Au Royaume-Uni, Terry Stocks, Président du Groupe de travail sur les Collectivités Locales nous livre ses réflexions sur l’importance du numérique et du BIM pour ces acteurs

Terry Stocks, président du groupe de travail sur les autorités locales du CDBB (Center for Digital Built Britain), partage ses réflexions sur la manière dont les autorités locales du Royaume-Uni peuvent être incitées et aidées à tirer parti des avantages d’une approche numérique de la gestion de leur patrimoine et des informations sur leurs actifs.
Le secteur des collectivités locales est vaste et diversifié au Royaume-Uni. Il y a 343 « Councils » en Angleterre qui ont dépensé collectivement environ 25 milliards de livres sterling en dépenses d’investissement en 2017/2018 et environ 4 milliards de livres sterling pour l’entretien et l’exploitation des bâtiments. Cela représente une augmentation de 25% sur une période de cinq ans.

Les autorités locales ont des responsabilités et des populations variées, mais toutes sont aux prises avec des pressions budgétaires croissantes – en particulier en raison des efforts d’aide et de redressement liées à la COVID-19 – qui les ont conduites à se concentrer davantage sur la prestation de services plutôt que sur la gestion de leurs biens.

Cependant, compte tenu de leur patrimoine important, aborder la planification et l’exploitation des actifs d’une autorité par le biais d’une approche fondée sur les données pourrait avoir un impact significativement positif, chaque gain de 1% par l’apport de capitaux produisant des économies estimées à environ 250 millions de livres sterling dans le secteur.

L’adoption actuelle par le secteur des collectivités de la gestion de l’information numérique – connue sous l’appellation de BIM – est faible. Une enquête récente au Royaume-Uni menée par le groupe d’approvisionnement des autorités locales NACF (National Association Contractor Frameworks) a déclaré qu’environ 75% des personnes interrogées étaient neutres ou réticentes à l’introduction du BIM.

Il y a une perception que le coût d’entrée est élevé et une compréhension limitée du BIM et de la façon dont il pourrait soutenir une meilleure efficacité budgétaire et une meilleure prestation de services, ainsi qu’une préoccupation selon laquelle l’impact du changement sur la culture et les processus existants pourrait être trop lourd.

Le coût d’un logiciel adhoc, l’achat d’environnements communs de données (CDE ou plateformes) et les modifications des pratiques et procédures actuelles peuvent représenter un coût d’entrée important. Cependant, la vraie valeur du BIM est la spécification et la collecte de données. Le coût de la mise en œuvre du BIM doit être proportionné et le retour sur investissement (un investissement de 1 £ peut apporter jusqu’à 5 £ d’économie) peut être réalisé rapidement sous forme de POC (Proof Of Concept).

Il existe également une perception selon laquelle le BIM est uniquement destiné aux projets d’immobilisations tels que les nouvelles constructions et les rénovations majeures. Peu d’autorités locales savent comment il peut être appliqué dans la pratique pour offrir de la valeur et des avantages organisationnels lors de l’exploitation et de l’utilisation d’un bâtiment ou d’un autre actif.

Pour réussir, la stratégie numérique d’une organisation doit être liée aux objectifs clés fixés, y compris le zéro carbone net et la législation en cours pour les bâtiments de grande hauteur à haut risque (sujet très important au Royaume-Uni après la catastrophe de Grenfell), ainsi que la planification globale et l’efficacité de la livraison. L’établissement d’un ensemble de données fiables et accessibles accélérera considérablement la planification, les évaluations des risques, la planification des actions et les rapports d’une organisation, ainsi que l’assurance de la conformité.

Il existe, et continuera d’exister, des moteurs de politiques autour de l’environnement, de la santé et de la sécurité et de l’efficacité opérationnelle qui poussent davantage les autorités locales à démontrer les améliorations et la conformité des services. La mise en œuvre de méthodes de travail numériques et de processus de gestion des données est essentielle pour lutter contre toutes ces pressions.

Lisez ce rapport très intéressant et complet ici.

L’obligation du BIM pour les Ministères Publics mais pas les Collectivités

Par ailleurs, depuis 2011 au Royaume-Uni, l’accent sur le a été mis sur les principaux départements et ministères du gouvernement central détenant des biens pour intégrer le BIM dans leurs processus d’approvisionnement et de livraison de projets, ce qui est devenu ensuite obligatoire à partir d’avril 2016 pour tous les départements du gouvernement central.

Les autorités locales ne sont pas incluses dans l’obligation ; cependant, compte tenu du nombre important de biens qu’elles possèdent et de la gestion importante que cela représente, elles sont potentiellement bien placées pour bénéficier des avantages de sa mise en œuvre. Compte tenu de l’environnement économique au début du programme BIM, l’accent a été mis sur l’utilisation du BIM comme moyen de réduire les coûts lors de la phase de livraison d’un projet (conception et construction). Cependant, cela a toujours été un fait établi que le BIM a un rôle clé à jouer dans la phase opérationnelle du cycle de vie d’un actif. Tous ses bénéfices sont souvent mal compris, ce qui l’a, dans une certaine mesure, empêché d’être plus couramment spécifié et utilisé par les clients et les exploitants d’actifs.
Une autre idée reçue consiste à penser que le BIM est une modélisation 3D et que le coût d’entrée est élevé. En fait, le BIM concerne la modélisation des données et la gestion collaborative et standardisée des informations. De plus, le retour sur investissement peut être rapide s’il est déployé proportionnellement et peut donc être considéré comme une opportunité d’investir pour économiser. Pour les clients acheteurs et opérationnels, c’est la spécification et la construction des données à collecter et à partager qui permettent de garantir ses avantages futurs.
Ce document très intéressant cherche donc à faire changer les perceptions des Collectivités locales et à suggérer des initiatives / actions pour aider à résoudre les problèmes et parvenir à une adoption plus large.
Il existe deux groupes distincts de parties prenantes pour cet article : les décideurs politiques / organismes de parrainage de cet article, le CDBB (Center for Digital Built Britain) dans le cadre du Construction Innovation Hub (CIH); et les Autorités Locales.

  • L’un des principaux objectifs du CDBB, en partenariat avec la UK BIM Alliance, est d’influencer l’adoption plus large des méthodes de travail BIM / numériques. L’adoption plus large et l’augmentation de la capacité et de la compétence client / chaîne d’approvisionnement appuieront d’autres initiatives clés, telles que le jumeau numérique national (CND) et les méthodes modernes de construction (MMC).
  • Un facteur clé pour les Autorités Locales seront les économies potentielles de coût et de temps, l’amélioration de la prestation de services et de la planification du portefeuille de biens et du cycle de vie et l’atteinte de l’objectif de réduction de carbone net.

Les deux groupes de parties prenantes peuvent avoir des intérêts différents, mais ils sont interdépendants pour répondre aux besoins de l’autre.

Lisez ce rapport très intéressant et complet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *