Rapport du Construction Innovation Hub au Royaume-Uni – De l’importance de l’interopérabilité !

L’interopérabilité, clé de la bonne gestion du cycle de vie des projets

L’interopérabilité est un point essentiel pour fournir à toutes les parties prenantes d’un projet des résultats bénéfiques «tout au long du cycle de vie » du processus BIM (Building Information Modeling). Cette notion consiste à mettre à disposition un moyen de transfert d’informations entre différentes technologies propriétaires et à apporter ainsi des résultats bénéfiques non seulement pour les clients qui possèdent, exploitent et entretiennent des actifs, mais aussi pour l’ensemble du secteur de la construction.

Des avantages et des difficultés

Il est donc indispensable de prendre en compte les difficultés signalées par ceux qui tentent de mettre en avant les avantages du BIM en raison de problèmes rencontrés lors d’échanges d’informations interopérables dans le cadre du processus de gestion et de modélisation de ces mêmes informations.
En réponse à ces problèmes signalés et afin d’éclairer l’élaboration de politiques futures, nos voisins britanniques du Center for Digital Built Britain (CDBB), qui fait partie du Construction Innovation Hub (CIH), sous la supervision du Département du commerce, de l’énergie et de la stratégie industrielle (BEIS), l’Infrastructure Projects Authority (IPA) et le soutien de la UK BIM Alliance, ont entrepris un exercice complet de collecte d’éléments factuels au sein d’un rapport pour :

  • Faciliter la compréhension «dans le monde réel» des problèmes d’interopérabilité rencontrés par les experts en gestion de l’information lors de la mise en œuvre du cadre BIM britannique; et
  • Comprendre les autres processus / normes interopérables disponibles et leurs avantages et inconvénients possibles. Le CDBB a été invité à formuler des recommandations permettant au gouvernement britannique d’élaborer la politique BIM existante (souvent appelée «Obligation ou mandat BIM»).

Les principaux objectifs de cette approche

  • Accroître considérablement les avantages tirés d’une meilleure interopérabilité, entre toutes les parties, y compris le gouvernement et les organisations d’éditeurs;
  • Veiller à ce que la dynamique adoptée par le Royaume-Uni en matière de BIM à ce jour soit maintenue, afin que la productivité du Royaume-Uni et les ambitions de leadership mondial puissent se poursuivre.

Un Rapport de recommandations pour une interopérabilité optimale

Ce rapport très intéressant fournit un résumé des éléments de preuve reçus par le comité du groupe d’experts de l’interopérabilité BIM (BIEG – BIM Interoperablity Experts Group) et les recommandations qui en découlent.
Les preuves de ce rapport ont été recueillies auprès de 21 organisations, issues des grandes catégories de parties prenantes des praticiens (clients et fournisseurs), des éditeurs logiciels, dont Autodesk et des organisations de soutien, telles que les institutions, les universités, les organismes de normalisation et les consultants BIM.

Les sujets mentionnés le plus souvent et le plus fortement dans les preuves recueillies étaient :

  • L’importance de la normalisation pour ouvrir l’interopérabilité;
  • L’importance du leadership des ministères à travers leurs projets et la gestion des actifs;
  • L’importance de l’éducation et du perfectionnement de toutes les personnes impliquées (mais en particulier des praticiens de toutes sortes); et
  • Le développement du schéma IFC (Industry Foundation Classes) pour prendre en charge tous les types d’actifs, y compris la définition de vue de modèle spécifique COBie.

Des recommandations intéressantes !

En réponse aux éléments de preuve reçus, en particulier au besoin manifeste de leadership continu du gouvernement, les recommandations de haut niveau du BIEG sont les suivantes :

  • L’obligation BIM existante est développée afin de fournir des données interopérables ouvertes;
  • L’obligation BIM est soutenue par la formation d’un nouveau groupe de pilotage; et
  • Le groupe de pilotage incite, engage, dirige, gère, coordonne, promeut et communique les recommandations / facilitateurs, qui ont été identifiés dans le cadre de la collecte de preuves et qui sont détaillés dans les sections 5 et 6 de ce rapport.

Les recommandations aideront à soutenir les résultats bénéfiques supplémentaires de l’interopérabilité, dont certains sont énumérés à la section 3 du présent rapport.
Bien que le travail recommandé par le BIEG réponde directement aux exigences d’interopérabilité BIM actuelles des clients britanniques et du secteur de la construction au sens large, et aux avantages qu’il offre, notamment une gestion et une maintenance efficace, une tenue de registres légaux, une amélioration de la santé et de la sécurité, parmi de nombreuses autres améliorations à court et moyen terme , il est prévu qu’il informera à son tour le programme national à plus long terme du CDBB. Celui-ci a été mis en place pour fournir les recommandations clés du rapport 2017 sur les données pour le bien public de la Commission nationale de l’infrastructure et a les objectifs suivants :

  • Diriger le développement et l’adoption réussis du cadre de gestion de l’information pour l’environnement bâti; et
  • Créer un écosystème de jumeaux numériques connectés, un jumeau numérique national, qui ouvre la possibilité de libérer de la valeur pour la société, l’économie, les entreprises et l’environnement.


Il sera donc important de veiller à ce que le travail accompli pour répondre aux défis actuels d’interopérabilité s’intègre dans les travaux du Programme National Britannique de jumeau numérique (National Digital Twin) et puisse être ainsi mis à profit.

Découvrez cet incroyable Rapport Britannique du Construction Innovation Hub sur l’interopérabilité en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *