La norme UNI 11337 en Italie définit précisément les contours du BIM obligatoire

En Italie, la Norme UNI 11337 (UNI est l’équivalent de notre AFNOR) régit les grands principes du BIM

La norme UNI 11337 sur l’adoption de la méthodologie BIM en Italie était d’abord une initiative totalement privée, généralement limitée aux projets développés sous l’inspiration d’influences internationales, mais récemment, elle s’est finalement installée de manière systématique surtout grâce à l’introduction d’une nouvelle législation (DM 560 / 2017) et un règlement technique (UNI 11337) parmi les plus influents d’Europe.

Le décret précité, décret Baratono, prévoit une « introduction progressive du caractère obligatoire des méthodes précitées dans le cadre des appels d’offres publics »: à partir de 2019, l’utilisation du BIM est obligatoire pour les travaux définis comme « complexes », c’est-à-dire dont les montants sont égaux ou supérieurs à 100 millions d’euros, un seuil qui sera réduit annuellement jusqu’en 2025 où l’adoption est prévue pour l’ensemble des constructions. De plus, d’un point de vue technique, au cours des deux dernières années, l’Italie a considérablement développé la norme UNI 11337 qui fut la première à approfondir les typologies professionnelles impliquées dans le BIM et qui est la seule annexe nationale à l’ISO 19650-1-2 : 2019, en plus du PAS 1192 britannique.

Les 10 parties de la norme :

Partie 1 | modèles, dessins et objets

Notions de «données», «informations» et «contenu informatif», méthodes de transmission et de représentation à travers des documents et des modèles, la signification des objets numériques et des structures d’information des produits et des processus.

Partie 2 | dénomination et classification

Systèmes de classification et de dénomination des constructions, objets et activités.

Partie 3 | (fiches d’information) LOI et LOG

Modèles pour la collecte, l’organisation et le stockage des informations techniques des produits à construire : définition des caractéristiques, des attributs caractéristiques et répartition entre LOG et LOI.

Partie 4 | LOD et objets

Evolution et développement des modèles d’informations, documents et objets.

Partie 5 | gestion des modèles et des documents

Rôles, exigences et flux nécessaires à la production, à la gestion et à la transmission d’informations et à leur connexion et interaction dans les processus de construction numérisés.

Partie 6 | exemple de spécifications informatives

Indications de procédure pour la rédaction des spécifications d’information, structure générale et caractéristiques.

Partie 7 | qualification des professionnels

Besoins de connaissances, de compétences et de compétences des personnalités impliquées dans la gestion et la modélisation de l’information : BIM Manager, CDE Manager, BIM Coordinator, BIM Specialist.

Partie 8 | PM / BIM-M

Processus d’intégration entre les activités et les rôles d’information ainsi que les activités et les rôles traditionnels du secteur de la construction.

Partie 9 | modèle de construction

Gestion de l’information pendant l’exploitation : Due Diligence, plateforme collaborative et modèle construit.

Partie 10 | vérification administrative

Lignes directrices pour la gestion de l’information numérique des pratiques administratives.

Glossaire de la norme UNI

CI

Spécifications d’Information : explication des besoins d’information et des exigences demandées par le client aux entrepreneurs.

OGI

Offre de Gestion de l’Information : document de proposition technico-économique relatif aux travaux, en réponse aux besoins et au respect des exigences du client exprimées dans le cahier des charges de l’information.

IGP

Plan de Gestion de l’Information : planification opérationnelle de la gestion de l’information mise en œuvre par l’entreprise en réponse aux besoins et au respect des exigences du client exprimées dans les spécifications d’information.

AcDat (Ambiente di condivisione dati)

Environnement de partage de données.

CDE Environnement de données commun.

Plateforme numérique pour le partage de données numériques.

Discipline

Spécialisation d’une connaissance à caractère humaniste, scientifique ou pratique.

MEP

Mécanique, électricité et plomberie : Disciplines d’ingénierie.

