Etude sur les outils d’évaluation de la maturité du BIM au Royaume-Uni

Selon nos voisins Britanniques, il y aurait un manque d’outils efficaces pour évaluer la maturité du BIM ou pour évaluer ses avantages. C’est ce que semble dire en substance un rapport commandé à l’Université de Northumbria par le Center for Digital Built Britain (CDBB) en partenariat avec la UK BIM Alliance.

Les auteurs du rapport ont ainsi examiné 25 manières différentes d’évaluer la maturité BIM ainsi que les avantages pour le secteur du BTP. Cela comprenait 15 outils d’évaluation de la maturité, quatre méthodes de «maturité» pour les organisations et les projets et enfin six outils pour les « avantages ».

Aucun des outils d’évaluation de la maturité examinés n’était compatible avec la norme ISO19650, norme internationale pour la gestion des informations sur l’ensemble du cycle de vie d’un actif, car ils ont tous été développés avant sa publication en 2018. Le rapport recommande d’ailleurs qu’un cadre soit développé pour les outils d’évaluation de la maturité, aligné sur la série ISO 19650, afin d’assurer une approche commune.

L’étude a révélé que les outils d’évaluation des avantages du BIM ont une valeur pour aider à promouvoir le BIM et encourager le travail collaboratif, mais a recommandé que ces outils soient améliorés afin d’examiner les avantages tout au long du cycle de vie des actifs.

Avec le lancement de la série ISO 19650 en 2018, le CDBB pensait qu’il était judicieux de passer en revue les différents outils utilisés pour évaluer la maturité du BIM d’une organisation et de mesurer les avantages du BIM, afin de comprendre où se trouvaient les lacunes.

L’équipe du projet de recherche comprenait l’UNN (University of Northumbria de Newcastle), la BIM Academy, le Royal Institute of British Architects (RIBA) et HKA (une société de Consulting de renom indépendante). Le projet était dirigé par le professeur agrégé Mohamad Kassem, qui a également dirigé la rédaction du rapport avec Jennifer Li de l’UNN. Les auteurs collaborateurs étaient le professeur Bimal Kumar et Richard Watson de l’UNN, Adrian Malleson du RIBA, le Dr Graham Kelly de la BIM Academy et le Dr David-John Gibbs de HKA.

L’étude a révélé que les outils d’évaluation de la maturité BIM ne sont pas énormément utilisés. Seulement 28% des 184 répondants au sondage ont utilisé un outil pour mesurer la maturité BIM de leur entreprise. 18% des répondants ont mesuré leur maturité BIM sans outil.

La recherche a montré des écarts entre les caractéristiques des outils d’évaluation de la maturité BIM existants et les exigences du secteur. Les critiques qui ont été émises :

  • Les outils sont généralement rigides, avec des entrées binaires (oui / non) des utilisateurs et sont largement axés sur la préparation et la capacité, plutôt que sur la maturité
  • Les outils ont tendance à manquer de granularité, ce qui signifie que la richesse de l’évaluation est faible ou modérée. Lorsque la granularité est plus élevée, les évaluations prennent beaucoup plus de temps à s’effectuer
  • Un manque de précision limite l’utilité de certains outils. La distinction entre l’état de préparation, la capacité et la maturité est insuffisante
  • Les évaluations de la maturité ne vont pas assez loin dans la chaîne de valeur, se concentrant plutôt sur les entreprises de premier niveau et les concepteurs principaux
  • Les lacunes et les limites des outils existants poussent les entreprises à développer leurs propres évaluations internes de maturité. Plus de 45% des répondants l’avaient déjà fait, selon une enquête menée par les auteurs du rapport
  • La richesse de l’évaluation permise par la plupart des outils est faible, offrant une compréhension limitée de la maturité BIM des organisations ou des projets
  • L’évaluation de la maturité vise actuellement à se conformer aux exigences BIM des clients, mais celles-ci diffèrent d’un client à l’autre
  • L’enquête a identifié plusieurs raisons positives pour mesurer la maturité du BIM, notamment le fait qu’elle aide les organisations à identifier leurs défis de mise en œuvre du BIM pour permettre ainsi de développer des stratégies d’amélioration.

Comme pour les outils d’évaluation de la maturité, le rapport a constaté que les outils d’évaluation des avantages BIM ne sont pas couramment utilisés. Seulement 16% des répondants au sondage ont utilisé un outil pour mesurer les avantages du BIM, 35% déclarant mesurer les avantages sans outil et 49% déclarant ne pas mesurer du tout les avantages.

Selon ce même rapport, la tâche pour mesurer les avantages du BIM est complexe : il est difficile d’éliminer les explications alternatives de la relation entre une capacité BIM et un avantage final. Il y a un manque de données de référence et il y a des variations dans la connaissance de ceux qui saisissent les données. La communication des avantages pose un autre défi.

Si les organisations doivent adopter des méthodologies d’évaluation des avantages BIM, elles doivent s’assurer que les avantages recherchés sont matériels et pertinents sur toute la durée de vie du projet.

Plus de 92% des répondants au sondage ont convenu que la mesure des avantages du BIM encourage une manière de travailler en mode collaboratif, tandis que 77% ont convenu qu’il fallait de meilleurs outils de mesure.

Les lacunes identifiées par le rapport dans l’évaluation des outils d’évaluation de la maturité et des avantages du BIM doivent être corrigées afin de répondre aux exigences et aux attentes du secteur de la construction et de la gestion d’actifs.

Les principales recommandations du rapport sont les suivantes :

  • Tous les outils d’évaluation de la maturité BIM doivent être alignés sur la série ISO 19650.
  • Au niveau organisationnel, un cadre à plusieurs niveaux pour une évaluation efficace de la maturité BIM devrait être développé pour fournir une approche commune au sein du secteur. Cela devrait permettre d’identifier un éventail de compétences BIM requises et proposer des paramètres pour leur évaluation.
  • Le cadre devrait avoir un niveau commun, applicable à toutes les disciplines de la construction et de la gestion d’actifs, qui peut également être adapté à des organisations spécifiques. Les niveaux supplémentaires devraient être spécifiques à différentes disciplines.
  • Au niveau du projet, une méthode d’évaluation de la maturité BIM devrait être développée sur la base du cadre BIM britannique, y compris la série ISO 19650.
  • Les compétences BIM, y compris la maturité, devraient jouer un rôle plus important aux étapes de «l’appel d’offres», de la «réponse à l’appel d’offres», du «choix» et de la «mobilisation» d’un projet. Les compétences devraient être étendues au-delà de la préparation et de la capacité à inclure la maturité. Ce processus peut être facilité par l’adoption de la série ISO 19650 qui définit les exigences habilitantes tout au long du processus d’appel d’offres pour chaque nomination.
  • Les outils d’évaluation des avantages du BIM devraient être étendus pour inclure les avantages plus larges de l’adoption d’une culture numérique et de la maturité numérique dans la chaîne de valeurs.
  • Au niveau d’un projet, les outils doivent établir des paramètres au début et les mesurer de manière cohérente par rapport aux objectifs. Ces mesures doivent relever les défis que l’on rencontre couramment avec les projets de construction, notamment : la durée de vie longue du projet, le décalage entre une activité et son avantage correspondant, la variation de la portée d’un projet et l’évolution continue de la technologie et des processus.

Ce rapport intéressant peut être téléchargé ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *