pu constater au cours de ces 2 dernières années :

  • Grâce à la réalisation de la maquette numérique en 3D, le BIM nous a permis de travailler beaucoup plus en amont et de façon ultra précise en modélisant nos chantiers.
  • Nos études sont beaucoup plus rapides, plus réalistes et plus pointues qu’auparavant et nous ont permis d’anticiper davantage les points litigieux en phase études et ainsi d’éviter de les découvrir en phase d’exécution.
  • Le BIM nous a permis d’optimiser nos approvisionnements de matières premières et ainsi de limiter les pertes et le gaspillage. Nous avons constaté sur notre dernier bilan un gain de près de 3 % sur le poste achat de matières premières, ce qui est considérable quand on sait que pour les entreprises de cloisons le poste matières premières représente entre 32 et 35% du chiffre d’affaire.
  • Il nous a également permis de réduire de façon significative les coûts de main d’œuvre (moins de manutention, moins de problèmes qualitatifs grâce à des plans beaucoup plus précis)
  • Le BIM permet également d’être beaucoup plus réactif dans la gestion des modifications et les éventuels aléas, ce qui n’est pas sans satisfaire nos clients qui comme nous le savons tous, ont souvent des modifications de dernières minutes à nous soumettre.
  • Il nous a également permis de réaliser d’importantes économies sur le poste gestion des déchets étant donné que nos approvisionnements sont beaucoup plus justes et qu’ils génèrent donc beaucoup moins de chutes.
  • Et au-delà de l’aspect purement financier les atouts au niveau commercial sont tout aussi nombreux et importants :
  • Parce que le BIM va être généralisé dans les marchés publics d’ici à deux ans. Le texte réglementaire est en cours d’élaboration et sera instauré prochainement.
  • Parce que le BIM est un formidable atout commercial et qu’il permet aux entreprises qui sont en avance sur le sujet de se positionner et de gagner de nouveaux marchés.
  • Le BIM contribue également à mettre en valeur l’image de marque de l’entreprise qui est assimilée à une entreprise moderne et novatrice.
  • Mais aussi plus de confort dans le travail quotidien grâce à plus d’anticipation et à une meilleure communication.
  • Meilleure collaboration avec les différents intervenants du chantier, maître d’œuvre, maître d’ouvrage, autres corps de métiers…donc meilleure ambiance et par conséquent des chantiers qui se déroulent mieux et au final la satisfaction du client.

 

Quelle lettre vous intéresse le plus dans BIM ?

Toutes ! Pour moi les 3 sont indissociables et c’est justement le fait de pouvoir associer ces 3 lettres qui donne toute sa valeur au BIM.

 

Une personne basique n’aurait jamais imaginé et vu ce que vous avez inventé, car il n’y aurait pas pensé. Vous êtes un créatif. Pouvez-vous maintenant nous expliquer la stratégie que vous avez mise en œuvre et appliquée au domaine du cloisonnement ?

Merci c’est gentil Emmanuel, mais en fait, je pense, que plus qu’un créatif, je suis avant tout un éternel insatisfait en permanence à la recherche d’améliorations et d’optimisations. Ma force réside surtout dans le fait que lorsque j’ai une idée en tête je ne lâche jamais et même si je dois me tromper maintes et maintes fois avant d’y arriver, je vais me battre jusqu’à ce que je finisse par trouver la solution.

Par exemple, j’ai toujours souhaité promouvoir notre profession de plaquiste car elle est bien malheureusement trop souvent dénigrée et sous-estimée dans le monde du bâtiment.

Savez-vous Emmanuel, que si je tiens compte de tous les systèmes constructifs possibles en cloisons sèches je pourrais référencer jusqu’à près de 40 000 types de systèmes différents ! Aujourd’hui, notre bibliothèque en comporte près de 10 000, mais le chemin est encore long ! Surtout que les systèmes (et heureusement !) évoluent en permanence. C’est pourquoi au travers de cette interview, j’espère également sensibiliser un tout petit peu les donneurs d’ordres, (architectes, promoteurs, entreprises générales…) sur le fait que le métier de plaquiste est une vraie profession technique à part entière, au même titre que peuvent l’être les lots techniques et structure, ce qui malheureusement n’est pas toujours perçu en tant que tel.

Voilà plusieurs années que je me bats pour cela et j’espère qu’avec l’arrivée du BIM et de nouvelles solutions comme la nôtre cela contribuera à aider notre profession à progresser et à être enfin reconnu à sa juste valeur.

Pour en revenir à votre question Emmanuel, au départ ma stratégie était simplement de développer pour les besoins de notre entreprise un outil capable d’automatiser la gestion des données à partir de nos dessins afin d’améliorer nos process internes. Initialement, Il n’y avait donc vraiment aucune vocation commerciale dans ce que j’ai développé.

Puis, de fil en aiguille, quelques confrères et spécialistes de la profession tel que notre fabricant principal Siniat (anciennement Lafarge) se sont intéressés d’un peu plus près à notre travail.

C’est à ce moment-là que nous nous sommes dit que le travail réalisé en interne et notre retour d’expérience pouvaient s’avérer utile pour nos confrères et pour la profession d’une manière plus générale.

 

Votre activité a pour le coup profondément évolué. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots comment ?

Effectivement, notre activité a profondément évolué puisqu’avec l’intérêt croissant qu’ont suscité nos méthodes de travail et les outils que nous avons développés nous avons désormais de nombreuses sollicitations. Par conséquent, et pour faire face à cette demande croissante nous avons décidé de concentrer nos efforts sur le développement et l’optimisation de notre solution.

C’est donc avec grand plaisir que je vous annonce la future naissance (prévue fin Janvier 2017) de notre nouvelle entreprise BIM CLOISONS.

 

Quels services proposerez-vous dorénavant aux entreprises avec lesquelles ou pour lesquelles vous allez travailler ? Qu’est-ce que cela va changer pour eux et pour vous ?

Nous sommes tous conscients que les études de nos entreprises de cloisons étaient jusqu’à présent plutôt sommaires et fastidieuses faute d’outils adaptés (il faut savoir qu’à ce jour il y a encore de nombreuses entreprises de cloisons qui réalisent leurs études et leurs plans au kutch et aux feutres et/ou avec de multiples tableaux Excel pas toujours faciles à tenir à jour pour extraire les analyses dont ils ont besoin, métrés, quantitatifs…). Quant aux entreprises de cloisons un peu plus importantes et un peu plus structurées elles se débrouillent comme elles peuvent dans la jungle des outils numériques et logiciels (AutoCAD, logiciels de métrés et logiciels BIM…) dont l’utilisation est souvent complexe est pas vraiment adaptée à notre profession.

La vocation première de Bim Cloisons est vraiment d’apporter un outil clé en main et d’accompagner les entreprises de plâtrerie dans l’incontournable passage au BIM, en proposant au travers de différentes offres de services, les méthodes et les outils que nous avons développés.

image

image

 

Nous pouvons également intervenir en soutien et prescription de tous donneurs d’ordres désireux d’optimiser le lot cloisons de leur projet et de réaliser des maquettes numériques, plans, et quantitatifs.

Nous ne perdons pas de vue également que, de par notre position de pionniers en matière de BIM pour les PME de cloisons, nous avons aussi un rôle d’ambassadeur afin de promouvoir, d’informer et démontrer à nos PMEs les possibilités immenses qui sont liées à l’arrivée du BIM.

C’est pourquoi en 2017, nous allons multiplier les interventions auprès de tous les acteurs du bâtiment (fédérations, syndicats, entreprises, bureaux d’études, architectes…) afin de faire partager notre retour d’expérience et de démontrer que le BIM c’est aussi un atout incontournable pour les petites PME et que ce n’est pas réservé uniquement qu’aux grands groupes.

 

Comment voyez-vous l’évolution de votre Entreprise grâce au BIM d’ici quelques mois et années ?

Tout d’abord d’un point de vue personnel, l’évolution à court terme c’est que je vais être contraint de quitter mon poste de directeur de travaux de l’entreprise Art-Cloisons pour me concentrer à 100% à ma nouvelle structure Bim Cloisons.

J’ai fait ce choix car les deux activités (Bim Cloisons et Art-Cloisons) ne sont plus compatibles tant au niveau de la charge de travail que d’un point de vue déontologique vis-à-vis de nos futurs clients BIM CLOISONS.

Je suis intimement convaincu que dans les prochains mois et les prochaines années le BIM va devenir vraiment incontournable pour nos PME tant les apports bénéfiques sont considérables à tous les niveaux.

 

Vous avez d’ores et déjà de nombreux mois d’expérience sur de nombreux projets et un vrai retour d’expérience. Pouvez-vous nous dire ce qu’il en est du retour sur investissement de cette transformation ?

Oui car depuis un peu plus de 2 ans nous avons modélisé pour les besoins internes de l’entreprise, mais également à titre de démonstration pour certains confrères sur une vingtaine de chantiers.

Les retours sur investissements sont très encourageants puisqu’ils ont permis (comme évoqué auparavant dans l’interview) de réaliser d’importantes économies financières pour notre entreprise et notamment de réaliser un résultat net après impôt de 8% soit 3% de progression par rapport à l’exercice précédent où le BIM n’avait pu être mis en place que partiellement et n’en était qu’au stade expérimental.

Mais au-delà de l’aspect purement financier, notre satisfaction est aussi d’avoir su fédérer, convaincre et susciter l’intérêt de certains de nos confrères à franchir le cap et de s’investir pleinement dans l’aventure du BIM à nos côtés.

image

Même si le BIM reste un processus, une Solution logicielle a semble-t-il changé votre vie, Revit, pourriez-vous nous dire pour quelle raison ?

C’est très clairement la découverte de Revit qui a changé notre vie et nos méthodes de travail.

Le fait que ce logiciel soit particulièrement ouvert à la programmation, qu’il y ait un nombre incroyable de plugins et autres solutions pouvant être intégrées et par l’intérêt et l’engouement qu’il suscite partout dans le monde, en font à mon sens le produit incontournable en matière de logiciel BIM.

Pour moi, la force de Revit par rapport à d’autre logiciels BIM du marché, réside vraiment dans le fait que l’on puisse considérablement l’enrichir, le personnaliser et ainsi l’adapter à toute problématique métier.

 

Vous avez mis en place un VRAI processus BIM avec des applications BIM dédiées qui remplissent chacune leur rôle. Pouvez-vous nous expliquer brièvement le concept ? 

Compte tenu de mes connaissances très limitées en matière de programmation, le process BIM que j’ai mis en place est essentiellement basé sur l’association de différents logiciels et plugins que j’ai déniché après de nombreuses recherches. J’ai bien souvent détourné la vocation première de ces outils pour les adapter à nos besoins.

Le principe est relativement simple : Il y a quelques années, nous avons développé, toujours pour les besoins internes de notre entreprise, un petit ERP personnalisé et spécifique à notre métier de plaquiste et qui nous permet de gérer et piloter l’ensemble de notre activité (comptabilité simplifiée, gestion des devis, factures, achat de matières premières, suivi de chantier, tableaux de bord, etc….) .

Dans cet ERP j’ai créé une bibliothèque d’ouvrages très détaillée puisqu’elle contient comme évoqué un peu plus tôt dans l’interview, presque de 10 000 références de systèmes de cloisons, contre-cloisons et faux-plafonds.

Chaque système est agrémenté de 150 données de tous types (fiche technique, réf PV feu, acoustique, poids, matériaux constituant l’ouvrage, mais aussi des données propres à l’entreprise : prix des matériaux, prix de pose, temps de pose…etc).

J’ai ensuite créé des fichiers Revit que j’ai classés par famille de murs, de façon identique à ce qui existe dans notre ERP et dans lesquels j’ai recréé graphiquement tous les murs présents dans notre bibliothèque.

image

Exemple d’une famille de cloisons

image

J’ai ensuite créé des paramètres partagés que j’ai intégré à mes fichiers Revit et qui là-encore sont identiques aux données contenues dans les ouvrages de notre ERP.

La suite est assez simple puisque nous avons créé des passerelles permettant d’importer et d’associer toutes les données contenues dans les ouvrages de notre ERP directement dans nos fichiers Revit.

L’avantage c’est que ce principe nous permet de gérer assez facilement toutes les éventuelles mises à jour de nos systèmes puisqu’il nous suffit de modifier nos ouvrages dans notre ERP et de les importer à nouveau dans Revit, pour que les changements soient effectifs et que nous ayons en permanence des ouvrages à jour.

De même, cela nous permet d’avoir des ouvrages Revit particulièrement enrichis de toutes les données dont nous et nos clients avons besoin et pour lesquels nous pourrons ensuite extraire toutes sortes d’analyses via les nomenclatures Revit.

image

L’étape suivante a été de trouver un logiciel fonctionnant sur la base de Revit et qui permette de créer et de générer automatiquement les ossatures dans nos cloisons. Il a fallu ensuite créer dans ce logiciel, pour chaque famille de mur, les propriétés nécessaires pour y associer la bonne ossature au bon mur, ce fut un travail titanesque !

image

image

L’énorme avantage de cette solution, c’est qu’il suffit ensuite de modéliser une cloison et de lancer la fonction pour que le logiciel reconnaisse l’ossature associée à ce type de cloison et la modélise automatiquement et précisément en fonction des règles renseignées préalablement.

Là encore, nous allons pouvoir ensuite quantifier dans les nomenclatures Revit sans aucune ressaisie et avec une précision extrême, nos besoins en ossatures.

De même nous pouvons générer directement depuis Revit nos commandes fournisseurs.

image

Compte tenu du prix de l’acier actuellement très élevé, je vous assure que cette étape est primordiale pour la rentabilité de nos chantiers.

Il a fallu ensuite trouver des solutions permettant de classifier et retrouver facilement tous ces murs et toutes ces nomenclatures, c’est pourquoi là encore j’ai fait appel à deux plugins :

  • Le premier qui joue le rôle de configurateur et qui permet de retrouver et de charger très rapidement et très facilement dans l’importante bibliothèque dont nous disposons, les murs dont nous avons besoin dans chaque projet et qui sont classés selon des groupes, familles et sous-familles.

image

 

  • Le second qui permet de créer des dossiers et sous-dossier dans l’arborescence et les nomenclatures Revit ce qui est très pratique lorsque l’on a un nombre très important de documents à classer.

image

 

Pour terminer, nous avons créé un gabarit entreprise qui intègre bien entendu tous les process listés ci-dessus, mais qui contient également cartouches, légendes, feuilles, vues prés cadrées, et plus d’une centaine de tableaux d’analyses via les nomenclatures et donc d’une manière générale tout ce qui peut permettre de simplifier, d’automatiser les tâches et d’améliorer la rapidité de modélisation et d’analyse.

 

Quels sont les livrables que vous savez produire, et qui sans le BIM seraient impossibles à produire ?

En réalité, hormis la 3D il n’y pas vraiment de livrables que nous ne sachions faire avant. Simplement, la vraie révolution avec l’arrivée du BIM et les outils avec lesquels nous travaillons désormais c’est que tous les livrables (plans, tableaux d’analyses…) sont générés automatiquement depuis la maquette numérique et la modélisation et qu’il n’y a plus aucune autre ressaisie.

Du coup, le gain de temps est considérable et la qualité et la fiabilité des livrables actuels n’est vraiment pas comparable avec ce que l’on pouvait faire par le passé ! Sans compter la gestion des modifications qui s’en trouve considérablement simplifiée et améliorée puisqu’il suffit d’apporter une modification sur la maquette pour que toutes les données concernées par cette modification soient mises à jour automatiquement dans tous les livrables et sans aucune autre ressaisie, un vrai bonheur !

 

Vous avez travaillé sur des projets aussi prestigieux que l’Hôpital d’Ajaccio. Pouvez-vous nous raconter cette belle aventure ?

C’est vrai que l’hôpital d’Ajaccio c’est une belle aventure car c’était vraiment inattendu.

image

CHU Ajaccio – Maquette architecte Bâtiment Principale

C’est encore une fois le hasard qui nous a conduit sur cette opération, puisque c’est en échangeant avec notre fabricant Siniat (attributaire du marché pour la fourniture des systèmes de cloisons) que nous avons découvert qu’il y avait un réel besoin pour réaliser la maquette et les plans de cloisons en phase exécution.

C’est tout naturellement que nous avons accepté la demande. Ce qui nous a aussi permis d’affiner et d’aguerrir nos outils et notre solution sur une opération aussi importante.

image

Maquette cloisons exe. en cours

 

Comment se passe un projet type ? Recevez-vous une maquette BIM ou remodélisez-vous pour les besoins du projet ?

Le problème, c’est qu’actuellement il y a encore très peu de projets sur lesquels nous travaillons qui arrivent sous forme de maquette BIM. La plupart du temps, nous démarrons de plans 2D au format DWG et en fonction du temps que nous avons et des besoins en livrables que nous devons fournir, nous remodélisons tous les éléments dont nous avons besoin (cela se limite en général à la structure murs et dalles, nos cloisons bien évidement, les menuiseries intérieures et extérieurs et parfois quelques éléments sanitaires).

 

Recevez-vous souvent des fichiers au format IFC en données d’entrée ? Ou alors quelle proportion cela représente-t-il ?

Très peu ! Sur la vingtaine de chantier que nous avons modélisés, seulement deux l’ont été à partir de fichiers IFC. Pour nous, il est toujours intéressant de récupérer ce type de fichiers car même si pour des raisons de protection certains éléments ne sont pas directement exploitables, cela nous permet néanmoins de gagner du temps car d’une part nous n’avons pas à recaler les différents niveaux comme si nous partions d’un DWG classique et d’autre part cela nous permet de ne pas avoir à remodeliser la structure.

 

Comment pensez-vous que les technologies vont évoluer ? Allez-vous par ailleurs intégrer les approches d’impression 3D et de pilotage de machine à commande numérique par le BIM dans vos activités ?

Je pense et j’espère que les technologies vont évoluer davantage vers des solutions métiers spécifiques qui permettront à tous les corps d’états de pouvoir appréhender le BIM et d’y accéder plus rapidement et plus facilement. N’oublions pas que si tous les acteurs du bâtiment veulent tirer pleinement parti du BIM, il faut privilégier l’aspect collaboratif et donc donner les moyens à tous de pouvoir être efficace très rapidement et à des coûts raisonnables.

Pour ce qui est de l’impression 3D et du pilotage par le BIM de machine à commande numérique, je vous avoue ne pas m’être encore vraiment penché sur le sujet, mais comme je suis curieux de nature, je vais de ce pas regarder d’un peu plus près de quoi il s’agit !

 

Connaissez-vous ABCD Blog et le lisez-vous ? Comment pensez-vous qu’on pourrait l’améliorer ?

Oui, je le lis très régulièrement, et comme évoqué en préambule de cet interview, il est pour moi une source d’informations indispensables pour toute personne désireuse d’enrichir ses connaissances du BIM.

Je ne vois pas grand-chose à améliorer si ce n’est ce peut-être ce que j’ai lu quelque part dans l’une de vos interviews précédentes : il pourrait être intéressant de classifier sous forme d’onglets les thèmes et l’archivage des billets.

Cher Karim, encore félicitations pour votre belle entreprise et le temps que vous nous avez accordé. Nous vous souhaitons encore plus de succès pour cette année 2017 !

Merci beaucoup Emmanuel, je vous souhaite également une bonne continuation et une très bonne année 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *