Interview BIM Managers – Episode# 1 Vincent Bleyenheuft, Architecte, beVB

Ce mois d’avril voit le début d’un cycle d’interviews de BIM Managers qui font référence sur le marché du BTP et de l’Architecture. C’est avec Vincent Bleyenheuft, Architecte ayant plusieurs années d’expérience dans des Agences comme Groupe 6 ; maîtrisant tous les aspects du BIM ; que notre voyage commence ! Nous remercions vivement Vincent pour sa belle contribution et pour le baptême de cette série qui nous l’espérons, s’étoffera au fil du temps. Nous espérons que vous serez autant intéressés que nous l’avons été, par la découverte de ces pionniers expérimentés… Bonne lecture !

BLEYENHEUFT-250 recadré

Vincent Bleyenheuft, Architecte

Gérant bureau d’études beVB (fluides, thermique et économie)

BIM Manager consultant chez CAD@work

 

Bonjour Vincent, vous êtes architecte, comment et quand avez-vous découvert le BIM ?

La découverte du BIM s'est faite pour moi en deux étapes.

J'ai d'abord découvert la maquette numérique à travers l'adoption d'un nouvel outil de production : Autodesk Revit.

La première fois que j'en ai entendu parlé, c'était entre 2001 et 2002, avant donc qu'il ne soit racheté par Autodesk et au début de ma carrière d'architecte libéral. Je recherchais l'outil professionnel qui allait remplacer AutoCAD. A l'époque, on parlait déjà de Revit comme d'un "modeleur paramétrique".

En 2005, AutoCAD faisait partie d'une suite logicielle qui comprenait le logiciel Revit. Curieux, on a commencé à utiliser ponctuellement Revit, notamment pour modéliser du terrain afin de contextualiser nos études 3D que nous réalisions avec les solides 3D standards d'AutoCAD.

A l'agence, fin 2007, j'ai lancé mon premier projet sur Revit, c'était pour un petit programme de logements collectifs que j'ai mené jusqu'en phase PC. Malheureusement, ce projet n'a jamais abouti, victime des premiers effets de la crise de 2008 mais ça été clairement un premier test réussi qui a entériné pour moi la décision définitive de migrer. A partir de 2008, toutes mes études de projets, ont été réalisées exclusivement sur Revit

La découverte du BIM s'est faite un peu plus tard mais de manière non intentionnelle. Avant 2010, on parlait très peu de BIM en France, voire pas du tout. Sans avoir conscience du BIM, mais avec l'usage de l'outil et avec la maitrise grandissante de la maquette numérique, on ne peut qu'arriver à la conclusion suivante : pourquoi ne pas profiter de cette maquette pour améliorer la collaboration pluridisciplinaire? Quand on découvre des erreurs sur le chantier qui auraient pu être clairement évitées si les documents graphiques (plans structures et architecte par exemple) avaient été extraits d'une seule et même maquette, on est obligé de se poser cette question.

A partir de 2010, j'ai tenté de convaincre mes partenaires habituels de faire le saut du BIM. Personne autour de moi n'a souhaité le faire. Je trouvais cela d'autant plus dommage que des versions de Revit spécialisées structure et fluide existaient et qu'elles étaient accessible à mes partenaires, grâce aux suites logiciels Autodesk qu'ils possédaient.

C'est ainsi que j'ai décidé fin 2012 de créer mon propre bureau d'études techniques (fluides, thermique et économie de la construction) en embauchant les spécialistes nécessaires.  Depuis janvier 2013, nous travaillons donc ensemble, sur tous les projets de l'agence de manière totalement intégrée (ingénierie concourante) pour ces compétences.

Quelle est votre vision du BIM ? Comment pensez-vous que cela impacte votre métier ?

Ma vision du BIM est une vision un peu idéaliste mais je l'assume volontiers.

Je pense que le BIM va foncièrement transformer les relations humaines entre les différents intervenants de l'acte de bâtir et que bien sûr, il va fortement améliorer la qualité des bâtiments.

Depuis que je suis architecte, j'ai toujours regretté les relations parfois difficiles que pouvaient entretenir, entre eux les différents intervenants (maitrise d'œuvre, MO et entreprises). Ces tensions relationnelles sont d'autant plus regrettables que l'objectif ultime de tous est commun : la concrétisation d'un projet en un bâtiment. Ces postures sont pour beaucoup le résultat d'une méconnaissance des métiers et contraintes des autres et le manque de dialogue entre chacun. Le BIM, rend plus transparentes les  réalités de tous et rend obligatoire le dialogue.

Le BIM va également aboutir petit à petit à ce qu'on appelle en industrie, l'ingénierie concourante et c'est tant mieux. L'ingénierie séquentielle telle qu'on la connait aujourd'hui dans la conception des bâtiments est en soit, la cause de nombreuses difficultés relationnelles entre les concepteurs. Pour l'expérimenter au quotidien, concevoir ensemble et en même temps est bien plus enrichissant et apaisant que chacun l’un à la suite de l'autre.

Le BIM, en tant que méthodologie et principal vecteur d'optimisation de la "production" va aussi, enfin je l'espère, amener à réfléchir plus largement sur l'optimisation des autres tâches qui nous incombent : optimisation de la gestion de nos projets et de nos entreprises. Je pense bien entendu ici à l'adoption des processus et outils de type PLM auquel le BIM aboutira forcément un jour. Je pense aussi à l'adoption de méthodes et d'outils de type ERP (Enterprise Resource Planning) pour la partie gestion d'entreprise. Si les grandes sociétés les utilisent déjà,  les TPE qui constituent la très grande majorité du paysage français dans le BTP, continuent de travailler de manière assez archaïque en matière de gestion globale. Ces outils permettent dans les domaines administratifs de rationaliser la gestion de l'information, un peu comme le BIM dans la conception des bâtiments. En ce qui me concerne, l'optimisation de la gestion de mon entreprise, est la suite logique après l'adoption du BIM.

Est-ce difficile à mettre en place ? Comment vous y prenez-vous ?

Ce n'est pas simple effectivement. Passer au BIM n'est pas non plus insurmontable. On parle beaucoup du coût du BIM comme l’une des raisons pouvant freiner la migration vers un outil BIM. Personnellement, je l'ai estimé à 14 000 €HT par poste comprenant : la machine, le logiciel, les formations et l'absence de production qu'elle engendre ainsi que la perte de production momentanée en début de pratique. Après, il y a bien sur la recherche et le tâtonnement nécessaires à l'établissement de bonnes pratiques, projet par projet. Considérant qu'un projeteur en agence coûte environs 48000 € par an et si on prend une hypothèse (basse) de gain de l'ordre de 20% en moyenne, on arrive à un ROI en moins de deux ans ! Après, ce n'est que du bénéfice. Vous connaissez beaucoup d'investissements aussi rentables ?

Les freins les plus importants à une migration sont d'ordre humain : crainte du changement, peur d'adopter d'autres méthodes,  peur de perdre  la maitrise des choses, …

J'ai moi-même vécu cela avec mes anciens associés qui n'étaient pas convaincus par ce changement.

Quand j'interviens chez un client pour l'accompagner dans une migration vers le BIM, on peut retenir certains principes récurrents :

· En premier lieu, expliquer et convaincre les dirigeants des bienfaits

· Les impliquer dans la migration vers le BIM

· Ne pas mentir ou embellir la réalité. C'est difficile mais bien accompagné, on y arrive.

· Former un premier groupe, les futurs référents de l'agence voire le BIM manager, avec un cursus assez long et complet afin qu'ils puissent développer leur propres méthodologies, avec mon conseil

· Leur laisser le temps suffisant pour se perfectionner, se familiariser avec les outils et méthodes

· Enfin seulement, passer à la formation des utilisateurs

Pourriez-vous nous citer de belles expériences et exemples de projets que vous avez menés avec succès en BIM avec images à l'appui ?

Je voudrais vous parler ici de deux projets, totalement à l'opposé l'un de l'autre par leur ampleur et leur programme : la construction de 8 logements collectifs coopératifs et intergénérationnels et le Centre hospitalier de Moulins.

· "la Grange des toits liés" 8 logements coopératifs intergénérationnels :

Le logement coopératif est une forme de montage immobilier particulier dans lequel un groupe d'habitants décide ensemble de construire ou de rénover un immeuble de logements, avec des logements individuels autonomes mais aussi avec des espaces partagés. Le tout sans intermédiaire, en s'adressant directement à un architecte. En résulte un projet construit mais aussi un projet de vie dans lequel se mêlent harmonieusement le privé et le collectif.

Derrière ce projet d'apparence assez homogène, se cache en réalité des typologies très différentes de logements (T2 à T5, de plein pied, duplex et même triplex).

Le rôle de la maquette numérique a été primordial dans la relation et l'échange avec les co-habitants. On peut parler dans ce cas de co-conception puisque chaque famille a eu la possibilité d'avoir son logement totalement unique. La maquette numérique a permis de visualiser et transmettre clairement les intentions du projet. Sa souplesse a permis de tester de nombreuses variantes, rapidement. Sa transparence a permis aux co-habitants de littéralement s'approprier le projet.

Elle a également permis de gérer la complexité conceptuelle inhérente à ce type de projet et à intégrer des systèmes énergétiques inhabituels : poêles à bois avec conduits de fumée traditionnels maçonnés et VMC thermodynamiques double-flux. C'était le premier projet sur lequel j'ai travaillé avec mon BE fluide intégré.

clip_image001

clip_image002

· Concours pour le CH de Moulins-Yzeure :

Le second projet est un projet de l'agence Groupe 6 pour lequel j'ai partagé avec Jean-Baptiste Valette de Vinci Construction France, le management BIM de ce magnifique projet hospitalier que nous n'avons hélas pas remporté. L'expérience a été cependant très enrichissante par le travail pluridisciplinaire qui a été mené en phase concours. Je retiens notamment une session de conception en "aquarium" où toute l'équipe de maitrise d'œuvre s'est retrouvée en un même lieu, pendant deux jours et une partie de la nuit, pour finaliser la conception avancée de certains espaces de l'hôpital (chambres, chaufferie, PC soin, …) avec un niveau de détail correspondant à du LOD350. Nous avons vécu pendant ces deux jours, l'échange, le dialogue pluridisciplinaire et la collaboration proche de ce que pourrait être un niveau 3 de maturité.

clip_image003

Quelle technologie utilisez-vous dans le cadre de ce processus ? Pour quelle raison ?

Comme évoqué précédemment, la plateforme que j'ai choisie est la solution Revit d'Autodesk.

Pour la partie métier des fluides et de la thermique, nous utilisons les outils de FISA (Fauconnet Ingénierie SA) qui sont parfaitement intégrés à la plateforme Revit.

Pour la partie économie de la construction et gestion d'agence, nous utilisons BIM Office d'Abvent) un outil formidable mais encore peu connu (pas pour très longtemps)

Le choix s'est porté sur Revit pour les quatre raisons suivantes :

· La possibilité infinie de personnalisation sans programmation et donc accessible à tous : les familles de Revit (objets de bibliothèque)

· Sa capacité à gérer et personnaliser une quantité infinie d'information, le fameux "I" du BIM

· Son aspect "plateforme ouverte" et non uniquement un simple outil, permettant quel que soit le pays et le métier que l'on fait, de trouver les outils spécialisés dont on a besoin.

· Sa pluridisciplinarité : architecture, structure et fluides

Pensez-vous que le BIM impacte le rôle et les missions des Architectes ?

Comme pour tous les intervenants, le BIM impacte fortement les méthodologies de travail et les relations entre les divers intervenants. Les architectes sont bien entendu concernés par ce changement mais je dirais que ce ne sont pas ceux qui le sont le plus. Le changement des habitudes pour les BE est selon moi plus important encore. Comme nous, ils doivent bien entendu changer d'outils et acquérir des nouvelles méthodologies de travail mais contrairement à nous, ils vont devoir travailler beaucoup plus en amont sur les projets qu'ils ne le faisaient auparavant.

Si les méthodes et les livrables sont très différents, notre métier, notre rôle au sein de l'équipe ne change pas.

Connaissez-vous l'état d'avancement du BIM dans d'autres pays ? Avez-vous vu ce qui s'y passe ?

Je regarde comme tout le monde l'évolution dans les pays européens leaders dans le domaine tel que la Grande Bretagne mais mes origines belges me font également m'intéresser à ce qui se passe chez nos voisins du nord. Le développement du BIM y est assez comparable à la France avec la différence qu'il n'y a pas encore de projet de légiférer en ce sens. Ça ne veut pas dire que la Belgique prend du retard mais peut être simplement qu'il est moins nécessaire là-bas de règlementer pour que les choses évoluent contrairement à ici. N'oublions pas qu'un des outils précurseur de la maquette numérique (30 ans), le logiciel STAR (Star informatique) a été créé en Belgique et qu'il a connu à son époque un certain succès auprès de cabinet d'architectes en Belgique mais aussi en France. Pour la petite anecdote, Groupe 6 que j'accompagne dans leur transition vers le BIM a été équipé avec cet outil au début des années 90.

Pensez-vous que les Architectes résistent ? Si oui, pourquoi ?

Oui, je le pense. Nous résistons probablement plus que les autres.

C'est vrai que le développement du BIM est fortement présent parmi nous, grâce notamment à Graphisoft ArchiCAD qui a séduit depuis très longtemps de nombreux confrères (fin des années 90).

C'est pourtant chez nous, Architectes, qu'on ressent le plus de craintes à migrer vers le BIM. La crainte de perdre encore un peu plus de maitrise ou encore celle de voir notre sacro-sainte propriété intellectuelle mis à mal par la maquette numérique peuvent expliquer cette réticence. Nous sommes les seules aussi à entretenir une relation affective avec nos projets et nos bâtiments contrairement aux autre qui développent une approche plus rationnelle de leur métier.

Les étudiants et jeunes diplômés sont-ils préparés à cette approche ?

Très certainement non. Mais doivent-ils l'être? Je ne pense pas spécialement. Le BIM reste une pratique très professionnelle qui fait fortement appel à l'expérience métier et qui peut donc difficilement être enseignée dans une formation théorique initiale. Pas plus qu'on a été formé à la gestion d'entreprise, à la gestion de chantier, aux projets d'exécution, … il n'est pas nécessaire de former, dans les écoles d'architecture, le BIM.

Il est par contre important de sensibiliser à certains aspects tel que :

· La pluridisciplinarité de la conception (très peu évoqué pendant les études)

· La maitrise des outils informatiques rentrant en ligne de compte dans un processus BIM

· La sensibilisation aux nouvelles technologies de l'information

· La collaboration

Quel message souhaiteriez-vous passer à la Profession et de manière plus générale au monde du BTP ?

A la profession, je dirais de ne pas avoir peur de ce BIM, "Bouleversement Interprofessionnel Majeur" comme le définit François Pellegrin.

Les craintes bien que compréhensibles restent malgré tout irrationnelles. Le BIM c'est justement l'occasion rêvée de retrouver une nouvelle maitrise du projet que l'augmentation de la technicité des bâtiments et les diverses règlementations (thermiques, acoustiques, environnementales, …) n'ont cessé de restreindre au profit d'autres intervenants. De plus, le profil d'architecte est très adapté pour le management BIM. Il requiert, outre la maitrise des processus BIM, une vision globale du bâtiment que seul l'architecte détient actuellement.

Aux maitres d'ouvrage et exploitants, je dirais d'être patients !

Je vois beaucoup de projets se lancer en BIM avec des exigences très (trop) ambitieuses de la part des MO. On se rend compte aujourd'hui que nos méthodes anciennes étaient archaïques et par réaction on a tendance à demander trop et trop vite des miracles, de ce BIM. Il faut laisser le temps à chaque intervenant, MO compris, de " digérer " ces nouvelles technologies qui affluent à une vitesse phénoménale et ensemble, MO et MOE, nous aboutiront à quelque chose de très bien.

Enfin, aux entreprises, je dirais que le BIM les concerne aussi, même s'il est encore difficile aujourd'hui, d'imaginer ce que serait vraiment le BIM en phase chantier. Bien sur les plans papiers seront plus cohérents, avec moins d'erreurs mais qu'adviendra-t-il après ? Les compagnons seront-il tous avec des tablettes tactiles ou encore du "papier" numérique, souple, malléable ? Les imprimantes géantes à béton vont-elles remplacer les mains de l'homme?

Autant, en conception et en exploitation, on entrevoit assez bien ce que sera le futur, autant, en chantier, la question reste totalement ouverte.

Que pensez-vous d'ABCD Blog ?

Je suis ton blog depuis sa création, après t'avoir suivi sur Village BIM. Pour moi, c'est un peu comme le petit journal du matin. La richesse des informations et le renouvèlement fréquent du contenu le rendent très intéressant (quand dors-tu ?). Son point de vue plus "culture architecturale" du BIM le rend également unique. Tous les autres blogs francophones ont fait un choix éditorial plus technique dans leur approche. En ce sens, il est devenu incontournable et je suis fier d'y apparaître aujourd'hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *