Nicolas Mangon s’exprime sur Batiactu – Le BIM, un outil de convergence numérique

image

Vu cette semaine dans la Presse, suite à BIM World dont les échos sont extrêmement positif, de nombreux articles de Presse voient le jour. Sur Batiactu, Nicolas Mangon, directeur des activités Bâtiment pour l'éditeur Autodesk, le BIM ne se résume pas à un modèle tridimensionnel des constructions, ni à une simple base de données. Il précise : "C'est un processus de travail articulé autour d'informations centralisées. Un outil permettant de suivre un projet tout au long de son cycle de vie, depuis sa planification et sa conception, jusqu'à sa déconstruction, en passant par son exploitation". L'essentiel réside alors dans l'interfaçage de tous les acteurs autour de cette information, qu'ils doivent pouvoir eux-mêmes enrichir.

En ce qui concerne Christian Rozier, directeur de la R&D chez Elithis qui se standardise sur Autodesk Revit, solution BIM de plus en plus utilisée dans le monde et en France, Le BIM, une fois déployé, présentera de multiples avantages, en termes d'économies, de qualité ou de réduction des délais. Et il dresse une longue liste : "Outre l'aide à la conception 3D, où il permet une meilleure ergonomie et réactivité, le BIM qui est une base de données partagée permet d'éviter les ressaisies et donc les risques d'erreurs. Il détecte les conflits et interférences ('clashes') avant qu'ils ne surviennent et permet une meilleure prise en compte du confort d'usage. Il permet également l'édition automatique de nomenclatures et de bordereaux, précis et incrémentés, au fur et à mesure de l'avancement du projet".

Le travail collaboratif et l'itération rapide des variantes numériques permettront d'éviter de nombreuses modifications en cours de chantier, réduisant d'autant les délais et les coûts. Nicolas Mangon explique qu'au Royaume-Uni : le coût de construction d'une école secondaire a été réduit de 40 % dans le même temps". Le directeur des activités Bâtiment d'Autodesk estime que le gain à attendre, en phase d'étude, sur le coût total du projet est de l'ordre de -5 à -7 % (et de -1,25 à -2,5 % dans le cas d'une rénovation). De même, la durée d'un projet serait diminuée de 15 %, entrainant un meilleur taux de retour sur investissement, "quelle que soit sa taille", insiste-t-il.

Les Britanniques qui commencent à avoir une expérience très forte dans le domaine du BIM nous enseignent ; au travers de la voix de Stephen Kelly, Government Chief Operating Officer en charge de la Stratégie BIM ; 33% des projets qui en 2010 étaient livrés à temps, le sont maintenant à plus de 60%…

Lire l’article en intégralité en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *