B+B Architectures recrute un.e Architecte compétent en BIM

Chez bplusb, un projet est développé en collectivité, puis approfondi par un chef de projet et un associé, dont l’implication est concrète et réelle.
Cette organisation lui octroie, quelle que soit sa taille, une véritable considération.

De la conception à la finalisation, l’équipe s’investit sur chaque étape. Elle sollicite les compétences en interne (montage de dossier, BIM avec Autodesk Revit, suivi de travaux, projection 3D…) pour limiter l’intervention de prestataires extérieurs et garantir l’intégrité du projet.

L’écoute et l’échange sont au cœur de la relation. L’ensemble des acteurs du projet œuvrent ainsi avec sens et sérénité dans une dynamique commune.

Ils recrutent actuellement un profil d’Architecte chef(fe) de projet avec 5 à 10 ans d’expérience, ayant fait du chantier, maîtrisant Revit. Si ce poste vous intéresse, vous pouvez envoyer votre candidature ici.

Site officiel de BplusB Architectures ici.

[Evènement] Participez au Rail Summit, évènement dédié au ferroviaire du 16 au 18 novembre 2021 – Inscrivez-vous avant le 15 novembre !

Foncez à grande vitesse et rejoignez le Rail Summit 2021, avec la participation des grands du ferroviaire tels que SNCF RÉSEAU, WSP, Norconsult AS, Downer, Aurecon, VolkerWessels, HDR et FSTechnology.

Découvrez l’agenda passionnant et inscrivez-vous gratuitement ici avant le 15/11 à 15H00.

// Mardi 16 novembre 2021 //

15:00 – Le mot de Bienvenue

Scott Main, Directeur principal des ventes, Grands Comptes AEC, EMEA et ANZ, Autodesk

15h10 – Stratégie, aperçu des solutions ferroviaires et avenir – Présentation d’Autodesk Rail

La COVID-19 continue d’accélérer la transformation numérique de l’industrie ferroviaire par le biais du BIM. Venez écouter Theo Agelopoulos, directeur principal de la stratégie des solutions de conception AEC, qui discutera des principales tendances ayant un impact sur l’industrie ferroviaire, ainsi que de la vision et de la stratégie BIM d’Autodesk. Il sera suivi de Daniel Philbrick, directeur principal des produits d’infrastructure civile, qui présentera les dernières mises à jour des produits qui améliorent encore le processus de livraison BIM pour le rail ainsi que les nouveaux investissements dans l’avenir des produits.

  • Theo Agelopoulos, directeur principal, stratégie de conception AEC, Autodesk
  • Daniel Philbrick, directeur principal, Produits d’infrastructure civile, Autodesk

15H30 – buildingSMART International et les IFC et l’Investissement d’Autodesk dans les standards ouverts

Depuis 2017, l’Infrastructure Room de buildingSMART International s’efforce d’étendre le modèle de données des Industry Foundation Classes (IFC) pour couvrir les actifs d’infrastructure civile avec un solide soutien des parties prenantes que sont les maîtres d’ouvrages et propriétaires, les sociétés de la chaîne de valeur ainsi que les éditeurs de solutions logicielles. L’extension finale « IFC 4.3 » a été publiée en septembre 2021 et acceptée par le conseil de buildingSMART en vue de son adoption par l’industrie. Cette session couvrira les travaux de développement de l’infrastructure room, les extensions rail associées par la room « chemins de fer/rail » et la manière dont Autodesk a participé et a l’intention de prendre en charge le standard IFC 4.3 dans ses solutions.

  • Winfried Stix, président de buildingSMART International Railway Room
  • Marek Suchocki, responsable international du développement des ventes, Autodesk
  • Nigel Peters, Chef de produit senior – Rail, Autodesk

16H00 – Associer (open)BIM et SIG – Pour une intégration plus poussée des données afin de gérer un projet réussi

Venez écouter comment Volker Wessels a réussi un projet d’envergure, dans le cadre de l’extension ferroviaire Zwolle-Herfte aux Pays-Bas, où de nouvelles voies ont dû être posées, des routes et des pistes cyclables ont dû être déplacées et un tunnel ferroviaire a dû être construit. L’équipe a associé BIM et SIG pour une intégration plus approfondie des données afin de naviguer dans ce projet complexe. L’openBIM a permis une plus grande transparence et une collaboration plus facile entre les plateformes et entre les multiples parties prenantes de la chaîne de valeur. Les experts de Volker Wessels expliqueront comment gérer l’accès et former les gens pour créer et livrer un projet réussi.

  • Jeroen Tishauser, responsable de l’ingénierie numérique, VolkerWessels

Mercredi 17 novembre

15:00 – Activation des jumeaux numériques pour le rail avec un accent sur la durabilité

Lors de cette session dirigée par WSP en Nouvelle-Zélande, Dean Burke présentera le City Rail Link, le plus grand projet d’infrastructure de Nouvelle-Zélande.

Ce projet de type Infrastructure est réalisé par Link Alliance. La présentation couvrira l’environnement de données commun (CDE), le cadre Digital Twin et les rapports de durabilité via le suivi automatisé du carbone à partir des modèles numériques.

Venez écouter Dean alors qu’il couvre l’environnement numérique complexe, les modèles numériques et la Single Source of Truth (source unique de vérité) pour le projet – y compris la conception, la construction et la gestion et maintenance des installations.

Ayez une meilleure compréhension des projets pluridisciplinaires et multiplateformes, y compris de grands ensembles de données enrichis de métadonnées à l’épreuve du temps sur un projet composé de plus de 400 modèles numériques, de plusieurs CDE connectés, de plusieurs types de logiciels et du cadre associé requis.

Le City Rail Link est lauréat de l’Autodesk AEC Excellence Award 2020 (NZ),

  • Dean Burke, responsable de l’ingénierie numérique, WSP

15H30 – Méthodes numériques d’analyse de la visibilité des signaux ferroviaires

Avec le projet EOLE, l’extension du « RER E » nouvelle génération, la SNCF a créé une nouvelle approche basée sur la conception d’une solution d’automatisation pour l’analyse de la visualisation des signaux. Dans cette démarche, SNCF a imaginé des processus numériques pour tirer profit des modèles de voies ferrées à la signalisation et créer des volumes de visualisation de signalisation pour le conducteur de matériel roulant afin d’assurer la conformité sécurité de tous les voyageurs, dans un contexte de projet où l’un des objectifs principaux est d’augmenter la capacité de charge de trafic de la ligne de manière significative.

  • Adrien Petit, Ingénieur Civil Ferroviaire, SNCF RESEAU

16H00 – Numérisation – le voyage
Leçon apprise et nouvelles opportunités émergentes

Découvrez comment Norconsult AS a commencé en 2016 son parcours de transformation numérique de la 2D à la 3D, et a profité de cette opportunité pour tirer parti des technologies issues du jeu vidéo et du contrôle des conflits pour impliquer les conducteurs de train jusqu’aux utilisateurs finaux. Nous sommes en 2021 et ce projet est terminé, ils sont ainsi en mesure de montrer à quel point les modèles étaient précis depuis 2016. Prochaine étape, passant de la 3D au BIM, ils se concentreront sur la façon dont le BIM crée de nouvelles opportunités. Des fonctionnalités personnalisées sur la base d’Autodesk Forge donnent à l’équipe la flexibilité d’utiliser toutes les données dans leurs modèles. Il s’agit de transmettre les bonnes informations à la bonne personne au bon moment.

  • Dina Eggum, Responsable BIM, Norconsult AS
  • Thomas Angeltveit, Norconsult AS

Jeudi 18 novembre

15:00 – Transformer la construction ferroviaire grâce à la technologie

Cette session sera une démonstration pratique montrant les processus et outils pour les flux de travail numériques utilisés sur le projet pilote BIM de KiwiRail, plusieurs fois primé (catégorie innovation). Le projet de Trentham à Upper Hutt, à Wellington, en Nouvelle-Zélande, a été l’occasion de transformer la façon dont l’équipe planifie, construit et gère les actifs ferroviaires.

Vous gagnerez en visibilité sur une variété de flux de travail : coordination et révision 3D dans la conception et la construction où les modèles ont préséance sur les dessins, données 3D telles que construites et données d’actifs fournies via des appareils mobiles sur une base mensuelle, extraction de quantités – dans les SIG, modélisation 3D de la construction, contrôle et évitement des machines, permis numériques, réalité augmentée, ComputerVision, AI…

  • Cameron Hyndman, directeur national de l’ingénierie numérique – Transport, Downer
  • Adam Miratana, Aurecon

15H30 – BIM et SIG : partage de données pour une meilleure coordination de projet

La ligne Ontario est une ligne de métro autonome et souterraine de 15,6 kms, avec 15 stations proposées qui relieront l’Ontario au cœur du centre-ville de Toronto. Une équipe de conseillers techniques, composée de près de 1 000 employés pluridisciplinaires de nombreuses entreprises, a été chargée du développement, de la conception et de la livraison numérique du projet et de développer des centaines de modèles de conception 2D et 3D fédérés au sein de la plateforme d’Autodesk. L’Ontario Line TA GIS Hub a été utilisé pour organiser efficacement le personnel, les données, les outils et les informations en temps réel au sein de la grande équipe de projet. Basé sur la plateforme cloud ArcGIS Hub d’Esri, le portail offre un accès facile et une connexion directe aux projets BIM360 Hub.

  • Cameron Schaefer, directeur de l’acquisition des données de transport, HDR

16H00 – Gestion de chantier avec workflow avancé dans Autodesk Construction Cloud

Pour cette dernière session, découvrez comment FSTechnology a largement étendu l’utilisation de Construction Cloud avec la numérisation d’autres processus de construction en plus de ceux déjà mis en œuvre. Ils concentrent leur attention sur la mise en place d’un workflow pour le contrôle de la sécurité et de l’environnement sur le chantier. À l’aide d’Autodesk Forge et de Construction Cloud Connect, ils développent l’intégration avec d’autres bases de données de l’entreprise et les systèmes informatiques hérités, pour éviter la redondance des données et créer des tableaux de bord intégrés . Dans les années à venir, ils seront en mesure de gérer et d’améliorer le processus de construction de projets d’infrastructure linéaire avec Autodesk Construction Cloud afin d’améliorer la qualité des données, de réduire les coûts et le temps de 60%, de réduire le gaspillage et de promouvoir la durabilité.

  • Stefano Libianchi, FSTechnologie
  • Alessandro Delle Monache, FSTechnologie
  • Eleonora Troiani, FSTechnologie
  • Luca Capuani, FSTechnologie

Inscrivez-vous gratuitement ici avant le 15/11 à 15H00.

AGACAD lance une solution BIM pour les panneaux sandwichs

Lancement d’une nouvelle solution spécialisée pour la conception de structures de façades et de toits avec des panneaux sandwich dans Revit

AGACAD* développeur lituanien de solutions tierces et plugins pour Revit, vient d’annoncer la sortie de leur dernière solution nommée « Panneaux sandwich », qui rejoindre la gamme de leurs solutions spécialisées pour les structures de façades et autres pour Autodesk® Revit®.

La construction par panneaux de façades s’est généralisée dans la conception des bâtiments, pour la flexibilité qu’elle apporte au processus de fabrication et la rapidité avec laquelle les panneaux peuvent être installés sur site. Étant donné que les panneaux peuvent être préfabriqués dans des usines de production automatisées, la précision est accrue tout en minimisant les coûts et les déchets de matériaux. Une fois empilés et emballés, les panneaux peuvent être vendus localement ou être destinés à être vendus dans des contrées lointaines.

Un type de panneau qui a fait son apparition parmi les constructeurs et les concepteurs ces dernières années est le panneau isolant, également connu sous le nom de panneau sandwich. Avec leur temps d’installation court et leur large couverture unitaire, les panneaux sandwich ont gagné en popularité parmi certaines typologies de bâtiments, notamment les entrepôts de stockage et de fabrication, les sites sportifs, les centres commerciaux et les installations logistiques. AGACAD offre ainsi une solution pour les professionnels du BIM qui rationalise la conception de bâtiments composés de panneaux sandwich pour les utilisateurs de Revit.

Ainsi nommés parce que chaque panneau a un noyau de matériau thermo-isolant pris en sandwich entre des peaux de tôle, les panneaux sandwich sont un choix intéressant pour le revêtement des murs et des toits d’un bâtiment. Contrairement aux panneaux isolants structuraux (PIS), les panneaux sandwich sont des matériaux pour les murs-rideaux, les forces structurelles étant portées par un cadre, généralement en acier, sur lesquels les panneaux sont fixés. Différents matériaux peuvent être utilisés au cœur du noyau, ce qui entraîne diverses propriétés d’isolation thermique et acoustique, résistance au feu et poids. Le polystyrène expansé (EPS), la laine minérale, le polyuréthane (PUR) et le polyisocyanurate (PIR) sont des matériaux de base courants.

Logiciel BIM complet pour la conception et la documentation dans Revit

Grâce au travail d’AGACAD et à leur collaboration quotidienne avec les professionnels de l’AEC et les experts Revit, ils ont développé cette fonctionnalité technique pour s’adapter à un large éventail de normes de l’industrie, reflétant l’état actuel de la conception avec des panneaux sandwich et ouvrant de nouvelles façons de concevoir des bâtiments.

Découvrez l’intégralité de cette nouveauté en cliquant ici.

*AGACAD est une société du Groupe Arkance

[Cop 26] Un Guide de rénovation d’urgence climatique du LETI

Un guide de rénovation d’urgence climatique pour le Royaume-Uni dont il est possible de s’inspirer

En cette semaine de COP 26, il nous apparaissait nécessaire de faire la lumière sur des initiatives vertueuses au niveau européen relatives au Green Deal. Bien entendu, comme toujours, ce sont nos voisins Britanniques qui tirent leur épingle du jeu et sont en tête de la course. LETI met ainsi à disposition ce guide de rénovation d’urgence climatique qui montre comment nous pouvons rénover les maisons afin de les préparer pour l’avenir et soutenir les objectifs Net Zero du Royaume-Uni. Ils définissent ainsi des objectifs de consommation d’énergie pour les maisons existantes et dispensent des conseils pratiques sur la façon de les atteindre.

A propos de LETI

LETI est un réseau de plus de 1000 professionnels de l’environnement bâti qui travaillent ensemble pour mettre le Royaume-Uni sur la voie d’un avenir zéro carbone. Ce groupe bénévole est composé de développeurs et promoteurs, d’ingénieurs, d’associations de logement, d’architectes, d’urbanistes, d’universitaires, de professionnels du développement durable, d’entrepreneurs et de gestionnaires d’usines et de sites de production, avec le soutien et la contribution de la GLA (Greater London Authority), des autorités locales et d’autres organisations.

Initialement « The London Energy Transformation Initiative », LETI a été créé en 2017 pour soutenir la transition de l’environnement bâti de Londres pour atteindre le Net Zero Carbon. Ils ont travaillé en collaboration pour formuler des recommandations fondées sur des données probantes pour deux éléments de politique : la nouvelle stratégie environnementale de Londres et la redéfinition du plan de Londres.

A propos du Guide du LETI

Ce guide est une source d’informations qualitative pour les architectes, les ingénieurs, les collectivités locales, les bailleurs sociaux, les professionnels de l’énergie, les entrepreneurs et les clients à la recherche de conseils sur les meilleures pratiques de rénovation.

Il est largement admis que la modernisation des bâtiments existants est absolument essentielle si nous voulons atteindre le net zéro. Environ 18% des émissions nationales annuelles de CO2 du Royaume-Uni proviennent des maisons existantes qui seront toujours debout en 2050. 80% des maisons de 2050 ont déjà été construites. Il est également largement reconnu que le défi de la rénovation de ces habitations est immense. Plus d’un million de foyers chaque année au cours des 30 prochaines années devront être rénovés. Il ne sera donc pas possible de rénover deux fois de suite. Mais si nous rénovons bien, nous pourrons profiter de nombreux avantages environnementaux, sociaux et économiques.

Ce guide explique à quoi s’apparente une bonne rénovation pour les maisons existantes. Les objectifs de réductions de consommation d’énergie pour la maison moyenne au Royaume-Uni sont de l’ordre de 60 à 80 % . Ceci est réalisable grâce à une approche globale de la maison en améliorant l’enveloppe du bâtiment, en intégrant des mesures d’efficacité énergétique, en améliorant la ventilation et en installant des pompes à chaleur. Ces objectifs ont été déterminés grâce à l’expérience pratique et à la compréhension des mesures réalisables de manière réaliste. Ils sont également informés par un modèle national de parc de logements pour examiner des questions telles que la fourniture d’énergie renouvelable et la capacité du réseau à la supporter. Le guide souligne également les risques potentiels d’une mauvaise rénovation et donne des conseils sur la façon de fournir des maisons efficaces, résilientes et saines.

Guide de rénovation d’urgence climatique

​Téléchargez cet indispensable de la rénovation énergétique en cliquant ici.

Résumé pour les décideurs publics (.pdf)

Chapitre 6 : Études de cas (.pdf)

Un guide de démarrage rapide

Ce guide de démarrage rapide pour la rénovation met à disposition des exemples d’archétypes de maison typiques pour quatre types de logements principaux : jumelé, isolé, mitoyen entre deux maisons et un appartement.

Exemples d’archétypes de maison typiques

LETI a développé une série sur les archétypes de maison typiques basés sur des données moyennes pour chaque type de bâtiment. Cela commence par un bâtiment existant avant rénovation, puis le guide montre ce qui se passe lorsque les objectifs LETI sont appliqués. Dans certains cas, les valeurs de rénovation « contraintes » des meilleures pratiques du LETI ont été utilisées, l’effet d’une rénovation « non contrainte » et un exemple de rénovation exemplaire du LETI.

Téléchargez ce guide ici.

Bonne lecture !

[Rapport] Etude technique sur l’introduction éventuelle de passeports optionnels pour la rénovation des bâtiments

Cette étude intéressante a été commandée et supervisée par la Direction Générale de l’Energie de la Commission européenne (CE) (DG ENER) et vise à fournir un soutien technique pour étudier la faisabilité de l’introduction de passeports pour la rénovation des bâtiments (PRB) facultatifs dans l’UE. En particulier, conformément à l’article 19a de la directive sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD), cette étude évalue la pertinence, la faisabilité et l’impact potentiel des PRB sur la base d’un certain nombre d’aspects. Ce travail a été effectué en étroite consultation avec les parties prenantes et en collaboration avec des experts de premier plan, notamment l’IFEU et le projet Shift. Ce premier rapport fournit des informations sur les dispositifs et initiatives existants les plus pertinents. La première section décrit la méthodologie et le contexte pour l’analyse des cas et pour la sélection des cas pour une analyse plus approfondie (c’est-à-dire des plongées en profondeur). Ces plongées en profondeur sont présentées dans le chapitre suivant, qui comprend une description du modèle, des caractéristiques clés et des résultats pertinents. Le dernier chapitre fait une synthèse des principales conclusions de l’examen.

Méthodologie

Il n’existe pas de définition universellement acceptée d’un passeport pour la rénovation des bâtiments et sa signification et son objectif chevauchent d’autres instruments. Le BRP est généralement considéré comme un instrument qui peut stimuler une rénovation rentable sous la forme d’une « feuille de route de rénovation en profondeur à long terme, étape par étape pour un bâtiment spécifique, basée sur des critères de qualité, à la suite d’un audit énergétique et décrivant les mesures et rénovations qui pourraient améliorer la performance énergétique » [EPBD 2018/844/UE].
Le processus d’implication des parties prenantes de ce projet discute plus en détail de la définition du BRP.
L’examen présenté dans ce rapport comprend des programmes de BRP qui correspondent en grande partie à la définition ci-dessus, y compris la feuille de route fédérale allemande pour la rénovation (individueller sanierungsfahrplan) et la feuille de route et le journal de bord flamands (EPC+ et Woningpas).
L’examen comprend également des programmes et des initiatives qui partagent certaines caractéristiques et objectifs avec le BRP, notamment des guichets uniques, des certificats de performance énergétique, des cadres d’audit énergétique et des outils de conseil en ligne pour la rénovation.

[Appel d’offre] La Commission Européenne lance une étude technique pour un Carnet Numérique du Bâtiment

Etude Technique pour l’Elaboration et la Mise en Place de Carnets Numériques de Construction, l’appel d’offres est ouvert !

Aidez l’Europe à accélérer la mise en place des carnets de santé numériques du bâtiment, intégrant toutes les informations liées au bâtiment et permettant d’en gérer le cycle de vie complet.
Remise des offres avant le 8/12/2021 !

Contexte et objectifs

Dans la communication sur la vague de rénovation1, le plan d’action pour l’économie circulaire2 et la stratégie de l’UE sur l’adaptation au changement climatique3, la Commission s’est engagée à introduire des registres numériques des bâtiments, qui serviront de référentiels pour les données sur les bâtiments individuels et faciliteront le partage d’informations au sein du secteur de la construction, et entre les propriétaires, maîtres d’ouvrages et locataires d’immeubles, les institutions financières et les pouvoirs publics. Les journaux de bord numériques du bâtiment seront également une passerelle et un fournisseur de données relatives au bâtiment depuis et vers les prochains passeports pour la rénovation des bâtiments4, les indicateurs de préparation intelligents5, le(s) niveau(x)6 et les certificats de performance énergétique (EPC)7 pour assurer la compatibilité et l’intégration des données tout au long de la cycle de vie des bâtiments.

  1. https://ec.europa.eu/energy/sites/ener/files/eu_renovation_wave_strategy.pdf
  2. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?qid=1583933814386&uri=COM:2020:98:FIN
  3. https://ec.europa.eu/clima/policies/adaptation/what_en
  4. https://ec.europa.eu/energy/studies_main/final_studies/technical-study-possible-introduction-optional-building-renovation-passports_en
  5. https://smartreadinessindicator.eu/
  6. https://ec.europa.eu/environment/levels/lets-meet-levels_en
  7. https://ec.europa.eu/energy/eu-buildings-factsheets-topics-tree/energy-performance-certificates_en

Pour y répondre, il suffit de vous connecter ici et de télécharger tous les documents relatifs à cet appel d’offres.

[Rapport] BIM et Education en 2021, où en est-on dans le monde ? L’I.C.I.S. dévoile les résultats de son enquête annuelle !

Une étude de l’ICIS instructive sur le BIM et l’Education – Rapport de mise à jour mondial 2021

En janvier 2014, NATSPEC avait publié la première version d’un rapport résumant l’état de la formation BIM dans plusieurs pays et régions du monde. Le rapport a été mis à jour et réédité chaque année depuis, ce rapport étant la version 8.0 de ce qui est maintenant une mise à jour annuelle du rapport original.
Chaque année, les pays et régions inclus dans les versions précédentes du rapport ont la possibilité de mettre à jour leur section pour refléter leur état actuel de la formation BIM. Dans les versions mises à jour depuis le rapport original de 2014, d’autres pays ont apporté leur contribution, élargissant la portée du rapport original. Cette huitième édition du rapport comprend des informations sur 21 pays/régions.
L’Afrique, l’Allemagne et Taïwan ont contribué pour la première fois cette année.
Comme indiqué les années précédentes, la plupart des pays et régions signalent que la formation BIM est dispensée aux étudiants en architecture, ingénierie et construction (AEC) par le biais de leurs établissements d’enseignement supérieur et de formation technique (enseignement professionnel). De plus, comme indiqué précédemment, en général, le nombre de cours offerts n’augmente pas de manière significative d’une année sur l’autre, des pays/régions comme l’Australie, le Canada, le Chili et la Finlande étant peut-être l’exception. Cela peut indiquer que la quantité de cours offrant une certaine forme d’éducation BIM peut atteindre son point de saturation dans de nombreux pays/régions.
Cependant, de nombreux pays et régions signalent que le contenu de ces cours est désormais élargi pour inclure des éléments plus sophistiqués du BIM, tels que BIM pour FM, Costing, échange d’informations openBIM, gestion BIM, etc., par opposition à la modélisation et à l’utilisation simples. d’un logiciel BIM spécifique.
Les établissements d’enseignement supérieur de la plupart des pays/régions incluent une formation BIM structurée dans le programme de leurs cours AEC, à la fois au niveau du premier cycle et du troisième cycle. Des pays/régions tels que l’Australie, le Chili, la Chine, la Finlande, l’Allemagne, la Norvège, l’Afrique du Sud, la Suède, Taïwan, le Royaume-Uni et les États-Unis signalent un volume important de cours et de matières disponibles.
Les cours virtuels/en ligne se généralisent, en réaction à la pandémie mondiale. Dans l’ensemble, cela semble avoir été une progression positive pour l’enseignement BIM, donnant aux étudiants la possibilité d’accéder à l’enseignement BIM, ce qui n’aurait peut-être pas été possible autrement.
Un manque de cours éducatifs BIM structurés, cohérents dans tous les établissements d’enseignement, a été signalé comme un obstacle à la progression de l’enseignement BIM. De nombreux pays/régions continuent de discuter de l’importance du programme international de certification professionnelle buildingSMART et de la manière dont il est mis en œuvre dans leurs pays/régions respectifs. Il a également été noté que de nombreux prestataires de formation cherchent maintenant à adapter leurs cours aux exigences de l’industrie BIM. Comme indiqué précédemment, des programmes de certification qui valident les connaissances BIM continuent d’être fournis, avec des pays/régions tels que
L’Australie, le Canada, la Chine, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis ont tous signalé l’existence ou le développement de tels programmes. Par ailleurs, l’accréditation des formations BIM dispensées par les établissements d’enseignement supérieur s’accélère.

Découvrez l’intégralité de ce rapport en cliquant ici.

[Replay] Le BIM pour les Monuments Historiques, Renaissance et seconde vie ! Une Classe Autodesk University à revoir !

Une session passionnante co-présentée par Gaël Hamon, PDG d’Art Graphique et Patrimoine, les Experts de la Rétroconception du patrimoine historique et Emmanuel Di Giacomo, Ambassadeur BIM chez Autodesk

Le BIM n’est pas uniquement un modèle 3D, mais c’est aussi la réalité digitalisée selon une précision et un niveau de détails unique. C’est aussi un processus de travail collaboratif basé sur un modèle numérique rassemblant l’ensemble des informations structurées du bâtiment, existant ou en projet. Elle contient les objets composant l’ouvrage, leurs caractéristiques et les relations entre ces objets. Ainsi la composition détaillée d’un mur, la localisation d’un équipement ou d’un élément de mobilier dans une pièce, font partie du BIM.

Si vous n’avez pas pu assister à cette Classe Autodesk University passionnante, elle est d’ores et déjà disponible en Replay ici.

C’est une session à laquelle il est intéressant de participer car il y est question de l’enjeu majeur que le BIM représente pour le patrimoine historique et architectural. En effet, nos Monuments Historiques ont traversé les siècles altérés par le temps, la pollution, les guerres, les catastrophes naturelles. Ils sont aussi le témoignage de notre humanité et des civilisations passées. Nous devons les protéger, en garder une trace, les rénover et réduire leur coût d’exploitation, ainsi que les préparer pour les siècles à venir et les garder comme témoins du passé. S’ils sont détruits ou endommagés, nous devons pouvoir les reconstruire, à l’instar de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L’une des approches les plus efficaces afin d’atteindre un objectif aussi noble est d’utiliser des technologies numériques comme la capture de la réalité, le BIM et de nombreuses autres approches innovantes comme la Réalité Virtuelle ou encore les rendus photoréalistes. Cela garantira aux futures générations et propriétaires de ces joyaux de notre Humanité qu’elles aient toujours un jumeau numérique de leur prestigieux patrimoine prestigieux, leur permettant ainsi une vie éternelle…

Découvrez le propos de Gaël Hamon, PDG d’Art Graphique et Patrimoine et Emmanuel Di Giacomo, Architecte et Responsable du Développement des écosystèmes BIM ici.

Level(s) un cadre de référence européen pour des bâtiments durables de qualité

Un site dédié pour aiguiller et accompagner les professionnels et acteurs de l’environnement bâti sur le chemin vers des bâtiments durables !

Basé sur 6 macro objectifs, Level(s) fournit un langage commun pour évaluer et rendre compte de la performance de durabilité des bâtiments. C’est un point d’entrée simple pour appliquer les principes de l’économie circulaire dans notre environnement bâti. Découvrez-le en douceur ici.

Level(s) propose un système largement testé pour mesurer et accompagner les améliorations, de la conception à la fin de vie. Il peut être appliqué aux bâtiments résidentiels ou aux bureaux.

Il donne notamment accès à des guides intéressants analysant les tenants et aboutissants liés au développement durable et à l’industrie de la construction. Des outils d’évaluation de l’empreinte carbone des bâtiments seront mis à disposition prochainement. Au sein de ces guides, on retrouve la présence du BIM qui est clairement identifié comme l’un des moyens pour atteindre des objectifs de durabilité.

Découvrez ce site en cliquant ici.

Les 6 macro-objectifs de Level(s) :

1 – Émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie d’un bâtiment
Minimiser la production de carbone sur toute la durée de vie, tenir compte à la fois de la consommation d’énergie pendant la phase d’utilisation du bâtiment et de l’énergie grise.

Indicateurs :
1.1 Performance énergétique de l’étape d’utilisation (kWh/m2/an)
1.2 Potentiel de réchauffement global du cycle de vie (CO2 eq./m2/an)

2 – Cycles de vie des matériaux économes en ressources et circulaires
Optimiser la conception du bâtiment pour prendre en charge les flux allégés et circulaires, notamment :

– Utilisation et quantités de matériaux de construction
– Minimiser les déchets de construction et de démolition générés pour optimiser l’utilisation des matériaux
– Cycles de remplacement et flexibilité pour s’adapter au changement
– Potentiel de déconstruction plutôt que de démolition

Indicateurs :

2.1 Devis quantitatif, matériaux et durées de vie
2.2 Déchets et matériaux de construction et de démolition
2.3 Conception pour l’adaptabilité, la réversibilité et la rénovation
2.4 Conception pour la déconstruction, la réutilisation et le recyclage

3 – Utilisation efficace des ressources en eau
Utiliser l’eau de manière efficace, en particulier dans les zones de stress hydrique identifié à long terme ou prévu.

3.1 Consommation d’eau de l’étape d’utilisation (m3/occupant/an)

4 – Des espaces sains et confortables
Créez des bâtiments confortables, attrayants et productifs. Cela comprend quatre aspects de la qualité de la qualité de l’environnement intérieur :
– L’air intérieur pour des paramètres et des polluants spécifiques
– Le degré de confort thermique
– La qualité de la lumière artificielle et naturelle et le confort visuel associé
– La capacité de la structure du bâtiment à isoler les occupants des sources de bruit internes et externes

Indicateurs :
4.1 Qualité de l’air intérieur
4.2 Temps en dehors de la plage de confort thermique
4.3 Éclairage et confort visuel
4.4 Acoustique et protection contre le bruit

5 – Adaptation et résilience au changement climatique
Performances du bâtiment à l’épreuve du temps :
– S’adapter aux changements climatiques futurs impactant le confort thermique
– Rendre le bâtiment plus résilient et résistant aux événements climatiques extrêmes (dont les inondations : fluviales, pluviales et côtières).
– Améliorer la conception du bâtiment pour réduire les risques d’inondations pluviales/fluviales dans la zone locale (c’est-à-dire en augmentant le drainage durable).

Indicateurs :
5.1 Protection de la santé et du confort thermique des occupants
5.2 Risque accru de conditions météorologiques extrêmes
5.3 Drainage durable

6 – Coût et valeur optimisés du cycle de vie
Vision à long terme de l’ensemble des coûts du cycle de vie et de la valeur marchande des bâtiments plus durables, notamment :
– Coûts du cycle de vie (construction, exploitation, entretien, rénovation et élimination).
– Encourager l’intégration des aspects de durabilité dans les processus d’évaluation de la valeur marchande et de notation des risques et veiller à ce que cela soit fait de la manière la plus éclairée et transparente possible.

Indicateurs :
6.1 Coûts du cycle de vie (€/m²/an)
6.2 Création de valeur et facteurs de risque

[Rapport] Digital4Climate, le numérique pour accélérer la transition vers le net zéro

A méditer, les technologies numériques pourraient aider à réduire de 20 % les émissions mondiales de GES d’ici 2030…

Autodesk est honoré d’être associé à DIGITALEUROPE dans le cadre de leur nouveau rapport « Action digitale = action climatique », qui décrit l’apport et l’importance des nouvelles technologies et du numérique, ainsi que les projets clés qui aideront les industries traditionnelles européennes à se décarboner.

Vous découvrirez dans ce rapport la façon dont les solutions Autodesk ainsi que les processus tels que le Building Information Modeling (BIM) ont été utilisées par notre partenaire Multiconsult pour créer un bâtiment architecturalement conçu pour une faible consommation énergétique et une réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 50% par rapport aux bâtiments classiques, dans le quartier historique de Bjørvika, Oslo. (p. 36 du rapport).

Découvrez ce rapport complet en cliquant ici.