Modèle

Virtualisation de la construction selon la discipline à laquelle elle appartient.

AIM

Modèle vérifié ou modèle d’information sur les actifs : modèle final de la construction publié à la suite de la vérification du projet

Objet

Virtualisation de la géométrie et des caractéristiques non géométriques d’entités finies, physiques ou spatiales, liées à une construction, ou à un ensemble de constructions, et leurs processus

IFC

L’IFC est un format ouvert, neutre et standard développé par buildingSMART qui permet l’interopérabilité entre les différents participants à un projet sans nécessiter l’utilisation d’un logiciel spécifique.

Format ouvert

Format de fichier basé sur une syntaxe spécifique du domaine public dont l’utilisation est ouverte et accessible à tous les opérateurs sans avoir besoin d’applications logicielles spécifiques. Il constitue l’approche collaborative basée sur des standards et des workflows «ouverts» entre différents logiciels

Format propriétaire

Format de fichier basé sur une syntaxe spécifique n’appartenant pas au domaine public dont l’utilisation est limitée à des conditions d’utilisation spécifiques établies par le propriétaire du format BIM.

openBIM

C’est l’initiative promue par différents éditeurs de logiciels pour garantir l’interopérabilité des données via ISO 16739 (IFC).

LOG

Niveau de développement des objets – Attributs géométriques : niveau de profondeur et de stabilité des attributs géométriques des objets numériques qui composent les modèles. Partie constitutive des LOD, avec les LOI, faisant référence aux attributs géométriques

LOD

Dérivation du libellé anglo-saxon « Level of Development ». Niveau de développement des objets – Attributs géométriques : niveau de profondeur et de stabilité des attributs géométriques des objets numériques qui composent les modèles. Partie constitutive des LOD, avec les LOI, faisant référence aux attributs géométriques

LOI

Niveau de développement des objets – Attributs d’information : niveau d’approfondissement et de stabilité des attributs d’information des objets numériques qui composent les modèles. Partie constitutive du LOD, avec le LOG, se référant aux attributs non géométriques.

QTO

Quantity Take Off, c’est-à-dire l’extraction du modèle de quantités et de listes de la base de données d’informations contenues dans le modèle.

Incohérences

Incohérences des données associées aux objets par rapport aux réglementations et exigences spécifiques.

Les interférences ou clashs

Collisions géométriques entre objets présents dans les modèles à la fois de la même discipline et entre les modèles de disciplines différentes.

Vérification du modèle

Activité qui traite de la vérification et de la validation des modèles BIM. Les contrôles sont effectués en recherchant les interférences et les incohérences géométriques et informatives au travers de méthodes automatiques réalisées par des applications appropriées dédiées à cette finalité.

Vérification des normes/règles

Activité qui traite de la vérification de la conformité réglementaire technique / législative de référence.

Scan-to-BIM ou rétroconception

C’est le processus de rétro-ingénierie qui utilise des technologies d’acquisition de données, telles que des scanners laser, pour obtenir des nuages ​​de points à utiliser comme base pour la modélisation BIM.

La gestion d’actifs

C’est l’ensemble de toutes les activités à caractère commercial, technique et administratif et relatives à l’immobilier. Ces activités peuvent également être considérées comme des activités de gestion de portefeuille.

Les professions prévues par la loi

Les professionnels décrits dans la partie 7 de la nouvelle norme UNI sont au nombre de quatre :

Spécialiste BIM

Il est l’opérateur avancé de la gestion et de la modélisation de l’information, il agit au sein d’entités individuelles et travaille à travers certaines procédures numérisées en s’appuyant sur la modélisation d’objets. Représente la personne qui a la capacité opérationnelle sur les fonctionnalités d’applications spécifiques et est capable de traduire et de transférer des compétences disciplinaires en termes numériques, en collaborant activement avec les autres spécialistes disciplinaires eux-mêmes et en soutien du coordinateur BIM. De plus, il analyse les principaux contenus du cahier des charges de l’information et du plan de gestion de l’information afin de fonctionner conformément à ceux-ci, effectue des vérifications préliminaires sur le modèle d’information et contribue à la validation de la cohérence informationnelle des objets individuels.

Coordinateur BIM

Il est le coordinateur des flux d’informations de la commande, travaille selon les instructions du BIM Manager en tant que garant de l’efficience et de l’efficacité des processus numérisés. Représente la personne qui examine ou contribue à l’élaboration du cahier des charges de l’information et du plan de gestion de l’information, le cas échéant, et configure les workflows numériques au sein de l’environnement de partage de données. Il est également le responsable de l’identification et de la gestion des interférences dans les modèles de disciplines individuelles et entre les modèles d’information disciplinaire à travers le modèle d’information fédérée, ainsi que de la vérification de la conformité et de la cohérence de ce dernier.

BIM Manager

C’est le gestionnaire des processus numérisés. Au niveau organisationnel, il coordonne la digitalisation des processus adoptés en définissant les règles et procédures de gestion de l’information, la structuration des modèles et des environnements de collaboration, et les modèles de configuration des workflows que le Coordinateur BIM doit mettre en œuvre. C’est la personne en charge d’évaluer la performance atteinte en proposant, si nécessaire, des actions préventives et correctives, ainsi que de veiller à la culture et aux opérations numériques au sein de l’organisation en mettant à jour périodiquement les lignes directrices de l’entreprise sur la gestion de l’information. De manière générale, il supervise les contrats en cours et, au niveau du contrat individuel, se charge de formaliser les aspects contractuels et d’élaborer le cahier des charges informationnel, l’offre de gestion de l’information ou le plan de gestion de l’information, selon le rôle assumé par la société dans le contrat.

CDE Manager

Il est le gestionnaire de l’environnement commun de partage de données (acDAT), il s’occupe de mettre en relation le contenu informationnel des modèles avec d’autres données (numériques ou ultérieurement numérisées) en gérant l’échange et le stockage afin d’assurer l’unicité, la traçabilité , la cohérence et interopérabilité des informations. Représente la personne responsable de l’exactitude et de l’actualité des flux d’informations, ainsi que de la protection des informations et de la propriété intellectuelle de celle-ci, conformément à la stratégie définie par le BIM Manager.

La norme UNI définit les compétences, les tâches et les responsabilités de chacun de ces professionnels. L’émergence de ce nouveau scénario qui voit un nombre croissant de professionnels impliqués, au point d’intégrer forcément tout le secteur de la construction et les sous-secteurs associés, entraîne la nécessité de vérifier et valider les compétences professionnelles afin de garantir la qualité du processus. . La certification individuelle, afin de prouver sa conformité avec le rôle, représente une forte valeur ajoutée à la fois pour la participation aux appels d’offres publics et comme garantie de la qualité de son travail professionnel.

L’organisme de certification

En Italie, ICMQ, organisme indépendant qui s’occupe des certifications dans le secteur de la construction, offre l’opportunité aux professionnels du BIM de valider leurs compétences selon les normes fixées par la norme UNI 11337-7 et d’obtenir la reconnaissance de leur rôle de Spécialiste BIM (avec spécialisation sur une discipline – Architecture, Structure, Plant/Usine, Infrastructure), Coordinateur BIM, BIM Manager ou CDE Manager. La certification est délivrée à l’issue d’un examen composé d’un test écrit, d’un test pratique et d’un oral. L’accès est soumis à la possession d’exigences telles que des compétences techniques et informatiques adéquates ainsi qu’une expérience avérée dans le secteur. La certification est confirmée annuellement par l’organisme, au travers de l’évaluation de la documentation certifiant le maintien des compétences, et elle est valable cinq ans, renouvelable suite à un nouvel examen oral. Certifier ses compétences est un choix stratégique qui se distingue des concurrents, garantit aux clients et partenaires la qualité de leur expérience professionnelle selon les normes réglementaires, et est reconnu dans les appels d’offres publics avec un avantage sur le score.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *