Autodesk lance des micro-subventions et des bourses d’études pour aider les étudiants à intégrer les métiers de la construction

Selon l’Institut McKinsey Global Institute, il y aura jusqu’à 200 millions d’emplois dans le secteur de la construction dans le monde d’ici 2030. Cette augmentation des nouveaux emplois survient à un moment où les professionnels de l’AEC expriment leurs inquiétudes concernant à la fois les départs à la retraite et le manque de jeunes travailleurs entrant dans leurs industries. Pour aider à relever ce défi, Autodesk cherche et propose des moyens d’encourager la prochaine génération à poursuivre des carrières dans les métiers spécialisés.

Le mois dernier a marqué la cinquième année du programme « Make It Real », une initiative qui cultive l’intérêt des étudiants et renforce l’adaptabilité de la main-d’œuvre, en particulier pour ceux qui viennent d’entrer dans les métiers de la construction. L’intérêt de ce programme depuis 2018, c’est la façon dont il a évolué au fil des ans en réponse directe aux commentaires des éducateurs et professeurs sur la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour combler les lacunes d’opportunités auxquelles leurs élèves sont confrontés – de la fourniture d’équipements pour les makers aux écoles, à la facilitation de l’apprentissage à distance axé sur la carrière pendant la première année de la pandémie.

L’ancienne star des « Patriots » de la Nouvelle-Angleterre, James Develin, a participé à une récente session « Teaching with Tinkercad », offrant une perspective sur la façon d’inspirer un esprit d’entreprise chez les étudiants.

En préparation depuis cette année et afin d’affiner le programme, Autodesk a mené des recherches sur les jeunes qui débutent leur carrière dans ces métiers afin de comprendre leurs plus grands besoins de soutien. Autodesk a constaté que l’un des plus grands obstacles à la poursuite de leur carrière n’était souvent pas seulement les frais de scolarité, mais aussi les dépenses quotidiennes associées à la formation professionnelle, comme les outils, les vêtements et bottes de travail et le transport.

Autodesk a ainsi décidé de faire quelque chose à ce sujet.

Plutôt que d’essayer de financer une solution précise par une subvention rigide, pourquoi ne pas offrir à ces jeunes un financement flexible qui leur permette de répondre à des besoins qu’eux seuls peuvent identifier ?

Autodesk annonce ainsi aujourd’hui 50 000 $ de micro-subventions* afin que les bénéficiaires puissent décider eux-mêmes de comment appliquer les fonds là où ils sont le plus nécessaires. Le budget de 500 $ peut être ainsi utilisé pour couvrir les dépenses de soutien à la formation, allant des frais de scolarité et de certification à l’équipement de sécurité et à la garde d’enfants.

Les micro-subventions sont ouvertes aux étudiants en dernière phase de secondaire qui poursuivent leurs études dans les métiers du bâtiment par le biais de programmes d’apprentissage ou d’écoles professionnelles de deux ans.

Les femmes du métier font la lumière sur les coûts cachés de la poursuite d’une formation commerciale…


Les ouvriers du métier ont confirmé que se lancer dans la construction signifie surmonter des obstacles financiers, comme payer pour la garde d’enfants et le transport.

Des dépenses quotidiennes comme celles-ci sont inévitables tout en poursuivant une carrière dans les métiers, surtout si vous avez une famille à charge. Souvent, les frais de scolarité des programmes éducatifs sont couverts par les syndicats ou d’autres sources de financement pour les travailleurs en formation, mais les outils dont ils ont besoin doivent être achetés avec leur propre argent.

« Il est de la responsabilité du futur charpentier de disposer de tous les outils nécessaires pour commencer un travail. Cela peut coûter entre 100 $ et plus selon l’endroit où ils achètent leurs outils », explique Marilyn Rosa, charpentière et membre du Northeast Center for Tradeswomen’s Equity. Elle a poursuivi: « [les travailleurs] devront acheter des chaussures de sécurité, des jeans, des chemises de couleur de sécurité, un casque, des gants, des lunettes de sécurité pour commencer. »

Source en anglais ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.