Hacka Biorisk, une startup innovante de Boston invente Blitz, un concept de poignée révolutionnaire pour neutraliser à 100% la voie de propagation privilégiée du COVID-19 que représentent les poignées

« Rien ne sera plus jamais comme avant », et ceux qui réfléchissent à l’après COVID19 doivent mettre en œuvre des solutions pour rendre de nouveau utilisables les milliards de mètres carrés d’espaces communs que représentent bureaux, commerces, écoles, hôpitaux, hôtels.

Alors que la transmission virale et bactérienne directe (d’humain à humain) ne peut être éradiquée qu’à travers des changements de comportements, les formes indirectes de transmission (par l’intermédiaire de surfaces) ne peuvent être réduites qu’en réinventant les environnements : réagencements d’espaces communs, et suppression ou transformation des actifs qui font l’objet de contacts fréquents… collectant et redistribuant allègrement bactéries et virus à longueur de journée.

À l’instar des interrupteurs ou des mitigeurs, certains de ces objets se prêtent relativement facilement à une telle transformation, en étant par exemple déclenchés par des détecteurs de présence ou des commandes vocales. La généralisation de tels dispositifs dans les lieux publics dans les 20 dernières années a sorti nombre d’objets de la liste des véhicules critiques de contamination indirecte. L’utilisation croissante des assistants personnels à commande vocale (Alexa, etc..) et de l’Intelligence Artificielle va fournir d’autres voies d’automatisation, et permettre de réduire encore les surfaces de contact inévitables.

Il reste toutefois une famille d’objets qui reste inexpugnable, ceux dont le contact direct est rendu absolument nécessaire pour chaque utilisateur, et ce pour des raisons physiques évidentes : en haut de la liste, les barres et poignées d’équilibre dans les transports en commun, les rampes d’escalier… et les poignées de portes. C’est à ce village d’irréductibles que s’attaque la société Hacka Biorisk, en développant un procédé systématique d’éradication à 100% entre chaque contact.

De la porte intelligente à la « Poignée Jedi »

A l’origine focalisée sur la démocratisation d’une «smart door» en collaboration avec des projets de Smart Buildings, la startup bostonienne Hacka Labs a concentré ses ressources de développement sur une solution en rupture pour « rayer les poignées de la liste des hubs stratégiques de distribution du COVID19 », comme le dit l’un de ses co-fondateurs, JB Koehl. De fait, des recherches démontrent que 40 à 60% des occupants d’un immeuble peuvent être contaminés en quelques heures. « En partant d’une population de 100 occupants n’utilisant qu’une fois par jour et successivement une poignée unique nettoyée chaque soir, si vous partez de 5 sujets contaminés le lundi, vous en aurez entre 50 et 60 le vendredi soir. Dans le même scénario, mais avec un nettoyage de la poignée toutes les 5 utilisations, vous multiplierez malgré tout la population touchée par 3 ».

En lançant le projet « Blitz » Hacka Biorisk s’est fixé une mission simple : mettre à la disposition des bâtiments publics une solution facile à déployer, sans maintenance, sûre pour l’utilisateur, et garantissant une élimination des dépôts contaminés après chaque action de la poignée. Son nom de code en interne : « Jedi », son slogan : « l’Humanité contre-attaque ».

« Il faut une solution étanche : une poignée qui nécessite plusieurs minutes pour éliminer le virus laisse à ce dernier beaucoup trop de temps pour se propager. Les phénomènes d’affluence, par exemple dans les écoles ou dans les salles de réunions, augmentent les contacts avec les poignées sur des périodes concentrées et courtes », explique JB Koehl. « L’idéal serait bien sûr une porte automatique, à commande vocale ou biométrique », ajoute Bayan Mashrequi, le CTO de Hacka Biorisk, «mais le coût en serait beaucoup trop élevé, et l’installation le plus souvent difficilement réalisable. On travaille sur des portails à la Star Trek, beaucoup plus intelligents, mais c’est une autre histoire… et à un horizon qui ne répond pas à l’impératif d’épargner des vies à très court terme».

Une poignée auto-nettoyante en rupture !

La poignée Blitz s’auto-nettoie ainsi systématiquement et radicalement, par un balayage lumineux à haute intensité qui s’effectue suffisamment rapidement pour être exécuté après chaque utilisation. Le principe est robuste, simple mais ingénieux. La poignée, stérilisée au départ, détecte par contact si elle a été touchée, et donc potentiellement contaminée. Elle en alerte l’utilisateur suivant. Une série de capteurs intégrés vérifie que le champ est libre. Le cas échéant, le signal passe au rouge, indiquant que le nettoyage va se produire. Ce dernier dure environ une seconde. Une fois nettoyée, la poignée est de nouveau prête, et indique qu’elle est de nouveau stérilisée.

Process de nettoyage de la poignée Blitz

Les poignées Blitz peuvent être installées en quelques minutes par n’importe qui, sur n’importe quelle porte et n’importe où dans le monde. Elles n’exigent aucun entretien, la fréquence de remplacement des piles étant fonction du nombre d’utilisations. « On table sur une consommation assurant entre 10.000 et 20.000 nettoyages, ce qui revient à 6 mois d’autonomie pour un bâtiment à haute fréquentation », précise Bayan Mashrequi.

Remplacement de pile de la poignée Blitz

Priorité de déploiement

L’utilisation de rayons lumineux à haute intensité (comme le laser) pour éliminer des cellules virales est pratiquée en chirurgie depuis longtemps. Elle est rendue possible ici par le positionnement de la source lumineuse à un endroit où la trajectoire du faisceau stérilisant ne peut pas frapper l’œil nu des utilisateurs. Le réglage du dispositif est en cours d’optimisation pour le COVID19, et pourra être ajusté à l’avenir pour éradiquer des éléments bactériens ou viraux plus résistants.

Blitz est équipée de systèmes redondants qui assurent que son fonctionnement est en même temps pratique et sécurisé pour les utilisateurs.

Les fondateurs de Hacka Biorisk concentrent leurs efforts sur un déploiement prioritaire dans les lieux où les populations sont les plus vulnérables, et ceux qui jouent un rôle très sensible dans la propagation du virus : maisons de retraite, milieux hospitaliers, écoles et universités, bâtiments publics et commerciaux, restaurants, centres commerciaux, hôtels et locations de vacances, mais également transports en commun. La startup développe des projets pilotes avec des sociétés partenaires en visant ces domaines en priorité.

Barrer la voie de propagation de façon systématique

Hacka Biorisk le rappelle : « A chaque fois que vous actionnez une poignée, c’est exactement comme si vous serriez la main à tous ceux qui vous ont précédé».

« Blitz arrive en complément de solutions de stérilisation lente, mais se satisfaire d’un nettoyage retardé dans des lieux à haute fréquentation reviendrait à se contenter d’une étanchéité approximative dans un sous-marin », remarque Bayan Mashrequi. « Une pandémie, c’est un phénomène statistique : tous les efforts doivent être faits pour non seulement réduire mais anéantir l’efficacité des poignées comme instrument de propagation des virus ». 

Et à quoi travaille Hacka Biorisk après Blitz ? « Nous étudions une technique, en rupture également, de stérilisation automatique pour les rampes d’escalier et de poignées et barres de transports en commun… » confie JB Koehl. Même mission : ne laisser aucune voie ouverte au virus pour sa redistribution.

Si vous souhaitez plus d’informations, ou participer à un projet pilote, vous pouvez contacter Hacka Biorisk par email à info@hackabiorisk.com

Site officiel de Hackabiorisk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *