buildingSMART Espagne met à disposition une étude sur le niveau d’adoption du BIM en collaboration avec BIMe

Étude macro sur le niveau d’adoption du BIM en Espagne

Le chapitre espagnol de buildingSMART, toujours très dynamique et actif a analysé l’état de l’adoption du BIM en Espagne, en collaboration avec l’initiative BIMe de Bilal Succar.

Le résultat de cette analyse a pour objectif de conseiller les responsables des différentes administrations publiques dans la définition des stratégies de diffusion et de mise en œuvre de la méthodologie BIM.

Pour ce qui est de l’Initiative BIMe, le projet est dirigé par le professeur Mohamad Kassem et le Dr Bilal Succar. Pour le chapitre espagnol de buildingSMART, le projet a été dirigé par Sergio Muñoz et Víctor Roig Segura. Cette étude s’est basée sur les modèles d’adoption BIM développés par l’initiative BIMe.

En savoir plus l’Initiative BIMe en cliquant ici.

Étude sur le niveau d’adoption BIM en 2019

L’étude macro BIM sur l’adoption du BIM en Espagne en 2019 a été réalisée avec la collaboration de 30 experts du marché espagnol.

Des conclusions intéressantes

En général, il n’y a pas de stratégie claire pour les décideurs politiques d’adopter le BIM, à quelques exceptions près pour certaines administrations ou agences publiques au niveau régional. Bien qu’il soit vrai que le nombre d’organismes publics qui promeuvent l’adoption du BIM augmente, en particulier dans la communauté autonome de Catalogne, la Communauté de Valence et le Pays basque.
La mise en œuvre du BIM en Espagne est principalement tirée par le secteur privé, où se distinguent certaines associations telles que buildingSMART Espagne, les groupes d’utilisateurs du BIM ou la commission « We Build the Future of Catalonia ».
Au niveau national, il n’y a pas de directives ou de réglementations spécifiques qui facilitent l’utilisation de modèles d’information, bien que la loi sur les marchés publics de septembre 2017 stipule que le soumissionnaire puisse exiger l’utilisation de solutions BIM. Cependant, il convient de noter qu’en Catalogne, il existe un accord du gouvernement de la Catalogne qui établit que le BIM est obligatoire pour les travaux et les projets d’un certain montant minimum.
Le nombre de publications BIM de grand intérêt a considérablement augmenté, en particulier les guides et manuels. Cependant, un nombre plus important de normes ou d’accords contractuels font défaut.
La standardisation des spécifications des modèles d’information fait ses premiers pas avec certaines propositions telles que eCOB, GDO-BIM ou GuBIMclass, ainsi que celles indiquées dans les guides de la Commission es.BIM ou de la Generalitat de Catalogne.

Les thèmes principaux étudiés sont :

I. Objectifs, étapes et jalons.
II. Boosters et Champions.
III. Cadre législatif.
IV. Publications à la une.
V. Formation et éducation.
VU. Métriques et références.
VII. Normes et produits livrables.
VIII. Infrastructures technologiques.
IX. Matrice de responsabilité.
X. Politiques d’adoption.

De la nécessité de travailler dans certains domaines pour renforcer le processus d’adoption du BIM en Espagne :

  • L’administration générale de l’Etat doit jouer un rôle actif dans la promotion de la méthodologie BIM, le valoriser dans les appels d’offres publics, et soutenir le secteur dans son adoption par des incitations, comme cela a été fait dans le processus de numérisation d’autres domaines. Pour cela, il est nécessaire que la Commission Interministérielle pour l’intégration de la méthodologie BIM dans les marchés publics, mise en place en 2019, lance des actions en coordination avec d’autres initiatives régionales.
  • Le secteur de l’AEC doit entreprendre le changement culturel nécessaire pour mener à bien sa transformation numérique
  • il doit améliorer son niveau de productivité et de compétitivité, pas uniquement dans les grandes entreprises mais aussi dans les PME et dans toute la chaîne d’approvisionnement.
  • Les clients doivent analyser et comprendre pourquoi ils souhaitent le BIM, améliorant ainsi les exigences d’informations sur les projets et facilitant leur exécution par la maîtrise d’oeuvre ou les entreprises de construction. De plus, ils doivent comprendre qu’il ne suffit pas d’introduire des exigences BIM dans les spécifications, mais qu’ils doivent aussi effectuer un déploiement interne du BIM, dans des sociétés publiques telles que l’ADIF, l’AENA ou les Puertos del Estado.
  • Concernant l’introduction des exigences BIM dans les spécifications, la prochaine publication de certains guides par différentes entités, telles que la Commission « Nous construisons l’avenir de la Catalogne », le Collège professionnel des Ingénieurs des Travaux Publics ou le Conseil Général d’Architecture Technique d’Espagne, serviront de référence pour les organismes publics et contribuera à normaliser le cahier des charges.
  • Concernant les guides BIM, leur qualité est en nette progression, même s’il est vrai qu’ils sont promus par différentes organisations, sans consensus global, ni même du secteur public.
  • Par ailleurs, malgré l’adoption de différentes normes internationales, comme l’ISO 19650, il est nécessaire qu’elles soient adaptées au marché espagnol.
  • La formation liée au BIM doit être intégrée dans les diplômes universitaires afin que les nouveaux professionnels en tant que « natifs numériques », facilitent l’adoption du BIM dans les entreprises.

Cette étude complète peut être téléchargée ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *