Enquête de l’OPQIBI sur les marchés publics de construction – Le BIM encore très peu utilisé par la maîtrise d’ouvrage publique !

Marchés publics de construction : critères de sélection des candidats et des offres, qualification des fournisseurs et code de la commande publique

Nous vous invitons à consulter une enquête intéressante sur les critères de sélection des candidats et des offres dans les marchés publics de construction réalisée par l’OPQIBI.

Cette étude a été réalisée par l’OPQIBI entre novembre 2019 et février 2020 auprès de 6500 acheteurs, donneurs d’ordre et maîtres d’ouvrage publics (acheteurs, ingénieurs et techniciens exerçant au sein de collectivités territoriales ou d’offices publics de l’habitat).

Elle a été réalisée avec le soutien de l’AAP (Association des Acheteurs Publics), l’AITF (Association des Ingénieurs Territoriaux de France), l’ATTF (Association des Techniciens Territoriaux de France) et l’USH (Union Sociale pour l’Habitat).

A noter qu’il s’agit de la 6ème enquête du même type que réalise l’OPQIBI, les précédentes datant de 2002, 2006, 2009, 2012 et 2016.

A propos de l’OPQIBI

L’OPQIBI est l’Organisme de Qualification de l’Ingénierie. Créé en 1969, il s’agit d’un organisme « tierce partie » indépendant composé de 22 membres représentant les donneurs d’ordre (AITF, ATTF, FFB, FNTP, ENGIE, SCOP BTP, IHF, SNCF Réseau, SIAAP, UNARC, USH, Ville de Paris), les prestataires d’ingénierie (CINOV, SYNTEC-INGENIERIE) et les institutionnels (AFITE, AICVF, AQC, ASTEE, ATEE, CSCA, SNIPF, UNSFA). Association loi 1901, il dispose de protocoles avec les Ministères en charge de la construction, de l’environnement et de l’Industrie et est accrédité par le COFRAC sur la base de la norme NF X50-091 (certificat n° 4-0526).

L’OPQIBI délivre des certificats de qualification aux prestataires exerçant l’ingénierie, à titre principal ou accessoire, dans les domaines de la construction (bâtiment et infrastructure), de l’environnement et de la performance énergétique.

Une qualification OPQIBI atteste de la compétence d’une structure (personne morale) pour réaliser une prestation déterminée.Elle a pour objectif de sécuriser les clients dans leurs choix de prestataires capables de mener à bien leurs projets.

Une qualification est attribuée sur la base des critères suivants :

  • critères légaux, administratifs, juridiques et financiers
  • critères techniques liés aux moyens d’une structure (moyens humains, matériels et méthodologiques)
  • critères techniques liés aux références d’une structure (attestations clients, contrats et rendus d’études)

L’OPQIBI est, depuis novembre 2013, signataire de la charte « RGE Etudes » de l’ADEME. Il compte actuellement 1 980 structures d’ingénierie qualifiées de toutes tailles.

Dans cette enquête intéressante, un sujet retient cependant notre attention : le BIM.

En effet, le BIM encore peu utilisé par la maîtrise d’ouvrage publique. Seuls 26% des répondants affirment que leur collectivité ou organisme est engagé(e) est engagée dans une démarche BIM pour ses opérations de construction.

Parallèlement, une majorité d’entre eux (56,7%) juge utile la mise place d’une ou plusieurs qualification(s) pour reconnaître les compétences en « BIM » des prestataires d’ingénierie.

Mais dans les faits, ce n’est hélas pas encore la hauteur des attentes et des besoins d’un pays comme la France. Cela est bien évidemment lié à la non obligation du BIM pour les marchés publics, contrairement à la grande majorité de nos voisins.

Pour lire cette enquête intéressante, cliquez ici.

Pour en savoir plus : www.opqibi.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.